UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
19 mars 2010 : réaction de Patrick OLLIER à la démission de M. Plisson

Le président de la mission parlementaire sur l’énergie éolienne vient d’apprendre par voie de presse la démission de M. Plisson, le co-rapporteur. Patrick Ollier s’étonne de cette annonce qui intervient avant même la rédaction finale alors qu’étaient attendues les propositions de M. Plisson. « Il aurait été convenable de travailler jusqu’au bout pour faire part de ses idées et propositions comme le fait le rapporteur Franck Reynier car le rapport est en cours de rédaction et ne sera définitif qu’au moment de son adoption, après le vote des membres de la mission qui doit intervenir le mercredi 24 mars 2010 » précise M. Ollier.

M. Plisson, au cours de la dernière réunion du mercredi 17 mars avait donné son accord, partagé d’ailleurs par la totalité des autres députés présents (UMP, socialistes et communistes). Seule une des propositions n’avait pas recueilli son assentiment : celle portant sur les ICPE (installations classées pour la protection de l’environnement), proposition inscrite dans le texte du Grenelle 2 par le Sénat.

« J’ai voulu créer cette mission afin que le développement des éoliennes puisse se faire dans des conditions acceptables par la population concernée et dans le cadre d’une réglementation visant à éviter une prolifération anarchique. Je rappelle en outre que j’ai été co-signataire de l’amendement du Grenelle 1 qui a fixé l’objectif de 23% d’énergies renouvelables et je n’ai pas pour habitude de me dédire. Cette décision de M. Plisson est donc pour le moins surprenante et prématurée, à moins qu’elle ne soit dictée par un autre calendrier notamment celui de la zone de développement des éoliennes que M. Plisson est en train de mettre en œuvre dans sa propre circonscription. Si c’était le cas, je comprendrais que M. Plisson, en toute objectivité, démissionne de sa qualité de co-rapporteur car effectivement, il ne peut être juge et partie » a conclu le Patrick Ollier.

Mentions légales  -  Contact