UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Accord PS/EELV sur le nucléaire : un accord de dupes ! La tribune de Patrick Ollier (16 novembre 2011)

L’accord entre le Parti socialiste et Europe Ecologie les verts sur le nucléaire est un accord de dupes pour la France ! L’objectif de vouloir gagner des circonscriptions ne peut pas tout justifier. On constate que l’accord passé entre le PS et EELV, qui prévoit la réduction de la part du nucléaire dans la production électrique de 75% à 50% en 2025, a pour conséquence les reniements respectifs des valeurs emblématiques des deux partis : pour les écologistes, l’objectif d’obtenir quelques 55 circonscriptions implique le renoncement à l’essentiel de leur combat qui est d’ailleurs inscrit dans le nom même de leur parti, à savoir l’écologie, et pour les socialistes ils ont eux, pour obtenir le soutien des verts à la présidentielle, renoncé au principe même d’équilibre budgétaire compte tenu des conséquences financières lourdes des décisions prises, s’agissant de la fermeture de 24 réacteurs d’ici 2025 sur les 58 que compte notre pays. C’est un accord de dupes, au détriment des Français. On ne peut pas au moment où va se tenir la conférence de Durban, qui prévoit 50% de réduction de C02 d’ici 2050, suivre l’exemple allemand qui conduit à la réouverture de centrales thermiques à charbon ou gaz pour se substituer à l’énergie nucléaire. On ne peut pas non plus sacrifier la moitié de notre parc nucléaire parmi les plus performants du monde en entraînant comme conséquence entre 30 et 40% d’augmentation du coût de l’électricité pour les usagers au seul prétexte de gagner les élections ! C’est scandaleux et choquant ! C’est le contraire de ce qu’il faut faire. C’est une mauvaise nouvelle pour le pays. J’espère que les Français vont s’en rendre compte.

Je pose la question à François Hollande : pour quelles raisons diminuer seulement la moitié du parc et non pas la totalité, si réellement il y a danger. Si cet accord a pour seul objectif d’obtenir les voix des verts, il est indigne d’un parti qui prétend vouloir demain gouverner la France. Chacun sait que d’ici 2050, la demande d’énergie va être multipliée par deux, que les prix du pétrole et du gaz vont augmenter, et que des grands pays comme le Brésil et la Chine, mais également la Finlande en Europe, vont eux augmenter leur parc nucléaire. Les socialistes s’arrêtent au milieu du gué ; supprimer la moitié de notre parc est absurde. La campagne présidentielle est en train de se recentrer sur les problèmes essentiels pour l’avenir de notre pays, comme la maîtrise de l’énergie ou l’indépendance énergétique de la France face aux besoins en chauffage et en électricité. C’est le problème des Français, et c’est un défi que notre majorité, elle, est prête à relever, tout de suite."

Mentions légales  -  Contact