UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Affaire Cahuzac : Patrick Ollier réitère ses interrogations

Face aux nombreuses zones d’ombre qui subsistent sur l’affaire Cahuzac, notamment le manque de réactivité de la part de François Hollande et du Premier ministre dès le début de la révélation de la détention d’un compte en Suisse par le ministre du Budget, Patrick Ollier s’interroge : "Les annonces faites par le Président de la Républiques sur la moralisation de la vie publique ne sont qu’un rideau de fumée. Cette manoeuvre de diversion ne m’empêchera pas de réitérer mes questions sur la responsabilité du Chef de l’Etat et du premier ministre dans cette affaire ; La plupart des mesures annoncées existent déjà et cela n’aurait d’ailleurs pas empêché Jérôme Cahuzac de mentir. Aucune loi n’empêchera un tricheur de tricher. Il faut en revanche immédiatement réagir en cas de fraude et que justice passe. Ce qui n’a pas été le cas ici puisqu’il n’y a eu aucune réponse du Gouvernement…Aujourd’hui la vraie question est de savoir ce qui s’est passé entre le 4 décembre 2012, quand Mediapart a révélé l’affaire et janvier, plus d’un mois après, quand le Président de la République a diligenté une enquête qui a abouti aux aveux de son ministre du Budget ; ils ne souhaitent pas répondre, nous reposerons sans cesse cette question."

Patrick Ollier est ainsi intervenu en séance lors des questions d’actualité au Gouvernement le 10 avril 2013, sommant le Premier ministre de s’expliquer sur silence et l’inertie du Chef de l’Etat et du Gouvernement depuis le 4 décembre dernier : " Depuis le 4 décembre 2012, Médiapart a rendu public l’affaire Cahuzac. Qu’avez-vous fait ? Hélas, rien !" (lire la suite)

Séance des Questions d’Actualité au Gouvernement à l’Assemblée nationale

10 avril 2013

Question de Patrick Ollier :

Ma question s’adresse à Monsieur le Premier Ministre,

La « République exemplaire » de Monsieur Hollande vole en éclats.

Aux difficultés de notre pays, vous rajoutez une crise morale qui nourrit le « Tous pourris » et qui salit tous les élus de France, de gauche, du centre, ou de droite !

Un journaliste d’investigation avec des moyens que l’on sait modestes, débusque un mensonge proféré par un ministre ! Et vous, disposant des services de l’Etat, prétendez ne rien savoir de l’existence du compte en Suisse du ministre du Budget que vous avez nommé et soutenu !

Aucune loi ne peut empêcher un tricheur de tricher, nous le savons !

Pourtant le dispositif répressif existe !

Ne serait-ce que l’article 40 du code de procédure pénale par exemple qui oblige « Toute autorité constituée », et le Président de la République en est une, et vous aussi, à transmettre au procureur de la République tout délit dont il aurait eu connaissance.

Ou encore l’article 2 de la loi de 2011 que nous avons fait voter et qui rend inéligible un député qui omet de déclarer une partie de son patrimoine !

Depuis le 4 décembre 2012, Médiapart a rendu public l’affaire Cahuzac. Qu’avez-vous fait ?

Hélas rien ! C’est le procureur de Paris qui lance plus d’un mois après, une enquête qui aboutit aux aveux de Cahuzac.

Je vous pose 4 questions simples, Monsieur le 1er Ministre qui appellent des réponses claires :

Pourquoi cette inertie de la part de l’Etat depuis le 4 décembre ? François Hollande n’as pas répondu ce matin ! 2 - Pourquoi monsieur Moscovici n’a t’il demandé une enquête en Suisse qu’à partir de 2006, Cahuzac lui-même a dit que son compte datait de 92 ? 3 - Pourquoi une enquête auprès de la seule UBS alors que l’on sait que d’autres banques sont concernées ? 4 - Quelles sont les investigations diplomatiques ou fiscales que vous avez engagées vis-à-vis de Singapour ?

Les annonces ce matin du Président de la République pour détourner l’attention ne l’exonère pas de sa responsabilité ! Charles de Gaulle disait, « Il n’y a de réussite qu’à partir de la vérité. »

Monsieur le Premier Ministre, nous exigeons donc aujourd’hui la vérité sur le déroulement de cette affaire !

Patrick Ollier était également inteviewé par la presse aux "Quatre Colonnes"en marge des questions d’actualité au Gouvernement :

MPEG4 Audio - 5.2 Mo
Ecouter l’ITV de Patrick Ollier du 10-4-2013 (partie 1)
Mentions légales  -  Contact