UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Affaire Léonarda / Droit du sol : réaction de Patrick Ollier le 22/10/2013

Affaire Léonarda -"inacceptable, le Président de la République est le garant des institutions"- Débat sur le droit du sol : "il faut limiter les abus, que notre système d’aide sociale encourage, mais ne pas remettre en cause les grands principes" : Patrick Ollier a réagi à l’actualité le 22/10/2013 :

Affaire Leonarda : " Il est affligeant de constater que François Hollande a créé un régime d’exception pour une famille, et que pour une jeune fille dans cette famille est allé à l’encontre de la chose jugée, ce qui est inacceptable pour un Président de la République qui doit être le garant du bon fonctionnement des institutions."

Débat sur le droit du sol : " le droit du sol est une acquisition républicaine que les Gaulliste n’ont pas l’intention de remettre en cause. Il ne s’agit pas de mélanger le droit de la nationalité, les problèmes de l’immigration, les problèmes du droit d’asile, les problèmes de l’aide sociale qui sont, chacun d’entre eux, des problèmes différents. En revanche, il est nécessaire d’apater les conditions d’attribution d’avantage sociaux qui conduisent certaines familles à abuser de l’hospitalité de la France et de contourner pour ces raisons les conditions de mise en oeuvre du droit du sol. S’agissant de l’immigration, l’immigration économique du 20ème siècle est terminée ; les conditions d’immigration liées au regroupement familial de 2013 ne sont plus les mêmes qu’en 1976 lorsqu’elle ont été mises en oeuvre. Il s’agit donc de s’adapter pour protéger les Français contre les excès que notre système d’aide sociale encourage. Ce sont les abus qu’il faut limite, ce ne sont pas les grands principes qu’il faut remettre en cause !" Patrick OLLIER

Mentions légales  -  Contact