UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Affaire de l’attentat de Karachi, propos de François Fillon sur l’âge de la retraite, élections sénatoriales : la Tribune de Patrick Ollier (intervention sur LCI matin le 23 septembre 2011)

Les allégations de certains médias sur l’attentat de Karachi sont détestables. Bien sûr que le secret de l’instruction de cette affaire doit être préservé. Mais je constate que Nicolas Sarkozy n’a pas été cité dans cette affaire. Il n’était pas le directeur de campagne d’Edouard Balladur mais ministre du budget à l’époque et à ce titre hostile à ce fameux contrat. Il est légitime d’interroger ceux qui avaient organisé financièrement cette campagne, mais totalement détestable de voir les amalgames faits par « Libération ». Que dit le journal : qu’à un certain moment, Nicolas Sarkozy a donné son accord pour la création d’une société chargée de dispatcher les commissions ; il s’agit d’une décision purement administrative ; valider la création d’une société n’implique en rien que Nicolas Sarkozy puisse être désigné plusieurs années après comme responsable de manipulations financières. S’agissant de la publicité des auditions de la mission parlementaire sur cette affaire, je suis favorable à la plus totale transparence. Pour autant, je comprends la réserve du président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, car rendre publiques des informations relevant du secret Défense peut mettre en danger la vie de certaines personnes et semer le trouble entre certains gouvernements ou états . C’est un sujet sensible, donc à manier avec précaution. Le président de l’Assemblée est dans son rôle d’apprécier si oui ou non il faut rendre publiques ces informations.

Les propos de François Fillon au sujet de la convergence de l’âge de départ à la retraite entre la France et l’Allemagne ont là aussi donné lieu à une polémique stérile. De quoi s’agit-il en effet ? Le Président de la République a très courageusement engagé avec Angela Merkel un travail de conviction à destination des 17 pays de la zone euro, pour aller vers la convergence, à terme, économique et sociale. Le Premier ministre est parfaitement dans son rôle de prévoir un jour la convergence sociale et pose la question légitime de savoir si un jour la France ne doit pas, elle aussi, s’aligner sur l’âge de 67 ans. Ce n’est malheureusement pas demain qu’on va réaliser cette convergence. Il faut du temps et fixer les perspectives pour l’avenir fait partie des responsabilités du Premier ministre.

Ce week-end , une échéance politique importante a lieu avec les élections sénatoriales. Je suis raisonnablement optimiste sur les résultats de ce scrutin. Les élections municipales de 2008 auront forcément des conséquences sur ces élections, mais Gérard Larcher a toutes les chances de rester Président. Il n’en demeure pas moins que si nous ne mobilisons pas, dans les 150 000 électeurs du grand corps électoral, nos électeurs, nous risquons d’avoir une déception. Il faut être prudents. Pour contrôler l’ensemble de la direction du Sénat, il faut avoir 8 sièges d’avance. Les listes dissidentes risquent de faire perdre des voix, donc des sièges. Mais c’est la liberté de chacun. Le Sénat représente les collectivités territoriales, donc l’électorat du Sénat se trouve dans les collectivités ; c’est un électorat fragile et jusque tard dimanche soir nous ne pourrons présager de rien, il est difficile de savoir pour qui vont voter les maires ruraux. En tout cas il faut que notre corps électoral se mobilise sans quoi nous risquons d’avoir des déconvenues.

- la video de l’interview

Mentions légales  -  Contact