UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Bricorama : le Gouvernement fait la sourde oreille face à la menace de la suppression de milliers d’emplois

Patrick Ollier a co-signé le 14 septembre un communiqué de presse de Jean-Pierre Decool, député du Nord, en réaction à la probable condamnation du groupe BRICORAMA, assigné en justice par le syndicat Force Ouvrière, pour avoir proposé du travail à des salariés volontaires le dimanche. Face à la menace de la suppression de milliers d’emplois, le Gouvernement fait la sourde oreille :

  "Le groupe français Bricorama sera probablement condamné aujourd’hui à payer une amende qui peut atteindre le montant record de 18 millions d’euros.

Le groupe Bricorama a en effet été attaqué par un syndicat pour avoir ouvert ses magasins le dimanche, au sein desquels pourtant travaillaient des salariés volontaires, payés double, et qui récupéraient de surcroît chaque dimanche travaillé. Une attaque d’autant plus étonnante qu’aucune autre enseigne, qui ouvre pourtant illégalement certains de ses magasins le dimanche, n’a été attaquée par le syndicat en question.

Alerté de cette situation par la direction de Bricorama depuis plusieurs mois, le Gouvernement n’a toujours pas réagi pour sortir l’entreprise de cette situation et permettre aux parties concernées d’engager un dialogue constructif. Pire, il laisse un groupe de plus de 4.100 emplois au milieu du gué, dont la santé financière est suspendue à une décision de justice.

Nous, Députés de la Représentation nationale, sommes particulièrement indignés de l’absence de réaction du Gouvernement et de l’irresponsabilité du syndicat face à une telle menace pour l’emploi.

C’est pour cette raison que nous demandons instamment au Gouvernement, et plus particulièrement au Ministre du Redressement Productif, M. Arnaud Montebourg, d’inclure « les établissements de vente au détail d’articles de bricolage sur la liste des secteurs pouvant déroger de droit au repos dominical dans le champ de l’application du décret n°2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V) régissant l’article 3132-5 du Code du travail. »

Cette demande est légitime puisque déjà les enseignes de la jardinerie ou de l’ameublement sont autorisées à ouvrir le dimanche sans aucune restriction. De plus, elle se situe dans un contexte d’évolution des habitudes de consommation et concerne une activité pratiquée par l’ensemble des Français.

Nous espérons être entendus par le Gouvernement, qui a maintes fois affirmé que l’emploi était sa priorité. "  

Jean-Pierre DECOOL, Député du Nord

Mentions légales  -  Contact