UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Candidature de Martine Aubry à la présidentielle : la tribune de Patrick Ollier (28 juin 2011)

« Le faux suspense au PS s’est achevé ce matin avec l’annonce officielle de la candidature de Martine Aubry. Candidature oui, mais à quoi ? on peut se le demander, car la seule véritable surprise de cette intervention vient de ce que la première secrétaire du PS a « proposé sa candidature à l’élection présidentielle », sautant en quelque sorte l’étape de la primaire à laquelle elle n’a fait référence qu’une seule fois ! Martine Aubry nous a resservi un discours convenu, loin des préoccupations quotidiennes des Français. Cette annonce, sans véritable souffle ni conviction, de la part d’une candidate par défaut après le forfait de Dominique Strauss-Kahn, et qui incarne l’échec des 35 heures, illustre la problématique d’un PS vide d’ambition et de vision d’avenir, englué dans l’immobilisme et le passéisme, et bien incapable d’émettre des propositions concrètes pour notre pays.

C’est pourquoi le projet du parti socialiste et l’hypothèse de sa victoire à l’élection présidentielle représentent une réelle menace, qui ne manquera pas de se traduire immédiatement par une baisse de notre excellente notation AAA par les agences internationales et d’entraîner par ricochet une catastrophe économique et sociale pour la France. Je fais confiance aux Français pour ne pas se laisser abuser et savoir faire le choix, en 2012, en faveur du seul candidat capable de poursuivre l’action engagée et de représenter l’espoir pour les générations futures. »

Patrick OLLIER

La dépêche AFP du 28/06/2011 :

Ollier : si la gauche gagne, la note de la France sera dégradée dans les 15 jours

PARIS, 28 juin 2011 (AFP) - Le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, a déclaré mardi que la note de la France garantissant sa solvabilité sur les marchés financiers serait dégradée "dans les quinze jours" en cas de victoire de la gauche en 2012. "Si demain par hasard les socialistes arrivaient au pouvoir et que le Premier ministre mettait en oeuvre (leur projet), la note de la France serait dégradée dans les 15 jours", a déclaré M. Ollier à l’Assemblée interrogé sur la déclaration de candidature de Martine Aubry. "Quand vous évaluez le tout, il y a plusieurs milliards (de dépenses, ndlr) non financés", a-t-il dit au sujet du programme du PS, en citant "les 300.000 emplois-jeunes payés sur des fonds publics". "Le président de la République ne lâchera pas cette rigueur de gestion de l’Etat, qui permet à la France d’emprunter 45 milliards d’euros pour payer les annuités de la dette à 3,65%, quand les Grecs empruntent à 16%", a dit M. Ollier. "Je m’étonne que Mme Aubry n’ait pas parlé des primaires. J’attendais qu’elle en parle et qu’elle explique comment elles allaient se passer", a-t-il dit au sujet de la première secrétaire.

Mentions légales  -  Contact