UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Crise, emploi : "Une opposition déterminée, une Gauche dépassée" (La Tribune de Patrick Ollier, 12/09)

Nous sommes minoritaires hélas et la majorité parlementaire fait passer tous les textes qu’elle veut, d’autant plus facilement qu’elle n’entre en aucun cas dans la concertation qu’il serait normal d’avoir avec l’opposition, et j’ai souvenir qu’en tant que comme ministre des Relations avec le Parlement j’avais à l’époque organisé sur certains textes des réunions de concertation ce qui n’est plus le cas aujourd’hui et en conséquence, en dépit de notre présence assidue dans l’hémicycle ou de nos interventions, rien ne changera au niveau des votes. Pour autant je vais continuer sans relâche à faire prévaloir nos idées, dans le cadre d’une opposition constructive et déterminée.

Aujourd’hui on se rend compte que la Gauche semble dépassée par sa propre victoire, qu’elle est dans l’impréparation, dans le déni de réalité face à la crise et à ses conséquences. Alors qu’il faut favoriser la création de richesses et la croissance en allégeant le coût du travail, la Gauche elle supprime la défiscalisation des heures supplémentaires et augmente les cotisations sociales, réduit considérablement l’épargne salariale et la participation et elle occupe l’opinion publique par un recyclage des emplois jeunes qui aujourd’hui s’appellent contrats d’avenir. Ce sont de faux emplois précaires et publics qui coûteront un milliard et demi par an, seront financés par la dette ou les impôts, et par voie de conséquence aggraveront la situation économique sans pour autant garantir des débouchés à ces jeunes qui ne seront de plus que 150 000 en CDD pendant trois ans. Et après que deviendront-ils ? L’opposition ne peut que répéter aujourd’hui ce que Nicolas Sarkozy disait : on ne peut pas, surtout en temps de crise, vouloir régler les problèmes de l ‘emploi et du pouvoir d’achat, en rendant plus difficile le fonctionnement des entreprises et en en diminuant leur compétitivité par l’augmentation du coût du travail. Les socialistes démontrent tous es jours qu’ils sont dans l’idéologie alors que la France a besoin d’un Gouvernement pragmatique et ambitieux.

Patrick OLLIER

Mentions légales  -  Contact