UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Eventuelle suppression du service minimum dans les transports : "les usagers doivent se préparer à galérer sur les quais" (Réaction de Patrick Ollier, 18 septembre 2012)

"J’ai été de ceux, en tant que président de la commission des affaires économiques, qui ont contribué à mettre en place en 2007, malgré les réticences des syndicats, la réforme du service minimum dans les transports terrestres. Ce dispositif est une vraie réussite, car il a permis de garantir aux usagers confrontés à des grèves, de circuler librement pour aller travailler et rentrer chez eux.

" Que le Gouvernement souhaite aujourd’hui revenir en arrière, révèle une volonté de revanche ou encore un renvoi d’ascenseur aux syndicats, compte tenu de leurs engagements durant la dernière campagne présidentielle. Depuis maintenant un peu plus de 120 jours, alors que la facture s’alourdit pour les Français, tant sur le plan social qu’économique, remettre en cause ces lois, c’est alourdir encore un peu plus l’addition et rendre possible les galères que les Franciliens ont connus en 1995. Je demande donc au Gouvernement, plutôt de que verser dans un détricotage systématique des lois votées par l’UMP, de ne pas toucher au service minimum. Le Parlement est là pour contrôler l’application de la loi. Je propose que l’Assemblée nationale fasse son travail et crée une mission sur l’application de ces lois. S’il est avéré, après ce contrôle parlementaire que ce dispositif doit être modifié dans l’intérêt des usagers, alors la réforme sera justifiée. Il faut avoir du pragmatisme pour servir les Français."

Mentions légales  -  Contact