UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Les dernières interventions du ministre au Sénat

Patrick Ollier est intervenu à plusieurs reprises en décembre dernier au Sénat, notamment pour défendre le projet de loi de finances rectificative pour 2011.

Patrick Ollier a répondu le 16 décembre 2011, en l’absence du ministre de la culture et de la communication, Frédéric Mittérand, à une question d’actualité au Gouvernement sur la presse écrite posée par Mme Marie-Christine Blandin, sénatrice socialiste du Nord :

- la réponse du ministre le 16 décembre 2011 sur le site du Sénat

Durant la séance du 13 décembre au sénat, Patrick Ollier est intervenu pour défendre la politique du Gouvernenement dans le cadre de l’examen du projet de loi de finances rectificative pour 2011 : "(…) l y a eu la crise, une crise certes française, mais aussi européenne et mondiale. Or le propre des crises, mesdames, messieurs les sénateurs, c’est d’être soudaines et brutales. Oui, l’été dernier, nous sommes entrés dans une période de turbulences auxquelles il faut faire face.

L’honneur de ce gouvernement, madame la rapporteure générale, c’est d’avoir mesuré, en toute lucidité, l’ampleur de cette crise et d’avoir pris immédiatement toutes les décisions qui s’imposaient. Je remercie la majorité présidentielle qui les a soutenues.

Dans l’histoire récente de notre pays, une attitude aussi responsable est rare ; elle est si rare qu’elle mérite d’être signalée, nul ne peut le contester.

(…) Un projet de loi de finances rectificative est un exercice de vérité, de réactivité face à une situation imprévisible. Nous sommes exactement dans ce cas-là !

Nul ne peut le contester, la stratégie de ce gouvernement est marquée du sceau de la constance, d’abord dans les objectifs.

Les objectifs pour 2011 et 2012 étaient très clairs : réduire le déficit public à 5,7 % en 2011 et à 4,5 % en 2012. Malgré les circonstances, ces objectifs restent intangibles et sont notre ligne de mire.

La stratégie du Gouvernement est ensuite marquée du sceau de la constance dans la méthode. Celle-ci repose d’abord et avant tout sur les économies en dépenses, et ce collectif démontre l’importance des efforts que nous avons engagés."…

- la suite de l’intervention du ministre le 13 décembre 2011 sur le site du Sénat

- l’intervention du ministre le 15 décembre 2011 sur le site du Sénat

Mentions légales  -  Contact