UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Marges arrières dans la grande distribution : Patrick Ollier réagit

L’application de la loi de modernisation de l’économie (LME) fait débat en ce qui concerne le problème des marges lié à la grande distribution par rapport aux fournisseurs.

C’est pourquoi, en tant que président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, j’ai demandé qu’un rapport sur l’exécution de la loi soit réalisé par le rapporteur du texte, Jean-Paul Charié (UMP), assisté d’un membre de l’opposition, Jean Gaubert, député PS. J’ai par ailleurs participé à la réunion organisée à Bercy le 17 juin dernier avec les représentants de la FNSEA, des jeunes agiculteurs, des distibuteurs et des consommateurs, pour qu’une plus grande sérénité dans les relations puisse être instaurée. Plusieurs chantiers ont été ouverts pour améliorer la transparence dans les mécanismes de formation des prix et la loyauté des relations commerciales.

Ce rapport en cours de réalisation a conduit à de très nombreuses auditions, notamment des responsables des filières concernées et, sur place, de nombreux fabricants ou fournisseurs. Les conclusions doivent intervenir fin juin afin que la Commission des Affaires économiques puisse discuter avec le Gouvernement des dispositions nouvelles qui devront être prises pour mieux faciliter l’application stricte de la loi.

Nous avons combattu les marges arrière. Nous n’accepterons pas que les rapports entre la distribution et les fournisseurs dénaturent le fondement même de la négociabilité que nous avons voulu mettre en place. A l’issue de ce débat avec le Gouvernement, les adaptations nécessaires seront donc envisagées par voie réglementaire, voire, si cela est nécessaire, par voie législative. .

Mentions légales  -  Contact