UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Panorama de presse 2008

- 2008-12-29

Les Echos : "Environnement : Le Haut conseil sur les OGM en panne de président"

Le sujet des organismes génétiquement modifiés aura embarrassé le gouvernement jusqu’au bout de 2008. Les 16 et 17 décembre, les commissions des Affaires économiques du Sénat et de l’Assemblée nationale ont refusé la nomination du candidat présenté par le gouvernement pour la présidence du Haut Conseil des biotechnologies. Se réunissant pour la première fois pour donner leur avis sur la présidence de ce type de haute autorité, sénateurs et députés ont voté à la quasi-unanimité contre la nomination de Jean-Luc Darlix, directeur de recherches en virologie à l’Inserm, dont la candidature était soutenue par le gouvernement. La loi OGM, dont la promulgation avait donné lieu à des débats très agités en avril et mai dernier, prévoit que ce haut comité a pour mission « d’éclairer le gouvernement » sur les risques des OGM pour l’environnement et la santé publique.

Un rôle exact à définir

Si le vote des élus est un simple avis - le Haut Conseil est nommé par décret -, il n’en constitue pas moins un camouflet pour le gouvernement et illustre la difficulté de définir le rôle exact de cette instance. Interrogé par les élus, Jean-Luc Darlix, qui avait fait partie des précédentes instances de contrôle des OGM françaises, a défendu l’idée que le rôle du président est de faire la synthèse entre l’avis du comité scientifique et les recommandations du comité éthique, économique et social, prévues par la loi. Ce qui lui a valu une réponse sèche du président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, Patrick Ollier. « Il n’y a pas lieu de faire de synthèse ni de trancher »…


- 2008-12-26

Le Figaro : "L’introuvable président du haut conseil pour les OGM"

Décidément, jamais rien n’est simple en France lorsqu’il s’agit d’OGM. Après les sénateurs, les membres de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale ont retoqué, à la quasi-unanimité, la candidature de Jean-Luc Darlix présenté par le gouvernement pour la présidence du Haut Conseil des biotechnologies, créé par la loi sur les OGM en mai dernier. 35 voix sur 37 se sont opposées la semaine dernière à la nomination de ce directeur de recherche à l’Inserm, éminent spécialiste en virologie. La veille cinq sénateurs sur 8 votants avaient rejeté cette candidature.

« Il ne s’agit en aucune manière d’une mise en cause des compétences de ce chercheur », assure Patrick Ollier, le président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée, « mais les parlementaires qui ont voté à bulletin secret ont considéré qu’il ne correspondait pas au poste ». ..


- 2008-12-26

Le Parisien / Hauts-de-Seine :" L’actu en Flash"

La ville de Rueil a été récompensée par une Marianne d’or, remise à son maire, Patrick Ollier, pour sa démarche en faveur du développement durable. A ce titre, elle a mené sur l’ancien site des usines Bernard Moteurs (industrie automobile), appelé à être une zone d’habitation et de commerces, une opération de déconstruction sélective. Cette démarche de haute qualité environnementale (HQE) a consisté à traiter les éléments potentiellement nuisibles, à valoriser les matériaux recyclables, en recherchant les réutilisations possibles, et à limiter les nuisances du chantier pour les riverains en maintenant un lien régulier avec eux.


- 2008-12-22

AFP : "Détecteurs de fumée : possible amendement au projet de loi Boutin"

L’installation obligatoire de détecteurs de fumée dans tous les logements pourrait faire l’objet d’un amendement au projet de loi Boutin sur le logement qui serait examiné à l’Assemblée en janvier Une proposition de loi sur ce même sujet, déposée conjointement en 2005 par M. Meslot et Pierre Morange, son homologue UMP des Yvelines, avait fini sa deuxième navette parlementaire au Sénat le 10 juillet dernier et devait faire l’objet d’une commission mixte paritaire (CMP) "avant la fin de l’année", a expliqué M. Meslot. …Cet amendement "reprendra l’intitulé de la loi", a-t-il précisé, ajoutant que la ministre du Logement et Patrick Ollier, le président de la commission des affaires économiques, y étaient "favorables".


- 2008-12-19

Le Monde : "L’UMP esquive un camouflet sur le travail du dimanche"

L’obstination de Nicolas Sarkozy à vouloir inscrire « coûte que coûte » l’extension de l’ouverture dominicale des commerces avant la fin de l’année aura pour conséquence que cette proposition de loi ne pourra pas être examinée, au mieux, avant la mi-janvier 2009. Mercredi 17 décembre, peu avant minuit, la séance à l’Assemblée nationale a été levée, dans un climat houleux, à la demande de Jean-François Copé. Le président du groupe UMP a mis en cause l’attitude de l’opposition, estimant que le débat ne pouvait se poursuivre dans des conditions « sereines »…. Au cours d’une ultime suspension de séance, les trois ministres présents, Xavier Bertrand, Luc Chatel et Roger Karoutchi, s’isolent avec le président de l’Assemblée, Bernard Accoyer, le président du groupe UMP et les présidents de commission, Pierre Méhaignerie et Patrick Ollier. Au retour, M. Copé, les traits tendus, demande que la séance soit levée.


- 2008-12-18

AFP Infos Françaises : "Pour promouvoir la chasse, le Parlement donne plus de pouvoirs aux chasseurs"

Pour "encourager la pratique de la chasse", le Parlement a décidé jeudi d’étendre les droits des chasseurs, dont les fédérations peuvent désormais être agréées au titre de la protection de l’environnement. …."Pourquoi privilégier les associations de chasse par rapport à d’autres associations, les randonneurs, les cavaliers, les athlètes, qui eux aussi protègent la nature ?", s’est étonné M. Cochet. "Vous n’êtes pas sur le terrain pour apprécier la différence entre les uns et les autres", lui a rétorqué Patrick Ollier (UMP). "Les chasseurs sont de vrais gestionnaires de la nature, mais un randonneur ne fait que passer..".


- 2008-12-18

Valeurs Actuelles : "Compromis sur le dimanche"

Nicolas Sarkozy en avait fait le symbole de sa détermination : il voulait absolument que le texte sur les dérogations au repos dominical soit soumis à l’Assemblée avant la fin de l’année. Les parlementaires ont donc entamé les débats sur la proposition de loi de Richard Mallié, profondément remaniée…Les débats au Parlement devraient durer jusqu’en janvier. « Nous allons vers un consensus qui était loin d’être acquis au départ », a néanmoins déclaré le président de la commission des affaires économiques, Patrick Ollier….


- 2008-12-17

Le Monde : "Travail du dimanche : le texte est vidé de sa substance"

Le " compromis " sur le travail du dimanche obtenu par Nicolas Sarkozy lors d’une réunion à l’Elysée, lundi 15 décembre, s’apparente à un recul. Lundi matin, après une ultime concertation entre le président de la République et le chef de file des députés UMP, le format de la réunion de " concertation " prévue à 17 heures a pris une autre allure. Le chef du gouvernement, François Fillon, et les trois ministres concernés, Xavier Bertrand, Luc Chatel et Roger Karoutchi, ont été conviés. Côté parlementaire, outre les deux présidents de groupe de la majorité - M. Copé (UMP) et François Sauvadet (Nouveau Centre) -, les présidents des commissions des affaires sociales, Pierre Méhaignerie, et des affaires économiques, Patrick Ollier, une dizaine de députés sont présents, dont le rapporteur de la proposition de loi, Richard Mallié, et les principaux porte-parole des " nonistes ".


- 2008-12-16

Le Figaro : travail dominical : accord entre Sarkozy et l’UMP

Assemblée : les commerces pourraient être autorisés à ouvrir dix dimanches par an, contre cinq actuellement. Nicolas Sarkozy a réuni hier soir à l’Élysée quelques opposants UMP à l’ouverture des magasins le dimanche, en présence du premier ministre, François Fillon, du ministre du Travail, Xavier Bertrand, du secrétaire d’État chargé des Relations avec le Parlement, Roger Karoutchi, et du patron des députés UMP, Jean-François Copé. « Nous allons vers un consensus qui était loin d’être acquis au départ », a reconnu, hier soir, Patrick Ollier, le président UMP de la commission des affaires économiques, saisie pour avis sur ce texte.


- 2008-12-16

Le Monde : Sarkozy veut obtenir un compromis définitif sur le travail dominical

Nicolas Sarkozy réunit à l’Elysée, lundi 15 décembre en fin d’après-midi, sa majorité pour caler le texte sur le travail dominical. Au départ, le président ne devait rencontrer que les députés récalcitrants. Finalement, ce sont tous les principaux responsables concernés qui ont été convoqués.

Participent à ce rendez-vous le premier ministre François Fillon et le ministre des affaires sociales Xavier Bertrand, les secrétaires d’Etat Luc Chatel (industrie et consommation) et Roger Karoutchi (relations avec le Parlement), les présidents des groupe UMP et Nouveau centre à l’Assemblée nationale et au Sénat, les présidents de commission concernés, Patrick Ollier et Pierre Méhaignerie. Seront aussi présents dix députés de l’UMP et du Nouveau centre, parmi lesquels les deux principaux porte-parole des opposants à ce texte, Marc Le Fur et Jean-Frédéric Poisson, et le rédacteur de la proposition de loi, Richard Mallié.


- 2008-12-08

News Press : "Urbanisme commercial : Audition ouverte à la presse de Jean-Paul Charié à l’Assemblée Nationale’

La commission des affaires économiques, de l’environnement et du territoire, présidée par M. Patrick OLLIER (UMP, Hauts-de-Seine), aprocèdé à l’audition, ouverte à la presse, de M. Jean-Paul CHARIE (UMP, Loiret), sur sa mission, confiée par le Premier ministre, relative à l’urbanisme commercial.


- 2008-12-06

Le Figaro : "Max Guazzini, graveur de modes"

Après avoir révolutionné la radio, le président du Stade Français réinvente le rugby. Grâce à ses idées novatrices, son équipe remplit une fois encore le Stade de France, cet après-midi, contre le club londonien des Harlequins, en Coupe d’Europe…Par bribes, ses vies brillent de mille éclats sur les murs de son bureau. Des disques d’or et des affichettes aux couleurs acidulées…Côtoyer tant d’hommes d’État ne lui a pas donné envie de suivre leurs traces malgré quelques « flirts ». Jeune gaulliste le temps d’une amitié étudiante avec Patrick Ollier, futur président de l’Assemblée nationale. Éphémère membre du PS à force de converser avec Jacques Attali ou Bertrand Delanoë, convives réguliers de Dalida…


- 2008-12-05

Libération : "La gauche ne voit que « mesurettes »"

La gauche, à l’unisson, a reproché à Sarkozy d’ignorer la question du pouvoir d’achat.La droite qui, depuis trois mois, a totalement revu son logiciel de pensée, a pour sa part applaudi le plan. Patron de l’UMP, Patrick Devedjian, espère « un effet d’entraînement et d’imitation » en Europe. Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, a salué le retour d’un Etat « investisseur, donneur d’ordres et bon payeur ».


- 2008-12-04

AFP Infos Françaises :"Plan de relance : réactions de Karoutchi, Ollier (UMP), Arthuis, NC (centristes)"

Réactions au plan de relance économique présenté jeudi à Douai (Nord) par le président Nicolas Sarkozy…Patrick Ollier (président UMP de la commission des Affaires économiques à l’Assemblée) : le plan est "ambitieux parce que l’Etat s’inscrit comme investisseur, donneur d’ordres et bon payeur, équilibré parce qu’à côté du plan de soutien aux entreprises, il y a l’aide aux foyers les plus modestes". Il annonce "une table ronde avec les principaux acteurs concernés le 9 décembre" pour "veiller aux moyens de mise en oeuvre de ces mesures" (communiqué).


- 2008-12-04

Les echos.fr : "Plan de relance : les réactions politiques"

De l’audace et de l’ambition, pour la droite. Un oubli majeur pour la gauche : celui du pouvoir d’achat.

Le plan de relance de 26 milliards d’euros annoncé jeudi par Nicolas Sarkozy pour contrer la crise a été accueilli par une salve d’applaudissements à droite qui salue une grande "ambition" et de critiques à gauche et parmi les syndicats, où est dénoncé "l’oubli du pouvoir d’achat".

Patrick Ollier, président UMP de la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée, salue un Etat qui s’affirme "investisseur, donneur d’ordres et bon payeur". Le plan est "équilibré" puisqu’il comporte aussi "l’aide aux foyers les plus modestes", relève le député.


- 2008—12-04

AFP : "Plan Relance : droite et Medef applaudissent, gauche et syndicats regrettent"

Le plan de relance annoncé jeudi par Nicolas Sarkozy pour contrer la crise a été accueilli par une salve d’applaudissements à droite et au MeDef, qui saluent son "ambition" et par des critiques des partis de gauche et des syndicats, qui dénoncent "l’oubli du pouvoir d’achat"…Patrick Ollier (UMP) salue un Etat qui s’affirme "investisseur, donneur d’ordres et bon payeur" et l’équilibre d’un plan qui comporte "l’aide aux foyers les plus modestes".


- 2008-12-04

Les Echos :"La majorité prête à un dérapage du déficit"

Les élus UMP s’interrogent sur les effets positifs d’une éventuelle hausse de la prime à la casse. Sur le déficit public, comme sur l’opportunité d’un grand emprunt d’Etat, les lignes ont bougé au sein de la majorité…« Aller jusqu’à un déficit de 5 % du PIB ne serait pas un drame », renchérit Patrick Ollier, qui préside la commission des Affaires économiques…· Grand emprunt d’Etat :Bernard Accoyer, le président de l’Assemblée, l’avait proposé en octobre dans « Les Echos », mais Nicolas Sarkozy l’avait exclu dès le lendemain, coupant court au débat. Aujourd’hui, certains élus reprennent l’idée au bond. Patrick Ollier voit ainsi dans le grand emprunt d’Etat un moyen « salutaire » de financer une politique de grands travaux ferroviaires, routiers et fluviaux…


- 2008-12-04

Le Monde : "Qui donc va financer une politique de grands travaux ?"

Trouver de nouvelles formes et sources de financements des infrastructures de transports, voies ferrées et navigables, ports et autoroutes, telle était la difficile question à laquelle devaient répondre les participants au colloque organisé, mardi 2 décembre, par la Caisse des dépôts et consignations (CDC) et l’association Transport développement intermodalité environnement (TDIE), qui réunit des élus de tous bords, des professionnels et des experts.

Face à d’énormes besoins, estimés à 97 milliards d’euros, d’ici à 2020, soit 3,1 milliards d’euros par an, incluant les investissements, l’entretien et la rénovation de l’existant, en particulier des voies ferrées, jusqu’ici plutôt négligées, l’argent, public comme privé, manque cruellement.

La structure chargée de le réunir existe néanmoins. Il s’agit de l’Agence pour le financement des infrastructures de transport de France (Afitf), créée fin 2004. Son budget devait être alimenté par les péages des autoroutes tant qu’ils appartenaient principalement à l’Etat, mais leur privatisation précipitée, le 14 décembre 2005, a tari la source. L’Agence a cependant été maintenue et a perçu, en compensation, 4 milliards d’euros correspondant au quart du produit de cette cession. En 2009, ce capital est épuisé et il faut d’urgence trouver des solutions…La plupart des intervenants au colloque, notamment Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine, et Gérard Longuet, actuel président de l’Afitf, reconnaissent, mais un peu tard, que la privatisation a été « une erreur »…


- 2008-12-04

Le Point.fr : "REACTIONS - Plan de relance"

Le plan de relance de 26 milliards d’euros annoncé jeudi par Nicolas Sarkozy pour contrer la crise a été accueilli par une salve d’applaudissements à droite qui salue une grande "ambition" et de critiques à gauche et parmi les syndicats, où est dénoncé "l’oubli du pouvoir d’achat"… Patrick Ollier, président UMP de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, salue un État qui s’affirme "investisseur, donneur d’ordre et bon payeur". Le plan est "équilibré" puisqu’il comporte aussi "l’aide aux foyers les plus modestes", relève le député.


- 2008-12-03

Le Figaro :" UMP 92 : un candidat surprise contre Devedjian"

Le 8 décembre, Patrick Devedjian ne sera pas seul en lice pour l’élection à la présidence de la fédération UMP des Hauts-de-Seine, où il a succédé à Nicolas Sarkozy en 2007. Éric Berdoati, maire UMP de Saint-Cloud, vient de déposer sa candidature. Pas très impliqué jusqu’à présent dans la vie politique départementale, Éric Berdoati, 44 ans, est maire de Saint-Cloud depuis 2005. Il a été réélu au printemps dès le premier tour. Éric Berdoati est le suppléant de Patrick Ollier, député de la 7circonscription des Hauts-de-Seine.


- 2008-11-26

Boursorama.com : "Schneider Electric inaugure son nouveau siège "intelligent" à Rueil …"

Philippe Zivkovic, Président de BNP Paribas Immobilier et François Bertière, Président directeur général de Bouygues Immobilier ont inauguré lundi 24 novembre l’immeuble "Trianum", nouveau siège de Schneider Electric, en présence de Patrick Ollier, Député-maire de Rueil- Malmaison, André Renaudin, Directeur général AG2R La Mondiale, représentant l’investisseur, et Jean-Pascal Tricoire, Président du Directoire de Schneider Electric. Conçu par Jean-Michel Wilmotte …, le bâtiment est certifié NF Bâtiment tertiaire, démarche HQE et fait l’objet d’une demande de labellisation HPE "Haute Performance Energétique".


- 2008-11-26

"Le Figaro : Les recettes des maires pour serrer les cordons de la bourse"

La crise économique oblige les maires à serrer les cordons de la bourse. …Face à la crise, beaucoup de maires s’attachent à « revoir toutes leurs dépenses »…À Rueil (Hauts-de-Seine), Patrick Ollier a adressé une « lettre de mission » à ses services, avec des objectifs de résultats en matière d’économie de gestion quotidienne. Il a aussi supprimé les cérémonies et les cartes de voeux, ce qui représente une économie de 100 000 euros.


- 2008-11-21

News Press : "Projet de loi de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion"

La commission des affaires économiques, de l’environnement et du territoire, présidée par M. Patrick Ollier (UMP, Hauts-de-Seine), procèdera à l’audition, ouverte à la presse, de M. Jean-François Gabilla (Fédération des promoteurs-constructeurs), M. Pierre Quercy et Mme Dominique Pujols (Union sociale pour l’habitat) et M. Stéphane Dambrine (Union sociale pour l’habitat d’Ile-de-France) sur le projet de loi, adopté par le Sénat, de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion : Mardi 25 novembre 2008 à 16h15


- 2008-11-20

AFP Infos Economiques : "Fonds stratégique : les responsables UMP saluent sans surprise la décision de Sarkozy"

Nombre de responsables de l’UMP ont tenu à saluer tout au long de la journée la création d’un fonds stratégique public de soutien aux entreprises annoncé jeudi matin par le chef de l’Etat Nicolas Sarkozy… Le président UMP de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier, a également salué "la décision courageuse du président de la République".


- 2008-11-20

Reuters : "Réactions à la création du Fonds stratégique d’investissement (FSI) annoncée jeudi par le président Nicolas Sarkozy".

Doté de 20 milliards d’euros dans un premier temps, ce fonds sera destiné au financement des PME innovantes et à la défense des entreprises jugées stratégiques face aux convoitises de prédateurs étrangers potentiels].

PATRICK OLLIER, président de la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale :

"Dans un contexte de crise sans précédent, il est indispensable que le gouvernement puisse avoir les structures innovantes pour éviter que certains prédateurs internationaux ne compromettent l’avenir de notre tissu entrepreneurial. Les entreprises françaises ont une place à défendre, il faut tout faire pour les aider à mener à bien leurs projets de développement. Après le temps de la défensive vient le temps de l’offensive. La mesure annoncée aujourd’hui en constitue le top départ".


- 2008-11-20

Le Figaro : "Face au parti, le groupe UMP conquiert son autonomie"

« Le groupe a désormais beaucoup plus de poids que le parti. » Aux yeux du président de la commission des affaires économiques, Patrick Ollier, le constat est sans appel : un an et demi après la victoire de Nicolas Sarkozy, les hommes de l’Assemblée l’ont emporté sur ceux de la Rue La Boétie, siège de l’UMP. « Je n’ai plus de contact avec le parti et je ne suis pas le seul », confesse même le député des Hauts-de-Seine, qui regrette l’époque du RPR, où « tout le monde se connaissait, se tutoyait, alors qu’aujourd’hui on ne connaît plus personne ».

Principal artisan de ce nouvel équilibre entre le parti et son groupe à l’Assemblée, Jean-François Copé n’a pas attendu le vote de la réforme des institutions pour faire pencher la balance en sa faveur. « Coproduction législative » oblige. Et dans ce bras de fer avec le parti, Bernard Accoyer et Gérard Larcher, les présidents de l’Assemblée et du Sénat, ne sont pas en reste…


- 2008-11-19

AFP : "Un club de fidèles de Jacques Chirac se réunit à l’Assemblée nationale"

Des fidèles de Jacques Chirac se sont réunis mercredi en fin de journée à l’Assemblée nationale sous la houlette du député UMP Henri Cuq…"Notre objectif n’est pas d’être dans l’actualité politique mais dans la retransmission de l’action de Jacques Chirac, pour bien montrer que ses deux mandats n’ont pas été inutiles pour la France", a déclaré à l’AFP M. Cuq, président de cette association "Avec le président Chirac, ses amis rassemblés autour de ses valeurs", qui revendique 200 membres.

Cette première rencontre a porté sur l’outre-mer en présence de Brigitte Girardin, ministre de l’Outre-mer entre 2002 et 2005, sous Jacques Chirac. Etaient présents plusieurs députés UMP : "Christian Jacob, Patrick Ollier, Yves Censi, François Goulard et beaucoup d’autres", selon M. Cuq…


- 2008-11-18

AFP : "Travail dominical : accord au sein du groupe UMP, selon Copé"

Le patron des députés UMP, Jean-François Copé, a affirmé qu’un "accord extrêmement large s’est dégagé en faveur" du texte sur l’extension du travail dominical, mardi soir après une réunion de travail avec les ministres Xavier Bertrand (Travail) et Luc Chatel (Consommation). "On était une bonne centaine et il y a un accord extrêmement large en faveur de cette proposition de loi" de Richard Mallié (UMP), a déclaré M. Copé. "Il fallait qu’on montre clairement de la part de notre groupe un soutien à l’initiative du président de la République, en l’occurrence c’est le cas et je m’en réjouis", a souligné M. Copé, qui assure que le texte de M. Mallié a obtenu le soutien des présidents UMP des commissions des Affaires économiques, Patrick Ollier, et des Affaires sociales, Pierre Méhaignerie.


- 2008-11-18

Le Figaro : « Le Parlement doit être associé au fonds français »

Sénatrice de l’Orne et vice-présidente du groupe France-Pays du Golfe, Nathalie Goulet (Union centriste) milite depuis longtemps pour la création d’un fonds d’investissement français. Alors que le gouvernement peaufine son élaboration, elle recommande de s’inspirer des exemples étrangers en associant le Parlement à ses décisions et faisant appel à l’épargne privée…Le recours à l’emprunt des particuliers n’est pas du tout un signe de faiblesse quand il s’agit d’aider les industries. C’est au contraire très sain. La proposition de Patrick Ollier aurait sans doute pu être regardée de plus près…Constituons par exemple une commission ad hoc mixte Sénat-Assemblée pouvant être saisie très rapidement par le gouvernement pour valider ou à tout le moins être informée des opérations… Cela constituerait une très bonne application de la réforme constitutionnelle donnant plus de droits au Parlement.


- 2008-11-17

Le Parisien/ Hauts-de-Seine : "Impôts : douze villes augmentent la taxe d’habitation"

Un tiers des villes de Hauts-de-Seine ont augmenté la taxe d’habitation cette année. …A Rueil-Malmaison…,le député-maire UMP Patrick Ollier « assume totalement » sa décision d’accentuer la pression fiscale. « Plus 9,8 %, cela correspond à ce qui se pratique à Paris, souligne-t-il malicieusement. J’avais prévenu pendant la campagne électorale que je me verrais contraint d’y avoir recours. » Pour la suite de la mandature, « les hausses n’iront pas au-delà de l’inflation », précise-t-il. L’élu met en avant des dépenses croissantes de fonctionnement et des recettes fiscales qui stagnent : « Nous avons réalisé des économies drastiques sur le fonctionnement des services, mais je ne peux pas aller plus loin, sinon les prestations accordées aux Rueillois vont se dégrader. » Le maire pointe aussi la stabilité des impôts locaux dans sa ville pendant onze ans. « Nous les avons même diminués en 1997 et en 2000, rappelle-t-il. Un engagement que j’avais pris à l’époque et que j’ai tenu. »…


- 2008-11-10

Le Parisien : "Transports : La région réagit à l’amendement Beaudouin"

En ce qui concerne le projet de métro en rocade en banlieue, les uns emploient le terme Métrophérique (comme Patrick Beaudouin récemment à l’Assemblée nationale), d’autres (la région notamment) préfèrent parler de l’Arc Express. En tout état de cause, au conseil régional, on a réagi à l’intervention du député-maire UMP de Saint-Mandé à l’Assemblée nationale, donnant lieu à un amendement sur le fameux projet de rocade en banlieue. Dans le but d’accélérer les choses, le député, conjointement avec son compère UMP Patrick Ollier, a fait passer un texte permettant à l’Etat de prendre la direction des opérations. L’objectif ambitieux de la manoeuvre était de lancer une enquête publique dès 2009…


- 2008-11-06

Le Figaro : "Le travail dominical divise encore la majorité"

L’OUVERTURE des magasins le dimanche pourrait être…débattue « courant décembre » à l’Assemblée nationale… Au sein du groupe UMP, les adversaires résolus du travail dominical commencent à évoluer, et ses partisans gagnent du terrain. Tous réclament « un texte et des règles claires »… Patrick Ollier, le président de la commission des affaires économiques, souhaite « des avancées dans les zones frontalières et touristiques »…


- 2008-11-03

Les Echos :"Paris pourrait avoir sa rocade ferroviaire dans dix ans"

Paris pourrait avoir son métropolitain de rocade, dit « métrosphérique », d’ici à dix ans. Pour peu que le chantier soit lancé dès l’année prochaine, estime Roger Karoutchi, ardent défenseur du projet. Président du groupe majorité présidentielle au Conseil régional d’Ile-de-France et secrétaire d’Etat chargé des relations avec le Parlement, il a rencontré récemment le président de la RATP, Pierre Mongin, avec lequel il semble être en phase sur le sujet…Techniquement, et pour gagner du temps, cette ligne utiliserait les mêmes rames automatiques sur pneumatiques que celles de la ligne 14 du métropolitain parisien et serait réalisée en 3 ou 4 lots répartis entre plusieurs entreprises. Sur le plan réglementaire, sa réalisation pourrait être accélérée dans le cadre des procédures dérogatoires prévues par les articles 13 et 45 du Grenelle de l’environnement. Enfin, tant Roger Karoutchi que Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-seine, maire de Rueil-Malmaison et président de la commission des affaires économiques à l’Assemblée nationale, sont très attachés à la réalisation rapide du projet dans son ensemble afin de lui donner toute sa cohérence…


- 2008-10-30

Le Figaro : "L’UMP assume le tournant économique"

Majorité : Les députés de droite font valoir que les emplois aidés ne sont qu’« une mesure conjoncturelle ». S’efforçant de rasséréner les électeurs de la majorité, Chantal Brunel, porte-parole de l’UMP et députée de Seine-et-Marne, a assuré que les emplois aidés constituent « une mesure conjoncturelle » en attendant la reprise de l’emploi. « À situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles, a plaidé le président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée, Patrick Ollier. Les contrats aidés vont servir de soupape de sécurité. »


- 2008-10-29

Le Figaro :"Face à la crise, l’État crée 100 000 emplois aidés supplémentaires"

Nicolas Sarkozy a dévoilé, hier à Rethel, le troisième volet de son plan d’action en faveur de l’économie.

« Ni interventionnisme, ni ultralibéralisme : le juste retour de l’État », approuve Patrick Ollier (UMP)…En effet, Nicolas Sarkozy n’a pas craint, face à l’ampleur de la crise, de créer 100 000 contrats aidés supplémentaires et d’étendre le contrat de transition professionnelle. Parallèlement, hier à Rethel, le chef de l’État a demandé aux parlementaires d’ouvrir « sans tabou » le dossier du travail le dimanche, et aux partenaires sociaux de permettre aux PME de recourir plus facilement aux CDD…


- 2008-10-28

AFP Infos Françaises : "Annonces de Sarkozy : réactions à l’Assemblée nationale"

PARIS - Réactions de députés à l’Assemblée au discours sur l’emploi du président Nicolas Sarkozy mardi à Rethel dans les Ardennes :…
- Patrick Ollier, président UMP de la commission des Affaires économiques : "à situation exceptionnelle, mesures exceptionnelles. Les contrats aidés vont servir de soupape de sécurité. Mais l’Etat ne suffit pas. Les régions doivent respecter leurs obligations et appliquer, avec autant de réactivité et de ténacité que notre président, les mesures qu’il vient d’annoncer" (communiqué)


- 2008- 10-28

Le Parisien : "La nouvelle communauté d’agglomération du Mont-Valérien est en voie de création."

Après le vote de principe effectué par les deux conseils municipaux la semaine dernière, l’union des communes de Rueil-Malmaison et de Suresnes sera officialisée le 15 décembre prochain…« Il n’y aura pas de fiscalité additionnelle pour les habitants, tient à rassurer le député-maire (UMP) de Rueil, Patrick Ollier, le but est au contraire de réaliser des économies d’échelle en mutualisant les moyens. »


- 2008-10-28

Reuters économiques : "Réactions aux mesures pour l’emploi annoncées par Sarkozy"

Voici des réactions aux mesures pour l’emploi annoncées mardi par Nicolas Sarkozy, dont la création de 100.000 emplois aidés supplémentaires et l’allègement des restrictions sur les contrats à durée déterminée…Patrick Ollier, président UMP de la commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale, dans un communiqué :

"Ni interventionnisme, ni ultra libéralisme : le juste retour de l’Etat."

"L’Etat, sous l’impulsion de Nicolas Sarkozy, se devait d’intervenir directement en faveur des emplois afin de limiter les effets sociaux de la crise. Il vient de le faire en annonçant une relance des contrats aidés qui vont servir de soupape de sécurité."


- 2008-10-27

Le Parisien / HAUTS DE SEINE : "Rueil-Malmaison : L’émotion des mamans diplômées en Français"

Ce vendredi soir, (les huits mères) viennent de recevoir des mains de Patrick Ollier, le député-maire UMP, le diplôme initial de langue française (DILF). Ces mamans d’origine étrangère, certaines vivant en France depuis plusieurs décennies, avaient de grosses lacunes pour dialoguer ou rédiger en français. Encouragées par les médiateurs de la commune et les bénévoles de l’Association culturelle et humaniste (ACH), elles ont suivi deux heures d’apprentissage hebdomadaire pendant six mois… Patrick Ollier voit dans cette initiative un bon moyen de favoriser l’adaptation des étrangers. « J’espère que de plus en plus de personnes vont suivre ces cours, déclare-t-il. Car parler notre langue constitue une condition essentielle pour bien s’intégrer et pour qu’on puisse se comprendre. »


- 2008-10-24

La Lettre A : "L’amendement EDF"

L’examen des articles 1 à 4 du projet de loi "Grenelle I" à l’Assemblée a été marqué par le vote d’une disposition qui satisfait EDF. L’article 4 fixe pour objectif une consommation d’énergie primaire inférieure à 50 kWh/m2/an pour toutes les constructions neuves dont le permis de construire sera déposé avant fin 2012. Mais un amendement présenté par Patrick Ollier, président UMP de la commission des affaires économiques, en association avec le rapporteur Christian Jacob, a introduit une notion de modulation de ce seuil, à partir d’un calcul des rejets de CO2 selon les types d’énergie utilisés. On neutralise là l’avantage que GDF aurait pu tirer du projet initial…


- 2008-10-24

Le Parisien / Hauts de Seine : "Rueil-Malmaison"

Demain matin Michèle Alliot-Marie, ministre de l’Intérieur, Elisabeth Gourevitch, vice-présidente du conseil régional, Patrick Devedjian, président du conseil général, Patrick Ollier, député-maire de Rueil-Malmaison, et Pierre de Bousquet, préfet des Hauts-de-Seine (visiteront le nouveau commissariat où ils seront accueillis par) le commissaire Bertrand Chamoulaud…


- 2008-10-23

Le Parisien.fr : interview de Patrick Ollier

Président de la Commission des affaires économiques, de l’environnement et du territoire à l’Assemblée nationale, maire de Rueil-Malmaison et député UMP des Hauts-de-Seine, Patrick Ollier se félicite que l’Etat retrouve son rôle de régulateur dans la crise financière qui secoue la France et le monde. Pour ce gaulliste, les pouvoirs publics ont les moyens "d’empêcher les dérives et les perversions du système capitaliste".

Le Parisien : "Le projet de loi de finances examiné par le parlement est-il réaliste compte-tenu des conséquences de la crise financière ?

Patrick Ollier. La crise financière mondiale a bien sûr un impact. Mais tel que le gouvernement présente le projet, il est raisonnable. D’autant qu’il a déjà été modifié et qu’il le sera encore au cours de la discussion pour l’adapter aux circonstances. Je fais partie de ceux qui pensent que nous avons les moyens de faire face à la crise et de ceux qui sont d’un optimisme raisonnable. Je ne veux pas tomber dans un pessimisme chronique. Le catastrophisme n’est pas dans ma nature.

Il est pourtant basé sur une prévision de 1% de croissance. Même Christine Lagarde n’y croit plus et parle d’une "situation très sérieuse" et d’une crise "appelée à durer".

Il faut tabler sur une croissance entre 0,5 et 0,8%. La crise n’est pas finie. Il faut donc tout mettre en oeuvre pour que le tissu économique soit revivifié. Les mesures d’aides sont de nature à apporter des garanties en crédit dont les entreprises ont besoin. Ce serait dramatique qu’une crise sociale s’ajoute à une crise financière et économique.

Acceptez-vous les critiques de la gauche et même de Dominique de Villepin affirmant que ce projet de budget est à jeter ?

Mais il n’est pas exclu qu’il y ait des lois de finances rectificatives ! Nous sommes dans une situation de crise, rien ne peut être établi à l’avance. Les critiques sont plus de l’ordre politicien que de l’ordre économique.

Alors 10,5 milliards d’euros injectés dans six banques françaises, n’est-ce pas difficile à comprendre pour les Français ? Ce n’est pas un cadeau qu’on leur fait ! Ce n’est pas une prise de capital. L’Etat y retrouvera son dû. Il y a quinze jours le gouvernement a pris des mesures pour débloquer 40 milliards d’euros afin d’apporter un soutien aux banques en cas de besoin. Aujourd’hui, six d’entre elles expriment le besoin d’avoir ce soutien. C’est un prêt qu’elles rembourseront à l’Etat avec des intérêts. L’Etat joue le rôle de banquier aux banquiers. L’objectif est de rétablir la confiance entre les banques pour qu’elles se prêtent à nouveau entre elles.

Avec ces milliards d’euros, difficile de respecter les critères de Maastricht ?

Je suis pour que l’on respecte au mieux les critères de Maastricht mais ces critères ne sont pas la table des lois à laquelle il ne faut jamais toucher. Aujourd’hui, il y a une crise provoquée par les USA et dont l’Europe est la victime, on ne peut pas rester les bras croisés en criant Maastricht, Maastricht !

Les socialistes vous ont-ils déçu en s’abstenant sur le plan de soutien aux banques ?

Nous sommes le dernier pays d’Europe où le PS est toujours coincé entre un complexe marxiste d’une vision de la société et une envie de social-démocratie ! C’est un peu triste.

Les impôts n’augmenteront-ils pas pour les Français ?

Il n’est question ni d’augmentation ni de baisse d’impôt dans le cadre du budget. Il est question de justice fiscale et d’assainissement du système capitaliste. Je suis gaulliste et je considère que l’Etat a un rôle à jouer. Nicolas Sarkozy s’inscrit aujourd’hui dans cette logique. Je me réjouis du retour de l’Etat, je l’ai toujours souhaité. Je regrette simplement qu’on ait attendu la crise pour le voir réapparaitre.

Un rôle de régulation pour l’Etat seulement. Ne doit-il pas renationaliser certains secteurs ?

Non. Mais il doit empêcher les dérives et les perversions du système capitaliste. Je ne souhaite pas le rétablissement du contrôle des changes mais l’Etat a les moyens d’éviter que certains aillent planquer leur argent dans les paradis fiscaux, il faut punir les responsables de ce genre d’évasion. Interdire aussi les parachutes dorés. Les Etats doivent se mettre autour de la table pour mettre un terme à ces excès et donner de nouvelles règles au capitalisme. En France, il faut aussi lutter contre les effets d’aubaine et les niches fiscales. Nous avons créé le bouclier fiscal ce n’est pas pour que certains profitent de manière inacceptable du système fiscal français. Je me réjouis de la pugnacité de Nicolas Sarkozy dans cette affaire.

Faut-il que banquiers et PDG aient une rémunération maximale ?

Il ne faut pas que ceux qui plantent les entreprises partent avec des parachutes dorés. La loi doit imposer cette mesure. Quant à la rémunération, elle doit être fonction de la performance et de la réussite. Je ne suis pas jaloux du salaire d’un grand patron qui réussit.

Pourquoi pas un grand plan de relance pour soutenir l’emploi et le pouvoir d’achat ?

Un plan de relance par l’investissement pour soutenir les entreprises, oui. Mais non à une relance par la consommation. C’est artificiel. Sur ce sujet nous aurons un débat avec la gauche.

Est-ce suffisant ? I Il ne faut pas se leurrer, le contrecoup de la crise mondiale sera rude. Il y a déjà des plans sociaux drastiques dans les multinationales qui touchent des entreprises situées en France.

Selon vous, le capitalisme était-il devenu fou ? Oui. Il faut assainir. Ce sont des excès insultants et scandaleux pour tout le monde, notamment les plus précaires. J’espère que la violence de la crise a fait prendre conscience à tous qu’il fallait réguler ce système.

Le Grenelle de l’Environnement vient d’être adopté à l’unanimité (ou presque) par les députés… Nous avons eu une démarche consensuelle pour construire un texte le mieux équilibré possible. Nous avons réussi. Des amendements de l’opposition ont été retenus. C’est une loi fondamentale. Elle est essentielle pour chacun, vous et moi. Les comportements vont devoir changer au quotidien au moment de son application. Et la crise financière n’aura pas d’impact sur cette loi car elle va permettre de générer des économies et de stabiliser l’emploi dans le bâtiment.

L’ "affaire" DSK, patron du FMI, révélée par la presse américaine, vous choque-t-elle ? Très sincèrement, ces mélanges de vie privée et vie publique sont exaspérants. Je trouve regrettable que l’on mette en exergue la vie privée. S’il a commis un abus de pouvoir, c’est une autre histoire, Il doit être sanctionné.

Dans 15 jours, c’est l’élection présidentielle aux Etats-Unis. Etes-vous plutôt Obama ou plutôt McCain ? J’ai mal vécu la présidence Bush. Mon sentiment personnel, c’est Obama. Il a assez d’énergie pour transformer l’état d’esprit ce cette vieille Amérique et en faire à nouveau un modèle vertueux, notamment en ce qui concerne l’écologie.

Que vous inspire la disparition de Soeur Emmanuelle ? C’est une perte pour l’humanité. Elle était un symbole de la lutte contre la pauvreté et la précarité. Elle a provoqué une prise de conscience. Après la présidence française de l’Union européenne, on évoque un remaniement ministériel. Etes-vous candidat à un portefeuille ? Personne ne m’a demandé de rentrer au gouvernement et je ne suis pas candidat. En plus, il est difficile d’avoir deux membres de la même famille (NDLR. Patrick Ollier est le compagnon de Michèle Alliot-Marie) dans un même gouvernement !


- 2008-10-23

AFP Infos Economiques : "Réactions de l’UMP au discours de Nicolas Sarkozy à Argonay"

PARIS - Voici des réactions de l’UMP au discours du président Nicolas Sarkozy jeudi à Argonay (Haute-Savoie) annonçant des mesures "exceptionnelles" de soutien à l’économie, notamment la création d’un fonds d’investissement souverain à la française pour les entreprises en difficulté.
- Patrick Ollier, président (UMP) de la Commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale : "Le dispositif de soutien aux PME que Nicolas Sarkozy vient d’annoncer est ambitieux et novateur (…) Ces nouvelles mesures confirment le retour de l’Etat et son rôle régulateur".


- 2008-10-22

Reuters :"Paris / logement"

- Le président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, Patrick Ollier (UMP), va déposer un amendement reprenant l’article de la loi sur le logement que le Sénat a rejeté mardi.

- 2008-10-22

Reuters économique : "en bref"

Le président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, Patrick Ollier (UMP), va déposer un amendement reprenant l’article de la loi sur le logement que le Sénat a rejeté mardi…


- 2008-10-22

Les Echos : "Les parlementaires de la majorité phosphorent en tout sens"

Jean-François Copé, président du groupe UMP à l’Assemblée, a créé hier quatre groupes de travail pour réfléchir aux moyens de soutenir la croissance et l’emploi. Et, déjà, les propositions des députés abondent …Patrick Ollier, le président de la commission des Affaires économiques, épingle lui aussi « une course à l’échalote », jugeant prioritaire de « mettre en oeuvre tout ce qui a déjà été décidé ou prévu ». Et de trancher : « La réflexion sereine, oui. L’agitation, non. »


- 2008-10-22

Boursier.com : "Le gouvernement veut reprendre la main sur le logement social"

Le Sénat, où la droite est très largement majoritaire, a supprimé en début de semaine une partie du texte qui visait à modifier la loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU). Dans le projet gouvernemental, l’article 17 prévoyait que les maires des communes de plus de 3.500 habitants puissent comptabiliser l’accession sociale à la propriété dans le quota de 20% de logements sociaux obligatoire. Mercredi, le président UMP de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, Patrick Ollier, a indiqué qu’il allait déposer un amendement reprenant l’article rejeté par les sénateurs. "Je ne vois pas comment on peut dire que l’accession sociale (…) est moins sociale que la location sociale", a-t-il dit à Reuters. L’élu UMP a appelé les parlementaires de la majorité à voter cet article de loi. "On doit stimuler les maires à construire des appartements dans un contexte de propriété. C’est un des crédos de la majorité", a-t-il dit…


- 2008-10-21

Le Figaro : "La crise impose à Borloo un triomphe discret"

Éclipsé par la crise financière, le débat sur la loi du ministre de l’Écologie a fait émerger un consensus à l’Assemblée nationale…Inquiet avant l’examen parlementaire, Jean-Louis Borloo n’a pratiquement pas quitté l’hémicycle, suivant avec vigilance l’évolution des débats en compagnie de ses secrétaires d’État, Nathalie Kosciusko-Morizet et Dominique Bussereau. Il s’est appuyé sur le président de la commission des affaires économiques, Patrick Ollier, et le rapporteur, Christian Jacob. « On a prouvé que la coproduction législative, ça marche », se réjouit celui-ci, ancien ministre de Jacques Chirac. « L’ambiance n’avait plus rien à voir avec celle qu’on a connue au moment de la loi OGM », constate Patrick Ollier qui regrette toutefois le manque de médiatisation des débats. La crise financière a en effet perturbé le plan média du ministre d’État.


- 2008-10-20

La Croix : "Les députés ont respecté l’esprit du Grenelle de l’environnement"

Jeudi en fin de journée, les députés avaient encore 1 000 amendements (sur 1 876) à examiner avant de pouvoir adopter en première lecture le projet de loi de mise en oeuvre du Grenelle de l’environnement. Mais le ministre Jean-Louis Borloo, chef d’orchestre du Grenelle, a formulé une obligation de résultat. Pour sortir de l’impasse, le groupe UMP a finalement retiré ses amendements et Patrick Ollier, président UMP de la commission des affaires économiques, a proposé de regrouper les amendements adoptés en commission pour concentrer les discussions. C’est à ce prix que les débats ont été clos… dans la nuit de vendredi à samedi. Ce week-end, l’heure était donc au soulagement. « Un très grand texte », a conclu Jean-Louis Borloo. Et dans cet exercice, Patrick Ollier et Christian Jacob, rapporteur du projet de loi, n’ont pas été en reste …« Le projet de loi est conforme au compromis du Grenelle, il est même parfois meilleur », reconnaît Arnaud Gossement, porte-parole du collectif d’associations France nature environnement (FNE).


- 2008-10-19

Le Monde.fr : "Les députés ont achevé l’examen du Grenelle de l’environnement"

Les députés ont terminé, dans la nuit de vendredi 17 à samedi 18 octobre, l’examen du projet de loi visant à donner une traduction législative aux engagements du Grenelle de l’environnement. L’Assemblée se prononcera mardi par un vote solennel sur l’ensemble …A également été retenu un amendement du président de la commission des affaires économiques, Patrick Ollier (UMP), qui prévoit la mise en place de schémas régionaux des énergies renouvelables. Il précise que ces schémas "auront en particulier vocation à déterminer des zones dans lequelles les parcs éoliens seront préférentiellement construits" et que "la concertation locale et le cadre règlementaire de l’éolien seront améliorés".


- 2008-10-18

Reuters économique : "L’Assemblée a achevé l’examen du Grenelle de l’environnement"

Les députés ont achevé dans la nuit de vendredi à samedi l’examen du projet de loi visant à donner une traduction législative aux engagements du Grenelle de l’environnement. Plusieurs dizaines d’amendements du gouvernement ou de la commission des Affaires économiques ont été retenus comme celui qui dispose que pour les nouvelles constructions, à partir de 2012, le seuil de 50 kwh par mètre carré et par an pourra être modulé pour les énergies présentant un "bilan avantageux" en ce qui concerne leur émission de gaz à effet de serre… Un amendement du président de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier (UMP), a également été retenu qui prévoit la mise en place de schémas régionaux des énergies renouvelables.


- 2008-10-18

AFP : "Grenelle de l’Environnement : les députés ont achevé l’examen du texte"

Les députés ont achevé tard dans la nuit de vendredi à samedi l’examen du projet de loi relatif au Grenelle de l’environnement, le vote solennel devant intervenir mardi après-midi. Peu après l’ouverture des débats, le 8 octobre, l’Assemblée a adopté l’amendement (au départ controversé) de Patrick Ollier (UMP) sur la consommation d’énergie des bâtiments neufs à compter de 2012 dans une version édulcorée, au -relatif- soulagement des associations écologistes qui jugeaient sa version initiale trop favorable à la filière nucléaire. Le texte stipule désormais que le seuil de 50 Kwh/m2/an d’énergie primaire pour les bâtiments neufs à compter de 2012, défini dans le projet gouvernemental, pourra être "modulé" pour les énergies qui présentent "un bilan avantageux" en termes d’émissions de gaz à effet de serre.


- 2008-10-18

Boursier.com : "L’Assemblée a achevé l’examen du Grenelle de l’environnement"

Les députés français ont achevé dans la nuit de vendredi à samedi l’examen du projet de loi visant à donner une traduction législative aux engagements du Grenelle de l’environnement. L’Assemblée se prononcera mardi par un vote solennel sur l’ensemble de ce texte présenté par Jean-Louis Borloo, ministre de l’Ecologie, et Nathalie Kosciusko-Morizet, secrétaire d’Etat. Plusieurs dizaines d’amendements du gouvernement ou de la commission des Affaires économiques ont été retenus comme celui qui dispose que pour les nouvelles constructions, à partir de 2012, le seuil de 50 kWh par mètre carré et par an pourra être modulé pour les énergies présentant un "bilan avantageux" en ce qui concerne leur émission de gaz à effet de serre. Un amendement du président de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier (UMP), a également été retenu qui prévoit la mise en place de schémas régionaux des énergies renouvelables …et précise que ces schémas "auront en particulier vocation à déterminer des zones dans lesquelles les parcs éoliens seront préférentiellement construits" et que "la concertation locale et le cadre règlementaire de l’éolien seront améliorés".


- 2008-10-17

NouvelObs.com : "L’examen du projet de loi sur Grenelle repoussé"

L’examen du projet de loi sur le Grenelle de l’environnement à l’Assemblée a été perturbé dans la nuit de jeudi au vendredi 17 octobre par l’heure tardive des débats, l’opposition souhaitant interrompre la séance pour la reprendre vendredi tandis que la majorité voulait continuer… Peu après 1h30 du matin, sachant que le texte sur le Grenelle doit impérativement céder la tribune de l’Assemblée lundi à l’examen du projet de Budget 2009, Patrick Ollier, le président UMP de la commission des Affaires économiques, a proposé une "rédaction globale" des amendements, afin de gagner du temps. Il s’agissait d’intégrer uniquement les modifications de l’opposition adoptées en commission et "même quelques unes en plus", selon Patrick Ollier. En revanche, tout les autres amendements, n’auraient pas été examinées. (Mais) ni les tentatives de compromis de Patrick Ollier, qui a incité l’opposition à faire "un petit effort", ni les interrogations du rapporteur UMP Christian Jacob qui s’est demandé s’il "n’y a pas un objectif caché que le Grenelle ne soit pas voté", n’y ont rien changé.


- 2008-10-17

Le Parisien : "Un amendement pour booster Métrophérique"

Un amendement proposé par Patrick Baudoin et Patrick Ollier, élus UMP du Val-de-Marne et des Hauts-de-Seine, pourrait donner un coup d’accélérateur décisif à Métrophérique, ce métro en rocade autour de Paris. Les deux édiles ont proposé à l’Etat de prendre la tête d’une structure de type établissement public d’aménagement, qui associerait région, départements, Epci et acteurs du transport (RATP, SNCF, Stif) et serait doté d’un statut dérogatoire, pour accélérer la réalisation du projet. Avec l’adoption de l’amendement, il serait possible au gouvernement de lancer l’enquête publique dès 2009. Enfin, la recherche de solutions de financement innovantes sont d’après eux indispensables (partenariat public-privé, grand emprunt national, voire international, péage urbain…).


- 2008-10-17

AFP-Journal Internet : "Assemblée : l’heure tardive perturbe le débat sur le Grenelle de l’environnement"

L’examen du projet de loi sur le Grenelle de l’environnement à l’Assemblée a été perturbé dans la nuit de jeudi à vendredi par l’heure tardive des débats, l’opposition souhaitant interrompre la séance pour la reprendre vendredi tandis que la majorité voulait continuer. …Patrick Ollier, le président UMP de la commission des Affaires économiques, a proposé une "rédaction globale" des amendements, afin de gagner du temps.Il s’agissait d’intégrer uniquement les modifications de l’opposition adoptées en commission et "même quelques unes en plus", selon M. Ollier.En revanche, tout les autres amendements, n’auraient pas été examinées.


- 2008-10-17

Le Parisien : "Un amendement pour booster Métrophérique"

Intervenant hier dans le cadre du Grenelle de l’environnement, Patrick Beaudouin, député-maire UMP de Saint-Mandé, et son collègue Patrick Ollier (Hauts-de-Seine) ont peut-être donné un coup d’accélérateur au projet Métrophérique. Ce transport en commun de type métro, espéré en 2020, réaliserait une rocade autour de la capitale. Or l’amendement adopté à l’Assemblée pourrait permettre au gouvernement de lancer une enquête publique dès 2009. Les deux édiles ont proposé à l’Etat de prendre la tête d’une structure de type établissement public d’aménagement, qui associerait collectivités territoriales (région, départements, EPCI) et acteurs du transport (RATP, SNCF, Stif) et serait doté d’un statut dérogatoire, pour accélérer la réalisation du projet. Enfin, la recherche de solutions de financement innovantes est, pour lui, indispensable, tels des partenariats public-privé, participation de l’Agence de financement des infrastructures de transport (Afit), grand emprunt national, voire international, sur une longue durée, prélèvement spécifique sur les produits de taxes induits par la nouvelle richesse économique et urbanistique créée…


- 2008-10-17

Reuters : "Vers la fin du marathon législatif sur le Grenelle"

Les députés s’apprêtent à achever dans la nuit de vendredi la traduction législative des engagements du Grenelle de l’environnement pour que la France soit en ordre de marche avant la réunion, lundi, des ministres des Vingt-Sept sur la lutte contre le réchauffement climatique.. Patrick Ollier (UMP), président de la commission des Affaires économiques, a ainsi proposé une "méthode" consistant à réécrire les articles du projet de loi afin de faire "tomber" de nombreux amendements afin d’accélérer le mouvement.


- 2009-10-16

Libération : "Projet Grenelle : bla-bla à l’Assemblée, peu d’avancées"

Le projet de loi sur le Grenelle de l’environnement sera-t-il voté dans les temps ? Hier, alors que chaque député s’épanchait sur les problèmes de sa circonscription concernant un tronçon d’autoroute ou une desserte ferroviaire, le président de la Commission des affaires économiques, Patrick Ollier (UMP), a rappelé ses collègues à l’ordre : « Je comprends que chacun ait envie de parler de son département. Mais nous sommes dans le cadre d’une loi d’orientation. Et nous ne finirons pas à temps si nous ne faisons pas des efforts. »…


- 2008-10-16

AFP Infos Economiques :"Grenelle Environnement : "l’éco-redevance" sur les poids lourds adoptée"

Les députés ont adopté le principe d’une "éco-redevance" sur les poids-lourds à partir de 2011 lors de l’examen du texte sur le Grenelle de l’Environnement, Point-clé du "Grenelle 1", cette éco-redevance "pourra être prélevée sur les poids lourds à compter de 2011"…Elle "aura notamment pour objet de financer les projets d’infrastructures de transport", ajoute l’amendement…Les députés ont souvent parlé longuement des problèmes de leur région en examinant le volet transport du texte, au risque d’allonger la durée des débats. "Si nous continuons, le texte ne sera pas adopté vendredi dans la nuit", a prévenu le président de la commission des Affaires économiques Patrick Ollier.M. Ollier a d’autant plus dramatisé la situation que le Grenelle de l’environnement doit impérativement céder la tribune de l’Assemblée lundi à l’examen du projet de Budget 2009…

— -

- 2008-10-16

Challenges.fr :"Grenelle de l’environnement : la taxe poids-lourds adoptée"

Au terme de débats très lents, les députés ont voté le principe de cette "éco-redevance" qui fait polémique…"Si nous continuons, le texte ne sera pas adopté vendredi dans la nuit", a renchéri le président de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier.


- 2008-10-16

Le Figaro : "La boîte à idées des députés UMP pour le prochain budget"

Le groupe majoritaire doit faire preuve d’imagination pour « limiter les effets du chômage » sans augmenter les dépenses de l’État. Laurent Hénart estime qu’il faut avant tout « favoriser les activités protégées de la concurrence internationale », dans les domaines du logement, de la santé ou des services à la personne. Comme Patrick Ollier, président de la commission des affaires économiques, le député de Meurthe-et-Moselle, secrétaire général du Parti radical valoisien, est favorable au « Grenelle de l’environnement » qui représente, selon eux, « un gisement d’activités économiques ».


- 2008-10-16

Boursier.com : "L’Assemblée vote pour 2.000 km de nouvelles voies TGV d’ici 2020"

Les députés français ont voté jeudi en faveur de la construction de 2.000 km de lignes ferroviaires nouvelles à grande vitesse d’ici à 2020 et d’une "éco-redevance" sur les poids lourds.

L’Assemblée a également voté, avec le soutien du gouvernement, un amendement de Patrick Ollier (UMP), président de la commission des Affaires économiques, qui prévoit la mise en place de schémas régionaux des énergies renouvelables.

Cet amendement, voté par l’UMP, le Nouveau centre, une partie des socialistes et les élus PC, dispose que ces schémas "auront en particulier vocation à déterminer des zones dans lesquelles les parcs éoliens seront préférentiellement construits", ce dossier étant sujet à controverse.

Il ajoute que "la concertation locale et le cadre règlementaire de l’éolien seront améliorés".


- 2009-10-15

AFP : "Grenelle : le rapporteur UMP désavoué sur un amendement"

L’Assemblée nationale a repoussé mercredi un amendement du rapporteur UMP du Grenelle de l’Environnement, Christian Jacob, qui voulait supprimer l’avis conforme des Architectes des bâtiments de France (ABF) quand un maire veut faire des travaux dans une zone urbaine protégée…Patrick Ollier (UMP) a alors déploré une confusion entretenue selon lui par M. Chassaigne et Jean-Claude Lenoir (UMP), qui s’était également opposé à l’amendement. Celui-ci ne concernait que les zones de protection du patrimoine architectural urbain et paysager (ZPPAU) et non l’ensemble des communes françaises, a fait valoir M. Ollier.


- 2008-10-15

AFP Infos Economiques : "Après le plan de sauvetage des banques, l’Assemblée reprend le Grenelle"

Les débats sur le Grenelle de l’environnement, retardés par l’examen en urgence du plan de sauvetage pour les banques, ont repris mercredi à l’Assemblée nationale, qui a déjà adopté plusieurs mesures significatives du projet de loi. L’amendement controversé de Patrick Ollier (UMP) sur la consommation d’énergie des bâtiments neufs à compter de 2012 a été adopté dans une version édulcorée, au -relatif- soulagement des associations écologistes qui jugeaient sa version initiale trop favorable à la filière nucléaire. Le texte stipule désormais que le seuil de 50 Kwh/m2/an d’énergie primaire pour les bâtiments neufs à compter de 2012, défini dans le projet gouvernemental, pourra être "modulé" pour les énergies qui présentent "un bilan avantageux" en termes d’émissions de gaz à effet de serre.
— -

- 2008-10-15

AFP : "Après le plan de sauvetage des banques, l’Assemblée reprend les débats sur le Grenelle"

Les débats sur le Grenelle de l’environnement, retardés par l’examen en urgence du plan de sauvetage pour les banques, ont repris mercredi à l’Assemblée nationale, qui a déjà adopté plusieurs mesures significatives du projet de loi. L’amendement controversé de Patrick Ollier (UMP) sur la consommation d’énergie des bâtiments neufs à compter de 2012 a été adopté dans une version édulcorée, au -relatif- soulagement des associations écologistes qui jugeaient sa version initiale trop favorable à la filière nucléaire.


- 2008-10-15

Boursorama " : L’examen du Grenelle de l’environnement traîne en longueur"

L’examen par les députés du projet de loi visant à donner une traduction législative aux engagements du Grenelle de l’environnement, qui s’est poursuivi mercredi, traîne en longueur. Le président de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier (UMP), a mis en garde ses collègues mercredi en leur rappelant qu’il restait encore plus d’un millier d’amendements à examiner. Seuls dix articles, sur la cinquantaine que compte ce texte, ont été débattus. Il a rappelé que si le rythme des débats ne s’accélérait pas, l’Assemblée devra siéger une partie du week-end pour achever l’examen de ce projet de loi ..

- 2008-10-13

Aujourd’hui en France : "Environnement : Deuxième round pour la loi Grenelle"

Le projet de loi qui met en application les mesures principales du Grenelle de l’environnement entame aujourd’hui sa deuxième semaine d’examen à l’Assemblée… Compromis sur le chauffage électrique. A 2 heures du matin vendredi, les députés ont fini par s’entendre sur un amendement de Patrick Ollier (UMP)… Le texte prévoyait de relever le plafond de consommation d’énergie des futurs bâtiments neufs, à condition qu’ils soient chauffés à l’électricité. L’argument de Patrick Ollier : en France, le chauffage électrique, c’est du chauffage au nucléaire (80 % de la production), une source d’énergie qui émet peu de gaz à effet de serre. Le texte finalement voté …prévoit de « moduler » le plafond de consommation en fonction de l’énergie utilisée.


- 2008-10-11

Le Monde : "Les députés de l’UMP « encadrent » le Grenelle"

Le projet de loi « Grenelle I » examiné à l’Assemblée nationale, depuis mercredi 8 octobre, réaffirme les « objectifs », les fameux « trois fois 20 » : 20 % de réduction des consommations d’énergie, 20 % de réduction des émissions de gaz à effet de serre, et 20 % d’énergies renouvelables dans la consommation d’énergie en 2020.

« Ce schéma général - la loi d’orientation et, ensuite, la loi d’application -, c’est nous qui l’avons demandé, affirme Patrick Ollier, le président (UMP) de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Nous avons aussi demandé qu’on écarte de ce texte les bonus-malus, surtout par voie d’ordonnance. »

…Le ministre de l’écologie a aussi dû consentir quelques inflexions par rapport au projet initial. « Il valait mieux, précise M. Ollier, parce que, sinon, il allait être battu en séance. J’ai fait comprendre au gouvernement qu’il n’y avait pas intérêt. » M. Borloo propose une lecture plus accommodante : « On est en train d’apprendre de nouveaux rapports entre l’exécutif et le législatif. Ce texte était en quelque sorte un texte de réglage. » Bref, tout va pour le mieux et ne peut encore aller qu’en s’améliorant.


- 2008-10-11

Aujourd’hui en France : "L’amendement Ollier sur la consommation d’énergie dans les bâtiments neufs a finalement été adopté hier."

L’amendement Ollier sur la consommation d’énergie dans les bâtiments neufs a finalement été adopté hier. Rédigé par le député (UMP) Patrick Ollier, ce texte permettra de relever le seuil de consommation de 50 kW/h par mètre carré et par an, prévu par la loi du Grenelle de l’environnement, à condition que l’énergie utilisée présente un « bilan avantageux » en termes d’émissions de gaz à effet de serre. L’électricité, produite à 80 % en France par les centrales nucléaires, sera ainsi comptabilisée, au grand dam des écologistes, qui dénoncent cette exception.


- 2008-10-10

La Croix : "Le Grenelle entame ses travaux pratiques."

Les discussions entamées mercredi soir à l’Assemblée nationale devraient durer une quinzaine de jours. …L’examen des 1 500 amendements à la cinquantaine d’articles du projet de loi a en effet débuté hier après-midi. …L’amendement dit Ollier, du nom du président de la commission des affaires économiques, qui proposait de substituer au seuil de performance énergétique des bâtiments de 50 kWh/m² un seuil établi en émissions de CO2, a d’emblée suscité une vive émotion parmi les acteurs du Grenelle, qui y ont vu une volonté de favoriser le chauffage électrique. L’amendement incriminé a finalement, avant même d’être soumis aux députés, fait l’objet d’un sous-amendement de la commission des affaires économiques.

En séance, Patrick Ollier s’en est à ce propos vertement pris à Yves Cochet, qui lui reprochait d’être le porte-parole du lobby nucléaire. Patrick Ollier a aussi ardemment défendu, dans la genèse du processus législatif, le fait que les lois Grenelle 1 et 2, loi d’orientation et loi d’application, soient totalement séparées, démarche qu’il a imposée contre la volonté gouvernementale.


- 2008-10-10

Libération : "La crise électrise la loi Grenelle 1"

Assemblée. Les députés se sont opposés sur le lien entre dégats écologiques et libéralisme.

Cette fois, on y est. Annoncé pour avril et plusieurs fois repoussé, le débat parlementaire sur la loi d’orientation mettant en oeuvre les 268 propositions du Grenelle de l’environnement a commencé mercredi à l’Assemblée nationale. Le premier volet en tout cas, dit « Grenelle 1 », puisqu’un second sera soumis à la représentation nationale, normalement d’ici la fin de l’année…Mais pas question pour la droite de se laisser enfermer dans le piège de la gauche en condamnant la société libérale. « Il ne s’agit pas de redéfinir la société », martèle Patrick Ollier, le président UMP de la commission des Affaires économiques.


- 2008-10-10

Challenges.fr : "Taxe carbone : Borloo refuse de s’engager sur un calendrier"

Grenelle de l’Environnement : Les députés ont adopté vendredi l’amendement controversé du député UMP Patrick Ollier sur la consommation d’énergie des bâtiments neufs à compter de 2012, mais dans une version modifiée.

Patrick Ollier estimait que le texte initial du gouvernement favorisait les filières thermiques (charbon, pétrole et gaz), fortement émettrices de gaz à effet de serre, par rapport à la filière électrique, qui est essentiellement d’origine nucléaire en France.

L’amendement adopté stipule que le seuil 50 Kwh/m2/an d’énergie primaire pour les bâtiments neufs à compter de 2012, définit dans le projet de loi "Grenelle 1", pourra être "modulé" pour les énergies qui présentent "un bilan avantageux" en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Il précise en outre que chaque filière énergétique devra réduire "très fortement" les exigences de consommation d’énergie définies par les réglementations auxquelles elle est assujettie.


- 2008-10-10

AFP Infos Françaises : "Grenelle 1 : relatif soulagement des écologistes sur le bâtiment"

Les associations écologistes ont exprimé vendredi un relatif soulagement après la modification dans la nuit d’un amendement du député UMP Patrick Ollier sur les bâtiments neufs qu’elles jugeaient trop favorable à la filière nucléaire. L’amendement adopté stipule que le seuil 50 Kwh/m2/an d’énergie primaire pour les bâtiments neufs à compter de 2012, défini dans le projet de loi "Grenelle 1", pourra être "modulé" pour les énergies qui présentent "un bilan avantageux" en termes d’émissions de gaz à effet de serre.

M. Ollier estimait que le texte initial du gouvernement favorisait les filières thermiques (charbon, pétrole et gaz) fortement émettrices de gaz à effet de serre, par rapport à la filière électrique, qui est essentiellement d’origine nucléaire en France.


- 2008-10-10

AFP : "Grenelle : l’amendement Ollier sur le bâtiment adopté après modification"

L’amendement controversé du député UMP Patrick Ollier sur la consommation d’énergie des bâtiments neufs à compter de 2012 a été adopté vendredi matin dans une version modifiée. L’amendement, adopté par 37 voix contre 22, peu après 02H00 du matin, a été rectifié en séance par rapport à sa version initiale. M. Ollier estimait que le texte initial du gouvernement favorisait les filières thermiques (charbon, pétrole et gaz), fortement émettrices de gaz à effet de serre, par rapport à la filière électrique, qui est essentiellement d’origine nucléaire en France. L’amendement adopté stipule que le seuil 50 Kwh/m2/an d’énergie primaire pour les bâtiments neufs à compter de 2012, définit dans le projet de loi "Grenelle 1", pourra être "modulé" pour les énergies qui présentent "un bilan avantageux" en termes d’émissions de gaz à effet de serre. Il précise en outre que chaque filière énergétique devra réduire "très fortement" les exigences de consommation d’énergie définies par les réglementations auxquelles elle est assujettie…En séance, M. Ollier a défendu un amendement fondé, selon lui, "uniquement sur le bon sens". "Moi, j’en ai assez des leçons qui me sont données par ceux qui utilisent un argument qui va à l’encontre même de l’objectif du Grenelle !", a-t-il tempêté.


- 2008-10-09

AFP :"Grenelle : Patrick Ollier "indigné" par des "attaques calomnieuses"

Le député UMP Patrick Ollier s’est dit jeudi "indigné" par les "attaques calomnieuses" dont il estime être l’objet au sujet de son amendement sur le projet de loi "Grenelle 1" concernant la consommation énergétique des bâtiments neufs. "Si nous avons déposé cet amendement, c’est parce que l’article, tel que le gouvernement l’a rédigé, ne tient compte que de la consommation d’énergie et favorise de manière excessive la filière thermique (charbon, pétrole et gaz, ndlr) par rapport aux autres", a-t-il déclaré à l’AFP dans les couloirs de l’Assemblée. "J’ai voulu rééquilibrer cet article pour ne privilégier aucune filière et faire prendre en compte la production de CO2, ce qui est l’objectif du Grenelle", a ajouté le président UMP de la commission des Affaires économiques. Un sous-amendement, instaurant des "seuils fixé par le gouvernement", devrait "édulcorer" cette disposition, selon M. Ollier…


- 2008-10-09

AFP :"Texte logement : suppression de l’article modifiant la loi SRU en commission"

La commission des Affaires économiques du Sénat a supprimé l’article 17 du projet de loi de Christine Boutin sur le logement qui modifie l’emblématique loi SRU obligeant les communes à avoir 20 % de logement sociaux… L’opposition de gauche et les centristes se sont vivement élevés contre cet article qui intègre les logements financés par les prêts accession à la propriété dans le décompte des 20% de logements locatifs sociaux. En avril 2008, le Sénat avait supprimé la même modification de la loi SRU, déjà à l’époque proposée par le biais d’un amendement du député Patrick Ollier (UMP) à un projet de loi Borloo sur le logement adopté par les députés de la majorité…


- 2008-10-09

Challenges.fr : "Les députés planchent sur le Grenelle de l’environnement"

Les députés ont entamé mercredi 8 octobre l’examen du projet de loi programme sur le Grenelle de l’environnement, traduction législative des 273 engagements pris il y a un an pour mettre la France à l’heure de la "révolution écologique". Le débat durera au moins jusqu’au 15 octobre…Alors que le débat houleux du début de l’année sur les OGM a laissé des traces, Jean-Louis Borloo a appelé les députés à situer cette discussion "à la bonne hauteur".Un appel destiné d’abord à la majorité, dont certains membres sont tentés de revenir sur les engagements du Grenelle. Les associations écologistes et les professionnels de l’isolation se sont ainsi inquiétés la semaine dernière d’un amendement du président UMP de la commission des Affaires économiques Patrick Ollier qui assouplit la norme limitant à 50 KWh/m2 la consommation énergétique des constructions neuves en 2012. Le seuil de 50 KWh/m2 "sera relevé à raison inverse des émissions de gaz à effet de serre générées par l’énergie utilisée", dit cet amendement adopté en commission. Selon les écologistes, cet amendement favorise l’énergie électrique d’origine nucléaire. "Pour apaiser toute polémique", Patrick Ollier a fait adopter mercredi en commission un sous-amendement précisant que "la réglementation fixera un seuil ambitieux de besoin maximal en énergie de chauffage des bâtiments". Il s’agit de "prendre en compte les nécessaires travaux d’isolation thermique", selon l’exposé des motifs du sous-amendement.


- 2008-10-09

AFP : "Les sénateurs centristes opposés à la modification de la loi SRU prévue par Mme Boutin"

Les sénateurs centristes ont annoncé jeudi qu’ils s’opposeraient à la modification de la loi SRU —qui oblige les communes à avoir 20% de logements sociaux— prévue dans le projet de loi sur le Logement qui vient en discussion au Sénat mardi…En avril 2008 le Sénat avait supprimé la même modification de la loi SRU, à l’époque proposée par le biais d’un amendement du député Patrick Ollier (UMP) à un projet de loi Borloo sur le logement.


- 2008-10-09

La Voix du Nord : "Le Grenelle : un travail de longue haleine"

Un an après les états généraux de l’environnement, le projet de loi Grenelle 1 est depuis hier entre les mains des députés…Les débats pourraient être âpres, alors que plusieurs centaines d’amendements ont été déposés Parmi les plus controversés, figure celui du député UMP Patrick Ollier, qui, s’il était adopté, modifierait la définition du seuil énergétique pour les constructions neuves, favorisant de fait les équipements de chauffage électrique.


- 2008-10-09

Charente Libre : "Grenelle de l’Environnement I"

Les débats pourraient être âpres, alors que plusieurs centaines d’amendements ont été déposées. Parmi les plus controversés, figure l’un de ceux déposés par Patrick Ollier (UMP), qui, s’il était adopté, modifierait la définition du seuil énergétique pour les constructions neuves, favorisant de fait les équipements de chauffage électrique.

- 2008-10-06

AFP :"Les sénateurs PS demandent le report du texte Boutin sur le logement"

Le groupe socialiste du Sénat a demandé lundi lors d’une conférence de presse le "report" du projet de loi "de mobilisation pour le logement et la lutte contre l’exclusion" de Christine Boutin, dont la discussion doit commencer le 14 octobre au Sénat. Le projet de loi prévoit la prise en compte de l’accession sociale à la propriété dans ces 20% imposés par la loi de Solidarité et de renouvellement urbain (SRU). "Mme Boutin pense-t-elle que les sénateurs vont se déjuger ?", a demandé M. Repentin, rappelant qu’en avril 2006, le Sénat avait supprimé cet élargissement de la loi SRU, déjà proposé par le biais d’un amendement du député Patrick Ollier (UMP) au projet de loi Borloo sur le logement…


- 2008-10-06

Reuters économique : "Le Grenelle de l’environnement à l’épreuve parlementaire"

Un an après le Grenelle de l’environnement, la "révolution verte" voulue par le gouvernement français subit cette semaine l’épreuve du feu parlementaire avec l’examen de la loi-cadre par les députés.

Un vote solennel des députés sur l’ensemble du texte est prévu le 15 ou le 16 octobre et le Sénat l’examinera à son tour en décembre. Un millier d’amendements ont été cependant déposés sur ce texte et des sujets de discorde surgissent déjà.

Le projet de loi a été adopté mardi dernier par la commission des Affaires économiques de l’Assemblée. La commission a adopté une centaine d’amendements dont un du rapporteur, Christian Jacob (UMP), qui prévoit de "garantir un strict équilibre entre les recettes et les dépenses" liées à la mise en place des différents dispositifs proposés par le texte. Un amendement de Patrick Ollier (UMP), le président de la commission des Affaires économiques, a suscité de vives réactions des associations et des industriels de l’isolation lui reprochant de favoriser le chauffage électrique dans les constructions neuves au détriment des éoliennes. Le texte du Grenelle prévoit de porter en 2020 à 10% la production d’électricité par les éoliennes mais des élus et habitants de villages de l’est de la France et de l’ouest et de Picardie dénoncent le "lobby éolien."


- 2008-10-06

Libération : "Les partisans du tout électrique s’attaquent à la loi Grenelle Energie."

C’est un de ces amendements qui pourraient rendre le débat sur la loi Grenelle électrique. des associations et collectifs… Promu par l’UMP Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques, l’amendement modifie substantiellement l’article 4 du projet de loi Grenelle 1 - dont la discussion à l’Assemblée doit démarrer demain -, concernant la réduction de consommation d’énergie dans le bâtiment, le secteur le plus consommateur d’énergie en France…


- 2004-10-04

Libération : "Les antiéoliens testent leur puissance"

Ils en ont fait du chemin, les opposants à l’éolien qui défilent ce samedi après-midi à Paris jusqu’au ministère de l’Ecologie, un an après leur première manifestation nationale. Avec la Fédération environnement durable, ils ont multiplié les sorties médiatiques et enregistré quelques soutiens politiques de poids, à commencer par celui de l’ex-président Valéry Giscard d’Estaing (Libération du 13 juin). Leur cible : l’objectif français d’atteindre 25 000 mégawatts en éolien en 2020, soit la construction d’environ 6 000 éoliennes. D’abord minimisée par les défenseurs de l’énergie verte, qui la renvoyaient à son côté folklorique, cette mobilisation commence à inquiéter…Car les antiéoliens ne parlent plus dans le vide. A l’Assemblée, le président UMP de la Commission des affaires économiques, Patrick Ollier, a assuré qu’il mettrait la question sur la table lors de la loi Grenelle 2 et il est loin d’être isolé dans son parti.


- 2008-10-03

Le Monde : "La croisade de Valéry Giscard d’Estaing contre l’essor « irresponsable » de l’éolien"

La croisade des anti-éoliens a trouvé une figure tutélaire qui les défend contre un vent mauvais : Valéry Giscard d’Estaing…Un Comité d’orientation stratégique présidé par VGE et chargé de régler son compte à l’éolien…regroupe quelques sénateurs puissants - Philippe Marini, rapporteur général du budget au Sénat, et Henri de Raincourt, président du groupe UMP. Il a l’oreille de Patrick Ollier, président de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale. Et des personnalités l’ont rejoint, comme Marcel Boiteux, patron d’EDF entre 1967 et 1987 et « père » du programme électronucléaire des années 1970-1980.


- 2008-10-03

Les Echos : "Grenelle : la polémique sur les questions énergétiques enfle"

Les industriels de l’isolation et les représentants des grandes régions françaises dénoncent l’amendement visant à modifier la définition du seuil énergétique. Le communiqué publié hier par les industriels de la construction comme Lafarge, Saint-Gobain, Isover ou Knauf, réunis au sein de l’association Isolons la terre contre le CO2, et les représentants des grandes régions françaises du collectif Effinergie est particulièrement virulent à l’encontre du président UMP de la commission des affaires économiques de l’Assemblée, Patrick Ollier. Il dénonce un amendement au projet de loi Grenelle de l’environnement accepté la semaine dernière par cette commission. Au coeur de la querelle, la manière de fixer l’objectif de performance des constructions neuves en termes de consommation d’énergie à 50 kilowattheures par mètre carré à partir de 2012. L’amendement ajoute l’idée que les énergies présentant un bilan avantageux en termes d’émission de gaz à effet de serre (c’est-à-dire le chauffage électrique) pourront bénéficier d’un seuil relevé…


- 2008-10-03

AFP : "Grenelle : les industriels de l’isolation dénoncent un amendement Ollier"

Les industriels de l’isolation s’insurgent contre un amendement au projet de loi Grenelle porté par Patrick Ollier, président UMP de la commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale, estimant qu’il favorisera le chauffage électrique dans les constructions neuves…


- 2008 -10-01

AFP :"Assemblée : plusieurs anciens Premiers ministres à l’ouverture de la session"

Plusieurs anciens Premiers ministres de la Ve République, dont Lionel Jospin, Dominique de Villepin et Jean-Pierre Raffarin, ont été invités dans l’hémicycle du Palais-Bourbon, mercredi, à l’ouverture de la session ordinaire du Parlement… Pour fêter le 50e anniversaire de la Ve République, le président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer (UMP) avait invité des personnalités afin "d’immortaliser ceux qui ont fait la Ve" en les photographiant parmi les députés… Parmi les invités, assis sur les bancs du gouvernement, figuraient les socialistes Pierre Mauroy, Premier ministre de François Mitterrand en 1981, Lionel Jospin et les UMP Dominique de Villepin et Jean-Pierre Raffarin. L’ancien président du Conseil Constitutionnel Robert Badinter et l’ancienne ministre Simone Veil qui fut aussi membre du Conseil constitutionnel avaient également pris place sur les bancs du gouvernement ainsi que le président sortant du Sénat Christian Poncelet (UMP), dont le successeur doit être élu mercredi, et Patrick Ollier (UMP), qui a présidé l’Assemblée nationale quelques mois après le départ de Jean-Louis Debré au Conseil constitutionnel en 2007.


- 2008-10-02

Libération : "Quand l’UMP refusait la régulation"

On l’a vu à Toulon la semaine dernière : la crise financière a transformé Nicolas Sarkozy en un adepte de la régulation du capitalisme. Hier, il s’est conformé à ce nouveau rôle en demandant à son gouvernement de légiférer sur les indemnités de départ des dirigeants….Et de préciser la réforme à faire passer : « Si les dirigeants ont des stock-options, les autres salariés doivent en avoir aussi ou à défaut bénéficier d’un système d’intéressement. » Mais la droite avait choisi de botter en touche sur la question du lien entre intéressement et stock-options. « Nous pourrions créer une mission d’information… », avait lâché Patrick Ollier, alors rapporteur de la loi.


- 2008-10-02

L’Humanité : La Ve République abonnée à Paris Match

Pour le 50e anniversaire de la Ve République, plusieurs anciens premiers ministres du demi-siècle écoulé étaient invités, hier, par le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP), pour une photo souvenir dans l’hémicycle du Palais-Bourbon. On a pu ainsi revoir…Pierre Mauroy, Lionel Jospin, Jean-Pierre Raffarin et Dominique de Villepin, assis parmi les députés actuels. Choisis parmi ceux qui « avaient fait la Ve République », les anciens ministres Robert Badinter et Simone Veil, le président sortant du Sénat Christian Poncelet ou encore Patrick Ollier, éphémère président del’Assemblée nationale


- 2009-09-30

Les Echos : "Environnement : le principe de neutralité fiscale bientôt ajouté au projet de loi Grenelle de l’environnement"

La tension monte une semaine avant le passage en première lecture, mardi, du projet de loi Grenelle de l’environnement à l’Assemblée nationale. La commission des Affaires économiques doit examiner aujourd’hui la deuxième partie du projet de loi de programme…Les députés auront-ils la volonté de réformer en profondeur le texte ? La semaine dernière, pas moins de 600 amendements ont été présentés. Au cours de la discussion en commission du titre premier sur la lutte contre le changement climatique, un amendement a ainsi été adopté visant à introduire un principe de neutralité fiscale. Il prévoit que l’Etat « veille à ce que les ressources fiscales ou non fiscales liées à la mise en oeuvre de la présente loi soient affectés à la réalisation des objectifs ».

…Sur proposition de Patrick Ollier et de Serge Poignant, la commission a également accepté une modification de la manière dont on va fixer l’objectif de 50 kilowattheures par mètre carré et par an appliqué aux bâtiments neufs. Objectif : « ne pas privilégier une énergie par rapport à une autre », précise l’amendement adopté, avant d’ajouter que « pour les énergies qui présentent un bilan avantageux en termes d’émission de gaz à effet de serre, ce seuil soit relevé ». Une manière d’avantager les promoteurs ayant recours pour leurs projets de construction au chauffage électrique. Ils seraient alors autorisés à moins isoler leurs maisons…


- 2009-09-29

Les Echos : "Mise en place de la Commission pour le développement de La Poste"

Le gouvernement a dévoilé vendredi la liste des membres de la Commission pour le développement de La Poste, chargée par Nicolas Sarkozy d’identifier les « forces et faiblesses » de cette dernière à l’approche de l’ouverture complète du secteur à la concurrence au 1er janvier 2011… Parmi ses 24 membres figurent des représentants de l’Etat, du monde syndical, de La Poste et des personnalités qualifiées, notamment l’ancien directeur général d’EDF François Ailleret, l’économiste Elie Cohen, le président de la Commission supérieure du service public de La Poste et des communications électroniques Pierre Hérisson, et le président de la Commission des affaires économiques de l’Assemblée Patrick Ollier.


- 2009-09-27

Le Monde :"la commission sur l’avenir de La Poste est en place"

La commission " Ailleret", chargée de faire des propositions sur l’avenir de La Poste d’ici le 30 novembre, devait se réunir pour la première fois vendredi 25 septembre.

Le gouvernement en a parachevé la composition…Elle comporte 23 membres - 6 personnalités qualifiées, 6 élus, 6 syndicalistes et 5 représentants de l’Etat et de La Poste - parmi lesquels le président de la Commission des affaires économiques de l’Assemblée nationale Patrick Ollier, le président de la Commission supérieure du service public des postes et des communications électroniques (CSSPPCE) Pierre Hérisson, le directeur général de l’Agence des participations de l’Etat (APE) Bruno Bézard et l’économiste Elie Cohen.

L’installation de cette instance traduit la volonté du chef de l’Etat Nicolas Sarkozy d’ouvrir le débat sur l’évolution de La Poste, dans la perspective de la libéralisation du marché du courrier, en 2011.


- 2009-09-26

Boursorama : "le gouvernement dévoile la liste des membres de la Commission pour le développement de La Poste"

Le gouvernement a dévoilé vendredi la liste des membres de la Commission pour le développement de La Poste, chargée par Nicolas d’identifier les "forces et faiblesses" de cette dernière à l’approche de l’ouverture complète du secteur à la concurrence au 1er janvier 2011. La commission doit remettre ses conclusions au gouvernement fin novembre, alors que la direction de l’établissement public souhaite ouvrir le capital et transformer son statut en société anonyme.

Parmi ses 24 membres figurent six personnalités qualifiées, six élus, six représentants des organisations syndicales représentatives de La Poste, trois représentants de l’Etat et trois représentants de La Poste. Elle est présidée par l’ancien directeur général d’EDF François Ailleret, qui siégera comme personnalité qualifiée aux côtés notamment de Reine-Claude Mader, présidente de la Confédération de la consommation, du logement et du cadre de vie (CLCV).

Parmi les élus, on retrouve les président et vice-président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée Nationale, Patrick Ollier et Jean Dionis du Séjour, le député communiste Daniel Paul, opposé à toute ouverture de capital, alors qu’un parlementaire socialiste doit être désigné par son parti.

- 2009-09-25

Les echos.fr : "Participation : l’Assemblée nationale étend le dispositif aux entreprises publiques" ?"

Les salariés des sociétés détenues à plus de 50% par l’Etat, quel que soit leur statut, bénéficieront du dispositif de participation. La liste des entreprises concernées sera fixée par décret.

L’Assemblée nationale a ajouté mercredi soir une disposition au projet de loi sur les revenus du travail visant à étendre le dispositif de participation aux salariés d’entreprises publiques, notamment la SNCF.

La liste des établissements publics de l’Etat à caractère industriels et commercial concernés sera fixée par un décret en Conseil d’Etat, précise l’amendement voté à l’instigation du président de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier (UMP).


- 2009-09-25

Challenges.fr : "la participation étendue à la SNCF ?"

L’Assemblée nationale a ajouté, mercredi 24 septembre au soir, une disposition au projet de loi sur les revenus du travail visant à étendre le dispositif de participation aux salariés d’entreprises publiques, notamment la SNCF.

La liste des établissements publics de l’Etat à caractère industriels et commercial concernés sera fixée par un décret en Conseil d’Etat, précise l’amendement voté à l’instigation du président de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier (UMP)…


- 2009-09-24

AFP Infos Economiques : "L’Assemblée nationale étend le dispositif de participation à la SNCF"

L’Assemblée nationale a ajouté mercredi soir une disposition au projet de loi sur les revenus du travail visant à étendre le dispositif de participation aux salariés d’entreprises publiques, notamment la SNCF. La liste des établissements publics de l’Etat à caractère industriel et commercial concernés sera fixé par un décret en Conseil d’Etat, précise l’amendement voté à l’instigation du président de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier (UMP).


- 2009-09-23

Le Parisien : "Ceux qui iront à Toulon"

Plusieurs milliers de cartons d’invitation ont été envoyés pour le discours économique de Nicolas Sarkozy au Zénith de Toulon, qui peut accueillir 4 000 personnes… Les présidents des commissions économiques de l’Assemblée et du Sénat (dont le PS Didier Migaud et les UMP Pierre Méhaignerie ou Patrick Ollier) ont aussi été invités par l’Elysée…


- 2008-09-20

AFP : Ollier (UMP) : l’action militaire est "incontournable" en Afghanistan

Le président UMP de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, Patrick Ollier, a estimé samedi que l’action militaire "est incontournable" en Afghanistan, même s’il faut aussi "tarir" les autres moyens susceptibles de renforcer les talibans. "Dans cette guerre qui ne dit pas son nom, l’action militaire est incontournable même s’il faut aussi s’efforcer de tarir tous les autres moyens susceptibles de renforcer les talibans", affirme M. Ollier dans un communiqué. A la veille du vote au Parlement lundi sur le maintien ou non des forces armées françaises en Afghanistan, M. Ollier a considéré que le "oui" à la présence des troupes françaises dans ce pays est nécessaire". "Le terrorisme en Occident prend sa source dans les troupes de Talibans formées dans des zones tribales du Pakistan" et "nous devons aider l’Afghanistan à résister afin qu’il ne devienne pas la base arrière du djihadisme", a estimé M. Ollier. "C’est notre devoir mais aussi notre intérêt si nous voulons stopper la prolifération du terrorisme en Occident".


- 2008- 09- 19

AFP Infos Economiques :"Métrophérique /Arc Express : Karoutchi évoque une réalisation dans les 10 ans"

Le chef de file de l’opposition au conseil régional d’Ile-de-France Roger Karoutchi (UMP) s’est prononcé vendredi pour un bouclage complet du projet de rocade ferroviaire autour de Paris Métrophérique-Arc Express et évoqué son achèvement "dans les 10 ans". "Si on démarre les études et la procédure de débat public dès 2009, on peut imaginer un Métrophérique complet en gros terminé dans les 10 ans qui viennent", a affirmé M. Karoutchi, après un entretien avec le président de la RATP Pierre Mongin.

…Ne faire que deux tronçons dans le Val-de-Marne et en Seine-Saint-Denis au lieu d’une boucle complète serait "une absurdité", a-t-il dit, au côté du président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale Patrick Ollier, élu de l’ouest de Paris… Pour que Métrophérique soit achevé en "2019 ou 2020", il plaide pour des mesures "dérogatoires" dans la loi sur le Grenelle de l’environnement et "la loi cadre qui concernera l’Ile-de-France à l’automne 2009". M. Ollier va réunir une "table ronde".


- 2008-09-18

Les Echos : " Participation : le gouvernement veut développer la participation dans les entreprises publiques."

Patrick Ollier (UMP) va déposer un amendement au projet de loi en faveur du travail imposant aux entreprises publiques de verser une participation à leurs salariés. Le gouvernement pourrait donner son accord…

Jusqu’ici imposée dans un nombre restreint d’établissements publics de l’Etat à caractère industriel et commercial (Epic), la participation pourrait devenir obligatoire dans toutes les entreprises publiques. Patrick Ollier (UMP), président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, souhaite introduire un amendement en ce sens dans le projet de loi en faveur des revenus du travail, examiné par les députés mardi et mercredi prochains. Il affirme avoir le soutien du gouvernement sur ce point…Selon l’amendement, contrairement aux entreprises privées, une formule obligatoire de calcul ne leur serait a priori pas imposée, mais chaque entreprise négocierait, avec l’Etat, les modalités de calcul et d’octroi de la participation…


- 2008-09-18

Les Echos : " Fiscalité : Extension du bonus-malus écologique : le gouvernement renonce aux ordonnances"

Face à la grogne de la majorité, le ministre du Développement durable, Jean-Louis Borloo, a annoncé hier aux députés que l’extension du dispositif du bonus- malus auto ne se ferait pas par ordonnance.

A l’occasion de son audition devant la commission des Affaires économiques et de l’Environnement de l’Assemblée nationale, le ministre du Développement durable a renoncé à étendre le dispositif du bonus-malus à de nouveaux produits par ordonnance, comme il souhaitait le faire (« Les Echos » du 10 septembre). « Il n’y aura pas d’ordonnance. Il faudra imaginer avec le Parlement un moyen néanmoins d’aller vite », a déclaré Jean-Louis Borloo…

…Bon nombre de députés s’étaient aussi montrés hostiles au principe du recours par ordonnance au moment où le gouvernement veut revaloriser le rôle du Parlement. « Quand le bruit a couru sur le recours aux ordonnances, nous avons fait part de notre désaccord », a martelé le président de la commission, Patrick Ollier (UMP).


- 2008-09-18

Libération : "instantané"

Après l’annonce d’une taxe de 1,1 % sur les revenus du capital pour financer le RSA, les nombreuses rumeurs de bonus-malus et autres impôts écolos exaspèrent de nombreux parlementaires de l’UMP - à commencer par le président du groupe à l’Assemblée, Jean-François Copé - et du Nouveau Centre. ..De fait, c’est surtout la multiplication des annonces dans les médias ces dernières semaines qui a agacé les élus UMP. « Il faut une plus grande lisibilité sur l’ensemble de ces taxes, réclamait hier Patrick Ollier, président de la commission des affaires économique. Il ne faut pas tomber dans la prolifération de bonus-malus qui touchent tous les actes de la vie quotidienne. »


- 2008-09-17

AFP : " Electricité : pas question de toucher aux tarifs d’achat de l’éolien (Borloo)"

"Il n’est pas question en l’état de modifier le prix de rachat. La question n’est pas posée", a déclaré Jean-Louis Borloo devant la Commission des Affaires économiques et de l’environnement de l’Assemblée nationale.

Le président de la Commission, Patrick Ollier (UMP), avait demandé "des précisions" sur le coût des éoliennes suite au rapport critique de l’Institut Montaigne publié cet été.

Selon l’étude de ce cercle de réflexion (réunissant universitaires et dirigeants d’entreprise), le développement de l’éolien en France suivant les objectifs du Grenelle de l’environnement -25.000 mégawatts en 2020- induirait un surcoût pour la collectivité d’un milliard d’euros par an entre 2008 et 2020.

M. Ollier et plusieurs députés de son groupe, qui entendaient M. Borloo sur le projet de loi Grenelle 1, se sont inquiétés que le texte puisse "avantager une forme d’énergie sur une autre".


- 2008-09-09

Le Parisien / Hauts-de-Seine : "Sécurité : Levallois et Rueil dégainent le Taser"

Grâce à un décret publié aujourd’hui au « Journal officiel », Levallois et Rueil vont pouvoir équiper leur police municipale du pistolet électrique .

« Cette arme dispose d’une caméra : la moindre utilisation est filmée. On protège donc aussi les libertés individuelles », insiste le maire de Levallois, Patrick Balkany. Et puis, « tous ceux qui en seront dotés, les unités les plus exposées, auront testé le Taser sur eux avant ».

La ville de Rueil-Malmaison a également décidé de s’équiper du pistolet électrique. La demande d’autorisation sera faite « très rapidement », assure Denis Gabriel, adjoint au maire de Rueil-Malmaison, une ville où la Police Municipale compte une soixantaine de membres. Et l’adjoint de Patrick Ollier d’ajouter : « Face à des gens déterminés ou dans un état second, c’est intéressant d’avoir un Taser pour pouvoir les immobiliser. Surtout si, médicalement, il n’y a pas de danger pour l’individu. » Mais à Rueil, pas question d’armement : « Chacun son rôle, chacun sa mission, conclut Denis Gabriel. La police municipale, ce sont les patrouilles et le contact avec la population, elle n’intervient qu’en renfort de la police nationale, et à sa demande. »


- 2008-09-05

Le Parisien / Hauts-de-Seine : "Rueil-Malmaison : le mur de la discorde remplacé par une grille"

Après conflits estivaux, place aux explications. Hier… Patrick Ollier, le maire (UMP) de Rueil, a tenu à faire le point sur le « mur de la discorde », qui a défrayé la chronique cet été. « J’aime la Fouilleuse et les gens qui y habitent. Je me sens insulté quand on dit que je souhaite y construire un ghetto », a entamé l’édile. Les habitants de la cité s’étaient indignés de la construction d’une palissade grise en béton de près de 4 m de haut entre leurs habitations et l’avenue de la Fouilleuse. « On est en plein travaux, il faut attendre qu’on ait fini », a poursuivi le maire, qui a présenté aux habitants le projet de « mur » … devenu entre-temps un muret de 30 cm rehaussé d’une grille laissant entrevoir la rue. Agrémentée de végétaux, la grille permettra de « résidentialiser » le quartier de la Fouilleuse.


- 2008-09-03

AFP : "Polémique autour d’un mur de soutènement à Rueil"

La construction d’un mur de soutènement autour de la cité du Clos des Terres Rouges à Reuil-Malmaison (Hauts-de-Seine), provoque une controverse, certains habitants parlant de "ghettoisation". Ce mur fait partie du projet de réaménagement urbain du quartier, décidé en 2004, et géré par la ville et le bailleur social" France Habitation" :"Il s’agit de transformer un grand ensemble en six petites résidences avec chacune un fonctionnement propre", explique arie-Claude Diratzouyan, directrice de la clientèle chez France Habitation…Selon un porte-parole du maire (UMP) de Reuil-Malamison, Patrick Ollier, "il est dommage de réduire la rénovation du quartier à ce mur. Certians créent des problèmes là où il n’y en a pas…"Nous restons prudents, mais ce mur ne semble pas effrayer les habitants", a affirmé à l’AFP Bertrand Rocheron, opposant PS…


- 2008-08-11

Le Parisien / Hauts-de-Seine : "Les riverains dénoncent les nuisances du Bourget"

Le succès de l’aéroport du bourget ne fait pas que des heureux. Les habitants des villes survolées dans les Hauts-de-Seine réclament des mesures…C’est de Rueil-Malmaison que la fronde est lancée.Bien que relativement éloignée du 93, la ville subit les répercussions du trafic aérien…Gérard Sorin, membre de l’association "Rueil d’abord, Rueil futur", a adressé une note au début d e l’été aux secrétaires d’Etat Dominique Bussereau et Nathalie Kosciusko-morizet, aux députés patrick ollier et frédéric Lefèvre, au sénateur Jacques Gautier ainsi qu’au président du Conseil Général, Patrick Devedjian…


- 2008-07-24

Le Journal de Saône et Loire : "La vie des parlementaires"

Jean-Paul Emorine, président de la commission des Affaires économiques du Sénat et Patrick ollier, son homonyme à l’Assemblée nationale, viennent d’organiser à l’Assemblée une rencontre interparlementaire européenne des présidents des commissions parlementaires en charge des transports et du développement durable dans le cadre de la présidence française…Jean-paul Emorine et Patrick ollier ses sont prononcés en faveur d’une politique du transport durable et équlibrée, prenant en compte l’impératif de réduction de gaz à effet de serre. Ils ont plaidé pour l’aboutissement rapide de la révision de la directive euro-vignette en vue d’une internationalisation des coûts externes dans le secteur du transport routier : "Il faut pouvoir trouver un juste équilibre entre la nécessaire prise en compte des impératifs environnementaux et le maintien de la compétitivité des entrprises européennes", ont-ils rappelé…


- 2008-07-18

Le Figaro économie : "Modernisation de l’économie : la loi finalisée"

Les sept députés et les sept sénateurs se sont mis d’accord hier en commission mixte paritaire (CMP) sur la dernière version de la loi de modernisation de l’économie. A Matignon, on se félicite que les travaux parlementaires aient permis de "valider et sur de nombreux points d’enrichir le projet gouvernemental initial" et qu’aucun des grands volets n’ait été "remis en cause ou affaibli" : "c’est incontestablement une victoire", estime patrick ollier, président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, qui reconnaît lui-même avoir eu une "petite appréhension" avant de rentrer en CMP…


- 2008-07-17

Les Echos : "Accord politique en vue sur l’urbanisme commercial entre députés et sénateurs"

…Finalement, la loi de modernisation de l’économie (LME) va acter le principe d’un texte supplémentaire sur l’urbanisme commercial dans un délai de six mois. C’est le sujet principal auquel s’attelle ce matin la commission mixte paritaire (CMP), composée de sept sénateurs et de sept députés, dont le rôle est d’harmoniser les versions de la LME votées par l’Assemblée nationale et par le Sénat. Preuve de l’importance donnée à cette réunion, plusieurs grosses pointures doivent y participer, parmi lesquelles les députés Patrick Ollier et Jean-Paul Charié, respectivement président de la commission des Affaires économiques de l’assemblée er rapporteur de la LME, ainsi que le sénateur Gérard Larcher, président de la commission sénatoriale constituée spécialement pour ce texte.


- 2008-07-16

AFP : "Implantation des grandes surfaces : vers un compromis"

La question de la liberté d’implantation des nouvelles grandes surfaces dans les villes et de la réduction des délais de paiement entre entrprises devrait faire l’objet d’un compromis jeudi entre sénateur et députés. Sept sénateurs et sept déutés vont en effet se réunir en commission mixte paritaire (CMP) pour une rédaction définitive du projet de loide modernisation del’économie (LME)…Participent à cette réunion Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, Gérard Larcher, président de la commission ad hoc du Sénat…

— -

- 2008-07-11

Le Figaro Magazine : "Coulisses politiques : Le groupe de travail de Chatel"

Luc chatel, secrétaire d’Etat chargé de l’Industrie et de la Consommation, réunira mercredi prochain des parlementaires de toutes les sensiblités, parmi lesquels le centriste Jean Arthuis, l’UMP Patrick Ollier et le socialiste Didier Migaud, pour parvenir à une rédaction commune d’un texte sur les actions de groupe "class actions". Ce dispositif doit être intégré à la lo sur la dépénalisation des Affaires, présentée par Rachida dati à l’automne.


- 2008-07-11

Libération : "La version Boutin de la loi SRU très critiquée"

…La décision de Christine Boutin de modifier la loi SRU qui oblige toutes les communes à atteindre un quota de 20% de logements sociaux suscite des réactions…Mais il est vrai qu’en huit ans, par deux fois l’UMP a tenté de modifier le quota des 20% avant de renoncer. En 2002 puis en 2006, à l’occasion de l’examen de la loi Engagement national pour le logement (ENL) de Jean-Louis Borloo. A l’époque, deux deputés, Gérard Hamel et Patrick Ollier, avaient glissé un amendement pour compter dans les 20% les logements en accession sociale à la propriété…


- 2008-07-10

Le Monde : logement social : le Gouvernement revient à la charge pour assouplir les critères de la loi SRU"

Huit ans après son adoption, la loi "Solidarité et renouvellement urbain" (SRU) est, une nouvelle fois, remise en question par la droite. Le gouvernement souhaite modifier l’une des dispositions emblématiques de ce texte qui oblige 730 communes à atteindre la quota de 20% de logments sociaux en vingt ans….Les changements anvisager visent à assimiler à du logement social certaines habitations vendues à des familles modestes…Le but de Mme Boutin est de favoriser l’accession sociale et de participer à la construction d’une "france de propriétaires", chère à Monsieur Sarkozy. En 2006, les députés UMP Gérard hamel et Patrick ollier avaient proposé une mesure similaire, à travers un amendement à la loi "Engagement national pour le logement". Mais leur démarche avait été critiqu&ée par la gauche, les associations et le mouvement HLM ; Finalement, MM. Hamel et Ollier avaient retiré leurs amendements…


- 2008-07-10

Le Figaro : "L’UMP tonne contre l’ex-candidat à la présidentielle"

En établissant, mardi soir su "France 2" un "rapport" entre la seconde "mise à sac" de son appartement et ce qu’elle a appelé "la mainmise deu clan Sarkozy sur la france", Ségolène royal a provoqué une vague de "révolte" dans la majorité…Patrick ollier, qui préside la commission des Affaires économiques à l’Assemblée nationale, a parlé de propos "fôlant la diffamation"…


- 2008-06-30

News Press : Commission des Affaires économiques : audition ouverte à la presse de M. Jean-Pierre Jouyet"

La commission des Affaires économiques, de l’Environnement et du Territoire, présidée par Patrick Ollier, (UMP, Hauts-de-Seine), procédera à l’audition, ouverte à la presse, de M. Jean-Pierre Jouyet, secrétaire d’État chargé des Affaires européennes le mercredi 2 juillet 2008 à 18h15…


- 2008-06-25

AFP : "Ollier, (UMP), veut trouver un cadre législatif pour la participation"-

Le président UMP de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationale, Patrick Ollier, a annoncé mercredi qu’il allait faire des propositions pour trouver un cadre législatif afin que la SNCF puisse bénéficier du système de participation pour ses salariés :"la SNCF doit bé,éficier d’un système de participation afin que les cheminots puissent profiter des résultats de l’entreprise", a déclaré M. Ollier dans un communiqué à l’issue du Conseil d’administration de la SNCF, dont il est administrateur…"La session parlementaire doit être l’occasion de faire des propositions sur ce point pour apporter un progrès …". Son entourage a précisé" à l’AFP que M. Ollier ferait des propositions soit en déposant des amendements sur ce sujet dans le cadre du futur projet de loi sur la participation annoncé par M. Sarkozy, soit par l’intermédiaire d’une proposition de loi.


- 2008-06-21

Le Figaro :" Coulisses politiques : Patrick Ollier le "Démineur"-

Les députés de l’UMP ont surnommé Patrick Ollier le "Démineur".C’est en partie grâce aux amendements du président de la commission des Affaires économiques que le projet de loi de modernisation de l’économie a pu passer sans encombre à l’Assemblée..Il a d’ailleurs reçu les félicitations de l’Élysée, de Matignon et de Bercy.


- 2008-06-14

Le Parisien- Hauts-de-Seine- : "METROPOLE. Grand Paris : le 92 ne veut plus faire bande à part -

La Droite des Hauts-de-Seine a-t-elle changé d’avis ? En tout cas, elle n’est plus hostile à toute discussion avec ses voisins sur le Grand Paris. Ce virage sera flagrant mercredi puisque la droite départementale viendra en force aux assises de la conférence métropolitaine, structure initiée par Bertrand Delanoë pour réfléchir aux enjeux du Grand Paris. On attend Roger Karoutchi, leader des élus de droite à la région, Patrick Ollier, député-maire de Rueil, sans doute Pierre-Christophe Baguet, maire de Boulogne et surtout Jean Sarkozy, tout nouveau conseiller général des Hauts-de-Seine et patron des élus de la majorité UMP-Nouveau Centre. Redistribuer « le magot de La Défense » Une présence qui sera d’autant plus remarquée que les élus UMP brillaient jusqu’à présent par leur absence. « Il faut se rappeler qu’au début, la conférence métropolitaine était lancée par le maire de Paris avec 95 % d’élus de gauche et comme credo : donnez-nous la taxe professionnelle des Hauts-de-Seine ! En oubliant, d’ailleurs, que Paris est plus riche que le 92 », lance ainsi François Kosciusko-Morizet, vice-président du conseil général des Hauts-de-Seine et représentant du président Patrick Devedjian aux réunions du Grand Paris. Mais les mentalités semblent évoluer. Ainsi, Patrick Ollier estime que « c’est une bonne démarche d’aller dialoguer avec nos partenaires des départements voisins et de Paris. Je regrette d’ailleurs que nous n’ayons pas été présents plus tôt. J’ai poussé Roger Karoutchi à s’y rendre et je vais tout faire pour l’accompagner. Je pense qu’il y a une évolution dans ce domaine de la part de nombre d’élus de notre camp. Ceux qui veulent participer sont maintenant plus nombreux que ceux qui s’y opposaient. » Même sentiment chez Thierry Solère, premier adjoint de Boulogne et vice-président du conseil général. « Nous sommes frontaliers de Paris, et avons beaucoup de projets en commun, il faut se parler, indique-t-il. D’ailleurs, Pierre-Christophe Baguet (maire de Boulogne) était avec Pierre Mansat (adjoint au maire de Paris chargé de ce dossier) cet après-midi. On sent une réelle volonté des maires de se faire entendre au sein de cette conférence métropolitaine pour faire avancer leurs dossiers. Jean Sarkozy m’a indiqué qu’il voulait mettre le sujet à l’ordre du jour d’une réunion avec tous les élus de la majorité départementale. » Le nouveau président de groupe du conseil général ne cache pas son désir de s’impliquer dans le dossier, estimant que le département ne peut pas indéfiniment s’exonérer d’une redistribution des richesses en restant assis sur « le magot de La Défense ». François Kosciusko-Morizet reste pourtant prudent : « Nous allons nous rendre à cette réunion pour écouter. » Tout comme Patrick Ollier, il se dit « hostile à une nouvelle structure juridique contraignante, et encore plus à la taxe professionnelle unique ». La gauche départementale a bien senti le vent tourner. Et elle entend en profiter pour faire encore plus pression sur la majorité de droite. Gilles Catoire, maire PS de Clichy, a demandé par écrit à Patrick Devedjian « d’organiser dans les meilleurs délais une séance extraordinaire du conseil général pour déboucher sur la création d’une commission spéciale traitant de la place des Hauts-de-Seine dans l’avenir de Paris Métropole ». « Plutôt que de replier le département sur lui-même, à l’instar de la droite flamande, nous invitons la droite départementale à rejoindre sans arrière-pensée ce processus », conclut Gilles Catoire.


- 2008-06-14

La Nouvelle République : "L’Assemblée vote de nouvelles règles pour les grandes surfaces"

L’Assemblée a achevé l’examen du projet de loi sur la modernisation de l’Economie (LME) en adoptant la principale mesure du texte, l’assouplissement des conditions d’implantation des grandes surfaces…Le président UMP de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier, a énuméré les amendements censés encadrer ces nouvelles facilités d’installation octroyées aux grandes surfaces (renforcement du droit de préemtion des maires sur certaines zones commerciales, possibilité pour eux de dénoncer des abus de position dominante)…


- 2008-06-14

Le Monde : "Implantations commerciales : le nouveau seuil est adopté"

Les députés ont achevé le vendredi 13 juin à l’aube l’examen du projet de loi de modernisation de l’Economie. Le vote solennel aura lieu le mardi 17…Patrick Ollier (UMP, Hauts-de-Seine) ) était chargé du rôle de « Monsieur bons offices ». « Je comprends l’inquiétude des maires et des élus locaux », a admis le président de la commission des affaires économiques, avant de présenter les trois amendements renforçant les pouvoirs d’intervention des élus auxquels le gouvernement a donné son aval. La suite était plus délicate. « Le groupe UMP a jugé qu’il fallait aller plus loin. Nous avons donc proposé un amendement visant à transférer au code général de l’urbanisme toutes les mesures relatives à l’urbanisme commercial », poursuit M. Ollier. Ce transfert consacrerait les pouvoirs du maire en matière d’implantation des surfaces commerciales. « Il doit être voté… à moins que le gouvernement ne s’engage à déposer un projet de loi avant six mois. »


- 2008-06-14

Le Figaro : " Grandes surfaces : le feu vert des députés UMP"

Les député se prononceront le 17 juin, par un vote solennel, sur le projet se loi de modernisation de l’Economie (LME)…L’Assemblée a entériné l’accord intervenu le 2 juin entre le gouvernement et la majorité pour donner plus de pouvoir aux maires en matière d’urbanisme commercial. Plusieurs amendements, défendus par Patrick Ollier, le président UMP de la commission des Affaires économiques, ont été adoptés…Patrick Ollier, qui a été félicité hier par le chef de l’Etat et le Premier ministre sur la façon dont il a dirigé les travaux sur ce textre délicat, a obtenu que l’Autorité de la concurrence, créée par ce texte, puisse prononcer "des injonctions struturelles" en cas d’abus de position dominante……


- 2008-06-13

Les Echos.fr : Grandes surfaces : les députés ont voté l’assouplissement des conditions d’implantation" -2008-06-13

Le seuil d’autorisation pour implanter les supermarchés est relevé à 100 m2 contre 300 m2 auparavant…Le président UMP de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier, a énuméré les amendements censés encadrer ces nouvelles facilités d’installation octroyées aux grandes surfaces (renforcement du droit de préemtion des maires sur certaines zones commerciales, possibilité pour eux de dénoncer des abus de position dominante)…


- 2008-06-13

Challenge.fr : "Fin de l’examen de la LME à l’Assemblée nationale"

Les mesures sur la grande distribution ont été adoptées. Le vote sur le texte est prévu mardi. La principale mesure du texte, l’assouplissement des conditions d’implantation des grandes surfaces, a été adoptée. Le président UMP de la commission des Affaires économiques, Patrick Ollier, a énuméré les amendements censés encadrer ces nouvelles facilités d’installation octroyées aux grandes surfaces…


2008-04-08

AFP : « Projet de loi OGM : les députés entérinent le « délit de fauchage »

Les députés ont entériné mardi soir le « délit de fauchage » de cultures OGM…A droite, Patrick Ollier (UMP) a présenté ces sanctions comme « une contrepartie de la transparence » : « lorsque l’on sait exactement où se trouvent les parcelles, il faut qu’il y ait une sanction de l’acte illégal de fauchage », a fait valoir le président de la commission des Affaires économiques…


- 2008-04-08

Reuters : « Fin de l’examen du texte sur les OGM »

Les députés ont achevé dans la nuit de mardi à mercredi l’examen du projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM)…Les débats ont parfois été tendus, notamment entre les députés verts , totalement opposés au texte, et plusieurs élus UMP comme le président de la commission des affaires économiques, Patrick Ollier (UMP), ou Bernard Debré, favorables eux aux OGM.


- 2008-04-07

Le Parisien / Hauts-de-Seine : « la cité de la Fouilleuse aura ses Champs-Elysées »

…A Rueil-Malmaison, l’ambition municipale est bien de transformer radicalement l’artère reliant la résidence du Clos des Terres Rouges aux quartiers pavillonnaires voisins. L’avenue, identifiée dorénavant comme « les Champs -Elysées de Rueil » sera composée de trottoirs larges de 5m, d’une voie de bus, de deux voies pour les voitures séparées par un terre-plein central végétalisé de 7M de large…Un chantier qui tient à cœur au maire UMP, Patrick Ollier, largement réélu en mars dernier : « Cette opération n’aurait jamais été possible sans la loi de cohésion sociale de Jean-Louis Borloo », précise-t-il, rappelant que la métamorphose de la Fouilleuse s’inscrit dans une opération de l’Agence nationale de rénovation urbaine (Anru)…


- 2008-04-03

Le Parisien : « OGM : tout pour comprendre enfin le débat »

…Consomme t-on déjà de la viande nourrie aux OGM ? « Sur les 5 millions de tonnes de tourteau de soja qui servent aujourd’hui à l’alimentation de notre bétail, 3,5 millions de tonnes sont OGM, souligne le président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée, Patrick Ollier. Depuis la clause de sauvegarde , on ne peut plus planter de mais OGM en France, mais on peut très bien en importer pour nourrir les porcs et la volaille qui finissent ensuite dans nos assiettes, explique Luc Esprit, directeur général de l’Association générale des producteurs de mais…


- 2008-04-03

Le Monde : « les élus UMP nient être à la solde des semenciers »

Les propos du sénateur UMP Jean-François Legrand, qui a accusé, dans Le Monde du 2 avril certains élus de son propre camp favorables aux biotechnologies d’être « actionnés » par les groupes semenciers ont été fermement condamnés, mardi. …Bernard Debré (UMP, Paris), s’est insurgé contre les propos du sénateur, affirmant au contraire que « nous n’avons jamais autant été matraqués par les anti-OGM ». Même analyse de Patrick Ollier, président de la Commission des Affaires économiques, qui appelle les élus à avoir « le courage d’aller à contre courant de cette campagne partisane et irresponsable » des amis de José Bové. Le président du groupe UMP au Sénat, Henri de Raincourt, s’est dit aussi « profondément choqué »…


- 2008-04-03

Reuters : « Le texte sur les OGM prend du retard à l’Assemblée »

L’examen entamé mardi par les députés du projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM) a pris du retard…Les débats sont souvent tendus entre pro et anti OGM. Les passes d’armes sont fréquents entre d’un côté les députés verts comme Noël Mamère, et le socialiste Germinal Peiro et, de l’autre, l’UMP Patrick Ollier président de la commission des Affaires économiques , ou bien encore Bernard Debré…


- 2008-04-03 Libération : Le débat sur les OGM sème la discorde dans la majorité »

Mardi, alors que débutait le débat sur le projet de loi OGM à l’A ssemblée, le sénateur UMP Jean-François Legrand portait le fer dans son propre camp…La polémique a rebondi avec l’intervention d’Arnaud Montebourg affirmant sa « solidarité »….Réaction immédiate de Patrick Olllier, le président UMP de la commission des Affaires économiques : « Je n’ai pas de leçon à recevoir de vous ; votre mise au point est inacceptable, je ne l’accepte pas ».


- 2008-04-02

Le Télégramme : « OGM : La loi examinée dans un climat de suspicion »

Les députés ont entamé hier l’examen du projet de loi sur les OGM dans un climat de suspicion…Patrick Ollier président de la Commission des Affaires économiques, lâchait que « le lobbying,pour l’instant, on ne le voit que du côté des amis de M. José Bové », avant d’appeler les élus à avoir « le courage d’aller à contre courant de cette campagne partisane et irresponsable »…


- 2008-04-02

L’Indépendant : « OGM : climat de suspicion dans les rangs de l’Assemblée »

Les députés ont engagé hier l’examen du projet de loi sur les OGM dans un climat de suspicion, se lançant mutuellement des accusations … Patrick Ollier, président de la Commission des Affaires économiques, lâchait également dans les couloirs que « le lobbying,pour l’instant, on ne le voit que du côté des amis de M. José Bové », avant d’appeler les élus à avoir « le courage d’aller à contre courant de cette campagne partisane et irresponsable »…


- 2008-04-02

Charente Libre : « Le bras de fer sur les OGM s’est engagé à l’Assemblée »

Les députés ont engagé hier l’examen du projet de loi sur les OGM dans un climat de suspicion…Patrick Ollier, président de la Commission des Affaires économiques, lâchait également dans les couloirs que « le lobbying,pour l’instant, on ne le voit que du côté des amis de M. José Bové »…


- 2008-04-02

La Nouvelle République : « OGM : concilier des inconciliables »

…Patrick Ollier, président de la Commission des Affaires économiques, lâchait également dans les couloirs que « le lobbying,pour l’instant, on ne le voit que du côté des amis de M. José Bové »…Ce dernier avit d’ailleurs pris place dans les tribunes réservées au public…


- 2008-04-02

AFP : « OGM : incidents à l’Assemblée autour des accusateurs d’un sénateur UMP »

La condamnation, mercredi, par le bureau de l’Assemblée, des propos du sénateur UMP Jean-François Legrand - qui mettait en cause l’impartialité des parlementaires sur les OGM- a provoqué une polémique…Arnaud Montebourg (PS) a haussé le ton en affirmant sa solidarité avec le sénateur UMP Jean-François Legrand…Le président de la Commission des Affaires économiques, Patrick Ollier, (UMP) a dénoncé une réaction « purement politicienne » : « Je n’accepte pas que l’on puisse imaginer que nous soyons sous la pression de qui que ce soit (…) et M. Montebourg laisse suspecter l’honnêteté de certains d’entre nous », a-t-il lancé en estimant que M. Legrand accusait purement et simplement certains parlementaires de « corruption »…


- 2008-04-02

Sud Ouest : « Loi OGM : le ton est donné »

L’examen du projet de loi sur les OGM a débuté hier…S’agissant du climat, Patrick Ollier, président de la Commission des affaires économiques, a dénoncé les pressions exercées par les activistes du refus qui campent devant l’Assemblée, notamment à l’égard du rapporteur Antoine Hert…


- 2008-04-02

Le Parisien : « Je n’ai jamais été approché par les semenciers »

L’examen du projet de loi sur les OGM a débuté hier dans un climat de suspicion rarement vu à l’Assemblée nationale. Alors qu’une centaine de militants anti-OGM emmenés par José Bové tiennent un « piquet de vigilance » devant le Palais Bourbon, des élus opposés au texte mettent en cause la soumission des députés UMP au lobby agricole…Au point que Patrick Ollier, président UMP de la commission des Affaires économiques, favorable au projet de loi, a dû assurer que les députés UMP n’étaient « activés par personne »…


- 2008-04-01

Le Monde : « Les biotechnologies divisent l’hémicycle »

L’examen du projet de loi sur les OGM s’annonce délicat pour Jean-Louis Borloo…Une majorité de parlementaires souhaite, à quelques exceptions près, encourager les biotechnologies…Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques considère que que les OGM sont « un progrès pour l’humanité, sous réserve de que la vigilance s’exerce à leur égard »…


- 2008-04-01

La Tribune : « Débat houleux en vue sur les OGM »

Les députés examinent aujourd’hui le projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés (OGM)…Les pro-OGM de l’Assemblée, emmenés notamment par le président de la Commission des Affaires économiques, Patrick Ollier, et le président de l’Assemblée, Bernard Accoyer, arguent que les OGM sont la seule réponse aux problèmes alimentaires du monde , considérant en outre que le procès qu’on leur fait est plus idéologique que scientifique…


- 2008-04-01

Le Figaro : « Débats »

"La recherche sur les OGM est une nécessité pour la France

La discussion à l’Assemblée nationale du projet de loi sur les organismes génétiquement modifiés intervient dans un contexte particulièrement sensible, qui nous invite à rappeler quelques évidences sur les OGM et la portée de leurs enjeux. L’interdiction de la culture du MON 810 a entraîné une focalisation excessive sur cette seule plante génétiquement modifiée. L’opinion, en France, se montre plus réticente qu’ailleurs. Les scientifiques sont peu écoutés ou suspectés de partialité. Les opposants entretiennent savamment les peurs les plus irrationnelles dans l’esprit de nos concitoyens. Or, lorsque nous parlons d’OGM, lorsque nous nous prononçons rapidement « pour » ou « contre » cette innovation, savons-nous toujours de quoi nous parlons ? Connaissons-nous la multiplicité des applications qui se cachent derrière ce terme générique ? En agriculture bien sûr, mais aussi en industrie, en recherche fondamentale, et surtout en médecine. Les OGM sont un élément fondamental des biotechnologies, un compartiment essentiel des sciences du vivant. Ils permettent, depuis longtemps, dans le domaine de la santé par exemple, de produire de l’insuline pour les diabétiques. Ils sont d’ores et déjà à l’origine d’un médicament sur six et offrent, pour demain, l’espoir de fabriquer de nouveaux vaccins, de pouvoir soigner des maladies incurables ou orphelines. Dans le domaine agricole, les biotechnologies végétales sont une technique de sélection et d’amélioration des plantes à l’instar de celles qui existent depuis des millénaires - que ce soit la greffe ou l’hybridation - mais plus rapide, plus efficace et plus précise. Ces plantes génétiquement modifiées (PGM) sont aujourd’hui plus résistantes aux parasites. Celles de deuxième génération sauront, demain, s’adapter au manque d’eau, ou à des températures plus chaudes, contribuer au progrès agronomique pour répondre au défi alimentaire qui s’annonce, à la nécessité de doubler la production agricole mondiale pour nourrir 9 milliards d’être humains d’ici à 2050. Dans le domaine industriel enfin, moins connu, les PGM ouvrent la perspective de fabriquer des matières plastiques biodégradables ou de la pâte à papier moins polluante. Si des précautions s’imposent, comme pour toute innovation, personne ne peut sérieusement nier aujourd’hui que les organismes génétiquement modifiés constituent une avancée considérable de la science et que les voies potentielles de leurs applications suscitent d’immenses espoirs. Face à ces données objectives et irréfutables, quel crédit accorder aux discours simplificateurs et caricaturaux que nous entendons ? Peut-on accepter que les OGM soient systématiquement diabolisés, que leurs bénéfices potentiels soient occultés, que des a priori soient assénés à nos concitoyens sans aucune démonstration scientifique ? Peut-on admettre que la parole des scientifiques ne soit pas respectée et que ceux qui tentent de les défendre soient immédiatement accusés au mieux de scientisme, au pire de corruption ? Entre 1993 et 2000, plus de 31 000 études scientifiques ont été publiées sur le sujet. Les plantes génétiquement modifiées sont aujourd’hui les végétaux les plus surveillés, les plus contrôlés qui soient. Aucun d’entre eux ne peut être mis en culture, ni proposé à la consommation sans avoir été passé au crible des évaluations scientifiques et des commissions de biovigilance les plus exigeantes. Il faut donc dénoncer les contre-vérités qui entretiennent la confusion dans l’esprit de nos concitoyens. Il faut restaurer la confiance de nos compatriotes et redire qu’aucune étude sérieuse n’a démontré un quelconque risque sanitaire des OGM autorisés. Il faut exiger, de ceux qui accusent, la même rigueur dans la démonstration que celle que s’imposent les scientifiques. Il faut expliquer que les fauchages de champs OGM ruinent des années entières d’efforts de recherche, mettent en péril notre capacité d’innovation et font le jeu des entreprises étrangères. Car s’il n’est pas admissible qu’une firme multinationale détienne plus de 70 % des brevets de semences OGM, il n’est pas plus tolérable qu’une minorité empêche la recherche française de mener à terme ses essais au champ, de développer ses propres brevets, menaçant ainsi notre indépendance agricole et alimentaire. Notre pays, qui était à la pointe de la recherche sur les biotechnologies végétales il y a vingt ans, est aujourd’hui distancé par d’autres nations. Les États-Unis, la Chine, l’Inde ou le Brésil investissent massivement dans ces domaines alors que, chez nous, le nombre d’expérimentations n’a cessé de chuter : de plus d’une centaine en 1997 à 13 en 2007 ! À ce rythme, nous ne maîtriserons bientôt plus le savoir-faire technique de cette innovation. Ne nous y trompons pas : cette frilosité a un prix. C’est l’avenir de la recherche française dans les sciences du vivant qui est en cause, c’est notre capacité d’innovation dans le domaine médical, mais aussi la compétitivité de notre secteur industriel et agricole qui sont menacées. Dans quelques jours, le projet de loi viendra définir un cadre pour la culture des OGM dans notre pays et posera comme principe « le droit de produire et de consommer avec ou sans OGM ». Il sera, nous l’espérons, l’occasion d’aboutir à une loi d’équilibre, une loi de liberté et de responsabilité, une loi qui reconnaisse les enjeux des biotechnologies végétales pour l’avenir de notre pays. Les députés UMP : - Nicole Ameline, Martine Aurillac, Brigitte Barège, Jean-Claude Beaulieu, Jean-Louis Bernard, Marc Bernier, Jérôme Bignon, Claude Birraux, Étienne Blanc, Claude Bodin, Loïc Bouvard, Françoise Branget, Chantal Brunel, Gilles Carrez, François Calvet, Jean-Louis Christ, Pascal Clément, Philippe Cochet, Georges Colombier, Bernard Debré, Jean-Pierre Decool, Bernard Deflesselles, Vincent Descoeur, Dominique Dord, Daniel Fasquelle, Yannick Favennec, Nicolas Forissier, Arlette Franco, Claude Gatignol, Guy Geoffroy, Bernard Gérard, Alain Gest, Louis Giscard d’Estaing, François-Michel Gonnot, Didier Gonzales, Michel Grall, Claude Greff, Michel Herbillon, Françoise Hostalier, Sébastien Huyghe, Jacqueline Irles, Marc Laffineur, Pierre Lequiller, Jean-Claude Lenoir, Daniel Mach, Richard Mallie, Christine Marin, Pierre Méhaignerie, Pierre Morel-A-l’Huissier, Alain Moyne-Bressand, Jean-Marc Nesme, Yves Nicolin, Patrick Ollier, Yannick Paternotte, Bernard Perrut, Henri Plagnol, Serge Poignant, Jean Proriol, Jacques Remiller, Bernard Reynes, Jean-Marie Rolland, Valérie Rosso-Debord, Max Roustan, Martial Saddier, François Scellier, André Schneider, Jean-Pierre Soisson, Guy Teissier, Alfred Trassy-Paillogues, Isabelle Vasseur, Michel Voisin, Gérard Voisin.


- 2008-04-01

AFP : « Rejet d’une proposition PS sur le ogement, débat houleux à l’Assemblée »

La ministre du Logement, Christine Boutin, a aussi constaté l’ampleur de la crise, avec « une chaîne du logement bloquée »…mais elle en a attribué l’origine au fait que « pendant plus de vingt ans, la France a construit deux fois moins de logements qu’il n’en fallait »…Le débat s’est ensuite enflammé après que le président UMP de la Commission des Affaires économiques, Patrick Ollier, eut appelé l’opposition a l’humilité…


- 2008-04-01

La Revue Parlementaire : « Gaulliste »

Robert Grossmann le revendique haut et fort : il est Gaulliste. Celui qui est aujourd’hui président de la Communauté urbaine de Strasbourg fonda en 1965 l’UJP, Union des Jeunes pour le Progrès (…), une véritable école des cadres d’où sortiront des figures politiques centrales à Gauche comme à Droite, telles que Michel Barnier, Jean-Louis Bourlanges ou encore Alain Carignon, Patrick Ollier et même …Nicolas Sarkozy


- 2008-03-31

La Tribune : « Les députés au chevet de la loi sur les OGM »

Fruit d’un large compromis entre les agriculteurs, les écologistes et le Gouvernement, le projet de loi sur les OGM »a été préparé en étroite collaboration avec la commission chargée de l’Environnement » de l’Assemblée, a indiqué hier Patrick Ollier, président de ladite commission…


- 16/01/08

Le Bleu de profession politique : "prévenu par SMS" La clause de sauvegarde activée par les autorités françaises sur les OGM a mis en colère les députés UMP qui dénnoncent la désinvolture du gouvernement. Patrick Ollier, président du comité de suivi du Grenelle de l’Environnement à l’Assemblée, souligne même qu’il a été prévenu une heure avant l’annonce officielle par un SMS du ministre del’Agriculture Michel Barnier…


- 2008-01-16

Le Figaro : Tollé à l’UMP contre les OGM

Les députés UMP montrent les dents…Ils n’avaient pas de mots assez durs hier pour critiquer la décision du gouvernement de suspendre, au nom du principe de précaution, l’unique variété d’OGM cultivée ne France, le maïs MON 810…excédés par la multiplication des comités d’experts qui décident à la place des élus :"J’ai été prévenu de la décision du gouvernement une heure avant l’annonce officielle par un simple SMS du ministre de l’agriculture", a témoigné Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques…


- 2008-01-15

Reuters

Le ministre de l’Agriculture et de la Pêche, Michel Barnier, va délocaliser son cabinet à Bruxelles du 21 au 25 janvier…Le déplacement coïncidera avec la rentrée du Conseil des ministres européens de l’agriculture.Les deux présidents UMP des commissions des Affaires économiques et du Sénat de l’Assemblée nationale, respectivement patrick Ollier et Jean-Paul Emorine, feront partie de la délégation…


- 2008-01-12

Le Figaro : "Ollier désagréablement surpris

Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationae, s’est déclaré lundi "très désagréablement surpris" par la décision gouvernement de suspendre la culture du maïs OGM MON 810.

Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée nationae, s’est déclaré lundi "très désagréablement surpris" par la décision gouvernement de suspendre la culture du maïs OGM MON 810. "Je suis très désagréablement surpris qu’on agisse aussi bvite et que l’on crée une opposition entre le monde scientifique et le monde politique", a déclaré l’ancien rapporeur du texte sur les OGM de la précédente législature -qui n’avait jamais abouti- et président du comité de suivi du Grenelle de l’environnement à l’Assemblée nationale. "Chez les parlementaires, tout le monde est " vent debout", a-t-il affirmé, (ajoutant) "Il est très préjudiciable de crééer des peurs au sein de lapopulation. Cette décision va créer plus de problème qu’elle n’en règle. on ve devoir réutiliser les peticides", a déploré M.Ollier, estimant que le Haut comité à l’origine de ctee décisionaurait dû être créé par la loi."Souscrivant totalement aux critiques déjà émise par le président de l’Assemblée nationale Bernard Accoyer )-son successeur-, Patrick ollier a souligné la nécessité pour le Parlement de se "réapproprier le débat dans cette affaire"…


- 2008-01-12

Le Figaro : "Confidentiel" ..Ollier l’Européen : Patrick Ollier, président de la commission des Affaires économiques de l’Assemblée va bientôt réunir sà Paris lss homologues des 27 pays membres de l’UE. Le député des Hauts-de-Seine veut instaurer un dialogue permanent entre ces commissions, notamment sur la thématique du développement durable…


- 2008 01 11

Le Figaro : "Immigration : l’UMP réservée sur le rapport Attali"

La proposition phare de la commission Attali, qui recommande de faciliter la délivrance de visas aux étrangers pour relancer la croissance … reçoit un accueil plus que mitigé chez les élus UMP…Patrick Ollier, qui préside la commission des Affaires économiques (de l’Assemblée nationale), juge de son côté qu’il faut prendre cette proposition « avec mesure » : « il est certain que nous aurons besoin de créer 700 000 à 750 000 emplois dans dix ans, mais dans des secteurs pilotes ou pionniers. Nous aurons besoin d’ingénieurs informaticiens et de médecins notamment, donc du personnel qualifié et diplômé », estime le député-maire de Ruiel-Malmaison (Hauts-de-Seine)…


- 2008 01 11

Le Parisien :"Le débat sur les OGM crée des remous chez les élus de la majorité"

…Le débat sur les OGM crée des remous chez les élus de la majorité. Hier, c’est Bernard Accoyer qui a exprimé des doutes sur la Haute Autorité sur les OGM…Patrick Ollier, qui a été rapporteur du projet de loi relatif aux OGM, approuve Accoyer et ajoute que cet avis prévault dans l’ensemble du groupe UMP au Palais Bourbon : "L’avis scientifique doit primer sur tout autre, et nous n’avons pas le sentiment qu’ici ce soit cet avis qui aie primé", regrette le député des Hauts-de-Seine. A ses yeux, la déclaration de la Haute Autorité faisant état de "ses doutes sérieux" sur le maïs Mon 810 a été dictée par des raisons politiques e non scientifiques

Mentions légales  -  Contact