UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Panorama de presse 2012

- 2012-12-18

Le Monde.fr : "Réactions hostiles à droite contre le "suicide assisté"

Plusieurs députés et personnalités de droite se sont déclarés, mardi 18 décembre, totalement opposés au "suicide assisté" évoqué, selon eux, dans le rapport du professeur Didier Sicard sur la fin de vie, prônant en revanche un développement des soins palliatifs. L’ancien ministre et député Patrick Ollier, la présidente du Parti chrétien-démocrate (PCD), Christine Boutin, la députée et porte-parole du Mouvement pour la France (fondé par Philippe de Villiers), Véronique Besse, et le député UMP Philippe Gosselin ont publié des communiqués en ce sens.


- 2012-12-14

Acteurs publics.com : "Le coût du Grand Paris créée la polémique" “Déclaration de guerre”

Pour certains élus de gauche, la perspective d’un aménagement du calendrier passe très mal et leurs déclarations semblent le présage de tensions politiques à venir(…)Les élus de droite montent, eux aussi, en première ligne pour défendre le Grand Paris de Nicolas Sarkozy. Pour Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine, “la parution du rapport tombe comme une sinistre nouvelle pour la mise en œuvre de la ligne de métro intérieure du Grand Paris Express”


- 2012-12-13

L’Express : "UMP : comment les "amis députés" de Copé sont devenus des "barons"

En 2010, Jean-Francois Copé était président du groupe UMP à l’Assemblée nationale et il s’appuyait sur les députés pour mener la vie dure au gouvernement. Mais ça, c’était avant (…) l’Assemblée doit alors devenir un espace de débat et de liberté pour les députés UMP. Jean-François Copé théorise l’hyper-parlement et la coproduction législative (…) La révision constitutionnelle de 2008 lui donne les moyens de ses ambitions. Qu’importe alors si les parlementaires doivent mettre en difficulté l’exécutif pour faire valoir leur nouvelle fonction. "C’est évident que les nouvelles règles du Parlement sont chronophages", admettait ainsi en novembre 2009, dans Le Figaro, le président de la commission des affaires économiques à l’Assemblée, Patrick Ollier.


- 2012-12-05

BFM TV : Le feuilleton de l’UMP se poursuit désormais sur les bancs de l’Assemblée nationale.

(…) Car mercredi après-midi, une scène ubuesque se déroulera dans l’hémicycle : les députés fillonistes poseront deux questions au gouvernement, les copéistes en disposeront de quatre. (…)"Notre groupe attend que les discussions entre Fillon et Copé aboutissent. Lorsque ce sera le cas, notre groupe se dissoudra instantanément", souligne Patrick Ollier, soutien de l’ex-Premier ministre.


- 2012-12-04

Le Figaro.fr : "RUMP : tous les courants représentés"

Les 72 députés - dont 3 apparentés - du nouveau groupe Rassemblement-UMP (RUMP) sont par définition des soutiens de l’ancien premier ministre. Ce qui n’empêche pas ce groupe de réunir toutes les tendances. On y trouve onze anciens ministres de François Fillon : Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, François Baroin, Christian Estrosi, Jean Leonetti, Éric Woerth, Patrick Ollier, Claude Greff, Pierre Lellouche, Dominique Bussereau et Alain Marleix.


- 2012-11-27

Le Figaro.fr : "Le Rassemblement UMP constitué ce soir"

Un groupe de 68 députés fillonistes à l’Assemblée sera officiellement constitué ce soir, avec François Fillon comme président, a annoncé l’un de ses proches, estimant toutefois que "rien n’est irréversible". "Nous constituons ce groupe à titre conservatoire", a précisé l’ex-ministre Patrick Ollier. "L’avoir annoncé a déjà fait bouger les lignes", allusion à la proposition du camp Copé ,après l’intervention de Nicolas Sarkozy, d’un référendum pour savoir si les élections internes doivent être refaites. "Nous voulons une équipe indépendante pour superviser ce référendum", a ajouté M. Ollier.


- 2012-11-27

Capital.fr :"Fillon accepte l’idée d’un référendum sur un nouveau vote"

Selon l’ancien ministre Patrick Ollier, François Fillon a accepté mardi la proposition de son rival pour la présidence de l’UMP, Jean-François Copé, d’organiser un référendum sur l’opportunité de tenir un nouveau vote pour les départager

"L’idée d’un référendum a été retenue par François Fillon", a-t-il dit à Reuters, précisant que cela n’empêcherait pas l’ancien Premier ministre et ses partisans de créer un nouveau groupe parlementaire au sein de l’UMP.


- 2012-11-27

Le Point.fr : "Le groupe filloniste a été officiellement déposé à l’Assemblée"

Le groupe Rassemblement-UMP, présidé par François Fillon, a officiellement déposé sa déclaration politique et la liste de ses 68 membres à la présidence de l’Assemblée nationale, selon une source parlementaire. François Fillon avait annoncé mardi matin la constitution de ce groupe, destiné à disparaître si les militants UMP votaient de nouveau, et les discussions actuellement en cours pour organiser un référendum interne au parti ne l’ont pas dissuadé de le faire. "Nous constituons ce groupe à titre conservatoire", avait expliqué dans l’après-midi l’ex-ministre Patrick Ollier, pro-Fillon.


- 2012-11-21

Le Parisien.fr : "Mariage homosexuel : "Hollande reconnaît « la liberté de conscience » des maires"

« Le mariage pour tous ne sera définitivement pas un mariage par tous ! » en a tout de même déduit le député UMP, Patrick Ollier, lui aussi sur le site de microblogging. « La liberté de conscience, reconnue par la déclaration des Droits de l’Homme appartenant au bloc constitutionnel, est la limite de ce projet », ajoute-t-il.


- 2012-11-19

Le Monde : "Bal tragique à l’UMP : un ou deux morts, les chiffres divergent"

Marc-Philippe Daubresse pronostique à 21 h 30 que "l’élection va se jouer dans un mouchoir de poche". Il ne croit pas si bien dire. Chez M. Fillon, favori des sondages, la méthode Coué est toujours de mise. Une heure après la sortie imprudente de Christian Estrosi, le député des Hauts-de-Seine Patrick Ollier "pense qu’on s’avance sereinement vers une victoire de François Fillon". - 2012-11-19


RTL : "La bataille de l’UMP, remake droitier de la guerre des roses"

"De son côté, Bernard Debré, pro-Fillon, a dénoncé des "anomalies très flagrantes" et Patrick Ollier, pro-Fillon, a annoncé que son camp allait déposer une plainte auprès de la COCOE. (Commission de contrôle)


- 2012-11-19

Le Nouvel Observateur : "Au QG de Fillon, les militants déboussolés"

Dans la rue Saint-Dominique, ils chantent la Marseillaise et crient "Fillon président". Sur le trottoir(…), Pierre Lellouche soupire face à la situation. "Cela rappelle certains congrès socialistes, madame Aubry et madame Royal, nous ne pouvons pas donner cette image de notre parti". Il est 23h quand Patrick Ollier, député des Hauts-de-Seine, sort du QG. Il parle de 200 voix d’écart favorables à François Fillon : "c’est stupéfiant quand on sait le nombre de personnes qui ont voté".


- 2012-11-19

TF1.FR : "Présidence de l’UMP : 51% pour Copé avec 3000 voix d’avance ?"

- 20h30 : Ollier : "On s’avance sereinement vers une victoire" de Fillon. Le député des Hauts-de-Seine Patrick Ollier (UMP) a estimé dimanche soir que l’on s’avançait "sereinement vers une victoire de François Fillon" face à Jean-François Copé pour la présidence de l’UMP." L’ancien ministre s’exprimait au Café "Le Centenaire" où l’équipe de l’ex-Premier ministre accueille la presse. "La tendance semble confimer l’avance de François Fillon et cette tendance est la même partout", a-t-il assuré. ----


- 2012-11-18

Le Figaro : UMP : le camp Fillon fait aussi état de fraudes

Le député Bernard Debré, soutien de François Fillon, a affirmé qu’il y avait des "anomalies" dans le scrutin "qui sont pour nous très flagrantes dans un certain nombre de départements", se disant "sûr" que son camp allait "contester un certain nombre de départements" … Selon Patrick Ollier, le camp Fillon a lui aussi décidé de saisir la Cocoe. Laurent Wauquiez est attendu au siège de l’UMP pour déposer un recours.


- 2012-11-12

20 minutes :" Présidence de l’UMP : les mouvements, l’autre enjeu"

Dimanche, les 260.000 adhérents de l’UMP ne seront pas appelés uniquement à départager François Fillon et Jean-François Copé. Ils seront aussi amenés à voter pour des mouvements. Six au total sont en compétition. Une petite révolution dans un parti très réticent traditionnellement à leur reconnaissance. Pourtant, l’UMP fait se côtoyer des libéraux fédéralistes, des souverainistes, des étatistes gaullistes. Des clivages que ne recoupe pas la simple opposition entre copéistes et fillonistes.(Parmi les motions déposées…)

« Le gaullisme, une voie d’avenir pour la France » Ce courant, lancé par la gardienne du temple Michèle Alliot-Marie, son compagnon Patrick Ollier, Henri Guaino et Roger Karoutchi, met (…) l’accent sur le rappel des valeurs gaullistes (…) : Europe des nations, primauté de l’Etat, souveraineté de la France, participation des salariés…


- 2012-11-09

Radio 1 Tahiti : " (Fiscalité outre-mer :) Pas d’augmentation du FIP en Polynésie en 2013"

Lors de l’examen du Projet de Loi de Finances 2013 « Mission Outre-Mer » à l’Assemblée Nationale, les députés Polynésiens ont déposé un amendement sur l’augmentation de la participation de l’Etat pour l’année 2013 concernant le Fond Intercommunal de Péréquation.

Cet amendement a reçu un avis défavorable de Patrick Ollier, Rapporteur Spécial de la Commission des Finances et du Gouvernement Ayrault.


- 2012-11-08

Le Parisien : "Patrick Ollier votera contre le mariage Gay"

Il a rapidement manifesté son hostilité au mariage gay. Le député-maire (UMP) de Rueil, Patrick Ollier, avait, dès 2005, refusé de célébrer une union transgenre qui avait fait couler beaucoup d’encre, et saisi la justice qui lui avait donné raison. L’ancien ministre des Relations avec le Parlement s’opposera "avec détermination" à cette loi, "mauvaise nouvelle pour la société française". "Le lien entre deux personnes de même sexe est reconnu à travers la loi par le PACS qui peut encore évoluer et être renforcé par une union civile célébrée en mairie avec tous les droits qui y sont associés ; je n’y vois aucun inconvénient. Mais le mariage pour tous et l’adoption aboutissent çà un abandon de la notion de père et de mère dans le Code civil au profit du terme de "parent indifférencié", et vont générer la perte des repères naturels de l’enfant".


- 2012-11-07

Le Nouvel Observateur :" Le gouvernement français a adopté mercredi le projet de loi sur le mariage et l’adoption pour les couples homosexuels, l’une des réformes sociétales les plus importantes en France depuis l’abolition de la peine de mort en 1981"

(…)

Le projet de loi, qui se retrouvera début 2013 au Parlement, mobilise contre lui une grande partie de la droite et l’Eglise catholique sans pleinement satisfaire la communauté homosexuelle, qui déplore un texte a minima.(…)Najat Vallaud-Belkacem, porte-parole du gouvernement, a affirmé que les maires qui refuseraient de façon manifeste d’appliquer la loi seraient sanctionnés.(…) L’UMP a demandé au gouvernement de ne pas "passer en force" sur le mariage homosexuel et d’ouvrir une concertation sur le sujet via des Etats généraux de la famille. Il a dit envisager une manifestation sur le sujet à laquelle le Front national, qui réclame un référendum sur la question, prévoit de se joindre. Pour le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé, le projet du gouvernement socialiste "met par terre le code civil". Les opposants à une extension du mariage à tous les couples font valoir que le mariage désigne strictement l’union d’un homme et d’une femme afin de fonder une famille.(cf Patrick Ollier) Ils ne voient donc aucune raison d’aller plus loin que le "pacs", union civile à laquelle les homosexuels français ont droit depuis une loi adoptée sous le précédent gouvernement de gauche en 1999. La droite soutient l’Eglise, qui, par la voix de l’archevêque de Paris Mgr André Vingt-Trois, a qualifié ce projet de "supercherie" qui "ébranlerait un des fondements de la société". Des associations proches des milieux catholiques ont d’ores et déjà prévu de manifester dans plusieurs villes de France le 17 novembre.


- 2012-11-06

L’Expansion : "Outremer : statu quo pour la niche fiscale limité à un an (commission, Assemblée)"

La niche fiscale bénéficiant aux investissements en Outremer est maintenue en l’état, c’est-à-dire exclue du plafonnement à 10.000 euros prévu pour d’autres niches, mais ce statu quo est limité à un an, selon un amendement adopté mardi en commission des Finances de l’Assemblée. Le maintien d’un plafonnement global égal à 18.000 euros et 4% du revenu imposable du contribuable "a vocation à s’appliquer pour un an", souligne cet amendement du rapporteur général du Budget Christian Eckert (PS) voté lors de l’examen des articles non rattachés du volet dépenses du projet de budget 2013 (…)La défiscalisation en Outremer a alimenté une discussion de plus d’une heure à laquelle ont participé plusieurs élus ultramarins, dont certains non membres de la commission. Tant le rapporteur spécial du budget de l’Outremer Patrick Ollier (UMP) que les députés ultramarins, de tous bords, ont plaidé pour le maintien du statu quo de manière pérenne.


- 2012-11-03

Le Parisien.fr : "Dans les coulisses, on s’active"

Malgré son air détendu et affable, Jean-Pierre Philibert, président de la Fédération des entreprises d’outre-mer (Fedom), est sur la brèche. Au cœur de ses préoccupations : sauver la défiscalisation des investissements outre-mer. Certes, pour l’heure, le Girardin reste épargné par le gouvernement. Mais dans la coulisse, les anti-défisc ne s’avouent pas vaincus.Rapporteur général du budget, le député PS Christian Eckert menace de déposer un amendement « début novembre » visant à limiter les avantages de ce dispositif à 18 000 € et 2% du revenu imposable (au lieu de 4% actuellement). Quant au très rigoriste député UMP Gilles Carrez, son projet vise, lui, à plafonner l’ensemble des niches fiscales à 15 000 €, y compris celles concernant les DOM. « Je redoute le débat parlementaire », concède Jean-Pierre Philibert qui, depuis des semaines, arpente les couloirs de l’Elysée, des ministères, de l’Assemblée et du Sénat (…) le 11 octobre, la commission des Finances de l’Assemblée examinait les crédits de la mission outre-mer pour 2013. La veille, Jean-Pierre Philibert avait opportunément calé un rendez-vous avec le député Patrick Ollier, rapporteur spécial de la commission sur ce dossier. Le lendemain, devant la commission, ce dernier déclarait : « S’il apparaît opportun de moraliser la procédure [de défiscalisation], une contraction extrême et brutale conduirait à tuer le soutien aux investissements outre-mer. » De quoi mettre du baume au cœur du président de la Fedom.


- 2012-11-02

Ouest France : « Des anciens ministres à Locminé le 12 novembre »

La fédération UMP du Morbihan organise une soirée spéciale « motions », dans le cadre du congrès national de l’UMP du 18 novembre. Cette soirée se déroulera le lundi 12 novembre, à 20 h, à la salle des fêtes de Locminé.Plusieurs anciens ministres devraient être présents. Luc Chatel (éducation) représentera la motion « France moderne et humaniste ». Roger Karoutchi ou Patrick Ollier (relations avec le Parlement) sera le porte-parole de la motion « Le Gaullisme, une voie d’avenir pour la France ». Thierry Mariani (transports), quant à lui, défendra « la Droite populaire ».


- 2012-10-24

Le Monde.fr : "Logement social : l’UMP dénonce la "couacophilie aiguë du gouvernement"

L’opposition dénonce "une grave violation du partage des pouvoirs" mercredi 24 octobre à la suite de l’annonce par le premier ministre de l’annulation de la loi sur le logement social par le Conseil constitutionnel, avant que ce dernier ne s’exprime. "Le gouvernement a eu tort d’agir dans la précipitation", jugent en chœur des membres de l’opposition. Mercredi matin sur France Inter, Jean-Marc Ayrault a lui-même reconnu un "cafouillage parlementaire", avant d’affirmer à la mi-journée "son respect pour l’indépendance des juridictions" comme le Conseil constitutionnel. "C’est absolument scandaleux de la part du premier ministre d’annoncer cette décision avant qu’elle ait été prise par le Conseil constitutionnel", a estimé le secrétaire général de l’UMP, Jean-François Copé. L’ancien président UMP de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, a qualifié de "véritable camouflet pour le gouvernement" l’annulation "rarissime" de la totalité d’un texte et considéré que l’annonce de la décision par le premier ministre "bafoue l’indépendance du Conseil constitutionnel". "A l’école du Parlement, le gouvernement Ayrault mériterait d’être mis au piquet", a tranché l’ancien ministre des relations avec le Parlement, Patrick Ollier.


- 2012-10-26

France 3 Franche Comté : « La République est « fragilisée » par le mariage homosexuel »

Comme 34 autres parlementaires, la députée Marie-Christine Dalloz et le sénateur Gérard Bailly lancent un appel à un référendum sur le projet gouvernemental de « mariage pour tous ». Dans une tribune publiée cette semaine dans Valeurs Actuelles, ils dénoncent une « République fragilisée » par d’éventuels futurs mariages homosexuels. « Dans un État de droit, la liberté n’est pas la satisfaction illimitée des désirs de chacun », dénoncent-ils.Voici un extrait de cette tribune, que vous pouvez retrouver en intégralité sur le site de Valeurs Actuelles. Parmi les signataires on retrouve entre autres les anciens ministres Hervé Mariton, Patrick Ollier et Thierry Mariani, l’un des chefs de file de la Droite populaire.


- 2012-10-24

NouvelObs.com : « Jean-Marc Ayrault accusé de "bévue" sur le logement social"

Jean-Marc Ayrault s’est attiré mercredi les foudres de l’opposition en anticipant l’annulation par le Conseil constitutionnel de la loi sur le logement social, provoquant un nouveau flottement dans la communication gouvernementale.Cet épisode, qui s’ajoute à des reports et autres "couacs" -sur la dépénalisation du cannabis, le traité budgétaire européen et le mariage homosexuel, par exemple-, a soulevé des accusations d’"amateurisme" à droite, tandis que la majorité mettait en avant les velléités réformistes de l’exécutif.L’opposition a immédiatement dénoncé une "bévue" du chef du gouvernement, dont les propos ont fait l’objet d’une salve de questions lors du compte rendu du conseil des ministres.Les critiques ont fusé jusqu’au sein de la majorité.(Dans l’opposition) Patrick Ollier voit dans l’annulation finalement intervenue "la reconnaissance flagrante du caractère bricolé de la politique conduite par le gouvernement vis-à-vis du Parlement".


- 2012-10-18

C.Banque.com : « Assemblée : un think tank de la droite pour favoriser l’entreprenariat »

Le député UMP Olivier Dassault a présenté mardi à la presse, à l’Assemblée nationale, un think tank, « Génération Entreprise - Entrepreneurs associés », regroupant quelque 76 parlementaires de l’opposition et des entrepreneurs afin de « favoriser l’entreprenariat en France ». Le député de l’Oise a défini ce nouveau lobby comme « une force de frappe et de propositions pour créer un environnement optimal pour l’entreprise » (…)Parmi les autres adhérents au think tank, figurent également Jean-François Copé, Xavier Bertrand, Catherine Vautrin, Valérie Boyer, Bernard Brochant, Luc Chatel, Marc Le Fur, Thierry Mariani, Lionnel Luca, Patrick Ollier.


- 2012- 10-16

L’Express.fr : Budget 2013 : "La loyauté n’empêche ni le débat ni l’expression"

Ce mardi, la droite a vivement critiqué le supposé manque d’autorité de Jean-Marc Ayrault. En cause : les amendements au budget 2013 déposés par des élus socialiste. La majorité de gauche est-elle trop remuante ?(…) A droite, les élus parlent (…) de "couacs" et de "cacophonie". Pour eux, ces amendements prouvent le manque de cohésion et de solidarité au sein de la gauche. "Jamais il n’y a eu de débats aussi vifs lors du précédent quinquennat" affirme Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine.


-  2012-10-16

Le Monde.fr : « Arrêtons d’accabler nos entrepreneurs ! »

(…)Le matraquage fiscal que prévoit la loi de finances 2013 (…) risque de casser la croissance, d’assécher le financement de nos PME, de démotiver nos talents. Comment pourrait-il en être autrement, compte tenu de la sous-représentation de l’entreprise dans le monde politique ?(…) Pour réduire cette fracture culturelle entre les sphères économique et administrative que soixante-dix députés se sont réunis autour d’Olivier Dassault, député UMP de l’Oise, pour créer un think tank auquel seront associés les entrepreneurs. (…) Son objectif est de faire de la pédagogie de l’économie en rappelant que l’entreprise est une nécessité vitale pour la France (…) Son ambition est de faire des propositions pour la compétitivité française, qui vient encore de perdre trois places dans le classement du World Economic Forum… avant même le choc fiscal sans précédent que prévoit le gouvernement ! Olivier Dassault, député de l’Oise, Damien Abad, député de l’Ain, Olivier Audibert-Troin, député du Var, Marcel Bonnot, député du Doubs, Jean-Claude Bouchet, député du Vaucluse, Philippe Briand, député d’Indre-et-Loire, Bernard Brochand, député des Alpes-Maritimes, Gérard Cherpion, député des Vosges, Guillaume Chevrollier, député de la Mayenne, Alain Chrétien, député de la Haute-Saône, Dino Cinieri, député de la Loire, Philippe Cochet, député du Rhône, Jean-Michel Couve, député du Var, Gérald Darmanin, député du Nord, Jean-Pierre Decool député du Nord, Lucien Degauchy, député de l’Oise, David Douillet, députédes Yvelines, Virginie Duby-Muller, député de la Haute-Savoie, Georges Fenech, député du Rhône, Marie-Louise Fort, député de l’Yonne, Jean-Michel Fourgous, ancien député des Yvelines, Laurent Furst, député du Bas-Rhin, Annie Genevard, députée du Doubs, Alain Gest, député de la Somme, Michel Herbillon, député du Val-de-Marne, Patrick Hetzel, député du Bas-Rhin, Laure de La Raudière, député d’Eure-et-Loire, Denis Jacquat, député de Moselle, Christian Kert, député des Bouches-du-Rhône, Jacques Lamblin, député de Meurthe-et-Moselle, Maurice Leroy député du Loir-et-Cher, Véronique Louwagie, députée de l’Orne, Lionnel Luca, député des Alpes-Maritimes, Jean-François Mancel, Député de l’Oise, Thierry Mariani, député des Français établis hors de France, Alain Moyne-Bressand, député de l’Isère, Yves Nicolin, Député de la Loire, Patrick Ollier député des Hauts-de-Seine, Bernard Perrut député du Rhône, Jean-Frédéric Poisson, député des Yvelines, Axel Poniatowski, député du Val-d’Oise, Jean-Luc Reitzer, député du Haut-Rhin, Bernard Reynes, député des Bouches-du-Rhône, Camille de Rocca-Serra, député de Corse-du-Sud, François Rochebloine, député de la Loire, Thierry Solère député des Hauts-de-Seine, Eric Straumann, député du Haut-Rhin, Alain Suguenot, député de la Côte-d’Or, Michèle Tabarot, député des Alpes-Maritimes, Lionel Tardy, député de la Haute-Savoie, Jean-Charles Taugourdeau, député du Maine-et-Loire, Catherine Vautrin, député de la Marne. Tous ces parlementaires sont membres de l’association Génération Entreprise - Entrepreneurs associés.


- 2012-10-05

Le Monde : "Eolien terrrestre : dix ans de batailles juridiques"

"Un vent d’air frais pour l’éolien (…)le vote à l’Assemblée nationale de la proposition de loi socialiste sur l’énergie (…)assouplit la réglementation de l’éolien. Au terme d’un débat mouvementé, qui a déclenché dans la nuit le départ fracassant des députés de l’UMP, de l’UDI (centristes) et du Front de gauche, six amendements ont finalement été validés par l’Assemblée (…) Principale avancée sur le front de l’éolien, un amendement met un terme à la "règle des cinq mâts" qui obligeait jusque-là tout projet d’implantation à prévoir au moins cinq éoliennes, et réduisait donc le nombre de parcs installés. Paradoxalement, c’est la loi Grenelle 2 qui avait instauré cette règle, à l’initiative du député Patrick Ollier, pourfendeur notable des éoliennes (…) (en 2005) après des débats très tendus entre parlementaires opposés au développement de l’éolien, menés par Patrick Ollier, alors président de la commission des affaires économique de l’Assemblée, et ceux favorables – notamment le Vert Yves Cochet, l’UMP François-Michel Gonnot ou le PS Philippe Tourtelier – un compromis est trouvé : l’instauration de zones de développement de l’éolien. Malgré ce cadre strict, la polémique sur les éoliennes se poursuit (…) En 2010, c’est la loi Grenelle 2, censée mettre en application les engagements de la grand-messe de l’écologie voulue par Nicolas Sarkozy, qui serre encore la vis. Les députés UMP Patrick Ollier et Serge Poignant introduisent de nouvelles dispositions.


- 2012-10-04

StreetPress.com : "’ Paris match de hand : Sport/Politique même combat ? "

Patrick Ollier – UMP – Hauts-de-Seine : StreetPress.com : "avez-vous déjà parié sur votre défaite électorale ?" Patrick Ollier : « Je trouve votre question stupide. N’essayer pas de faire l’amalgame entre des pratiques qui ne sont pas honnêtes dans le milieu du sport avec les vertus de la démocratie et des gens qui se battent pour défendre leurs valeurs. »



- 2010-10-03

France Info : "Première étape dans le duel Fillon/Copé"

L’ancien Premier ministre reste en tête des sondages. Il compte aussi un peu plus de parlementaires dans son comité de soutien : Les ex-ministres François Baroin, Valérie Pécresse, Christian Estrosi, Gérard Longuet, Laurent Wauquiez, Roselyne Bachelot, Chantal Jouanno, Philippe Richert, Nora Berra, Patrick Ollier, Jean Leonetti, Henri de Raincourt, Marie-Luce Penchard, Hubert Falco, Pierre Lellouche, Patrick Devedjian, l’ex-président du Sénat Gérard Larcher, Eric Ciotti (…)


- 2012-10-02

Challenges.fr : "Les députés partagés sur la hausse du tabac"

Taxer les fumeurs, "cible facile" ou mesure de "santé publique" ? La hausse du prix du tabac -qui pourrait rapporter un milliard d’euros supplémentaires à l’Etat- partage les députés de droite, qu’ils soient ou non accros à la cigarette.

(…)Le député UMP des Hauts-de-Seine Patrick Ollier renchérit, tout en précisant qu’il ne fume pas : "Chaque fois que le gouvernement cherche de l’argent, il augmente ce genre de taxes. On se rend compte de quoi ? Ça porte atteinte au pouvoir d’achat (…) Il a ses limites, l’argument de la santé publique, parce que les taxes sont déjà extrêmement lourdes et suffisamment dissuasives". Et de jouer les provocateurs : "Le mieux pour la santé publique, ce serait carrément de tout interdire, à ce moment-là il n’y aurait plus de problème de santé. Bien sûr, je plaisante !".


- 2012-09-30

Paris-Match :" Fillon/Copé : duel à couteaux tirés"

(…) François Fillon forme un tandem efficace avec Valérie Pécresse, qui elle même se fait seconder par Eric Ciotti et Laurent Wauquiez. Christian Estrosi, Patrick Ollier et Jean Leonetti sont également très actifs(…)


- 2012-09-28

Le Figaro : "Budget : la droite crie à l’« improvisation »"

(…)Pour beaucoup d’anciens ministres de Nicolas Sarkozy, c’était « la » commission où il fallait être pour ce quinquennat d’opposition. Aujourd’hui siègent à la commission des finances de l’Assemblée François Baroin, Xavier Bertrand, Christian Estrosi, Yves Jégo, Bruno Le Maire, Patrick Ollier, Valérie Pécresse, Laurent Wauquiez, Éric Woerth. Et quelques bretteurs des discussions budgétaires comme les centristes Charles de Courson et Philippe Vigier ou les libéraux de l’UMP Jean-Pierre Gorges et Hervé Mariton. Le tout sous la houlette de Gilles Carrez (…)


- 2012-09-20

Le Figaro : "Les Gaullistes inquiets du duel Fillon/Copé

Michèle Alliot-Marie, Bernard Accoyer, Henri Guaino et d’autres élus UMP ont défendu aujourd’hui, en vue du congrès de l’UMP en novembre, leur "motion gaulliste" qui récuse l’Europe fédérale, sur fond de premières inquiétudes face au duel Fillon/Copé pour la présidence du parti. "Les signataires peuvent être pour Copé ou Fillon", a déclaré le sénateur Roger Karoutchi, directeur de la campagne Copé, également présent à la conférence de presse organisée au siège de l’UMP. "On a beaucoup dit que l’UMP devenait libérale, centriste, européenne. Les familles politiques non gaullistes se sont mieux exprimées", a-t-il ajouté, voulant prouver que "les gaullistes sont encore nombreux et influents au sein de l’UMP". "Le gaullisme n’est pas une nostalgie mais un projet de société qui n’a jamais abouti", a commenté Patrick Ollier, soutien de Francois Fillon et qui a défendu avec Mme Alliot-Marie "l’association capital-travail".


- 2012-09-20

Le Nouvel Observateur : "Les "Gaullistes" de l’UMP craignent des dérapages"

Plusieurs élus UMP, dont Patrick Ollier, soutien de François Fillon, et Roger Karoutchi, directeur de campagne de Jean-François Copé, ont marqué jeudi leur préoccupation face aux "risques de dérapages" du duel pour la présidence du parti.

Représentants des diverses chapelles gaullistes de l’UMP, ils soumettront une motion au congrès de novembre, baptisée "Le Gaullisme, une voie d’avenir pour la France", avec l’espoir qu’elle emporte l’assentiment du plus grand nombre et porte remède aux divisions.

"Les signataires peuvent être pour Copé, pour Fillon (…), ça dépasse très largement l’élection à la présidence de l’UMP", a souligné Roger Karoutchi, sénateur des Hauts-de-Seine, aux côtés de Michèle Alliot-Marie, ancienne présidente du RPR, Patrick Ollier, Bernard Accoyer, et l’ex-plume de Nicolas Sarkozy, Henri Guaino, qui n’a pu se présenter à la présidence de l’UMP, faute du nombre requis de parrainages.-


- 2012-09-19

Le Point.fr : Fillon : "Le sarkozysme, c’est comme l’amour, il y en a qui en parlent beaucoup…"

François Fillon (…) venu à Boulogne-Billancourt, dans le département des Hauts-de-Seine, ancien fief de Nicolas Sarkozy - "où je viens avec respect, avec précaution", a-t-il plaisanté -, l’ancien Premier ministre a estimé que l’accueil qui lui a été réservé par plusieurs centaines de militants UMP était "la meilleure réponse à tous ceux qui douteraient de (sa) fidélité et de (sa) loyauté envers Nicolas Sarkozy". "La vérité, c’est que le sarkozysme, c’est un peu comme l’amour, il y en a qui en parlent beaucoup parce qu’ils ont des raisons d’en parler, (car) leur amour est assez récent, et il y en a d’autres qui ont pu montrer tout au long de ces années" des preuves d’amour, a-t-il lancé à la veille de la date limite de dépôt des 7 924 parrainages d’adhérents requis pour être candidat à la présidence de l’UMP (…) Parmi les présents, ses lieutenants Valérie Pécresse, Éric Ciotti et Laurent Wauquiez, ses soutiens Christian Estrosi, Patrick Devedjian et Patrick Ollier ainsi que l’ancien homme fort du département Charles Pasqua et l’ex-ministre de l’Intérieur Claude Guéant, venu "pour (s)’informer", et aussi des parlementaires copéistes des Hauts-de-Seine, Roger Karoutchi et Thierry Solère, venus par "esprit républicain".


- 2012-09-19

Le Parisien : "Le Gouvernement veut "améliorer la loi de 2012""

(…) comme nous le révélions hier, le gouvernement a bien l’intention de remanier — à défaut d’abroger — la loi Diard de mars 2012 qui complète le texte de 2007 sur la continuité du service public dans les transports de passagers. Le ministre des Transports a précisé hier, lors d’un déplacement à Berlin, ses intentions. « Il n’est pas question de travailler à une forme d’abrogation ou de remise en cause de cette loi [de 2012] », a affirmé Frédéric Cuvillier, avant de reconnaître que « pour autant, on doit l’améliorer, la rendre plus pertinente ».Estimant que la loi Diardavait été votée avec une finalité « d’affichage politique » du gouvernement précédent, le ministre estime qu’elle « prive les partenaires sociaux de ces moments et de ces lieux de concertation préalables à tout conflit », affirmant que « les lieux de concertation devaient être rétablis ».

Le SNPL d’Air France, (syndicat des pilotes) se dit « satisfait ». « Nous avions confirmé au ministre en juillet que la loi Diard n’était pas acceptable en l’état car c’était une atteinte au droit de grève, assure aussi Fabian Tossolini, de la CFDT des transports et de l’équipement. Le gouvernement a progressé dans le bon sens. » A l’inverse, l’UMP défend le bilan de Fillon. Pour Valérie Pécresse, « toute remise en cause, même minime, de cette avancée majeure pour tous les Franciliens constituerait une régression insupportable et aurait des conséquences immédiates et extrêmement dommageables pour leur quotidien ». Député-maire UMP de Rueil-Malmaison et ancien ministre, Patrick Ollier estime que ce retour « en arrière révèle une volonté de revanche ou encore un renvoi d’ascenseur aux syndicats ».


2012-09-18

Le Parisien : "L’UMP 92 derrière François Fillon"

Invité par le maire (de Boulogne Pierre-Christophe Baguet), l’actuel candidat à la présidence de l’UMP a reçu un vibrant accueil des militants présents mais aussi -et surtout- des élus du Département. (…) François Fillon a souhaité (…) remercier son hôte, saluant (..) la longue histoire qu’il entretient avec Patrick Ollier, le maire de Rueil-Malmaison, qui annoncé son soutien hier matin…


- 2012-09-16

Le Figaro : " Les candidats UMP se réclament du Gaullisme"

Au moment où s’accélère le rythme des parrainages et des soutiens, l’ancien ministre Patrick Ollier, président de la nouvelle Amicale gaulliste à l’Assemblée, a annoncé au Figaro qu’il soutiendrait François Fillon. Le député maire de Rueil (Hauts-de-Seine) se rendra d’ailleurs lundi soir à une réunion publique avec l’ancien premier ministre à Boulogne-Billancourt. « En tant que gaulliste, je considère que François est le mieux à même de défendre le rôle de l’État, non pas plus, mais mieux d’État. Car on a besoin d’un État fort pour nous protéger », explique l’ancien ministre.


- 2012-09-14

Le Point.fr : "Bricorama : "menace pour l’emploi" "

Onze députés UMP, "indignés de l’absence de réaction du gouvernement" face aux "emplois menacés chez Bricorama" poursuivi pour ouverture dominicale illégale, ont réclamé aujourd’hui que les magasins de bricolage soient autorisés à ouvrir le dimanche, comme d’autres secteurs. "Bricorama devrait être condamné à payer une amende qui pourrait atteindre le montant record de 18 millions d’euros (…). Alerté de cette situation par la direction de Bricorama depuis plusieurs mois, le gouvernement n’a toujours pas réagi" et "laisse un groupe de plus de 4.100 emplois au milieu du gué", selon un communiqué. Ces députés UMP ou apparentés UMP, dont Jean-Pierre Decool, Patrick Ollier, Axel Poniatowski, Arlette Grosskost ou Pierre Morel-A-L’Huissier, se disent "particulièrement indignés de l’absence de réaction du gouvernement et de l’irresponsabilité du syndicat (FO, ndlr) face à une telle menace pour l’emploi"


- 2012-09-13

Le Parisien : Congrès UMP : motion commune des différentes chapelles gaullistes

Les différentes chapelles gaullistes de l’UMP vont présenter au congrès UMP de novembre une motion commune sous la houlette de l’ancienne ministre et présidente du RPR, Michèle Alliot-Marie, et du sénateur Roger Karoutchi, a annoncé jeudi ce dernier. Le document est le fruit du regroupement du "Gaullisme du Renouveau" de Mme Alliot-Marie et du "Rassemblement gaulliste" de M. Karoutchi, proche de Jean-François Copé. Ses deux autres premiers signataires sont fillonistes : l’ancien président du Sénat Gérard Larcher et l’ex-ministre Patrick Ollier, président de l’Amicale gaulliste de l’Assemblée nationale. "Nous qui nous réclamons du gaullisme voulons faire vivre ses valeurs afin qu’elles orientent le projet de l’UMP. Nous souhaitons que, tous ensemble, nous nous battions pour une société plus juste et plus solidaire dont l’Homme doit être le souci premier, dont l’Etat soit un élément d’équité, de justice, d’équilibre des territoires, dont l’autorité soit garante de sécurité. Nous entendons que la France compte et pèse dans une Europe des Etats-Nations qui, par sa force et sa détermination deviendra essentielle pour l’équilibre du monde multipolaire", peut-on y lire…


- 2012-09-05

BFM TV.com : Logement social : ce que la loi Duflot va changer

Cécile Duflot a annoncé son projet de loi dit de "mobilisation générale pour la construction de logements sociaux"au Conseil des ministres ce mercredi. Il vise à stopper l’inflation du foncier et à rendre la loi SRU, déjà existante, plus efficace.La loi relative à la solidarité et au renouvellement urbain (SRU) a été promulguée en décembre 2000 sous le gouvernement de Lionel Jospin. Elle vise à développer le logement social en France, en obligeant les communes de plus de 3.500 habitants (1.500 en Île-de-France) à disposer d’un taux minimum de 20% de logements sociaux (…)Réputée avoir changé en profondeur l’urbanisme français, cette loi est devenue un symbole de solidarité, et régulièrement, les associations qui militent pour le logement social pointent les communes qui ne respectent pas cet engagement (…) Mais elle a pourtant souvent été attaquée par la droite. En janvier 2006, un amendement porté par Patrick Ollier et le député UMP Gérard Hamel voulait permettre d’assimiler certaines opération d’accession sociale à la propriété à du logement social. Le Sénat a supprimé ces mesures. Le 30 mai 2006, Patrick Ollier dépose un nouvel amendement contre le quota de 20%…


- 2012-09-04

Batiactu.com : "Le Conseil d’Etat souffle le chaud et le froid autour de l’éolien"

Le Conseil d’Etat a rendu plusieurs décisions qui montrent l’intérêt public des éoliennes : elles contribuent à la satisfaction d’un besoin collectif. De ce fait, ces équipements peuvent être implantés dans des zones agricoles ou protégées. Mais le Conseil d’Etat a également rejeté un recours, déposé par deux sociétés, qui demandait l’annulation du décret d’inscription des éoliennes au régime des installations classées pour la protection de l’environnement (ICPE). Les décrets de classement avaient été publiés il y a un an, en août 2011, satisfaisant alors une ancienne revendication des opposants au développement de cette énergie. Plusieurs rapports et commissions parlementaires (notamment celle présidée par Patrick Ollier) s’étaient montrés peu enclins au classement des aérogénérateurs dans la liste ICPE.


- 2012-09-03

Libération.fr : "A Neuilly, Copé guette l’onction du prince Jean"

…La grande majorité des maires et parlementaires du département seraient plutôt favorables à Fillon, notamment les députés Patrick Ollier et Jean-Jacques Guillet, par ailleurs président de la fédération départementale UMP.


- 2012-08-11

The Huffington post : le judo est-il un sport d’hommes politiques ?

…22% des grands judokas se sont lancés en politique (…) En France, qui a vu naître parmi les meilleurs judokas de l’histoire, le judo est un sport très populaire. "Tout le monde pratique le judo, sans distinction de classe ou de milieu social. On trouve des clubs partout", atteste Michel Brousse, historien du judo et lui-même ceinture noire. Résultat, des personnalités politiques aussi différentes que Nicolas Sarkozy (ceinture marron), Robert Hue (ceinture noire) ou encore Patrick Ollier (ceinture noire) ont pratiqué cet art martial (…) Pourquoi le judo rencontre-t-il un tel succès ? La "voie de la souplesse" en japonais semble être une bonne préparation à la politique. "Le judo m’a permis d’acquérir une résistance physique au travail politique témoigne Patrick Ollier, ancien président de l’Assemblée nationale, dans une interview à Judo magazine, me permettant de conserver une maîtrise de moi dans les moments de grande intensité qui sont, croyez-moi, nombreux même dans l’atmosphère policée de l’Assemblée Nationale…


- 2012-07-19

Le Figaro.fr : le blog

Du haut du "perchoir" de l’Assemblée nationale, Philippe Séguin avait théorisé ce que Jacques Chaban-Delmas avant lui et Jean-Louis Debré après lui appliquèrent : présider l’Assemblée nationale, c’est d’abord protéger l’opposition, et faire en sorte qu’elle ait la parole dans un régime politique qui a choisi l’exécutif au détriment du législatif. D’ailleurs, lors de son élection fin juin, le nouveau président Claude Bartolone s’est réclamé de la méthode Séguin.

Par quelle aberration s’est-on donc retrouvé, mercredi après-midi à l’Assemblée, en pleine discussion de la loi de finances rectificative, avec au perchoir Denis Baupin, tout nouveau député de Paris. Les écologistes ont eu droit à une vice-présidence. Très bien. Ils ont choisi d’y installer un nouvel élu, par définition sans aucune expérience. Il est vrai qu’ils n’avaient guère le choix. Très bien aussi.

Mais mercredi après-midi, ce n’est pas seulement d’incompétence technique que Denis Baupin s’est rendu coupable. C’est surtout de mépris politique. A Patrick Ollier, Christian Jacob ou Maurice Leroy qui faisaient des rappels au règlement, le vice-président Baupin a répondu en soupirant, avec désinvolture, comme si l’opposition ne comptait pas. Or le rappel au règlement, c’est ce qu’il reste à l’opposition, quelle soit de gauche ou de droite, quand la Constitution ne lui laisse que des miettes de pouvoir. L’opposition, quelle qu’elle soit, mérite mieux que cette condescendance tombée du perchoir.


- 2012-07-18

France Télévisions.fr : " A quoi sert le ministre des Relations avec le Parlement ?"

Méconnu et effacé, le ministre des relations avec le Parlement tient un rôle pivot entre le gouvernement et les parlementaires. (…)"Personne ne sait qu’il existe si ce n’est le ministre. Et encore (rires)." C’est sur une boutade que Patrick Ollier, ancien ministre des relations avec le Parlement de Nicolas Sarkozy et député des Hauts-de-Seine, accueille notre projet d’article sur ce méconnu maroquin. (…) "Ce ministre est discret car il ne fait pas de communication forte. Il n’y a pas de coups politiques à monter. S’il le faisait, il se condamnerait à ne pas réussir sa mission de faire en sorte que la procédure législative se déroule au mieux", confirme Patrick Ollier, fort de son expérience de deux ans dans ce ministère.

S’il n’est pas au premier plan médiatique, le ministre des relations avec le Parlement tient un rôle, de l’ombre, majeur dans la procédure législative et dans les relations entre le gouvernement et les assemblées. Relations qu’il doit "faciliter", selon le site de l’Assemblée nationale (…) "Il est le maître du temps des assemblées", confirme Patrick Ollier. Son rôle institutionnel central concerne ainsi le temps politique, le calendrier législatif : l’ordre du jour. Fixé, depuis la réforme constitutionnelle de 2008, par le gouvernement deux semaines sur quatre, l’ordre du jour est arrêté lors de la conférence des présidents, à laquelle le ministre assiste.

"La veille des Conférences des présidents, le ministre chargé des relations avec le Parlement fait connaître par courrier adressé au Président de l’Assemblée les demandes d’inscription prioritaire du Gouvernement à l’ordre du jour pour les semaines qui lui sont réservées. Lors de la Conférence, il veille à la bonne articulation entre l’inscription de textes et de débats à l’ordre du jour des semaines réservées à chaque assemblée et l’agenda des ministres concernés", détaille le site web du Palais Bourbon. Ainsi, c’est le ministre qui précise, détaille et gère le calendrier législatif, établissant un calendrier prioritaire des projets de loi.

En cela, il est une courroie nécessaire du gouvernement, et notamment du Premier ministre dont il est rattaché (…) Certes, il construit l’ordre du jour, où il impose la volonté du Premier ministre. Mais cette partie est tout à fait secondaire", nuance Patrick Ollier. Car le travail de l’ombre se prolonge surtout dans les arcanes. Une mission de veille pour surveiller à la fois l’opposition et sa propre majorité.

Autrement dit, le ministre des relations avec le Parlement doit s’assurer que la majorité ne fasse pas faux bond au gouvernement. Surtout au Sénat, où les élus se sentent parfois plus libres de leur vote qu’à l’Assemblée.

"Il faut être prêt à tout moment, par le ministre lui-même ou ses collaborateurs, à intervenir sur des textes en cours de discussion pour interférer sur la séance", insiste Patrick Ollier qui plaçait stratégiquement ses collaborateurs afin d’être informé des moindres turbulences rencontrés par les projets de loi gouvernementaux.

"Vous êtes un peu le policier de la majorité", rigole-t-il, concluant que son rôle premier est d’être "dans les couloirs" pour "enlever les épines du pied et mettre des pétales de roses devant les ministres thématiques face aux pièges qu’on lui tend".

Si le ministre des relations avec le Parlement doit être un "vieux parlementaire" avec ses réseaux, un expert de "la machinerie interne", "avoir une connaissance de soutier de l’Assemblée nationale", dixit Patrick Ollier, il doit également s’immiscer avec délicatesse dans la mécanique interne au gouvernement. Et notamment s’assurer du suivi de l’application des lois.

"J’ai créé un comité de suivi de l’application des lois au ministère, qui a obtenu de bons résultats (…). Ce qui prouve que quand il y a une volonté, il y a un chemin. En conseil des ministres, je distribuais à tous les membres du gouvernement des fiches de rappel. Ce qui est interdit, ce que m’a rappelé le secrétaire général de l’Elysée. Alors j’ai dit à Nicolas Sarkozy : « s’il y a un problème, j’arrête mais c’est pour être utile à la politique que tu conduis ». Il m’a répondu : « Patrick, pas de souci. »"


- 2012-07-17

Europe1.fr : Loi Leonetti : "Ollier fermement opposé à une réforme"

Le député-maire UMP de Rueil-Malmaison, Patrick Ollier, s’est déclaré mardi "fermement opposé" à une réforme de la loi Leonetti sur la fin de vie, après l’annonce par François Hollande, lors d’un déplacement dans cette ville, d’une mission sur les soins palliatifs : "Ouvrir le débat sur l’euthanasie sans employer le terme peut paraître habile, mais cela représente un débat qui va fracturer la société française", estime l’ancien ministre dans un communiqué."Malgré la charge émotionnelle, qui en toute humanité peut nous submerger, je suis fermement opposé à ce que l’on réforme la loi Leonetti du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. J’apprécie d’ailleurs que le président de la République ait reconnu lui-même les progrès que cette loi a permis de faire", déclare Patrick Ollier.


- 2012-07-17

Les Echos.fr : "François Hollande veut un débat « noble et digne » sur la fin de vie"

Le député-maire UMP de Rueil-Malmaison, Patrick Ollier, s’est déclaré « fermement opposé » à une réforme de la loi Leonetti sur la fin de vie, après les propos de François Hollande. « Ouvrir le débat sur l’euthanasie sans employer le terme peut paraître habile, mais cela représente un débat qui va fracturer la société française », estime l’ancien ministre dans un communiqué. « Malgré la charge émotionnelle, qui en toute humanité peut nous submerger, je suis fermement opposé à ce que l’on réforme la loi Leonetti du 22 avril 2005 relative aux droits des malades et à la fin de vie. J’apprécie d’ailleurs que le président de la République ait reconnu lui-même les progrès que cette loi a permis de faire », déclare Patrick Ollier. « Aller plus loin, c’est-à-dire franchir la limite en autorisant un acte médical assumé pour provoquer la fin de vie est un débat qui ne semble pas s’imposer aujourd’hui. La formation des personnels de santé aux soins palliatifs, l’information et la pédagogie du public me semblent constituer des pistes prioritaires dans lesquelles l’Etat doit s’engager », poursuit-il.


- 2012-07-13

Localtis.info : Urbanisme commercial : l’ADCF rappelle "l’urgence de légiférer"

A l’occasion de la parution d’une étude sur l’urbanisme commercial, l’Assemblée des communautés de France (ADCF) a rappelé dans un communiqué le 12 juillet "l’urgence de légiférer" en la matière. Il y a tout juste un an, elle avait pris l’initiative d’une pétition de présidents de communautés d’agglomération, de communautés urbaines et de communautés de communes demandant la poursuite des débats parlementaires sur la proposition de loi Piron-Ollier relative à l’urbanisme commercial. Plusieurs signataires de cette pétition ont d’ailleurs rejoint le gouvernement actuel, souligne l’ADCF - Jean-Marc Ayrault mais aussi Laurent Fabius, Frédéric Cuvillier et Thierry Repentin. Depuis l’adoption de la loi de modernisation de l’économie (LME) en 2008, qui a supprimé les autorisations préalables pours les surfaces de moins de 1.000 m2, un nouveau texte avait été promis dans un délai de six mois pour réguler les implantations commerciales, rappelle l’AdCF. En l’absence de tout projet de loi, les députés Michel Piron et Patrick Ollier avaient pris l’initiative de déposer une proposition de loi qui a été votée en première lecture par l’Assemblée nationale en 2010 et par le Sénat en 2011 mais n’a toujours pas été adoptée. Or, "les communautés ont constaté la multiplication des demandes d’ouverture de nouvelles surfaces malgré le contexte de crise économique, de stagnation du pouvoir d’achat et d’un taux d’équipement commercial déjà très élevé (…) Les présidents de communautés invitent donc le gouvernement et les parlementaires à "donner très rapidement une suite législative aux réflexions engagées depuis de nombreuses années pour renforcer les capacités de prescription des plans locaux d’urbanisme (PLU) et des Scot sur les conditions de déploiement du commerce dans les territoires"(…)


- 2012-07-05

France Télévisions.fr : "Après le Sénat, l’Assemblée"

(…) A l’approche du congrès de l’UMP, en novembre, qui fera émerger le nouveau patron du parti de droite, les "mouvements" et autres courants politiques se multiplient. Mercredi, quarante-trois députés UMP ont ainsi créé une Amicale gaulliste de l’Assemblée nationale.

L’objectif ? "Nourrir la réflexion du projet de société que l’UMP devra adapter pour préparer l’avenir des Français" en vue du prochain congrès du parti, a expliqué l’ancien ministre des relations avec le Parlement et animateur de ce collectif, Patrick Ollier. L’Amicale comprend des députés "convaincus de la modernité du projet de société voulu par le général de Gaulle", développe le communiqué de M. Ollier. Parmi ces "convaincus" figurent notamment l’ancien président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer, mais aussi Claude Greff, Jean-François Lamour, Alain Marleix, Valérie Pécresse, Jean-Jacques Guillet ou encore le député de la Droite populaire Lionnel Luca. Cette initiative ne débarque pas ex-nihilo dans le paysage politique de la droite parlementaire. Depuis 2003, une Amicale similaire existe au Sénat, présidée depuis 2011 par l’ancien président de la chambre haute, Gérard Larcher (…) C’est le même credo que veulent aujourd’hui suivre les députés gaullistes, sur fond de champ lexical sarkozyste, reprenant le slogan présidentiel de l’ancien chef de l’Etat : la France Forte. L’Amicale gaulliste du Palais Bourbon souhaite ainsi "remettre l’homme au cœur du débat politique et pour cela, contribuer au débat d’idée sur des thèmes fondateurs du gaullisme : les institutions, la France Forte autour de l’idée de nation, la défense et l’indépendance nationale, le monde multipolaire, l’association capital-travail (la participation), la construction européenne ou encore l’aménagement du territoire".


- 2012-07-05

AFP : "Réactions au discours de politique générale de Jean-Marc Ayrault

(…) L’ex-ministre des Relations avec le Parlement Patrick Ollier a dénoncé "une vision étriquée et sectaire" : "on désigne les coupables : les riches". "C’est l’heure du renoncement au rêve", a ajouté M. Ollier reprenant un slogan de campagne de François Hollande sur le "rêve français".


- 2012-07-03

AFP : "Quarante-trois députés UMP ont créé une Amicale gaulliste de l’Assemblée nationale"

"Quarante-trois députés UMP ont créé une Amicale gaulliste de l’Assemblée nationale " afin de "nourrir la réflexion" lors du prochain congrès de l’UMP en novembre, a annoncé jeudi l’animateur de ce collectif, l’ancien ministre des relations avec le Parlement Patrick Ollier. L’Amicale comprend des députés "convaincus de la modernité du projet de société voulu par le général de Gaulle", notamment Bernard Accoyer, Claude Greff, Jean-François Lamour, Alain Marleix, Valérie Pécresse, Jean-Jacques Guillet et Lionnel Luca. L’objectif de l’Amicale, pendant de "celle qui a été créée au Sénat par Gérard Larcher", est de "nourrir la réflexion du projet de société que l’UMP devra adapter pour préparer l’avenir des Français, dès le prochain congrès du parti", indique Patrick Ollier dans un communiqué. Elle veut "remettre l’homme au coeur du débat politique et pour cela, contribuer au débat d’idée sur des thèmes fondateurs du gaullisme : les institutions, la France Forte autour de l’idée de nation, la défense et l’indépendance nationale, le monde multipolaire, l’association capital-travail (la participation), la construction européenne ou encore l’aménagement du territoire".


- 2012-06-12

Le Parisien : "Législatives : Patrick Ollier sans souci"

Le maire UMP de Rueil-Malmaison et ex ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, s’achemine tranquillement vers une réélection. Il est arrivé très largement en tête dimanche avec 47,5% des suffrages contre 28,9% à son concurrent socialiste, Bertrand Rocheron, qu’il affrontera dimanche prochain dans une circonscription très favorable à la Droite. A Rueil-Malmaison, il atomise tous ses adversaires, totalisant la bagatelle de 14 452 voix.


- 2012-05-09

AFP : "Un dernier Conseil pour ministres sur le départ"

Les membres du gouvernement Fillon se sont réunis pour la dernière fois, à l’Élysée, autour de Nicolas Sarkozy.

Nicolas Sarkozy a délivré plusieurs messages d’encouragement à l’équipe gouvernementale, les invitant à ne pas être « triste ». « Soyez fiers de ce que nous avons fait ensemble. Je pense que l’Histoire nous donnera raison », leur a-t-il lancé. Tout en souhaitant « bonne chance » à François Hollande, il a voulu minimiser sa défaite de dimanche. « Depuis dimanche soir, j’ai l’impression que 100 % des Français ont voté pour moi parce que tout le monde m’acclame. Plus largement, il a invité l’équipe gouvernementale à faire preuve de patience dans cette épreuve, qui est pour certains la première dans leur carrière politique. « C’est lui qui nous a remonté le moral », affirme ainsi Patrick Ollier, en charge des Relations avec le Parlement. En réalité, le président sortant a mis en garde contre ces politiques « trop tristes dans la défaite, trop joyeux dans la victoire »


- 2012-05-09

AFP : Pas à rougir" du résultat de dimanche, les législatives "à notre portée" (Jacob, UMP)

Le président des députés UMP, Christian Jacob, a expliqué mercredi qu’il n’y avait pas à "rougir" du résultat de l’élection présidentielle et qu’il fallait être "totalement mobilisé" sur les législatives qui sont "à notre portée". "On n’a pas à rougir. Il y a eu une campagne remarquable. Nicolas Sarkozy l’a attaquée avec 15 points de retard, une semaine avant cinq points d’écart et à la fin il nous manque un point et demi", a-t-il expliqué au cours d’une conférence de presse. "Dans 244 circonscriptions, Nicolas Sarkozy est en tête", a-t-il dit, et dans "80 circonscriptions on est à moins de deux points d’écarts", dont "55 sont détenues par nos collègues", a-t-il détaillé. (…) Patrick Ollier, ministre chargé des Relations au Parlement, a lui aussi salué l’unité de l’UMP. "Nous partons pour gagner !", a-t-il dit au sortir de la réunion qui a regroupé près de 150 députés


- 2012-05-09

AFP : "Nicolas Sarkozy souhaite bonne chance à François Hollande au dernier Conseil des ministres"

"Nous partons sans amertume, avec le sentiment du devoir accompli", a dit Patrick Ollier (Relations avec le Parlement).


- 2012-05-03

AFP :"Sarkozy applaudi par tout le gouvernement pour sa prestation lors du débat"

PARIS, 3 mai 2012 (AFP) - Les membres du gouvernement ont applaudi Nicolas Sarkozy, jeudi à la fin du Conseil des ministres, pour "la qualité de sa prestation" mercredi soir lors du débat qui l’a opposé à François Hollande, ont indiqué plusieurs d’entre eux à la presse.

"Le président de la République est aux manettes, il continue à diriger la France jusqu’au dernier moment et nous étions dans notre fonction de gouvernement. Maintenant on va reprendre notre fonction de militants pour la victoire de Nicolas Sarkozy. La campagne continue", a affirmé de son côté Patrick Ollier, ministre des relations avec le Parlement.
— -

- 2012-04-20

Le Parisien : « Je mène ma politique d’une main de fer dans un gant de velours »

Je regrette la démission de François Jeanmaire, mais je la respecte. Je lui ai d’ailleurs demandé de rester au sein du conseil municipal et il a accepté. Nous avons eu des échanges vifs concernant des problèmes liés à son secteur. Mais dans une équipe de 49 personnes, dont 19 adjoints, il y a des accords, des désaccords, des caractères… C’est la vie collective qui s’écoule. Quant à Didier Ducros, il n’avait rien de personnel contre moi. Ces démissions ne changent rien à l’unité politique de mon équipe. Nous avons autre chose à faire que de rentrer dans la psychothérapie de chacun. J’ai une bonne équipe autour de moi, je dis souvent que je suis fier d’elle. Mon souci se porte sur les Rueillois, ce sont eux mes patrons. Pour atteindre un haut degré de satisfaction, il faut parfois se fâcher et dire les choses. Je mène ma politique d’une main de fer dans un gant de velours. Je suis perfectionniste, exigeant, je n’ai aucun problème avec cela. Ces changements, je les ai décidés. J’ai fait confiance à des cabinets de recrutement et ce n’était pas un bon choix. Etre directeur de cabinet, ce n’est pas seulement avoir sur son CV la mention gestion du personnel. Il faut avoir la même compréhension des problèmes que moi, il faut pouvoir me remplacer. En six ans, j’ai opéré des changements à Rueil dignes d’une politique de quinze années. Pour cela, il faut une énergie insoupçonnable et chaque collaborateur doit être dans la même énergie.


- 2012-04-16

Le Journal du Centre : "Patrick Ollier à Champvert"

L’ancien président de l’Assemblée nationale, ministre des Relations avec le Parlement Patrick Ollier, conseiller politique de l’UMP, sera reçu dans le Sud-Nivernais, à Champvert, mercredi 18 avril (18 h 45, salle des fêtes) par Michèle Boucomont, candidate de la Majorité présidentielle aux législatives (2e circonscription). Avant la réunion publique, Patrick Ollier rencontrera des chefs d’entreprises et visitera des entreprises


- 2012 -04-15

Le Dauphine : "Le ministre Patrick Ollier était en meeting hier à Gap pour soutenir Nicolas Sarkozy"

A une semaine du premier tour de l’élection présidentielle, un quart des Français se disent toujours indécis quant au bulletin qu’ils vont glisser dans l’urne. La semaine qui vient sera donc déterminante. Patrick Ollier le sait bien, qui est venu hier à Gap pour mobiliser la famille UMP, réunie pour un meeting au CMCL, où quelque 180 personnes étaient réunies (…) Les oreilles du candidat socialiste ont dû siffler tant et plus, hier. Notamment du fait des piques de Patrick Ollier. S’il est élu, les prix vont flamber, car les marchés vont sanctionner sa politique, prédit le ministre. « Nous sommes les seuls à parler de la crise. Je comprends que Hollande ne le fasse pas, parce qu’il n’a pas de solution. » Pour le ministre chargé des Relations avec le Parlement, de par son courage, sa lucidité et son bilan, Nicolas Sarkozy est « celui qui est le plus crédible face à la crise ». Le CMCL a approuvé. Reste à convaincre ceux qui n’y étaient pas.


- 2012-04-12

La Dépêche du midi : "Le parc naturel Passeligne Pélissier ouvre fin mai"

Un immense poumon vert prend forme aux portes d’Agen. Un paysage composé par la Garonne et par deux lacs jusqu’à peu bordés de peupliers, remodelé par la main de l’homme. Les travaux d’aménagement ont démarré au début de l’année (…)Le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, lors de sa visite sur le site fin novembre dernier, avait apporté son soutien à l’opération (9 millions d’€) d’autant que lui-même a mis en place, dans la région parisienne, un équipement identique.


- 2012-04-11

Le Dauphiné : "Deux ministres dans les Hautes-Alpes pour soutenir Sarkozy"

Le parti de Nicolas Sarkozy organise pas moins de deux réunions publiques, cette semaine. La première se déroulera demain, à Briançon, à 20h30, dans la salle l’Epicéa, en présence du ministre du Commerce extérieur Pierre Lellouche. La deuxième est programmée samedi 14 avril, à 15h, au CMCL de Gap. Elle sera tenue par Patrick Ollier, ministre chargé des Relations avec le Parlement et ancien député des Hautes-Alpes.


- 2012-04-03

L’Union : "Réunion publique de l’UMP " L’UMP organise le jeudi 5 avril, à 19 heures, à la salle des fêtes de Loisy-sur-Marne une réunion publique en présence du ministre chargé des relations avec le Parlement Patrick Ollier. Il sera accompagné de la vice-présidente de l’Assemblée nationale et députée de la Marne, Catherine Vautrin, ainsi que de Charles de Courson (…)


- 2012-04-03

Le Figaro : "Commission Assouline : la polémique enfle"

Le gouvernement reproche au PS de vouloir « instrumentaliser » l’affaire Merah.

Un nouveau bras de fer est engagé entre le gouvernement et le Sénat, à majorité de gauche, qui veut mettre en difficulté le pouvoir après les tueries de Toulouse et Montauban. Et par là même attaquer les nouvelles mesures antiterroristes que Nicolas Sarkozy veut faire voter après la présidentielle, s’il est réélu. La commission sénatoriale pour l’application des lois, que préside le sénateur socialiste David Assouline, voulait entendre, mardi et mercredi, les plus hauts responsables du renseignement, Erard Corbin de Mangoux, directeur général de la Sécurité extérieure (DGSE), puis Bernard Squarcini, directeur central du renseignement intérieur (DCRI). Mais dès vendredi, les ministres de la Défense et de l’Intérieur, Gérard Longuet et Claude Guéant, « ont décidé de ne pas donner de suite favorable à cette demande, les fonctionnaires concernés n’ayant pas de responsabilité en matière d’évaluation des lois et étant, par ailleurs, en cette période électorale, tenus à un strict devoir de réserve ». Le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, a aussitôt précisé que la commission sénatoriale de contrôle de l’application des lois « n’est pas une commission permanente comme celles reconnues par la Constitution ou par la loi » et qu’elle « ne dispose pas de prérogatives » pour entendre les directeurs des services de renseignement. Patrick Ollier dénonce « un coup politique » de la gauche et rappelle que seule la délégation parlementaire au renseignement (composée de huit parlementaires de droite et de gauche) est habilitée à tirer les conséquences des tueries (… ) Lundi, dans un communiqué, la sénatrice UMP du Bas-Rhin Fabienne Keller, déléguée générale adjointe de l’UMP, a elle aussi dénoncé le fait que « le Sénat devienne l’annexe de la rue de Solferino », siège du PS.


- 2012-04-01

La Croix : "Les services de renseignement sur la sellette dans l’affaire Merah"

Bernard Squarcini et Erard Corbin de Mangoux, chefs de la DCRI (contre-espionnage) et de la DGSE (espionnage), doivent être entendus mercredi 4 avril par la délégation parlementaire au renseignement. En fin de semaine dernière, le gouvernement a refusé leur audition par la majorité PS du Sénat (…)Tout est parti de la décision prise par la commission sénatoriale pour le contrôle de l’application des lois, présidée par David Assouline (PS), d’auditionner les deux chefs des services de renseignement. Claude Guéant, ministre de l’intérieur, et Gérard Longuet, ministre de la défense, qui sont les autorités de tutelle, ont refusé. Jean-Pierre Bel, président (PS) du Sénat, a répliqué que cela mettait « en cause les prérogatives constitutionnelles du Sénat ». Le ministre des relations avec le Parlement, Patrick Ollier, a rétorqué que seule la délégation parlementaire au renseignement avait « les préogatives » pour entendre les deux responsables. Constituée de quatre députés et quatre sénateurs, cette délégation a été créée par une loi d’octobre 2007 afin de donner aux services d’espionnage et de contre-espionnage « une nouvelle légitimité ». Elle doit toutefois conserver à ses travaux le caractère du secret défense (…)


- 2012-03-27

Le Figaro : "Arsenal antiterroriste : pas de débat au Parlement avant la présidentielle"

le Parlement ne reprendra pas ses travaux avant la présidentielle. Nicolas Sarkozy a précisé lundi sur France Info que des nouvelles dispositions pour lutter contre le terrorisme islamiste seraient examinées lors d’un « prochain Conseil des ministres », et ne seraient soumises au Parlement qu’après l’élection présidentielle, le PS ayant, selon lui, « indiqué qu’il s’opposerait à cette réglementation ». A vingt-huit jours du premier tour de la présidentielle, l’hypothèse d’un vote consensuel au Parlement sur un texte sécuritaire s’est très vite évanouie (…) Patrick Ollier, le ministre des Relations avec le Parlement, « regrette que face à l’émoi des Français, après une courte période d’unité nationale, la gauche ne veuille pas voter des mesures d’intérêt général pour lutter contre cette nouvelle forme de terrorisme ». Le processus n’en est pas moins engagé. Le projet de loi sera transmis mardi au Conseil d’État, examiné le 11 avril en Conseil des ministres. Et il devrait, si Nicolas Sarkozy est réélu, être examiné en urgence après les élections législatives des 10 et 17 juin. C’est donc une nouvelle majorité qui serait chargée de débattre de ce texte, dans la foulée de la rentrée parlementaire, prévue le 26 juin


- 2012-03-24

Le Parisien : "Dans les secrets du meeting de Sarkozy"

Le président-candidat tient en fin d’après-midi une réunion publique à Rueil-Malmaison (…)Trois petits jours de préparation, un jour et demi d’installation pour une heure quarante-cinq de meeting. L’UMP n’a pas chômé pour accueillir son candidat dans « son » département (…) Pas de pancarte mais 1200 drapeaux tricolores flotteront dans la salle. Si la durée de préparation a été courte, l’UMP compte sur ses 13000 adhérents et 700 jeunes du département pour remplir la salle(…)Patrick Ollier, le maire de Rueil, Claude Guéant, le ministre de l’Intérieur, Patrick Devedjian, le président du conseil général, Charles Pasqua, l’ancien patron du département, entre autres, se déplaceront pour l’occasion (…)


- 2012-03-23

Le Figaro.fr : "Une loi antiterroriste peut être votée avant l’élection"

Le projet de loi sur le renforcement de la lutte contre le terrorisme et l’extrémisme idéologique annoncé jeudi par Nicolas Sarkozy après l’assaut du Raid contre le tueur de Montauban et de Toulouse pourrait être adopté avant l’élection présidentielle, a assuré vendredi matin François Fillon. Le chef de l’État a annoncé qu’il voulait punir pénalement « toute personne qui consultera de manière habituelle des sites internet qui font l’apologie du terrorisme ou qui appellent à la haine et à la violence » ainsi que les personnes qui se rendent « à l’étranger pour y suivre des travaux d’endoctrinement, des idéologies conduisant au terrorisme ». Malgré la date très rapprochée du premier tour, dans moins d’un mois, il est possible de convoquer les parlementaires jusqu’au dernier moment. « La session parlementaire n’est pas terminée et se poursuit jusqu’à l’élection de la nouvelle Assemblée en juin » précise Patrick Ollier, ministre chargé des Relations avec le Parlement. « Les travaux parlementaires sont juste arrêtés, en suivant les us et coutumes républicains qui prévoient une interruption avant l’élection présidentielle, » poursuit-il (…) En attendant de passer devant les deux assemblées, le texte doit d’abord être soumis au Conseil d’État, « dès la semaine prochaine » selon Patrick Ollier et être examiné par le conseil des ministres. « Une fois ces étapes passées, toutes les opportunités restent ouvertes », affirme Patrick Ollier, qui précise toutefois que la rédaction rapide du projet de loi sera loin d’être facile. Le soutien de l’opposition devrait de toute façon être indispensable pour réussir à faire passer rapidement le projet de loi, en évitant d’éventuelles navettes entre le Sénat et l’Assemblée.(…)Ce consensus avec le PS sur les quatre mesures présentées brièvement jeudi par le chef de l’État parait à ce jour très improbable (…)


- 2012-03-23

AFP : "Le député Jean-Yves Besselat est mort"

Le député UMP de Seine-Maritime, Jean-Yves Besselat, est décédé des suites d’une longue maladie, a annoncé vendredi le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP) dans un communiqué. Âgé de 68 ans, élu depuis 1995, ce député avait pris la suite de l’ancien maire du Havre, Antoine Rufenacht. Bernard Accoyer a salué "l’action d’un homme de conviction passionné par la France et particulièrement attaché à son département, à sa région". Jean-Yves Besselat s’était investi dans les questions "liées à l’aménagement du territoire, à la mer, au littoral et aux ports". Il était aussi administrateur de l’Institut français de la mer. Patrick Ollier, ministre chargé des relations avec le Parlement, a salué dans un communiqué le "courage" de M. Besselat, car "il est resté présent dans l’hémicycle jusqu’à la fin des travaux parlementaires". "Il laisse le souvenir d’un homme fidèle à ses convictions", a-t-il ajouté.


- 2012-03-14

Journal du centre : "Actualités " (Déplacements dans la Nièvre)

Dans la Nièvre, le parti majoritaire travaille également à étoffer sa campagne de la présidentielle. Outre Patrick Ollier (actuel ministre des Relations avec le Parlement), il pourrait aussi recevoir prochainement Benoist Apparu (actuel Ministre du Logement), et Roger Karouchi (ancien secrétaire d’État aux Relations avec le Parlement), actuellement sénateur des Hauts de Seine.


- 2012-03-15

L’Echo Le Régional : "L’Honneur pour Cécile Bert-Francine "

Patrick Ollier, ministre des Re- lations avec le Parlement a remis la Légion d’honneur à Cécile Bert-Francine, jeudi dernier en mairie de Soisy, en présence de Jacqueline Eustache-Brinio, maire de Saint-Gratien. (Elle a consacré sa vie aux enfants, d’abord dans le cadre de son travail au ministère de l’Éducation nationale, durant quarante-deux années et ensuite dans le cadre de son association « Amour d’enfants » créée en 2002 à Soisy)


- 2012-03-15

L’Hebdo : " La der de Serge Poignant à l’Assemblée "

L’hommage a (…) été rendu par le centriste Jean Dionis du Séjour. “Je remercie Serge Poignant pour avoir fait, avec Patrick Ollier, de la commission des affaires économiques un lieu de réflexion et aussi d’influence. Je crois que cela compte. Nous avons construit une commission qui travaille, qui réfléchit et qui a du poids. Je tiens également à le saluer pour avoir porté attention aux deux groupes minoritaires”.


- 2012-03-16

Le Bulletin Quotidien : « Culture : Frédéric Mitterand rencontre Patrick Ollier »

M. Frédéric MITTERRAND, ministre de la Culture et de la Communication (…)participera aux Journées européennes des représentants territoriaux de l’Etat, à la préfecture de Paris, avant d’effectuer un déplacement à Fleury-Mérogis à l’occasion du festival de cinéma "Fleury fait son cinéma". Il rencontrera ensuite MM. Patrick OLLIER, ministre chargé des Relations avec le Parlement, maire (UMP) de Rueil-Malmaison, et Amaury LEFEBURE, directeur du musée national du château de Malmaison, puis Mme Isabelle LEMESLE, présidente du Centre des monuments nationaux…


- 2012-03-17

Le Dauphiné Libéré : " Petit vade-mecum pour faire venir un orateur national "

Les élus des Hautes-Alpes n’ont plus occupé de fonction ministérielle depuis les années Giscard avec Pierre Bernard-Reymond et Paul Dijoud. Dès lors, les responsables locaux jouent sur les attaches locales. À chaque campagne ou presque, on voit ainsi intervenir les mêmes personnalités. C’est surtout le cas à droite avec Patrick Ollier, ministre des relations avec le Parlement et ex-député des Hautes-Alpes, ou Valérie Pécresse, ministre du Budget et dont la famille est originaire de Gap.


- 2012-03-19

La Lettre Politique et Parlementaire : " Patrick Ollier satisfait et optimiste "

L’heure est donc au bilan, et Patrick Ollier n’est pas peu fier d’annoncer un taux d’application des lois de 88,33 % « une première sous la V e R é p u b l i q u e ». En effet, sous le gouvernement de Lionel Jospin, le taux d’application des lois était, à son départ, de 60 %, et il atteignait seulement 70 % au départ de Dominique de Vi l l e p i n. Sentiment du devoir accompli donc, pour Patrick Ollier, qui estime que « ça sert d’avoir été président d’une commission pendant dix a n s », que cela permet « d’être cool » quand on arrive dans l’hémicycle, en tant que ministre. Ministre depuis 18 mois, Patrick Ollier rappelle que l’Assemblée nationale a travaillé pas moins de 5 030 heures sous la XIII e l é g i s l a t u r e. Que 3901 questions au gouvernement y ont été posées (260 heures) et 7 5 800 amendements déposés (dont 13060 adoptés). Au Sénat, on enregistre 4 6 6 0 heures de séances, 35 000 amendements déposés (9 3 0 0 adoptés), 791 questions au gouvernement (70 h e u r e s). Au-delà de ces résultats, impossible pour Patrick Ollier de ne pas évoquer la campagne présidentielle. François Hollande a beau « f a i r e la course en tête, sur le plan des idées, il fait du sur-p l a c e » ! Comme il le répète à l’envi depuis septembre dernier, le ministre est « absolument certain » de la victoire de Nicolas Sarkozy en mai prochain.


- 2012-03-19

La Correspondance de l’Enseigne : " Urbanisme Ollier torpille Ollier "

Patrick Ollier, ministre des Relations avec le Parlement et rédacteur de la réforme de l’urbanisme commercial qui porte son nom, enterre sa propre loi. Il a, lors d’une (…) réunion de clôture des travaux parlementaires dans ses salons, indiqué avoir « volontairement bloqué le texte au Sénat ». Pour lui, ses rapporteurs successifs, Jean-Paul Charié et Michel Piron, l’auraient « dénaturé », le rendant « impossible à mettre en œuvre par le gouvernement ». De son point de vue, la loi devra dans tous les cas faire l’objet d’une « remise à plat complète ».


- 2012-03-20

Le Dauphiné Libéré : " Patrick Ollier invité ce mardi par Marie-Hélène Thoraval"

Répondant à l’invitation de la députée de la 4e circonscription de la Drôme, Marie-Hélène Thoraval, le ministre en charge des relations avec le Parlement, Patrick Ollier, passe aujourd’hui la journée en Nord-Drôme. Il débute, à 11 h par le lancement du centenaire du Palais idéal du Facteur Cheval à Hauterives, suivi à 15h d’une rencontre avec des agriculteurs à Châteauneuf-sur-Isère. Il animera ensuite une table ronde avec les chefs d’entreprises du territoire à Alixan.


- 2012-03-20

Le Monde " Sans se concerter, les candidats ont arrêté la campagne "

En quelques heures, la plupart des candidats ont annulé leurs meetings. Les débats télévisés ont été reportés. Dans les QG des candidats, on a vite compris qu’il serait impossible de poursuivre normalement la bataille électorale après l’assassinat, lundi 19 mars, à Toulouse, de trois enfants et d’un professeur devant une école juive (…) Plusieurs centaines de personnes, se pressant aux abords de la synagogue de la rue Notre-Dame- de-Nazareth dans le 3e arrondissement de Paris, ont pu voir arriver des responsables politiques de tous bords, venus assister à une cérémonie de deuil. Une grande partie du gouvernement était là. Des mines graves et recueillies. François Fillon, Valérie Pécresse, Roselyne Bachelot, Patrick Ollier, Eric Besson, Xavier Bertrand, Frédéric Lefevre, Frédéric Mitterrand, Nora Berra, Luc Chatel, Pierre Lellouche, Marie-Anne Montchamp sont arrivés sans dire un mot comme le secrétaire général de l’UMP Jean-François Copé et le président de l’assemblée nationale, Bernard Accoyer.


- 2012-03-13

Le Figaro : "semblée : généraux, fantassins, artilleurs et sapeurs…"

Les députés socialistes l’ont surnommé« le boulier ». Patrick Ollier, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, a en effet veillé à ce que la majorité soit… majoritaire dans l’Hémicycle au moment du vote de chaque texte délicat. Traumatisée par « le coup du rideau » qui avait entraîné, le 9 avril 2009, le rejet de la première loi création et Internet (Hadopi) par une majorité de députés PS, la majorité a dû s’astreindre à une discipline plus stricte.


- 2012-03-05

News de Stars : "Jean Dujardin : Rueil-Malmaison met le comédien à l’honneur"

Ce n’est plus un secret pour personne : Jean Dujardin est né à Rueil-Malmaison. Du coup, la ville a voulu célébrer cet événement. Et pour l’occasion, plusieurs affiches ont été placées dans la ville. On peut y lire :"Un Ruellois à Hollywood. Bravo Jean Dujardin pour votre Oscar !" (…) Lundi 27 février, il est devenu le premier acteur français à recevoir un Oscar pour son interprétation de George Valentin dans The Artist". Une jolie publicité pour la ville, dont le maire Patrick Ollier oeuvre régulièrement pour le domaine culturel.


- 2012-03-05

Le Populaire.fr : "La loi de modernisation de l’économie n’a pas complètement rééquilibré la donne"

Votée en 2008, la loi dite “LME” a fait long feu. Si le rapport de forces entre fournisseurs locaux et grandes surfaces s’est rééquilibré, la baisse des prix n’a pas suivi. À l’été 2008, la loi de modernisation de l’économie, dite LME, est (pourtant) apparue comme une vraie bonne idée. Allant dans le sens des petits producteurs et du consommateur. Deux ans après, un rapport d’étape parlementaire, cosigné par Patrick Ollier (UMP) et Jean Gaubert (PS), minimise sa portée.


- 2012-03-03

Ouest France : "L’hommage du ministre Ollier à Yves Deniaud"

Ils se sont connus il y a 47 ans chez les Jeunes Gaullistes. Le ministre est venu hier dire au revoir à son ami le député Hier soir, devant 300 amis, 30 maires et 17 anciens maires, le député Yves Deniaud est venu dire au revoir. Comble pour un Gaulliste : c’est un 18juin qu’il tirera sa révérence (…) À la Halle aux Toiles, à Alençon, c’est le ministre des relations avec le parlement, Patrick Ollier, qui est venu entourer un « frère d’arme »et un ami tout court, dans un long discours. Émotion et larmes, pour cet hommage à Yves Deniaud, dans « une vie qui ne t’a pas gâté, et où tu as toujours fait face ».Il parlera du député « sortant » de la première circonscription de l’Orne comme d’un« homme de conviction avec beaucoup de simplicité, efficace et combattant, un homme écouté et respecté à l’Assemblée nationale ». Avec humour, il lui lancera : « tu nous as pourri la vie pendant longtemps, avec tes dossiers sous le bras à nous tirer toujours la manche. Je peux vous le dire : Yves Deniaud a beaucoup fait pour le monde rural qui se sent toujours si délaissé à Paris », avant de conclure ce bel éloge par ces propos du général de Gaulle si cher à Yves Deniaud : « nous ne devons jamais accepter d’être mis sur le même plan que des gens qui ne combattent pas pour la France ».


- 2012-03-02

Midi Libre : "Salon de l’agriculture : le Maire bien accueilli"

Bruno Le Maire, omniprésent depuis le début du Salon, a rendu visite aux élèves du Legta de Civergols, hier matin, pendant la traite. « Je suis avec des jeunes de Lozère qui y croient. Ils se lèvent tôt. Ils travaillent dur. Ils méritent la reconnaissance », a expliqué le ministre de l’Agriculture, accompagné du ministre des Relations avec le Parlement Patrick Ollier.


- 2012-03-01

Direct Matin : "Lacombe s’excuse"

Sa petite phrase dans « Le Parisien » du 24 février avait mis le feu aux poudres. Bernard Lacombe s’est excusé hier d’avoir assimilé les joueurs lyonnais « à des fonctionnaires bien payés davantage qu’à des joueurs de haut niveau ». Tancé par le syndicat FO et par Patrick Ollier, le ministre des relations avec le Parlement, qui avait dénoncé une « stigmatisation » de la fonction publique, le conseiller sportif de Jean-Michel Aulas à l’OL a fait amende honorable par le biais d’un communiqué (…)


- 2012-03-01

Alternatives internationales : "De l’esprit des lois mémorielles"

(…) La loi française « reconnaît » deux génocides, tandis que l’ONU, via ses juridictions, en enregistre six : les deux précités, ainsi que ceux dont furent victimes les Cambodgiens, les Bosniaques, les Rwandais tustsis, les Soudanais darfouris. Dès lors que certains sont distingués par une instance officielle, les autres sont relégués dans la masse des malheurs indifférenciés. Si bien qu’en affirmant honorer la mémoire des uns, on affiche le signe de l’oubli des autres. C’est d’ailleurs ce que disait le ministre chargé des relations avec le Parlement Patrick Ollier, invoquant lors des débats parlementaires l’argument de l’harmonisation juridique : puisque la France reconnaît deux génocides, expliquait-il, elle doit sanctionner à l’identique la négation des deux. Selon un principe d’égalité juridique difficilement contestable, la dynamique de pénalisation à l’oeuvre ne peut en effet que s’étendre, mise en mouvement par la logique même des lois mémorielles. Ce texte est la cinquième d’entre elles (…) (Chronique de Rony Brauman)


- 2012-02-29

La Tribune.fr : "L’UMP fait voter sa loi contre les fermetures d’usines"

Les parlementaires ont veillé jusqu’au milieu de la nuit, mais la proposition de loi contre les fermetures d’usines a bien été votée. La proposition de loi adoptée à la quasi-unanimité (seuls les communistes s’abstenant), et qui passera jeudi devant le Sénat, avait été déposée par les députés UMP de Seine-Maritime, où se trouve la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (550 salariés), en faillite depuis la fin janvier. Son inscription en urgence à l’ordre du jour avait fait l’objet d’un accord entre le Premier ministre François Fillon et son prédécesseur socialiste à Matignon, Laurent Fabius, député de la circonscription de Petit-Couronne. Un fait souligné par le ministre de l’Industrie, Eric Besson, venu dans l’hémicycle pour soutenir le texte aux côtés de ses collègues Michel Mercier (Justice), Patrick Ollier (Relations avec le Parlement) et Xavier Bertrand (Travail).


- 2012-02-29

AFP : "Propositions de loi sur les fermetures d’usines : l’une passe, l’autre pas"

L’Assemblée nationale a adopté dans la nuit de mardi à mercredi un texte UMP destiné à empêcher le détournement d’actifs d’une entreprise défaillante et visant Petroplus, avec le soutien du PS qui a tenté en vain de faire passer aussi ses propres propositions ciblant ArcelorMittal. La proposition de loi adoptée à la quasi-unanimité (seuls les communistes s’abstenant), et qui passera jeudi devant le Sénat, avait été déposée par les députés UMP de Seine-Maritime, où se trouve la raffinerie Petroplus de Petit-Couronne (550 salariés), en faillite depuis la fin janvier (…) Son inscription en urgence à l’ordre du jour avait fait l’objet d’un accord entre le Premier ministre François Fillon et son prédécesseur socialiste à Matignon, Laurent Fabius, député de la circonscription de Petit-Couronne. Un fait souligné par le ministre de l’Industrie, Eric Besson, venu dans l’hémicycle pour soutenir le texte aux côtés de ses collègues Michel Mercier (Justice), Patrick Ollier (Relations avec le Parlement) et Xavier Bertrand (Travail).


- 2012-02-29

Le Parisien :"Football…"

Bernard Lacombe, le conseiller du président de Lyon, s’est attiré les foudres du syndicat Force ouvrière et du ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, à la suite de ses propos dans nos éditions du 24 février. « Par moments, j’ai l’impression de voir une équipe de fonctionnaires », lançait le dirigeant lyonnais en désignant ses propres joueurs. La section du Rhône de FO dénonce « des analogies mensongères et discriminatoires », alors que Patrick Ollier juge les propos « choquants ».


- 2012-02-29

Le Figaro : "Fiscalité : Hollande surprend l’UMP… et le PS"

Il n’aime pas les très riches. En assurant vouloir taxer à 75 % les revenus au-delà de 1 million d’euros par an, le candidat socialiste l’a prouvé (…)Si la plupart des responsables du PS ont aussi découvert l’annonce, ils ont fait corps avec leur candidat (…) Évidemment, la proposition d’Hollande a été rejetée sans ménagement dans les autres familles politiques. Et d’abord par Nicolas Sarkozy : « Tout ça donne une impression d’improvisation. » Cette proposition n’était « pas sérieuse, pas réfléchie », a assuré Patrick Ollier, le ministre chargé des relations avec le Parlement, en soulignant le couac avec Jérôme Cahuzac…


- 2012-02-29

Le Progrès : "Polémique Lacombe et les fonctionnaires : un ministre s’y met"

Selon Le Figaro , le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, a écrit à Bernard Lacombe, le conseiller de Jean-Michel Aulas, pour s’attaquer à ses propos « choquants » sur les fonctionnaires. Dans un entretien publié vendredi par Le Parisien , Bernard Lacombe avait comparé les joueurs de l’OL à des « fonctionnaires » en raison de leur attitude sur le terrain. C’était avant le match à Gerland contre le PSG (4-4). Pour le ministre, ces propos « contribuent à stigmatiser une partie des salariés ». Pour lui, « les fonctionnaires ne méritent pas une telle caricature négative ».


- 2012-02-28

Le Figaro.fr : "Pétroplus : accord Fillon-Fabius"

Recommander la proposition de loi UMP sur Pétroplus a fait l’objet d’un "accord" entre François Fillon et Laurent Fabius (…) La proposition de loi UMP destinée à empêcher le détournement d’actifs d’une entreprise défaillante a fait l’objet "d’un accord la semaine dernière", a dit Bernard Accoyer à la presse, ajoutant : "il y a eu un échange entre le Premier ministre et Laurent Fabius", député socialiste de Seine-Maritime, département où est implanté Petroplus. "Cela a été conclu la semaine dernière, ce qui a permis l’examen en commission et l’inscription à l’ordre du jour, c’est ce qu’a dit en conférence des présidents le ministre des Relations avec le Parlement", Patrick Ollier, a précisé le président de l’Assemblée.


- 2012-02-28

Le Figaro : "Le ministre des Relations avec le Parlement a écrit à Bernard Lacombe"

Le ministre des Relations avec le Parlement a écrit à Bernard Lacombe, conseiller de Jean-Michel Aulas, le président de l’Olympique Lyonnais, pour dénoncer les propos « choquants » qu’il a tenus sur les fonctionnaires. Dans une interview vendredi au Parisien, Lacombe avait piqué un coup de colère contre les mauvais résultats des footballeurs de l’OL. « Par moments, j’ai l’impression de voir une équipe de fonctionnaires ! », avait-il dit. Pour Patrick Ollier, ces propos contribuent à « stigmatiser une partie des salariés ». « Les fonctionnaires ne méritent pas une telle caricature négative », ajoute-t-il, en soulignant leur « capacité d’adaptation aux changements ».


- 2012-02-27

La Lettre Politique et Parlementaire : "Rp ou pas Rp ?"

On ne peut pas parler de ralliement à la représentation proportionnelle, puisque déjà, en avril 2006, Nicolas Sarkozy avait estimé que « notre démocratie gagnerait à permettre à nos compatriotes qui votent pour des partis protestataires d’être représentés au Parlement ». À Marseille, l’autre dimanche il n’a donc fait que conforter son analyse en envisageant que « tous les grands courants politiques puissent avoir des députés à l’Assemblée nationale » . Mais pourquoi avoir oublié, pendant tout son quinquennat, cette réforme que réclament tous les partis politiques ? Pour ne pas « se mettre à dos sa majorité », répond Patrick Ollier. En eff e t, Jean-François Copé, Christian Jacob et l’Ump massivement sont favorables au scrutin majoritaire et craignent le retour de l’instabilité des régimes précédents (…)


- 2012-02-23

AFP : "Le Parlement adopte définitivement un texte sur la chasse"

Le Parlement a définitivement adopté jeudi, après un vote "conforme" en seconde lecture à l’Assemblée, une proposition de loi UMP sur la chasse, qui reconnaît le rôle des chasseurs comme instrument efficace de gestion de la biodiversité. La fin de session parlementaire approchant, les députés ont adopté le texte à l’unanimité et conforme à la version votée par le Sénat, en l’absence des députés écologistes qui avaient voté contre, lors de la première lecture, en mai 2011 (…) Patrick Ollier, ministre chargé des Relations avec le Parlement, a lui remercié les députés d’avoir "fait oeuvre utile", soulignant le lien indissociable entre chasse et agriculture". Répondant à quelques inquiétudes, il a promis, pour le mois d’avril, un décret pour encadrer les chasses commerciales qui ne font jusqu’ici l’objet que de simples régimes déclaratifs en préfecture.


- 2012-02-22

AFP : Mesures emploi/Sarkozy : réactions Ollier, la Droite sociale, PCF

Patrick Ollier, ministre des relations avec le Parlement : "Nicolas Sarkozy est apparu en candidat déterminé, responsable et humain en même temps. Il a fait avec lucidité des propositions courageuses qui renforcent sa crédibilité en tant que seul candidat à même de conduire le destin de la France face aux difficultés. Cette intervention s’adresse à l’ensemble des Français et les mesures proposées sont à l’évidence celles du bon sens et de l’intérêt général"


- 2012-02-21

Le Figaro.fr : " Pas de proportionnelle aux législatives en juin"

Pour Sarkozy, vouloir changer le mode de scrutin pour les prochaines élections « est une stupidité » (…)C’est dire à quel point la proposition de loi cosignée par deux députés UMP de la Droite populaire, Richard Mallié et Philippe Meunier, visant à faire élire quarante députés à la proportionnelle, tombe mal. Sans prévenir les dirigeants du groupe UMP, les deux élus (Bouches-du-Rhône et Rhône) ont suggéré de créer « une circonscription unique » réunissant Paris (dix-huit circonscriptions), Lyon (quatre), Marseille (sept), ainsi que les onze sièges de députés des Français de l’étranger pour instiller une « dose » de proportionnelle à l’Assemblée. « Il n’est pas possible de modifier le mode de scrutin à deux mois de la présidentielle et à trois mois des législatives », a réagi Christian Jacob, le patron des députés UMP (…) Pour le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, cette proposition « n’a aucune vocation à être inscrite à l’ordre du jour » d’ici au 6 mars, date de l’interruption des travaux parlementaires.


- 2012-02-21

AFP : "Mode de scrutin : les législatives 2012 se feront "en application des textes actuels"

Le ministre de l’Intérieur, Claude Guéant, a affirmé mardi devant les députés que les législatives des 10 et 17 juin prochains se feront "en application des textes actuels", excluant ainsi toute application d’une dose de proportionnelle dès ce scrutin (…) Deux députés membres de l’aile droite de l’UMP, Richard Mallié et Philippe Meunier, ont annoncé mardi le dépôt d’une proposition de loi visant à permettre, dès juin, l’élection à la proportionnelle de 40 des 577 députés. Au-delà du prochain scrutin, une dose de proportionnelle à la marge permettrait "la représentation de courants qui existent et ne sont pas représentés ou une meilleure représentation de certains très faiblement représentés", et "d’éviter les manoeuvres et petits arrangements pas conformes à la vie démocratique comme l’accord entre les Verts et le PS", selon M. Guéant. De son côté, le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, a déclaré dans les couloirs de l’Assemblée que la proposition de loi Meunier-Mallié "n’a aucune vocation à être inscrite à l’ordre du jour parlementaire" avant la fin des travaux le 6 mars 2012. "La session s’arrête le 6 et il n’y a pas d’autres textes qui seront inscrits au cours de cette session", a-t-il dit. Au-delà des prochaines élections, a toutefois précisé M. Ollier, "une dose de proportionnelle, c’est une bonne idée". "Le président l’a proposé, laissez-le développer ses idées pendant la campagne", a-t-il ajouté.


- 2012-02-20

Le Figaro : "proportionnelle"

"Le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, autre gaulliste historique, est tout aussi réservé. « Le contact est indispensable entre le député et l’électeur » plaide-t-il. Il veut bien admettre « une dose de proportionnelle » mais prévient : « Tout dépend où on met le curseur ».


- 2012-02-17

Le Figaro.fr : "Patrick Ollier, invité du Talk Orange"

Patrick Ollier a fustigé vendredi la "valse-hésitation" du candidat François Hollande, "qui explique qu’il est libéral" dans le journal britannique The Guardian, et affirme "que la finance est son ennemie" en France. "Chez Hollande, il y a l’inexpérience, probablement, l’hésitation, certainement, qui entraînent la fragilité", a déclaré le ministre chargé des Relations avec le Par lement, invité du "Talk Orange 2012-Le Figaro". Il ajoute ? : "Les Français doivent choisir un candidat crédible, lucide sur les problèmes, et qui a le courage dans les solutions, Nicolas Sarkozy." Après les retraits de Christine Boutin et d’Hervé Morin de la course présidentielle, le maire de Rueil-Malmaison a invité l’ancien Premier ministre Dominique de Villepin à avoir "le sens des responsabilités". "Il fait partie de notre famille politique. Il faut créer l’union, Mme Boutin et M. Morin l’ont compris, autour du candidat qui a la crédibilité pour l’emporter, Nicolas Sarkozy." Interrogé sur la question prioritaire de constitutionnalité soumise au Conseil constitutionnel concernant la demande d’anonymat des parrainages à l’élection présidentielle, soulevée en particulier par le FN, Patrick Ollier a été très clair ? : "Je n’imagine pas que le Conseil constitutionnel change les règles du jeu à quinze jours du dépôt des candidatures (…). Il y a des règles, il faut les respecter, c’est ma conviction." Même s’il n’est "pas favorable" au scrutin proportionnel, au motif que "le député doit avoir un contact avec le peuple", le ministre se dit "prêt à faire un effort" pour permettre à "quelques élus" de se faire élire au scrutin de liste, "pour qu’il y ait un peu de respiration" démocratique. Patrick Ollier a en outre reconnu qu’il y avait "un risque de dérapage" si une question soumise au référendum se révélait trop compliquée. "Il faut (soumettre au référendum) des questions simples qui impliquent des réponses simples, par oui ou non." Il a défendu cette proposition du président candidat en expliquant que "s’il y a une volonté de blocage, l’appel au peuple, pour moi qui suis gaulliste, est tout à fait conforme à la démocratie moderne"


- 2012-02-15

AFP : Propos Vanneste sur la déportation des homosexuels : réactions à l’Assemblée

Voici quelques réactions, recueillies dans les couloirs de l’Assemblée nationale, aux propos tenus par le député Christian Vanneste, membre de la Droite populaire, sur la déportation des homosexuels et sur les menaces d’exclusion de l’UMP qui pèsent sur lui (…)Patrick Ollier, ministre UMP des relations avec le Parlement : "Chacun a droit à avoir sa propre pensée mais ce n’est pas parce qu’une personne a exprimé quelque chose que l’ensemble du corps doit penser de la même façon. A l’UMP, la réaction a été immédiate et il y aura sans doute un candidat UMP contre M. Vanneste. C’est la règle que nous respectons".


- 2012-02-15

AFP : "Débat sur la TVA sociale : forte affluence de députés, le PS ferraille"

L’Assemblée nationale a débattu mardi soir de la la TVA sociale dans une forte affluence de députés de droite comme de gauche, bien inhabituelle pour un débat budgétaire (…) Le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, a fait la navette entre l’entrée de l’hémicycle et le banc du gouvernement, veillant au grain.


- 2012-02-15

BFM Business : "TVA Sociale : l’UMP mobilisé pour accélérer le vote"

Chose rare : une mobilisation massive des députés, en pleine nuit, notamment ceux de la majorité. Ils étaient environ 250 présents dans l’hémicycle pour l’examen de la TVA sociale. Cette grosse mobilisation fait suite au rejet de la mesure en commission des finances. Pour la petite histoire, l’AFP raconte que Patrick Ollier, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, est resté longtemps devant l’entrée de l’hémicycle pour veiller à ce que les députés restent en séance


- 2012-02-15

Le Monde : "TVA sociale : l’acte manqué des députés UMP en commission des finances"

Le projet de loi de finances rectificative instaurant une TVA sociale à partir du 1er octobre est parti du mauvais pied. Faute d’une présence suffisante des députés de la majorité en commission des finances, celle-ci a accepté, lundi 13 février, un amendement du groupe socialiste supprimant l’article 1er du projet de loi(…) " C’est un coup monté ", s’énervent les responsables de l’UMP, " une manoeuvre, un non-événement ", proteste Patrick Ollier, le ministre chargé des relations avec le Parlement, assurant que ce vote en commission n’aura aucune incidence sur le cours de la discussion en séance (…) A 21 h 30, quand reprend la discussion en séance, les députés de l’UMP sont en nombre. Pas question de s’exposer à un nouveau revers. M. Ollier et le président du groupe UMP, Christian Jacob, ont battu le rappel. Il importe de faire une démonstration de force vis-à-vis de la gauche. Ses motions visant au rejet du texte sont largement repoussées.


- 2012-02-14

AFP : "Annonce de la candidature Sarkozy : les réactions à l’Assemblée"

(…)Patrick Ollier, ministre des Relations avec le Parlement : "Les députés attendent avec impatience que le candidat de la majorité se déclare, c’est vrai. Ils ont envie d’aller sur le terrain pour faire élire notre candidat. Je pense que la candidature de Nicolas Sarkozy va changer considérablement les choses, parce qu’il y aura un candidat, avec un projet fondé sur un bilan très fort, et de l’autre côté un candidat qui a des idées fondées sur le passé"(…)


- 2012-02-14

Le Figaro.fr : "Après Boutin, Morin : le paysage se dégage à droite"

Ils ne sont pas surpris du retrait de la candidature de Christine Boutin . Et ils jugent prévisible celle du président du Nouveau Centre, Hervé Morin (…) « J’espère qu’Hervé Morin aura la même démarche », confie de son côté le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier.


- 2012-02-14

Le Monde.fr : "TVA sociale : l’acte manqué des députés UMP en commission des finances"

(…)Faute d’une présence suffisante des députés de la majorité en commission des finances, celle-ci a accepté, lundi 13 février, un amendement du groupe socialiste supprimant l’article 1er du projet de loi (…)"C’est un coup monté", s’énervent les responsables de l’UMP, "une manœuvre, un non-événement", proteste Patrick Ollier, le ministre chargé des relations avec le Parlement, assurant que ce vote en commission n’aura aucune incidence sur le cours de la discussion en séance.


- 2012-02-14

AFP : "TVA sociale : nouvel assaut de l’opposition qui réclame un référendum"

Le PS s’est livré à une deuxième attaque surprise mardi à l’Assemblée en réclamant symboliquement l’organisation d’un référendum sur la TVA sociale (…) "Les socialistes ont cherché des artifices de séance pour retarder la discussion", a pour sa part commenté le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier dans les couloirs.


- 2012-02-14

Le Figaro : "Xavier Bertrand, bon élève de la campagne"

Le ministre du Travail ne participe pas au « comité stratégique » qui se réunit chaque semaine à l’Élysée, mais compense en multipliant les déplacements de terrain (…)À moins de 70 jours du premier tour, Bertrand enchaîne les déplacements, à raison de deux ou trois par semaine (…) Le 29 février, il sera à Rueil-Malmaison aux côtés de Patrick Ollier pour un meeting, en présence du ministre Maurice Leroy


- 2012-02-13

AFP : "Rejet en commission de la TVA sociale : manoeuvre de procédure, selon Jacob et Ollier"

Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, et le ministre des relations avec le Parlement ont minimisé lundi le rejet par la commission des Finances de l’Assemblée du projet de TVA sociale, y voyant "une petite combine" ou une "manoeuvre procédurale" du PS (…) De son côté, Patrick Ollier a déploré dans un communiqué "la manoeuvre procédurale par laquelle le groupe socialiste a fait nommer en catastrophe à la Commission des finances dix députés, pour la plupart franciliens, qui jusque là n’y siégeaient pas, afin de renverser le rapport de force habituel" (…)"Contrairement à ce qu’on pourrait penser ou voudrait faire penser, c’est bien le texte du gouvernement qui sera discuté dans l’hémicycle demain ou après-demain", a de même souligné M. Ollier.


- 2002-02-01

Le Parisien.fr : "Sarkozy étrille les ministres qui ont deux stratégies"

Nicolas Sarkozy a passé un nouveau savon à ses ministres mercredi lors du Conseil. Le président s’en est pris cette fois aux ministres « tangents » qui ont critiqué la loi -largement inspirée par l’Elysée- réprimant la négation des génocides dont le génocide arménien de 1915, perpétré par la Turquie et jamais reconnu (…)Montrant en exemple Patrick Ollier, ministre chargé des Relations avec le Parlement, le président a lancé : « Vous voyez, Patrick, il n’a qu’une seule stratégie. Quand on a une stratégie, c’est déjà compliqué. Alors quand on en a deux, c’est encore plus dur… »


- 2012-02-01

La Gazette des Communes : "Parlement : près de 90% des lois votées depuis 2007 sont applicables, selon Patrick Ollier"

Près de 90% des lois votées depuis juillet 2007 sont applicables, grâce à la publication des décrets d’application, a annoncé mercredi 1er février 2012 Patrick Ollier, ministre des relations avec le Parlement, précisant qu’il excluait celles adoptées au cours des derniers mois. Le ministre, qui préside un Comité de suivi de l’application des lois, a rappelé que son objectif était de faire en sorte que toute loi promulguée soit applicable dans les six mois suivant sa publication. Objectif pour l’instant atteint à près de 90%.

De 65% à 87% - « Quand je suis arrivé dans mes fonctions (en novembre 2010, ndlr), le taux d’application des lois étaient de 65%, il est aujourd’hui de 87,2% », s’est félicité Patrick Ollier lors d’une audition devant la commission des Lois à l’Assemblée. Lors de ses voeux à la presse, en janvier, Patrick Ollier avait indiqué que 240 textes de loi avaient été adoptés durant cette législature qui finira en juin.

Selon M. Ollier, citant un rapport du Sénat, le taux d’application des lois était de 60% après quatre années de législature intervenues sous le gouvernement Jospin (de 1997 à 2001).


- 2012-02-01

La Dépêche du Midi : "Le suicidaire le plus en forme de France »

« Je suis le suicidaire le plus en forme de France. » C’est par ces mots que Nicolas Sarkozy a voulu rassurer les parlementaires de la majorité qu’il avait conviés hier à l’Élysée pour leur faire la pédagogie des mesures qu’il a présentées dimanche et qu’ils devront voter dans les prochaines semaines. Car certains lui ont fait remarquer qu’annoncer une hausse de la TVA à quelques semaines des présidentielles relevait d’une démarche « suicidaire ». (…) Les parlementaires sont ils sortis rassérénés de l’Élysée ? Oui, répond Patrick Ollier, le ministre des relations avec le Parlement : « A la fin, tout le monde s’est levé et a fait une standing ovation au Président. »


- 2012-01-31

AFP : "Les députés examineront le budget rectificatif à partir du 13 février "

Les députés commenceront à examiner le lundi 13 février le budget rectificatif 2012, qui doit inclure la hausse de la TVA et la baisse des cotisations patronales, annoncées dimanche par Nicolas Sarkozy, a indiqué mardi Patrick Ollier, ministre des Relations avec le Parlement. Le projet de loi sur la construction de logements, prévoyant l’augmentation de 30% de la constructibilité des logements également annoncée par le chef de l’Etat, sera examiné à compter du 21 février, a précisé le président de l’Assemblée nationale, Bernard Accoyer (UMP). Tous deux s’exprimaient à l’issue de la conférence des présidents de l’Assemblée nationale, au cours de laquelle M. Ollier a informé les responsables des groupes politiques et commissions de l’inscription de ces textes à l’ordre du jour.


- 2012-01-30

Le Parisien : "Hollande à Sarkozy : « Si je suis élu, j’annulerai la hausse de TVA »"

(…)Fillon réunit les ministres concernés par les mesures annoncées à 14 heures. Le Premier ministre donne rendez-vous à Matignon à Nathalie Kosciusco-Morizet à l’Ecologie, Francois Baroin à l’Economie, Xavier Bertrand à l’Emploi, Valérie Pécresse au Budget, Benoist Apparu au Logement et Patrick Ollier chargé des relations avec le Parlement.


2012-01-31

Liberation.fr : "Annonces de Sarkozy : Fillon précisera le calendrier cet après-midi"

Le Premier ministre réunit plusieurs membres du gouvernement à 14 heures à Matignon. A l’issue de cette rencontre, il annoncera le calendrier des réformes évoquées la veille par le président (…)Les ministres Nathalie Kosciusko-Morizet (Ecologie), François Baroin (Economie), Xavier Bertrand (Emploi), Valérie Pécresse (Budget), Benoist Apparu (Logement) et Patrick Ollier (Relations avec le parlement) participeront à cette réunion autour du Premier ministre.


- 2012-01-29

Les Echos.fr : "Réactions politiques à l’intervention du Chef de l’Etat"

(…)Patrick Ollier, ministre des relations avec le Parlement : « Qu’attendent avant tout les Français ? Un emploi et un logement. En réponse à ces deux préoccupations majeures, le président de la République, avec lucidité, vient d’annoncer des mesures extrêmement fortes et courageuses » (…). « La mobilisation et l’action du président doivent être, et seront entières jusqu’à la fin de son mandat ».(…)

- 2012-01-25

La Croix : "La question de la constitutionnalité de la loi sur la négation des génocides reste posée"

Le Parlement français a définitivement adopté, lundi soir, la proposition de loi Boyer, qui devrait être rapidement promulguée. Le Conseil constitutionnel pourrait être amené à se prononcer sur cette loi dans l’avenir, à l’occasion du recours d’un justiciable (…) Outre l’opportunité diplomatique de la loi, la question de sa solidité juridique continue d’opposer les politiques. « Des textes ont également été déposés sur le génocide tsigane ou le génocide ukrainien. Comment les définir et où faudrait-il s’arrêter ? », a demandé Jean-Pierre Sueur. « Ce texte ne qualifie pas des faits historiques. Il ne fait que pénaliser la transgression de la loi », a défendu Patrick Ollier, ministre chargé des relations avec le Parlement.


- 2012-01-24

AFP : "Génocide arménien : le Parlement a définitivement adopté la pénalisation du génocide"

Le Parlement a définitivement adopté lundi soir, après un ultime vote du Sénat, la proposition de loi pénalisant la négation du génocide arménien, suscitant immédiatement le courroux de la Turquie. Le ministère turc des Affaires étrangères a "condamné fermement" le vote dénonçant un "acte irresponsable" de la part de la France (…) L’Arménie a aussitôt exprimé sa satisfaction. Ce vote est une "initiative historique qui contribuera à prévenir d’autres crimes contre l’humanité", a déclaré mardi Edouard Nalbandian, ministre arménien des Affaires étrangères. (…)Déjà adoptée par les députés le 22 décembre, la proposition prévoit un an de prison et 45.000 euros d’amende en cas de contestation ou de minimisation de façon outrancière d’un génocide reconnu par la loi française. Deux génocides, celui des Juifs pendant la Seconde guerre mondiale et celui des Arméniens, sont reconnus, mais seule la négation du premier était pour l’instant punie. Représentant le gouvernement, Patrick Ollier, ministre des relations avec le Parlement, a justifié la proposition de loi de la députée UMP Valérie Boyer par la nécessité pour "notre société (…) de lutter contre le poison négationniste". "Cette proposition de loi participe d’un mouvement généralisé de répression des propos racistes et xénophobes. Elle n’est pas une loi mémorielle", a argué le ministre.


- 2012-01-24

Ouest France : " Arménie : le Sénat a voté, la Turquie menace"

Sans surprise, mais après un long débat, le Sénat a voté, hier soir, la pénalisation de la négation du génocide arménien par 127 voix pour et 86 contre, dans les mêmes termes que l’Assemblée nationale. Elle est donc définitivement adoptée par le Parlement. La loi réprime la contestation des génocides, dont le génocide arménien qui aurait fait 1,5million de morts entre 1915 et1917, sous l’empire Ottoman. Son adoption par l’Assemblée nationale, le 22décembre, avait déjà provoqué la colère des autorités turques, rappelant leur ambassadeur à Paris et annulant toutes rencontres politiques ou économiques avec la France. Hier encore, devant le Sénat, des manifestants turcs brandissaient des banderoles hostiles : « La France n’a pas à donner de leçon d’histoire. »(…) Le texte, qui punit les négationnistes d’un an de prison et de 45 000 EUR d’amende, a divisé les sénateurs en profondeur, au-delà des familles politiques. Les socialistes sont pour, les écologistes contre. L’UMP favorable, pas les centristes. Souhaité par Nicolas Sarkozy, il est critiqué au sein même du gouvernement par Alain Juppé, ministre des Affaires étrangères, et Bruno Le Maire, ministre de l’Agriculture. Patrick Ollier, ministre des Relations avec le Parlement, s’est chargé de défendre la proposition de loi au nom du gouvernement, tout en minimisant sa portée. « Notre société se doit de lutter contre le poison négationniste », a-t-il justifié, démentant qu’il s’agit d’une « loi mémorielle ». La France, a-t-il rappelé, a reconnu deux génocides : la Shoah en 1990 et le génocide arménien en 2001. « Or, seule la négation de la Shoah est pénalement réprimée. »


- 2012-01-24

Le Figaro : "La pénalisation du génocide arménien à l’épreuve du Sénat"

Contester le génocide arménien - qui fit plus d’un million et demi de morts entre 1915 et 1923 - est-il désormais un délit ? Le Sénat se préparait à se prononcer, hier soir, sur une proposition de loi UMP qui prévoit de sanctionner toute personne qui aurait « contesté » ou « minimisé de façon outrancière (…) l’existence des génocides reconnus par la loi »(…) En 2001, le Parlement avait adopté une loi affirmant que « la France reconnaît publiquement le génocide arménien de 1915 ». Il s’agissait alors d’une proclamation solennelle sans portée juridique. La proposition de loi UMP examinée par le Sénat entend donner force contraignante à cette déclaration de principe, en lui ajoutant un volet pénal. Le texte prévoit d’instituer, pour la négation du génocide arménien, les mêmes peines que celles édictées en 1990 par la loi Gayssot pour la négation du génocide juif pendant la Seconde Guerre mondiale - un an de prison et 45 000 eur d’amende. À ce jour, le Parlement français n’a reconnu que ces deux seuls génocides. Le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, a jugé qu’il était respectable de s’opposer à la loi Gayssot lorsque ce texte a été débattu en 1990 ou à la loi reconnaissant le génocide arménien lors de son examen en 2001. Pour autant, « c’est à ce moment-là qu’il fallait ouvrir ces débats », a argumenté le ministre. Aujourd’hui, « il ne s’agit nullement de les rouvrir. Ils sont clos. C’est la loi de la République ». Au nom du gouvernement, Ollier a donc invité le Sénat à mettre un terme à « une disparité de traitement » entre les deux génocides reconnus par la loi.


- 2012-01-24

20 minutes : "Génocide arménien : vers la sanction du négationnisme"

Sauf surprise, le Parlement devait adopter définitivement hier une proposition de loi pénalisant la négation des génocides. Majorité et opposition sont favorables au texte, adopté par l’Assemblée fin décembre, mais les débats s’éternisaient hier soir. Même s’il ne désigne pas de pays en particulier, il vise la Turquie pour le génocide - terme que conteste Ankara - d’un million et demi d’Arméniens en 1915. Le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, a appuyé le texte au nom du gouvernement, afin de « lutter contre le poison négationniste » et « remplir un vide juridique », mais il a démenti qu’il s’agisse d’une « loi mémorielle ». La loi française a reconnu deux génocides : la Shoah en 1990 et le génocide arménien en 2001. « Or, seule la négation de la Shoah est pénalement réprimée », a argumenté Ollier (…)


- 2012-01-23

Décès de Pierre Sudreau : réactions

(…)Patrick Ollier, ministre des Relations avec le Parlement : "C’est une des grandes figures de la Résistance et de la vie politique de la Ve République qui disparaît. Je retiendrai notamment de lui son investissement personnel pour le projet du TGV, fleuron de notre économie, au travers de sa présidence de la Fédération des industries ferroviaires pendant 30 ans. Homme de valeurs républicaines, témoin de l’Histoire, il a consacré la dernière partie de sa vie, notamment à la présidence de la Fondation de la Résistance, à transmettre aux plus jeunes générations les valeurs de la Résistance" (…)


- 2012-01-23

Le Télégramme : "Génocide arménien. L’heure du vote au Sénat "

Dernière ligne droite aujourd’hui pour la projet de loi sur la pénalisation de tout génocide dont le génocide arménien de 1915. Malgré des réticences au sein de la Haute Assemblée, toutes tendances politiques confondues, et les menaces de la Turquie, une majorité favorable au texte devrait se dégager au Sénat. La proposition de loi de la députée UMP, Valérie Boyer, a déjà été adoptée le 22décembre par l’Assemblée nationale. Si le Sénat la vote conforme (sans amendement), elle sera définitivement adoptée par le Parlement Elle prévoit de punir d’un an de prison et 45.000euros d’amende toute négation publique d’un génocide reconnu par la loi française (…)Le gouvernement sera représenté par Patrick Ollier (Relations avec le parlement), qui a prédit un débat « plus difficile » qu’à l’Assemblée nationale.


- 2012-01-20

Le Monde : " Génocide arménien : le rejet en commission ne devrait pas empêcher le vote au Sénat"

La commission des lois du Sénat a décidé, mercredi 18 janvier, d’opposer une motion d’exception d’irrecevabilité à la proposition de loi, adoptée le 22 décembre 2011 à l’Assemblée nationale, visant à réprimer la contestation des génocides reconnus par la loi. Ce texte, qui prévoit une peine d’un an d’emprisonnement et de 45 000 euros d’amende, s’appliquerait notamment à " ceux qui ont contesté ou minimisé de façon outrancière " l’existence du génocide arménien de 1915, reconnu par la loi du 29 janvier 2001 (…)L’adoption en commission de cette motion de rejet ne veut pas dire, en effet, qu’elle sera ratifiée en séance. " Ce vote de la commission des lois ne me facilite pas la tâche. C’est un élément de difficulté, mais ce n’est qu’un élément ", a admis Patrick Ollier, le ministre chargé des relations avec le Parlement. Le gouvernement a pour consigne de favoriser l’adoption de cette proposition de loi déposée par Valérie Boyer, députée (UMP) des Bouches-du-Rhône. Nicolas Sarkozy avait affirmé son intention de légiférer lors de son déplacement en Arménie, en octobre 2011. De son côté, François Hollande s’est lui aussi prononcé en faveur d’une pénalisation de la contestation du génocide arménien.


- 2012-01-13

Acteurs Publics : "Parlement : 240 lois adoptées sous la présidence Sarkozy"

Grenelle de l’environnement, réforme constitutionnelle, retraites… Le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, s’est félicité, le 12 janvier, des 240 textes de loi adoptés depuis juin 2007. Il a confirmé que la session parlementaire serait prolongée de quelques jours fin février ou début mars.


- 2012-01-12

AFP : "Patrick Ollier (UMP) "étonné de la naïveté utopique" de Hollande"

Le ministre des relations avec le Parlement Patrick Ollier s’est déclaré jeudi "étonné de la naïveté utopique de François Hollande", accusant le PS d’être "le seul en Europe à ne pas avoir" choisi entre entre marxisme et social-démocratie. Abordant le thème de la campagne présidentielle, lors de ses voeux à la presse, Patrick Ollier s’est dit "étonné de la naïveté utopique de François Hollande qui nie la réalité". "Cette naïveté démontre qu’on a affaire aujourd’hui à un candidat qui n’arrive pas à faire face aux réalités du moment. Il est empêtré dans le programme de son parti, et ce programme est fondé sur un raisonnement du passé", a-t-il ajouté. "Ses maladresses, ses hésitations qui conduisent à la cacophonie qu’on voit aujourd’hui, vont empêcher les Français d’y voir clair". "Le PS, a encore estimé le ministre, est le seul en Europe à ne pas avoir fait son +coming out+ : il n’a toujours pas tranché entre la partie encore liée au marxisme et celle qui est déjà social-démocrate". "Ce parti produit un programme pétri de contradictions et pousse son candidat à le défendre face à une réalité qui fait fi de ces pensées déjà bien anciennes", a-t-il ajouté en poursuivant son analyse. Pour le ministre, la "campagne va se jouer sur la crédibilité". "Je suis intimement convaincu que la lucidité et le courage feront la différence", a-t-il dit.


- 2012-01-12

AFP : "Parlement-gouvernement : 240 textes de lois adoptés avec "lucidité et courage" durant la législature (Ollier)"

Le ministre des relations avec le Parlement Patrick Ollier a dressé jeudi un bilan élogieux des "240 textes de lois" adoptés durant la législature par une majorité gouvernementale dont "la lucidité et le courage" ont "permis de préserver l’essentiel". Citant les textes sur les retraites, la RGPP (révision générale des politiques publiques) et la réforme de la taxe professionnelle, Patrick Ollier a demandé, lors des ses voeux à la presse : "où en serions-nous, aujourd’hui, si nous n’avions pas eu la lucidité et le courage de voter ces textes ?" "Ces textes nous ont permis de préserver l’essentiel", a-t-il ajouté en se réjouissant de l’annonce de l’agence de notation Fitch ne prévoyant pas d’abaisser la note "AAA" de la France en 2012. Au bilan des 240 textes de lois adoptés pendant la législature, Patrick Ollier a aussi particulièrement remarqué les deux textes sur le Grenelle de l’environnement ainsi que la réforme constitutionnelle de 2008. Il l’a qualifiée de "plus importante réforme institutionnelle engagée depuis celle de 1958", qui a apporté "une respiration nouvelle à notre démocratie parlementaire". Il a aussi salué la "nouvelle logique de coopération législative" entre gouvernement et majorité". 42 projets de loi gouvernementaux et 27 propositions de lois" issues de parlement0aires de la majorité ont été adoptés entre mars 2010 et décembre 2011, a-t-il précisé. A propos de l’application des lois - dont il préside le comité de suivi -, M. Ollier a dit que si le taux d’exécution (nombre de décrets d’application des lois signés par rapport à ceux prévus) était "à peine supérieur à 60% en février 2011, ce bilan était passé à "plus de 90%" au 31 décembre dernier. Le ministre a également rappelé que la session ordinaire de la législature se poursuivrait sur "quelques jours supplémentaires fin février ou début mars" pour la mise en oeuvre des textes qui seront présentés, après le sommet social du 18 janvier, au Conseil des ministres "du 1er ou du 8 février".


- 2012-01-12

Le Monde : "Le projet de TVA sociale sucite des inquiétudes dans les rangs de la majorité"

(…)Selon le ministre chargé des relations avec le Parlement, Patrick Ollier, deux projets de loi devraient être présentés en conseil des ministres après le sommet social. L’un, sous la forme d’un collectif budgétaire, portera sur les mesures de financement de la protection sociale, incluant le transfert sur la fiscalité d’une partie des charges sociales. Le ministre, refusant d’employer le terme de TVA sociale, a insisté sur le fait que la hausse de la TVA ne serait " pas la seule modalité de financement de la protection sociale ". L’autre texte portera une série de mesures en faveur de l’emploi (…)


- 2012-01-11 Le Monde : "La proposition de loi sera examinée au Sénat lundi 23 janvier"

Le ministre chargé des relations avec le Parlement, Patrick Ollier, a indiqué, lundi 9 janvier, que le gouvernement avait demandé l’inscription à l’ordre du jour du Sénat, lundi 23 janvier, de la proposition de loi réprimant la contestation des génocides reconnus par la loi, dont, notamment, le génocide des Arméniens de 1915. Cette date devrait être confirmée par la conférence des présidents qui arrête l’organisation des travaux du Sénat. L’Assemblée nationale a adopté le 22 décembre cette proposition de loi de la députée UMP des Bouches-du-Rhône Valérie Boyer.


- 2012-01-10

AFP : "Le Sénat confirme l’examen le 23 janvier du texte sur le génocide arménien"

Le Sénat a confirmé mardi l’inscription à son ordre du jour du 23 janvier de la proposition de loi sanctionnant la négation de tous les génocides, dont celui des Arméniens de 1915, déjà votée par les députés en décembre (…) Le Sénat précise que c’est le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, qui a demandé par une lettre datée du 9 janvier cette inscription à l’ordre du jour de la Haute Assemblée. L’Assemblée nationale a adopté, le 22 décembre, cette proposition de loi de la députée UMP Valérie Boyer, qui prévoit de punir d’un an de prison et 45.000 euros d’amende la négation d’un génocide reconnu par la loi française. Une proposition de loi PS pénalisant la contestation du génocide arménien avait été votée le 12 octobre 2006 par l’Assemblée nationale, mais avait été rejetée le 4 mai 2011 par le Sénat, alors à majorité de droite. Cette fois-ci, l’adoption du texte par le Sénat semble plus certaine car, même si des divisons existent au sein des groupes, il y a "un consensus" selon M. Ollier.


- 2012-01-10

Le Point.fr : "François Hollande veut "moduler, pas supprimer" le quotient familial"

(…)Le jeu de casse continue", "une aberration de plus de François Hollande", a déclaré le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier (…)


- 2012-01-10

Le Figaro : "Le Parlement appelé à siéger jusqu’à début mars"

Le Parlementdevrait siéger au-delà du 22 février prochain, sans doute jusqu’au début mars 2012. C’est ce qu’a confié hier Patrick Ollier, le ministre chargé des Relations avec le Parlement, en marge des voeux à la presse du premier ministre. François Fillon a en effet rappelé hier, en fin de matinée, que la réforme du financement de la protection sociale serait « soumise au Parlement en février », à la suite du sommet social du 18 janvier à l’Élysée, qui s’annonce tendu. Selon Ollier, deux projets de loi devraient être soumis au Parlement, selon la procédure accélérée, en vue de leur adoption définitive avant l’interruption des travaux parlementaires en raison de l’élection présidentielle : l’un sous forme de collectif budgétaire, qui « tirera les conclusions financières de l’ensemble des conclusions du sommet », comme l’a indiqué la ministre du Budget, Valérie Pécresse, l’autre sous la forme d’un projet de loi destiné à réduire le chômage, qui sera défendu par le ministre du Travail, Xavier Bertrand. L’objectif est de baisser le coût du travail, en allégeant la charge fiscale des entreprises. La création d’une « TVA sociale », destinée à financer une partie de la protection sociale, sera au coeur des débats. « Ce sommet social est fait pour écouter les syndicats. Il serait indécent de dire ce que l’on va faire avant le 18 janvier », a martelé hier Patrick Ollier, en précisant : « Il y aura d’autres modalités de financement de la protection sociale » dont une partie seulement sera assurée par une hausse de la taxe sur la valeur ajoutée. Le ministre a aussi précisé que la proposition de loi de Valérie Boyer visant à sanctionner la négation des génocides, mais qui vise très précisément le génocide arménien de 1915, serait inscrite à l’ordre du jour du Sénat le 23 janvier. La majorité sénatoriale de gauche attend ce moment avec intérêt, et elle votera ce texte sans états d’âme, après avoir soupçonné le gouvernement de vouloir faire un « coup politique » sans lendemain. La proposition de loi de la députée de Marseille a été adoptée le 22 décembre à la quasi-unanimité, dans un climat de tension accrue entre la Turquie et la France. Ankara a dépêché avant Noël deux délégations à Paris pour dissuader les députés de voter ce texte et rappelé son ambassadeur en France au lendemain du vote. Valérie Boyer a même reçu, selon ses propres termes, des « menaces de mort et de viol ». Mais Nicolas Sarkozy, qui s’était engagé le 7 octobre dernier à faire adopter ce texte lors d’une visite à Erevan en présence de Charles Aznavour, le plus célèbre des Arméniens de France, veut aller jusqu’au bout du processus parlementaire. Et c’est Patrick Ollier qui a été chargé de défendre cette proposition de loi devant chacune des assemblées parlementaires. L’ordre du jour sera donc particulièrement chargé avant l’interruption des travaux. Parmi les textes en cours, figurent l’exécution des peines, le statut pénal du chef de l’État, la simplification du droit, l’organisation du droit de grève dans les transports aériens ou encore le plafond des dépenses de campagne des candidats à l’élection présidentielle.


- 2012-01-09

AFP : "Génocide arménien : proposition de loi au Sénat français le 23 janvier (UMP)"

Le gouvernement a demandé l’inscription, au Sénat le 23 janvier de la proposition de loi sanctionnant la négation de tous les génocides, dont celui des Arméniens de 1915, à l’origine d’une crise diplomatique majeure entre Ankara et Paris, a-t-on appris auprès du groupe UMP du Sénat (…) L’Assemblée nationale a adopté, le 22 décembre, cette proposition de loi de la députée UMP Valérie Boyer, qui prévoit de punir d’un an de prison et 45.000 euros d’amende la négation d’un génocide reconnu par la loi française. Ce vote a entraîné le gel par la Turquie de sa coopération politique et militaire avec la France. Le ministre chargé des relations avec le Parlement, Patrick Ollier, avait indiqué la semaine dernière que ce texte devait être examiné fin janvier par le Sénat. Une proposition de loi PS pénalisant la contestation du génocide arménien avait été votée le 12 octobre 2006 par l’Assemblée nationale mais rejetée par le Sénat le 4 mai 2011 alors à majorité de droite. Cette fois-ci l’adoption du texte par le Sénat semble plus certaine, "un consensus existant", selon M. Ollier.


- 2012-01-09

Le Figaro : "Génocide arménien : le Sénat va voter le 23 janvier"

Le gouvernement va inscrire à l’ordre du jour du Sénat, le 23 janvier, la proposition de la loi de Valérie Boyer, députée UMP des Bouches-du-Rhône, sanctionnant la négation des génocides, en particulier celui des Arméniens. C’est ce qu’a confié ce lundi au Figaro le ministre chargé des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier, en marge des vœux du premier ministre à la presse. Patrick Ollier a confié : « J’ai le sentiment qu’il y a un consensus » sur le sujet. Le ministre proposera donc l’inscription de ce texte, vivement critiqué par les autorités turques, lors de la conférence des présidents du Sénat le 16 janvier. À l’Assemblée Nationale, la proposition de loi Boyer avait été adoptée le 22 décembre à main levée à la quasi unanimité des groupes parlementaires, malgré l’opposition d’une dizaine de députés UMP, dans un climat très tendu entre la France et la Turquie


- 2012-01-09

NouvelObs.com : "Génocide arménien : proposition de loi au Sénat le 23 janvier"

Le gouvernement a demandé l’inscription au Sénat le 23 janvier de la proposition de loi sanctionnant la négation de tous les génocides, dont celui des Arméniens de 1915, à l’origine d’une crise diplomatique majeure entre Ankara et Paris, a-t-on appris auprès du groupe UMP du Sénat. Cette date devra encore être confirmée lors de la prochaine Conférence des présidents de la chambre haute du parlement français qui décide de l’ordre du jour du Sénat et qui se tiendra le 17 janvier. L’Assemblée nationale a adopté, le 22 décembre, cette proposition de loi de la députée UMP Valérie Boyer, qui prévoit de punir d’un an de prison et 45.000 euros d’amende la négation d’un génocide reconnu par la loi française. Ce vote a entraîné le gel par la Turquie de sa coopération politique et militaire avec la France. Le ministre chargé des relations avec le Parlement, Patrick Ollier, avait indiqué la semaine dernière que ce texte devait être examiné fin janvier par le Sénat (…) Cette fois-ci l’adoption du texte par le Sénat semble plus certaine, "un consensus existant", selon M. Ollier. A l’Assemblée nationale, le texte avait été adopté à une très large majorité, malgré des voix discordantes à gauche comme à droite (…)


- 2012-01-08

Le Dauphiné : "Négation des Génocides : La proposition de loi au Sénat fin janvier"

La proposition de loi visant à sanctionner la négation de tous les génocides, dont celui des Arméniens en 1915, passera devant le Sénat dans les huit derniers jours de janvier a annoncé cette semaine Patrick Ollier, ministre chargé des relations avec La proposition de loi visant à sanctionner la négation de tous les génocides, dont celui des Arméniens en 1915, passera devant le Sénat dans les huit derniers jours de janvier a annoncé cette semaine Patrick Ollier, ministre chargé des relations avec le Parlement. Le vote, le 22 décembre, par l’Assemblée nationale de cette proposition de loi, qui prévoit de punir d’un an de prison et 45000 euros d’amende la négation d’un génocide reconnu par la loi française, a entraîné le gel par la Turquie de sa coopération politique et militaire avec la France.


- 2012-01-07 Le Figaro : " Matignon prépare le sommet social" Une réunion interministérielle s’est tenue hier autour de François Fillon afin de préparer le sommet social prévu le 18 janvier à l’Élysée, au cours duquel le gouvernement doit notamment présenter son projet de « TVA sociale ». Le premier ministre et François Baroin (Économie), Valérie Pécresse (Budget), Xavier Bertrand (Travail) et Patrick Ollier (Relations avec le Parlement) ont évoqué la « méthode » et le « calendrier » qui doivent être retenus afin de faire du sommet « un vrai moment d’échanges avec les partenaires sociaux », a-t-on indiqué à Matignon. Aucun arbitrage n’a été rendu.


- 2012- 01-06

AFP : "Le sommet sur l’emploi bousculé par la TVA sociale"

Le sommet social du 18 janvier à l’Elysée se prépare dans un climat tendu, l’instauration d’une "TVA sociale" voulue par le gouvernement pour desserrer l’étau sur le chômage et rendre les entreprises plus compétitives suscite une opposition frontale des syndicats. François Fillon a réuni vendredi matin plusieurs ministres, François Baroin (Economie), Valérie Pécresse (Budget), Xavier Bertrand (Travail), Patrick Ollier (Relations avec le Parlement) pour débattre de "la méthode" et du "calendrier" de cette rencontre dont il veut faire "un vrai moment d’échanges avec les partenaires sociaux". Mais, dès avant la rencontre, le Premier ministre a déjà fixé la philosophie de la réforme projetée : une évolution du financement de la protection sociale, pour alléger les charges qui pèsent sur les entreprises, vraisembablement par l’instauration d’une TVA sociale. Les décisions seront prises "fin janvier", après le sommet, la réforme sera soumise au Parlement en février", deux mois avant la présidentielle. "Nous avons besoin d’entendre les partenaires sociaux" mais le but reste "clair", assure M. Fillon : une réforme de la fiscalité "favorisant les emplois productifs".


- 2012-01-06

AFP : "Réunion interministérielle à Matignon pour préparer le sommet social"

Une réunion interministérielle s’est tenue vendredi matin autour de François Fillon afin de préparer le sommet social prévu le 18 janvier à l’Elysée, au cours duquel le gouvernement doit notamment présenter son projet de "TVA sociale", a-t-on appris auprès de Matignon.

M. Fillon et les ministres François Baroin (Economie), Valérie Pécresse (Budget et porte-parolat), Xavier Bertrand (Travail) et Patrick Ollier (Relations avec le Parlement) ont évoqué durant près d’une heure "la méthode" et le "calendrier" qui doivent être retenus afin de faire du sommet "un vrai moment d’échanges avec les partenaires sociaux", a-t-on précisé de même source.


-2012-01-03

Le Figaro : "Au moins vingt-six ministres candidats aux législatives" Les quatre cinquièmes du gouvernement se présenteront en juin (…) vingt-six ministres au moins seront candidats aux législatives de 2012. Sans surprise, la plupart des autres ministres candidats se représentent sur leur terre d’élection de 2007, (parmi lesquels…) Patrick Ollier (Hauts-de-Seine),


Mentions légales  -  Contact