UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Panorama de presse 2013

- 2013-12-18

RTL :"Municipales à Paris : NKM "a perdu", estime Charles Beigbeder"

Évincé d’une place éligible au Conseil de Paris dans le 8e arrondissement au profit du député Pierre Lellouche, Charles Beigbeder estime ce mardi 17 décembre que cette décision signe la défaite aux prochaines municipales de Nathalie Kosciusko-Morizet. Pierre Lellouche, un proche de François Fillon, a obtenu de pouvoir être deuxième de liste dans le 8e, à une place que lui-même convoitait avec l’accord de NKM, parce qu’il craignait ensuite d’être dépossédé par lui de son siège de député en 2017, selon Charles Beigbeder. Et pour soutenir l’ancien secrétaire d’État, âgé de 62 ans, "les barons comme (Henri) Guaino et (Patrick) Ollier ont fait corps", affirme l’homme d’affaires, 49 ans.


- 2013-12-18

NouvelObs.fr "Copé et Sarkozy : à chef, chef et demi"

C’est moi le chef ! Jean-François Copé semble avoir besoin de le rappeler. Et ces derniers temps, à une personne en particulier : Nicolas Sarkozy. Les différends entre Jean-François Copé et François Fillon, eux, paraissent s’être aplanis. "Il n’y a pas de difficulté à la tête de l’UMP depuis l’accord", se risque même l’ancien ministre Patrick Ollier.


- 2013-12-17

L’Express.fr :"En garde à vue, Claude Guéant est peu défendu par ses amis de l’UMP"

Au coeur de cinq affaires, dont celle de la vente des tableaux qui aurait permis l’achat d’un appartement, l’ex-ministre de l’Intérieur Claude Guéant se retrouve désormais bien seul. "Je ne veux pas instrumentaliser la justice : il n’y a pas une justice de gauche, une justice de droite. J’ai confiance, à la justice de faire son travail", assure ainsi Thierry Solère, député des Hauts-de-Seine qui avait battu Claude Guéant aux légilsatives de 2012. Quant à Patrick Ollier, il assure que, "si d’aventure il y a faute, la faute d’un homme n’incarne pas la faute d’un système, d’un parti ou de toute une organisation".


- 2013-12-12

L’Express.fr :"Aquataxe"

Les députés débattent ce soir de l’"aquataxe", cette nouvelle contribution pour financer la politique de lutte contre les inondations. Dans le contexte de ras-le-bol fiscal, qu’en pensent les élus ? Pour Patrick Ollier, "l’aquataxe, c’est l’overdose"


- 2013-12-15

Batiactu.fr :"La métropole du Grand Paris de nouveau votée à l’Assemblée"

Il y aura donc bien une métropole du Grand Paris à compter du 1er janvier 2016, qui couvrira Paris et trois de ses départements limitrophes, ont confirmé, ce jeudi, les députés. La question d’une éventuelle suppression des départements a fait l’objet d’houleux débats, et un rapport est attendu d’ici à 2015 à ce sujet. Ce jeudi à l’Assemblée, les débats sur le vote de la métropole du Grand Paris ont pris une autre tournure autour de la proposition du député PS Alexis Bachelay, qui propose un rapport, d’ici à 2015, sur la fusion des départements de Paris et de la petite couronne au sein du Grand Paris. "Pourquoi ne pas avoir dit plus tôt que la deuxième étape était la disparition des départements ?", s’est indigné l’UMP Patrick Ollier, cité par l’AFP


- 2013-12-10

Acteurs Publics : "La droite et une partie de la gauche résistent à la métropole de Paris"

Alors que le projet de loi sur les métropoles revient le 11 décembre devant les députés, des élus franciliens se mobilisent contre la suppression programmée des intercommunalités de la petite couronne. Patrick Devedjian (UMP) et Patrick Braouezec (Front de gauche) ont présenté ensemble, mardi 10 décembre, deux appels convergents d’élus d’Île-de-France contre le projet de métropole du Grand Paris, qui supprimera les intercommunalités dans la petite couronne autour de la capitale. Ce projet de loi, qui sera débattu ce mercredi 11 décembre en deuxième lecture à l’Assemblée nationale (cliquez ici pour lire le dossier législatif), “crée un monstre technocratique coûteux” qui “supprime les libertés et les compétences essentielles des villes de la petite couronne”, écrivent dans le premier texte 149 élus, pour la plupart UMP, d’Île-de-France. Le texte gouvernemental “porte en lui une paralysie mortifère pour la métropole”, “en supprimant les communautés d’agglomération” existantes ou à venir, et en excluant la deuxième couronne, protestent dans la seconde pétition 210 élus, pour une large part issus du Front de gauche, mais aussi de droite – dont le député-maire de Rueil-Malmaison, Patrick Ollier (également signataire du premier texte) –, du centre – comme le député-maire de Drancy, Jean-Christophe Lagarde – et même quelques socialistes, tel le maire d’Aubervilliers, Jacques Salvator.


- 2013-12-05

RFI : " Centrafrique : l’ONU prête à autoriser l’opération militaire"

Le Conseil de sécurité de l’ONU adopte ce jeudi 5 décembre la résolution autorisant le déploiement d’une force africaine en Centrafrique, appuyée par des soldats français. Un premier pas vers la sécurisation du pays avant une éventuelle opération de maintien de la paix. Ce mercredi 4 décembre, à quelques heures du feu vert des Nations unies, c’est l’union nationale qui prévalait au Palais Bourbon, siège de l’Assemblée nationale. À l’instar du député UMP Patrick Ollier, la grande majorité des députés approuve l’intervention française en Centrafrique. « Il y a un problème de génocide qui risque d’intervenir, il y a des problèmes de sécurité extrêmement graves, puisqu’il y a des bandes armées qui pillent, qui volent, qui violent. On ne peut pas laisser faire les choses. Il ne s’agit pas d’être gendarme, mais de faire en sorte de rétablir la paix », a affirmé Patrick Ollier.


- 2013-12-04

RTL : "Hollande opéré de la prostate : "Fichons la paix au président", dit Patrick Ollier"

Après la révélation de l’opération de la prostate subie par François Hollande en 2011, les députés sont unanimes : cette intervention relève de la vie privée du président de la République. Au Palais Bourbon les députés sont unanimes : cela relève de la vie privée. Pour une raison simple, François Hollande n’était pas président lorsqu’il a été opéré. Une révélation qui fait bondir l’ancien ministre UMP Patrick Ollier, au micro de RTL. "Fichons la paix au président de la République dans sa vie privée. C’était avant qu’il soit élu. Vous n’allez pas l’interroger pour savoir s’il a eu une rougeole ou les oreillons lorsqu’il était plus jeune", s’est-il indigné.


- 2013-11-28

LCP/Assemblée nationale : "Baisse du chômage : vers une inversion de la courbe"

C’est une nouvelle qui doit être accueillie avec soulagement au sein de la majorité. Le nombre de demandeurs d’emploi sans activité a chuté de 20 500 en octobre en métropole et s’élève désormais à 3,27 millions. Le ministre du Travail Michel Sapin affirme que "l’inversion de la courbe du chômage est entamée". Une information que doit tout particulièrement apprécier François Hollande. Les critiques de l’opposition n’ont pas tardé. Pour Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine, "l’inversion de la courbe du chômage avant la fin de l’année, engagement de Hollande, est et restera une chimère".


- 2013-11-28

Le Monde.fr : "Hollande louvoie sur sa promesse d’inversion du chômage d’ici la fin 2013"

"L’inversion de la courbe du chômage avant la fin de l’année, engagement de Hollande, est et restera une chimère", a expliqué Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine.


- 2013-11-27

Libération.fr : Grand Paris : faire la métropole, défaire les départements ?

La loi d’affirmation des métropoles est arrivée ce matin en Commisson des lois avant la seconde lecture à l’Assemblée avec "le Grand Paris en sujet de gala", selon le mot d’esprit de Jean-Jacques Urvoas, président de la commission. S’y est ajouté un sujet de bisbilles, avec un amendement du député Alexis Bachelay (Hauts-de-Seine, PS), réclamant la suppression des quatre départements de la métropole (Paris, Hauts-de-Seine, Seine-Saint-Denis, Val-de-Marne) "d’ici 2020". Même si des parlementaires UMP des Hauts-de-Seine comme Patrick Ollier ou Patrick Devedjian se sont plaints d’un "texte de recentralisation" (Ollier)…


- 2013-11-21

Le Parisien : "Fini les dotations pour les cités"

Quels sont les 1300 nouveaux quartiers prioritaires ? Le ministre de la Ville, François Lamy, les présentera aujourd’hui à l’Assemblée nationale dans le cadre du vote du projet loi pour la ville et la cohésion urbaine, qui doit faire table rase de tous les anciens dispositifs. Ces quartiers sont recensés selon un critère unique : la moitié des habitants y gagne moins de 60% du revenu médian, soit moins de 11250 € par an. Mais à quelques mois des municipales, le ministère garde bien au chaud la carte complète qu’il publiera au printemps prochain. Pas facile d’annoncer à trois cents maires que leurs communes vont sortir du dispositif d’aides que sont la dotation de solidarité urbaine (DSU) et la dotation de développement urbain (DDU).

Dans le département, il devrait en être ainsi pour Rueil, Sceaux et Boulogne, où le quartier du Pont-de-Sèvres, en pleine réhabilitation jusqu’à 2017, bénéficie de crédits de l’Anru (Agence nationale de rénovation urbaine).

Patrick Ollier (UMP), député-maire de Rueil-Malmaison, préfère temporiser : « La loi n’est pas encore votée et doit aussi passer au Sénat… On a le temps d’y penser ».


- 2013-11-21

Les Echos.fr : "Gaz : coup d’envoi au déploiement du compteur communiquant Gazpar"

150.000 nouveaux compteurs seront testés dans 24 villes pilotes dès fin 2015.

Entre 2017 et 2022, GrDF installera 11 millions de compteurs Gazpar. - Sandra Lagumina, directeur général de GrDF, a donné hier le coup d’envoi du compteur à gaz communicant français. Lors du Salon des maires, en présence de Patrick Ollier, députémaire de Rueil-Malmaison, elle a annoncé le lancement d’une phase de test dans 24 villes situées dans 4 grandes régions (Haute-Normandie, Bretagne, Ile-de-France et Rhône-Alpes). Parmi elles, Rueil-Malmaison, Nanterre, Puteaux, Lyon, Le Havre, ou encore Saint-Brieuc, accueilleront dès la fin de 2015 les 150.000 nouveaux compteurs, qui seront installés lors de cette première étape, appelée à durer un an…


- 2013-11-21

Le Parisien : « Gazpar : un atout pour la transition énergétique »

Rueil-Malmaison sera la première ville d’Ile-de-France à tester ces compteurs de nouvelle génération. Son député-maire UMP, Patrick Ollier, explique les avantages du dispositif (…)


- 2013-11-15 :

Le JDD.fr : "Pourquoi Hollande ne dissoudra pas l’Assemblée nationale"

La dissolution consiste pour le président de la République à mettre prématurément fin au mandat des députés de l’Assemblée nationale. Sous la cinquième République, c’est une prérogative discrétionnaire du chef de l’Etat : il est seul à décider de dissoudre. Qui réclame une dissolution ? Une partie importante des Français d’abord, à en croire le sondage publié vendredi par Le Figaro. Selon cette étude, quatre Français sur dix considèrent que François Hollande devrait dissoudre l’Assemblée nationale et provoquer de nouvelles élections législatives. Des responsables politiques de premier plan ont également demandé une dissolution (…) Le député UMP Patrick Ollier a également estimé mardi que convoquer les électeurs pour renouveler le parlement représentait la seule solution pour éviter "l’explosion" face aux mécontentements sociaux.


- 2013-11-13

Le Nouvel Observateur : "Quand l’UMP cherche la meilleure manière de s’opposer"

Comment profiter des difficultés de la majorité sans jeter de l’huile sur un feu qui fragilise aussi l’opposition républicaine ? C’est le dilemme auquel est confronté le parti de Jean-François Copé. "C’est la question des hommes plutôt que des institutions", croit plutôt savoir Jean-François Copé. Pour le président du parti, les institutions ne sont pas en cause : "Nous avons les meilleures". "Nous sommes aujourd’hui en train de voir le délitement de notre société". François Hollande n’aura pas d’autre choix que de dissoudre l’Assemblée nationale si "il veut éviter l’explosion" martèle Patrick Ollier


- 2013-11-12

Le Figaro.fr : "Ollier : la dissolution pour éviter "l’explosion""

Le député UMP Patrick Ollier a estimé aujourd’hui que la dissolution de l’Assemblée nationale représentait la seule solution pour éviter "l’explosion" face aux mécontentements sociaux et à la crise de confiance de l’exécutif.

"Si ce n’est pas pour changer de politique, cela ne sert à rien de changer de gouvernement. Dans ce cas-là, ce sera l’explosion dans le pays. Pour éviter l’explosion, qu’est-ce qu’il faut faire ? Rendre la parole au peuple et faire une dissolution", a déclaré l’ex-ministre dans les couloirs de l’Assemblée. "Ce n’est pas une solution qui est la meilleure pour l’opposition parce que les socialistes ont tellement dégradé la situation que la situation serait très, très dure pour l’opposition si elle devenait majoritaire", a-t-il ajouté, s’exprimant à titre personnel.


- 2013-11-12

Le JDD.FR : "La droite instruit le procès Hollande-Ayrault"

La droite a tapé fort contre le gouvernement toute la journée de mardi. L’opposition réclame un changement de Premier ministre. (…) Le député UMP Patrick Ollier a estimé que la dissolution de l’Assemblée nationale représentait la seule solution pour éviter "l’explosion" face aux mécontentements sociaux et à la crise de confiance de l’exécutif.


- 2013-11-06

Tahiti Infos : "Le pacte de relance, clef de voûte de la reconversion économique polynésienne"

Dix mois après sa première visite en Polynésie française en janvier dernier, le ministre des outre-mer Victorin Lurel devrait revenir dans quelques semaines pour signer le pacte de relance entre le Pays et l’Etat. (…) La reconversion économique polynésienne est budgétivore

Ce sont les documents de préparation du budget 2014 pour les outre-mer qui le déclarent. L’essentiel des crédits de l’action Collectivités territoriales de l’Etat est absorbé par le soutien à la reconversion de l’économie polynésienne. Dans le rapport fait par le député UMP Patrick Ollier de la commission des finances, il est écrit : « l’aide à la reconversion de l’économie polynésienne absorbe 148,1 millions d’euros d’autorisations d’engagement (17,6 milliards de Fcfp) sur 186,1 millions d’euros et 135,2 millions d’euros de crédits de paiement (16 milliards de Fcfp) sur un total de 171,6 millions d’euros. Le reste est affecté à la dotation d’équipement scolaire en Guyane (10 millions d’euros en autorisations d’engagement et 7,9 millions d’euros en crédits de paiement), au Fonds intercommunal de péréquation en Polynésie française (9 millions d’euros autorisations d’engagement et crédits de paiement), à une dotation spéciale de construction et d’équipement des établissements scolaires de Mayotte (10,2 millions d’euros autorisations d’engagement et crédits de paiement), à une subvention d’équilibre des budgets de Wallis-et-Futuna et des Terres australes (6,3 millions d’euros autorisations d’engagement et crédits de paiement) et à l’Agence de développement économique de Nouvelle-Calédonie (0,26 million d’euros autorisations d’engagement et crédits de paiement ». - 2013-10-27


- 2013-11-02

Le Figaro.fr : "Taxe à 75 % : les députés jouent pour leur équipe"

La taxe à 75 % sur les hauts revenus, applicable aux clubs de football, est décriée par l’opposition, et défendue à l’unisson par la majorité.

(…) L’ancien ministre UMP Patrick Ollier a renchéri : « Le président et la majorité ont tort de frapper les clubs sportifs professionnels aussi fort car ils vivent dans un système mondialisé à travers les échanges de joueurs. » Le député-maire de Rueil (Hauts-de-Seine) craint pour « la survie » des clubs et met en garde : « Il faut jouer avec les mêmes règles économiques que l’Angleterre, l’Allemagne ou la Turquie. Les règles franco-françaises ne suffisent pas si on veut rester dans le peloton de tête ».


- 2013-10-20

Clicanoo.re : "L’Assemblée nationale a adopté la réforme de la défiscalisation"

Ce sont les rapporteurs spéciaux pour l’Outre-mer, Jean-Claude Fruteau (PS) et Patrick Ollier (UMP) qui ont ouvert la discussion. D’entrée de jeu, le premier, président de la délégation à l’Outre-mer a abordé la question de la quotité de subvention (LBU ou crédit logement) dans les programmes de logements sociaux. Alors que la commission des finances a retenu un ratio de 5%, il a plaidé pour un ratio de 3%. Las pour lui comme pour Thierry Robert (dont les amendements ont ete défendus par sa collègue Annick Girardin de Saint-Pierre et Miquelon) ou le député PS Jean-Louis Dumont (Meuse) qui ont déposé des amendements identiques, la commission et le gouvernement ont obtenu de maintenir ce ratio à 5%. Au risque d’amoindrir le nombre de programmes.

D’ailleurs tous les amendements déposés par ces trois parlementaires ont ete rejetés. Qu’il s’agisse de rehausser le taux de rétrocession pour la défiscalisation au logement social de 70 à 75 %, qu’il s’agisse de repartir plus en amont la mise à disposition des fonds pour les programmes de construction de logements ou encore d’augmenter la durée des travaux de deux à trois ans, le gouvernement et la commission des finances s’y sont opposés.

Une petite concession faite aux parlementaires a consisté à augmenter le taux du crédit d’impôt de 35 à 40 %. Patrick Ollier s’y est rallié même s’il plaidait pour un taux à 50 %. Autre concession du gouvernement, mais plus restrictive que ce que souhaitaient les parlementaires, l’aménagement de la période de transition pour qu’il n’y ait pas de programme bloqué d’ici l’entrée en vigueur de la réforme le 1er juillet 2014.

Patrick Ollier s’est livré à un plaidoyer pour une "défiscalisation vertueuse, créatrice de richesse et d’emplois". S’en prenant aux critiques du député PS, Henri Emmanuelli, il a toutefois déclaré qu’il était favorable au crédit d’impôt pour le logement social "où il y a une surface financière suffisante". Évoquant l’évaporation due à l’intermédiation dans les dossiers de défiscalisation, Hervé Mariton (UMP) s’est demandé si le nouveau dispositif de crédit d’impôt serait avalisé sans qu’il ne fasse trop vite disparaître la défisc… "La volonté générale est de s’orienter vers le crédit d’impôt, a indiqué le rapporteur de la commission, le socialiste Christian Eckert. Son attractivité a été renforcée pour qu’il soit plus favorable que la défiscalisation". C’est bien cela qui inquiétait Patrick Ollier qui a demandé que le crédit d’impôt ne soit pas accessible aux entreprises de moins de 20 millions d’euros de chiffre d’affaires. "Prenez l’engagement, a-t-il demandé à Bernard Cazeneuve, ministre du Budget, que la défiscalisation continuera de fonctionner d’ici deux ou trois ans"… "Nous avons ouvert un droit d’option ; il est positif et a fait l’objet d’un consensus", a-t-il répondu. Christian Eckert a été plus saillant en disant : "Notre position est de n’obliger personne à passer par un cabinet de défiscalisation".


- 2013-10-13

Parc National des Ecrins.fr : "Brèves d’ici et d’ailleurs"

Ce sont les témoins de plusieurs grandes étapes de la vie du Parc national des Écrins qui se sont exprimés pour l’anniversaire de ses 40 ans, ce vendredi 11 octobre à Vallouise.

La remise officielle de la charte aux 46 communes qui ont choisi d’y adhérer a permis de montrer le chemin parcouru pour aboutir à ce projet de territoire. Remerciant les agents du Parc national et tous les partenaires qui ont contribué à l’approbation de cette charte, il a aussi rendu hommage à son prédecesseur "qui a lançé le Parc national dans cette dynamique", en l’occurence Patrick Ollier, qui avait fait le déplacement jusqu’à Vallouise. L’ancien député des Hautes-Alpes a témoigné de "ce Parc qui est avant tout une fantastique aventure humaine", se souvenant d’un long parcours qui a permis d’établir une "confiance", de "faire partager l’idée que le Parc peut être un outil pour nos vallées".


- 2013-10-12

Enviscope.fr : "Le Parc des Ecrins fête ses quarante ans et la signature de sa nouvelle charte"

A l’occasion d’une des cérémonies anniversaire de l’année de ses 40 ans, le Parc National des Ecrins signe sa nouvelle charte. Le maire de Vallouise et le président du Parc dévoilent la plaque devant Patrick Ollier, ancien président du Parc (…) A l’instar de Robert de Caumont et du ministre Patrick Ollier anciens présidents du Parc, Christian Pichoud n’est pas peu fier d’annoncer le « score » obtenu pour les adhésions


- 2009-10-09

Libération : "Un sondage donne le FN en tête aux élections européennes"

Le Front national arrive en tête des intentions de vote pour les élections européennes de 2014, avec 24%, selon un sondage Ifop pour le Nouvel Observateur publié mercredi. Selon cette enquête, 24 % des personnes interrogées indiquent avoir l’intention de voter lors des européennes de mai 2014 pour une liste du parti d’extrême droite. L’UMP recueille 22 % d’intentions de vote, le PS 19%, une liste d’union UDI-MoDem 11%, le Front de Gauche 10%, EELV 6%, Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) 2%, le NPA d’Olivier Besancenot 2% et « une autre liste » 4%.

Pour le député UMP des Hauts-de-Seine, Patrick Ollier (photo AFP, à gauche), « ce n’est qu’un sondage ». « Nous avons une campagne à mener pour faire en sorte que le Bernard Debré le 20 décembre 2010 à Paris.résultat ne soit pas celui-là », a-t-il commenté. Selon lui, le « vrai problème » réside plutôt « dans le décrochage qui existe dans l’opinion publique et chez les électeurs avec le parti au pouvoir ». Bernard Debré, (photo AFP, à droite) député UMP de Paris, reconnaît pour sa part « une situation qui peut s’avérer très difficile » aux élections européennes. « Je suis très inquiet » et « je pense que tout ce que nous sommes en train de faire, droite comme gauche, fait le lit du FN », a-t-il mis en garde.


- 2013-10-09

Le Populaire.fr : "Européennes : le FN en tête des intentions de vote, selon un sondage"

Le FN arrive en tête des intentions de vote pour les élections européennes de 2014, avec 24%, selon un sondage Ifop pour le Nouvel Observateur publié mercredi.

Selon cette enquête, 24% des personnes interrogées indiquent avoir l’intention de voter lors des Européennes de mai 2014 pour une liste du parti d’extrême droite.

L’UMP recueille 22% d’intentions de vote, le PS 19%, une liste d’union UDI-MoDem 11%, le Front de Gauche 10%, EELV 6%, Nicolas Dupont-Aignan (Debout la République) 2%, le NPA d’Olivier Besancenot 2% et "une autre liste" 4%.

Pour le député UMP des Hauts-de-Seine, Patrick Ollier, "ce n’est qu’un sondage". "Nous avons une campagne à mener pour faire en sorte que le résultat ne soit pas celui-là", a-t-il commenté.

Selon lui, le "vrai problème" réside plutôt "dans le décrochage qui existe dans l’opinion publique et chez les électeurs avec le parti au pouvoir".


- 2013-10-09

La Montagne.fr : "Européennes : le FN en tête des intentions de vote, selon un sondage"

Le FN arrive en tête des intentions de vote pour les élections européennes de 2014, avec 24%, selon un sondage Ifop pour le Nouvel Observateur publié mercredi.

Pour le député UMP des Hauts-de-Seine, Patrick Ollier, "ce n’est qu’un sondage". "Nous avons une campagne à mener pour faire en sorte que le résultat ne soit pas celui-là", a-t-il commenté.

Selon lui, le "vrai problème" réside plutôt "dans le décrochage qui existe dans l’opinion publique et chez les électeurs avec le parti au pouvoir"


- 2013-10-09

Planet.fr : "Le FN, "premier parti de France" pour les éléctions Européennes de 2014 ?"

Le Front National arrive en tête d’un récent sondage portant sur les intentions de vote des Français pour les européennes de 2014, avec 24% des voix. Un chiffre qui pourrait bien accréditer les propos de Marine Le Pen selon lesquels le FN "est le premier parti de France".

"Ce n’est qu’un sondage (…) Nous avons une campagne à mener pour faire en sorte que le résultat ne soit pas celui-là", a ainsi souligné le député UMP Patrick Ollier


- 2013-09-25

Le Monde.fr :"L’affaire Bettencourt perturbe la stratégie de retour de Nicolas Sarkozy"

Dans le second cercle des sarkozystes, on veut croire que la décision de la cour d’appel de Bordeaux ne compromet pas les chances de retour de l’ancien chef de l’Etat (…)Chez les fillonistes, la prudence domine. Pas question de donner l’impression de se réjouir des ennuis judiciaires du rival. "Je suis certain que le plus rapidement possible, la justice démontrera que Nicolas Sarkozy n’a absolument rien à faire dans ce dossier", déclare Eric Ciotti, bras droit de François Fillon. D’autres députés ayant soutenu François Fillon pour la présidence de l’UMP, tels Patrick Ollier ou Bernard Accoyer, ont même repris le refrain des sarkozystes en dénonçant à leur tour un "acharnement" de la justice.


- 2013-09-24

BFMTV : "Bettencourt : "cela ressemble à de l’acharnement", pour Ollier"

Le vice-président de l’UMP Patrick Ollier a indiqué mardi, après la validation par la cour d’appel de Bordeaux de l’ensemble de la procédure judiciaire dans l’affaire Bettencourt, que "cela ressemble à de l’acharnement". Cette décision a pour conséquence le maintien de douze mises en examen dans ce dossier, dont celle de Nicolas Sarkozy. réagir


- 2013-09-24

Direct Matin : "Affaire Bettencourt : les parlementaires UMP peu prolixes"

Dirigeants et parlementaires UMP ont été peu nombreux, mardi matin, à réagir à la validation de la procédure dans l’affaire Bettencourt, Patrick Ollier parlant toutefois "d’acharnement" contre Nicolas Sarkozy et Eric Ciotti s’estimant convaincu que la justice blanchira l’ancien président (…) l’ancien ministre Patrick Ollier, député-maire de Rueil Malmaison (Hauts-de-Seine), tout en affirmant ne pas "commenter une décision de justice", avait lâché que Nicolas Sarkozy était l’objet d’un "acharnement".


- 2013-09-24

L’Express.fr : "Affaire Bettencourt : le silence des élus UMP"

La procédure dans l’affaire Bettencourt vient d’être validée, déclenchant peu de réactions chez les dirigeants et parlementaires UMP. A l’exception de Patrick Ollier, député-maire de Rueil-Malmaison, et d’Eric Ciotti, député et président du conseil général des Alpes-Maritimes. Après avoir affirmé ne pas "commenter une décision de justice", Patrick Ollier a jugé que Nicolas Sarkozy faisait l’objet d’un "acharnement".


- 2013-09-24

20 Minutes.fr : "Les parlementaires UMP pas très bavards sur l’affaire Bettencourt"

(…)

Réunis à l’Assemblée nationale à l’occasion des journées parlementaires de l’UMP, seuls Eric Ciotti et Patrick Ollier se sont laissés aller à un commentaire. Tout en paradoxe, Patrick Ollier, ancien ministre et député-maire de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), a qualifié « d’acharnement » le sort réservé à Nicolas Sarkozy tout en affirmant « ne pas commenter une décision de justice ».


- 2013-09-24

Libération.fr : Pour leur journée parlementaire, les élus UMP font feu de tout bois

(…) La plupart des autres participants se sont montrés peu prolixes sur l’affaire Bettencourt, à quelques exceptions près : l’ancien ministre Patrick Ollier a parlé « d’acharnement » contre l’ancien chef de l’Etat


- 2013-09-18

La Dépêche.fr : "Les différents courants de l’UMP"

(…)Gaullistes en mouvement

Créés en septembre 2012 par Michèle Alliot-Marie, Roger Karoutchi, Henri Guaino, et Patrick Ollier, les Gaullistes en mouvement (GEM) ont recueilli 12,31 % des voix. Ils entendent incarner l’héritage historique du général et celui de feu le RPR. Ils se disent attachés « à une certaine idée de l’homme, de l’État. »


- 2013-09-17

CBANQUE :"Patrick Ollier (UMP), rapporteur spécial du budget Outre Mer, en visite en Martinique lundi et mardi, se pose en « fervent défenseur » de la défiscalisation."

Le rapporteur spécial du budget Outre Mer a rencontré lundi les bailleurs sociaux et autres acteurs du développement économique, à Fort-de-France, afin de se « faire une idée de la perception de la défiscalisation dans le cadre du budget. »

Patrick Ollier entend prôner « la préservation de la défiscalisation, créatrice de richesse et d’emplois, et accepter un peu de crédit d’impôt. »

Le crédit d’impôt, a-t-il expliqué à l’AFP, « pourrait être expérimenté pour les grandes entreprises, mais sans représenter plus de 20% du système », selon lui.

Concernant les seuils d’accès aux entreprises, « il ne faut pas passer sous les vingt millions d’euros, sinon ce n’est pas assez attractif », a déclaré Patrick Ollier, ajoutant qu’il « se bat pour maintenir le seuil d’investissement à 18.000 euros pour les individuels. »

Patrick Ollier s’envolera pour la Guadeloupe mardi soir après une rencontre avec les acteurs politiques locaux.


- 2013-09-13

LSA.FR : François Brottes, pdt de la Commission des affaires économiques de l’Assemblée Nationale : « On verra ce qu’on peut faire avec les 2500 drives installés »

Lors d’une conférence de presse, LSA a interrogé le président de la Commission des affaires économiques, François Brottes, député de l’Isère et très en pointe sur la régulation des drives et des commerces en général, via l’urbanisme commercial. La loi Duflot, qui contient de nombreux articles d’encadrement sur ces sujets, est actuellement soumis à l’examen de l’Assemblée nationale. François Brottes : (…) On part d’une situation où, parce qu’il y a eu beaucoup de flottement entre les différentes lois, des gens se sont engouffrés, notamment dans le drive à tout va qui peut poser des problèmes de survie de la diversité commerciale, de la diversité d’enseignes et du commerce de proximité, même si dans ce dernier cas c’est depuis toujours. La situation n’est pas satisfaisante. Un travail considérable a été mené par la Commission des affaires économiques, dans le passé, du temps où Patrick Ollier la présidait. Nous avions ainsi mené un travail d’étude pour voir pour comparer avec ce qui se passe en Allemagne. Dans ce pays, la concurrence est plus forte, les prix sont moins élevés et l’Etat allemand a réussi à réguler les implantations, notamment par thématiques, ce qui est interdit par la loi européenne, qui ne permet de traiter le problème que via l’urbanisme et l’environnement.


- 2013-09-05

Le JDD.fr "A l’Assemblée, droite et gauche s’affrontent sur la Syrie"

Le débat parlementaire sur une possible intervention armée en Syrie, qui a eu lieu mercredi lors d’une session extraordinaire, a divisé. Les socialistes ont applaudi Jean-Marc Ayrault, tandis que la droite a dénoncé les conséquences du projet de l’exécutif. Sans surprise, les élus UMP sont plus pessimistes. Eric Ciotti craint "une possible déflagration internationale" en cas d’intervention armée, demandant au gouvernement de "se garder de toute décision hâtive". "Tout ne peut passer que par l’ONU", assure l’ancien ministre Patrick Ollier


- 2013-09-04

Libération : "Le débat sur la Syrie électrise l’Assemblée nationale"

Le Premier ministre s’exprimait ce mercredi devant les députés, à l’occasion d’une discussion sans vote, sur la situation en Syrie (…) Une heure avant la prise de parole d’Ayrault, les députés y affluent et les journalistes, dont on a l’impression qu’ils ne forment plus qu’une masse, courent partout. Jean-François Copé passe rapidement, se contente de sourire sans un mot. Bernard Accoyer et Patrick Ollier (UMP) s’en tiennent à la ligne officielle du parti : face à la « poudrière terrible » qu’est la Syrie, il faut respecter le droit international, ne pas intervenir sans mandat des Nations unies.


- 2013-09-04

JDD.fr

Syrie : l’UMP clarifie sa position

Lors du débat parlementaire sur la Syrie de mercredi, l’UMP, malgré des divisions de fond, a annoncé qu’elle opposait "un triple refus" au projet d’intervention armée de l’exécutif tel qu’il a été présenté par Jean-Marc Ayrault. Pour Christian Jacob, le patron des députés UMP, l’exercice était périlleux. (…)L’élu des Hauts-de-Seine Patrick Ollier est sur une position plus médiane : il "attend l’ONU pour arrêter sa conviction"


- 2013-07-24

La Gazette des Communes : ACTE III DE LA DÉCENTRALISATION Projet de loi « métropoles » : les députés adoptent le texte en première lecture"

Après quatre jours de discussion en séance publique, les députés ont adopté par 294 voix contre 235 le projet de loi sur la modernisation de l’action publique territoriale et d’affirmation des métropoles, mardi 23 juillet 2013. (…) L’ancien ministre Patrick Ollier (UMP) a accusé Marylise Lebranchu de « marcher allègrement sur les droits du Parlement » et a souligné que le gouvernement « préparait la mort annoncée des maires et des communes alors qu’il passe son temps à dire que les communes sont nécessaires à la démocratie ».


- 2013-07-19

Le Monde : Les conseillers des métropoles seront élus au suffrage universel en 2020

L’Assemblée a voté, jeudi 18 juillet, le principe que les conseillers des métropoles seront élus au suffrage universel direct à partir de 2020, droite et Front de gauche s’unissant pour dénoncer "un coup de force". Les députés ont voté par 61 voix contre 45, dans le cadre du projet de loi de décentralisation, un amendement de dernière minute du gouvernement s’engageant à ce que "les conseillers communautaires des métropoles" soient élus au suffrage universel direct à partir de 2020. La ministre de la réforme de l’Etat, Marylise Lebranchu, a précisé qu’une loi ultérieure préciserait les modalités de cette élection. Tandis que les députés de droite se déclaraient soufflés par ce "coup de force", l’écologiste Denis Baupin s’est immédiatement dit "très heureux d’avoir été entendu" (…)L’ancien ministre Patrick Ollier (UMP) a accusé Mme Lebranchu de "marcher allègrement sur les droits du Parlement" et souligné que le gouvernement "préparait la mort annoncée des maires et des communes alors qu’il passe son temps à dire que les communes sont nécessaires à la démocratie".


- 2013-07-19

Libération : "19 juillet 2013 : acte de naissance de la métropole du Grand Paris"

C’est fait. Après avoir été supprimée au Sénat, la métropole du Grand Paris a été adoptée hier par les députés, dans le cadre de la loi « d’affirmation des métropoles ». (…) "Toute la droite « entend les messages subliminaux des écologistes », comme dit Patrick Ollier, élu (UMP) des Hauts-de-Seine, qui auraient monnayé leur soutien contre l’amendement. « On a mis la pression », admet Denis Baupin, député EE-LV de Paris. Mais si son groupe s’est abstenu sur le vote de la métropole, c’est pour « encore améliorer le texte ». Les écologistes ne désespèrent pas de supprimer les départements en général, et en première couronne de l’Ile-de-France en particulier. Ce qu’une métropole ficelée à la manière de celle-là pourrait en effet porter en germe.


- 2013-07-17

RMC.fr : Sites rentables :" Medef et Front de gauche unis contre la proposition de loi"

Mardi a débuté à l’Assemblée devant les commissions des Affaires sociales et des Affaires économiques, l’examen du projet de loi sur les sites rentables qui oblige un industriel à rechercher un repreneur dans les trois mois lorsqu’il veut se séparer d’un site rentable, sous peine de sanctions financières. La proposition de loi elle sera débattue à l’Assemblée par les députés à la rentrée, à partir du 16 septembre. Mais déjà, au Medef comme au Front de gauche, des voix s’élèvent pour dénoncer cette loi.

Patrick Ollier, député UMP, membre de la commission des affaires économiques(…) quant à lui estime légitime l’opposition du Medef à ce texte. « Tout ce qui est une contrainte pour le système économique est mal reçu et ne fonctionne pas. La gauche a une obsession : taper sur les entreprises. Or les patrons et leurs entreprises, ce sont eux qui créer des emplois. Il ne faut pas faire preuve de sectarisme ni d’idéologie. Cette proposition de loi, le Medef a raison de la dénoncer"


- 2013-07-10

Le Figaro.fr : "Pour les députés UMP, Sarkozy a montré son « envie »"

L’envie : c’est le terme qui caractérise le mieux, selon les députés UMP, la brève apparition de Nicolas Sarkozy devant les cadres de l’UMP, lundi, à Paris.

Les pro-Fillon, à l’instar de Jean-François Lamour, se félicitent que Nicolas Sarkozy ait « donné une vision totalement en phase » avec celle de l’ancien premier ministre. « J’ai beaucoup apprécié l’hymne à l’unité, et le fait qu’il ait manifesté une expression de complicité avec François Fillon », renchérit l’ancien ministre Patrick Ollier.


- 2013-07-09

20 Minutes.fr : "Cumul des mandats : La fronde est aussi générationnelle"

Le vote global du projet de loi sur le cumul des mandats a eu lieu ce mardi à l’Assemblée nationale. Un texte qui a opposé les députés et divisé au sein même des groupes parlementaires (…) Mais au sein de l’UMP qui revendique son unité ce mercredi, l’unanimité n’a point été la règle ces dernières semaines (…) Pour le député UMP des Hauts-de-Seine Patrick Ollier, 68 ans, ce texte sur l’interdiction du cumul des mandats « n’est pas un problème de jeunes contre les âgés, mais un problème d’inexpérimentés contre ceux qui ont de l’expérience ». Ces derniers sont accusés de voter une loi « qui fait bien, qui fait mode et politiquement correct ». Et à la question de savoir si Bruno Le Maire, qui martèle son adhésion au non-cumul des mandats, « suit une mode », Patrick Ollier rétorque : « Je pense que c’est tant un effet de mode qu’un effet pour se faire remarquer. Cela s’appelle une opération d’auto-promotion pour ceux qui le font, pour qui que ce soit, mais je ne cite personne ». Entende qui voudra.


- 2013-07-09

Atlantico : Nicolas Sarkozy : l’ex-président se pose en recours pour l’UMP, la gauche fustige "son arrogance"

L’ancien président a prononcé un bref discours au siège de l’UMP, lors d’une réunion à huis clos consacrée à l’invalidation de ses comptes de campagne pour la présidentielle de 2012 (…) Patrick Ollier, député-maire UMP de Levallois (Hauts-de-Seine) : "Je l’ai trouvé très bien, très décontracté et très convainquant. C’est le discours d’un homme près de son parti quand celui-ci traverse des difficultés. Il a surtout appelé à l’unité. Mais ce n’est pas une rentrée politique".


- 2013-07-08

RMC.fr : "Sarkozy devant l’UMP : un petit air de retour, pour des responsables du parti"

Plusieurs responsables UMP ont trouvé un petit air de retour en politique au discours de Nicolas Sarkozy lundi devant le bureau politique du parti convoqué après l’invalidation des comptes de campagne présidentielle de l’ex-chef de l’État. Si le député Patrick Ollier a jugé que le propos de Nicolas Sarkozy n’étaient « pas un discours de candidat », d’autres, plus nombreux, ont pensé le contraire, à l’instar de Pierre Lellouche pour qui ce n’était « pas encore l’heure de la présidentielle comme il l’a dit mais ça y ressemblait ».


- 2013-07-08

LE JDD.FR : "Les responsables de l’UMP enthousiastes après le discours de Sarkozy"

Après avoir écouté le discours de Nicolas Sarkozy, les responsables UMP ont tenu à manifester leur engouement devant la presse (…) La question du "retour" de Nicolas Sarkozy était également sur toutes les lèvres. Si le député Patrick Ollier a jugé que le propos de l’ancien président n’étaient "pas un discours de candidat", d’autres, plus nombreux, ont pensé le contraire.


- 2013-07-05

Libération : "Nicolas Sarkozy revient pour faire la quête"

(…) c’est à huis clos, lundi, devant le bureau politique de l’UMP élargi à l’ensemble des parlementaires, que l’ancien chef de l’Etat devrait s’exprimer au siège du parti. Dès vendredi, il a publié sur son compte Facebook son analyse du rejet définitif de ses comptes de campagne par le Conseil : cela crée « une situation inédite sous la Ve République » et « met en péril la formation qui doit préparer l’alternance tellement nécessaire au socialisme », explique-t-il, promettant « d’assumer » ses responsabilités en s’engageant « pour la garantie d’une expression démocratique libre dans notre pays » (…) « choqué pour Nicolas Sarkozy qui ne mérite pas un tel traitement », le filloniste Patrick Ollier a assuré que la droite républicaine refusait « d’être ainsi bâillonnée ». Comme la plupart des leaders de l’UMP, il a appelé « celles et ceux qui croient toujours en nos valeurs, à un sursaut républicain pour sauver le soldat UMP en participant activement à la campagne de souscription nationale ». Seul Alain Juppé s’est abstenu de critiquer le Conseil constitutionnel dont les décisions « s’imposent à tous ».


- 2013-07-03

JDD.fr :"Fillon tente de séduire dans le fief de Sarkozy"

L’ancien Premier ministre a tenu un meeting mardi soir dans le fief de l’ancien Président, les Hauts-de-Seine, après avoir organisé une première rencontre il y a 15 jours dans la ville la plus sarkozyste de France, Nice. Tout un symbole, alors que les deux hommes s’affrontent depuis plusieurs semaines de façon discrète mais tenace. A l’entendre, le député de Paris ne s’est pourtant pas rendu à Saint-Cloud pour braconner sur les terres de Nicolas Sarkozy. Non, il a simplement répondu "à l’invitation de deux amis", le maire de Saint-Cloud, Eric Berdoati, et Patrick Ollier, maire de Rueil-Malmaison. Devant des élus du département mais aussi Valérie Pécresse, ou encore d’Eric Ciotti, ses fidèles lieutenants, le député de Paris a fait part de sa "foi dans le progrès", une thématique qu’il se dispute avec Nicolas Sarkozy.


- 2013-06-21

Le Monde : "La colère grandit dans les rangs de la Manif pour tous après l’incarcération d’un militant"

Les opposants au mariage pour tous ont trouvé leur "martyr". Sur les réseaux sociaux, Nicolas Bernard-Busse, l’opposant à la loi Taubira condamné mercredi 19 juin à deux mois de prison pour rébellion et fourniture d’identité imaginaire, a immédiatement été érigé en " prisonnier politique" victime d’une "condamnation incomprise". La vague d’indignation qui parcourt depuis les milieux proches de la Manif pour tous semble même redynamiser la contestation, désormais directement tournée contre le gouvernement, rebaptisé "dictature socialiste", et sa " justice politique". Un appel à manifester a été lancé pour vendredi 21 juin, devant Sciences Po où une intervention de François Hollande était initialement prévue ; d’autres manifestations sont programmées, notamment le 23 à Paris ; une cagnotte pour aider "Nicolas et sa famille" aurait collecté plusieurs milliers d’euros en quelques heures ; le matricule et l’adresse en prison du jeune homme ont été publiés sur Twitter, pour ceux qui voudraient lui écrire. Le tout a été accompagné de réactions outrées de responsables politiques et religieux. Hervé Mariton, délégué général de l’UMP, a exprimé son " incompréhension face à une condamnation sévère". Au diapason de nombreuses réactions, la députée UMP Valérie Pécresse a dénoncé "deux poids, deux mesures", dans une allusion aux "voyous de Grigny", des jeunes qui avaient dévalisé des voyageurs du RER D et qui "sont restés en liberté". Son collègue Patrick Ollier s’est demandé si ce cas ne constituait pas "les prémices d’une justice politique".


- 2013-06-20

Capital.fr : "Feu vert au déblocage de la participation salariale"

Le Parlement français a donné jeudi son feu vert au déblocage exceptionnel de la participation et de l’intéressement dont disposent les salariés afin de relancer la consommation, une enveloppe estimée à 90 milliards d’euros. Cette proposition de loi socialiste reprend une idée lancée par François Hollande en mars dernier. Les groupes PS, écologiste et des radicaux de gauche ont voté pour, de même que les centristes de l’UDI. En revanche, celui du Front de gauche s’est abstenu, jugeant que le dispositif n’est pas à la hauteur des enjeux. Le groupe UMP a voté contre. "Cette proposition de loi est un coup politique qui n’apporte rien aux Français en matière de pouvoir d’achat", a dit Patrick Ollier (UMP).


- 2013-06-20

L’express/Entreprise.com :"Epargne salariale : déblocage possible à partir du 1er juillet"

Le Parlement a définitivement adopté jeudi 20 juin une proposition de loi autorisant le déblocage anticipé des fonds versés par les entreprises à leurs salariés au titre de la participation et de l’intéressement. La mesure prendra effet le 1er juillet. Annoncée en mars par François Hollande, cette mesure doit mobiliser une partie de l’épargne vers des dépenses du quotidien. Les sommes, à hauteur de 20.000 euros, pourront être débloquées pendant six mois à partir du 1er juillet prochain. La proposition prévoit que les sommes placées sur les plans d’épargne pour la retraite collective (Perco) ou dans les fonds solidaires ne soient pas concernés. "Vous voulez que les Français mangent leur blé en herbe, c’est inexcusable", a dit à la majorité Patrick Ollier pour l’UMP.


- 2013-06-20

DH.BE : "Epargne salariale : le Parlement autorise le déblocage des fonds de participation"

Le Parlement a définitivement adopté jeudi, par un vote de l’Assemblée nationale, une proposition de loi PS autorisant le déblocage anticipé des fonds versés par les entreprises à leurs salariés au titre de la participation et de l’intéressement.

Les sommes, à hauteur de 20.000 euros, pourront être débloquées pendant six mois à partir du 1er juillet prochain.

Les partis de gauche ont voté pour, à l’exception du Front de gauche qui s’est abstenu. L’UDI a également voté pour tandis que l’UMP a voté contre.

Christian Eckert, rapporteur socialiste du budget, a salué cette mesure, annoncée en mars dernier par François Hollande et destinée à mobiliser une partie de l’épargne vers "l’économie réelle", pointant directement "les dépenses consacrées aux vacances et à la rentrée scolaire".

La proposition prévoit que les sommes placées sur les Plans d’épargne pour la retraite collective (Perco) ou dans les fonds solidaires ne soient pas concernées.

Elle avait été votée par l’Assemblée le 13 mai et, en termes légèrement différents, par le Sénat le 28 mai.

"Vous voulez que les Français mangent leur blé en herbe, c’est inexcusable", a dit à la majorité le gaulliste Patrick Ollier pour l’UMP.


- 2013-06-20

Boursier.com :" la Caisse des Dépôts accompagne la SPLA "Rueil Aménagemen’" en prêts Gaïa à hauteur de 72 ME

La Caisse des Dépôts accompagne la SPLA (Société publique locale d’aménagement) Rueil Aménagement en prêts Gaïa à hauteur de 72 ME. Patrick Ollier, Député-Maire de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine), François Le Clec’h, président de la SPLA Rueil Aménagement et Premier Maire-adjoint à Rueil-Malmaison, Stéphane Keïta, directeur du Développement territorial et du Réseau de la Caisse des Dépôts et Patrick François, directeur Inter-régional Ile-de-France de la Caisse des Dépôts, ont signé deux prêts Gaïa pour un montant total de 72 ME. Rueil-Malmaison est la ville la plus étendue des Hauts-de-Seine. En communauté d’agglomération avec Nanterre et Suresnes, elle est inscrite dans le Contrat de Développement Territorial "la Défense Seine-Ouest". A ce titre, elle a bénéficié des études du SIEP pour définir les priorités de l’aménagement le plus adapté à l’équilibre des territoires. Via la SPLA Rueil Aménagement, la ville de Rueil-Malmaison a engagé plusieurs opérations de développement et d’aménagement urbain durable


- 2013-06-20

Le Figaro : "Privilèges des parlementaires : réactions hostiles à l’Assemblée"

Plusieurs élus condamnent la démarche de leurs dix collègues qui ont fait des propositions chocs pour abolir les privilèges des parlementaires. L’écologiste François de Rugy juge ces réactions « corporatistes ».

« Une bonne manière de se faire de la publicité sur le dos des uns et des autres… » Comme beaucoup de parlementaires, le député UMP de l’Oise et ancien ministre Éric Woerth ne s’est pas montré tendre au lendemain des propositions chocs de dix députés socialistes, UMP et écologistes, publiées par Le Nouvel Observateur . « Je ne crois pas que les élus soient des privilégiés », a ainsi jugé l’ancien ministre sur i-Télé, dénonçant la « démagogie » de cette démarche.

Démagogie encore pour le député UMP des Yvelines, Henri Guaino. Sur BFMTV, l’ancien conseiller de Nicolas Sarkozy s’est ainsi dit « assez peiné, pour ne pas dire scandalisé, par la vague terrible de démagogie qui déferle sur notre pays et notre Assemblée ». « On ne va pas résoudre les problèmes de corruption et de malhonnêteté par la suspicion », a-t-il jugé alors que dans la journée de lundi l’ancien ministre et député UMP des Hauts-de-Seine Patrick Ollier avait déjà pointé « de fausses bonnes idées qui contribuent à faire monter le populisme ».


- 2013-06-19

Planète Campus : "Appel du 18/06 : une commémoration pour remonter le moral des Français"

Aujourd’hui, la France célèbre les 73 ans de l’appel du Général De Gaulle. Partout dans le pays, de nombreuses commémorations rythmaient la France (…°Au delà de ces hommages de chefs d’Etat, cette date est devenue « lieu de mémoire », selon les termes de l’historien Pierre Nora. Un événement qui « échappe à l’oubli » et a été « réinvesti » par les affects de la collectivité. Cet appel historique donne ainsi lieu à des hommages politiques, mais également à des déclinaisons pour des causes militantes particulières. Cette année, l’UMP a décidé de jouer la carte 18 juin : Patrick Ollier ainsi qu’une trentaine de députés gaullistes ont lancé sur le site de « l’Opinion » un « appel » pour défendre « l’Etat nation ».


- 2013-06-16

Libération : "Métropole du Grand Paris : et maintenant, que faire ?"

Après le coup de tonnerre de la suppression du Grand Paris par des sénateurs très remontés contre le projet gouvernemental de création de la métropole, on sent comme un flottement. Comment aborder la prochaine étape à l’Assemblée nationale, à la mi-juillet ? Techniquement si l’on peut dire, tout est ouvert. Puisqu’il n’y a plus rien sur Paris dans la "petite loi" adoptée par le Sénat, les députés n’auront plus que le texte du gouvernement à discuter. Mais lequel ? Le projet initial ? Ou une version remaniée, voire profondément modifiée ? (…) Député-maire (UMP) de Rueil-Malmaison, Patrick Ollier soupire devant ce genre de solution de "métropole intégrée" relevant de la méthode forte. "Ce sont des jeunes députés qui veulent faire valoir ce qui apparaît, sur le plan théorique, comme une bonne idée. J’ai eu, moi aussi, ces idées en tant que jeune député…" Aujourd’hui, Ollier se démarque de sa jeunesse et de son parti. Loin de la position de l’UMP qui rejette en bloc la réforme de la décentralisation du gouvernement, il souligne que "madame Lebranchu est ouverte à des modifications", qu’il compte bien porter par voie d’amendements. Et surtout, en tant que vice-président de Paris Métropole, il défend cette "organisation qui travaille de manière consensuelle et a réussi à pondre un texte voté par la quasi totalité du bureau". Loin des solutions "des théoriciens", il plaide pour "une entité qui permette de coordonner". Et offre, comme preuve que la méthode du consensus fonctionne, l’exemple de la communauté d’agglomération qu’il partage avec les communistes de Nanterre.


- 2013-06-05

France Info : "A quoi joue Claude Bartolone ?"

Il est devenu le critique numéro un de la politique du gouvernement et des choix de François Hollande. Claude Bartolone est celui qui a pesté le plus fort contre la transparence sur les patrimoines des élus.

Ce mardi à l’Assemblée, les annonces de François Hollande, après l’affaire Cahuzac, ont pris un sérieux coup sur la tête. Mais Claude Bartolone se fait ce matin très modeste et se défend d’avoir gagné un bras de fer avec le chef de l’état (…) Si Claude Bartolone estime qu’il est très bien là où il est, c’est que dans les coulisses du pouvoir on parlait beaucoup de ses envies d’être Premier ministre à la place de Jean-Marc Ayrault. Une place qu’il pourrait sans soucis occuper pour le député UMP Patrick Ollier, ancien président de l’Assemblée nationale : "Il a incontestablement les qualités pour aller plus loin. C’est son problème, à lui, de régler les différents qu’il pourrait éventuellement avoir avec la majorité qui l’a élu."


- 2013-06-05

Le Parisien : "Municipales/ UMP"

En vue des prochaines municipales, l’UMP a investi les candidats suivants : Nanterre : …) Camille Bedin, Courbevoie Jacques Kossowski (sortant), Rueil-Malmaison : Patrick Ollier (sortant) (…)


- 2013-05-13 Le Figaro : "Les niches fiscales outre-mer menacées"

Au cours du mois de juin, le gouvernement va arbitrer une belle bataille fiscale : celle des niches outre-mer. Bercy veut réformer ces dispositifs, qui ont coûté un milliard d’euros à l’État en 2012, afin d’économiser 200 millions. En face, le ministère des Outre-Mer, la Fédération des entreprises d’outre-mer (Fedeom) et certains parlementaires sont pour le maintien de la défiscalisation, avec quelques aménagements. Le ministère veut même relever le montant maximal qu’un foyer peut défiscaliser par ce biais, de 18.000 à 30.000 euros. Et ce au nom de l’efficacité économique (…) Le système actuel permet, lui, aux entreprises ultramarines de bénéficier de l’argent dès le montage du projet d’investissement financé par les particuliers « nicheurs ». Les deux sénateurs proposent donc que le crédit d’impôt soit réservé aux grandes entreprises et que les autres conservent la défiscalisation actuelle. Ils suggèrent quelques mesures de moralisation, notamment pour les professionnels du montage. La Fedeom est sur la même ligne, comme les députés Jean-Claude Fruteau (PS) et Patrick Ollier (UMP), auteur d’un rapport publié mi-mai.


- 2013-06-03

Localtis.fr :" Commerce de proximité : un projet de loi à la rentrée"

(…) Plusieurs mesures sont venues modifier la législation et les outils disponibles en faveur du commerce de proximité ces dernières années. La loi de modernisation de l’économie de 2008 a ainsi élargi les critères du Fisac, majoré ses taux d’intervention et homogénéisé ses conditions d’intervention. Elle a également élargi le dispositif de droit de préemption que les élus peuvent enclencher quand ils décident de délimiter un périmètre de sauvegarde du commerce et de l’artisanat de proximité. "La loi constitue un début de chantier, mais il y a des manques, et il n’y a pas eu de suite", a détaillé Seybah Dagoma, députée de la 5e circonscription de Paris. Quant à la réforme de l’urbanisme commercial initiée par Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine, en 2010, elle n’a jamais abouti… Dans ce contexte, les élus tentent tant bien que mal de défendre le commerce de proximité, mais se plaignent d’outils qui ne sont pas toujours adaptés.


- 2013-05-31

Newspress : "Recommandations de Bruxelles : le cap "hollandais" est mauvais"

(extrait du Blog de Patrick Ollier)

François Hollande prétendait avoir gagné 2 ans vis-à-vis à l’Union Européenne pour respecter les engagements de Maastricht et réduire notre déficit public à 3%.

Aujourd’hui, les Français connaissent la vérité. Ce report est lié en réalité à des recommandations que nous avons à prendre en compte et correspondent peu ou prou aux actions politiques que Nicolas Sarkozy et François Fillon avaient mises en oeuvre pour la France : Réforme de la fiscalité, baisse du coût du travail, réformes des retraites, libéralisation des services etc…

Ce report de deux ans est conditionné à ces recommandations du Conseil et par conséquent, François Hollande va devoir, bon gré mal gré, se convertir à la politique que l’UMP avait mise en oeuvre et que la droite préconise encore pour la France. C’est une humiliation pour le Président de la République et le Parti Socialiste qui ont un choix à faire dans les jours prochains.

L’obtention de ce délai pour réduire le déficit public à 3% démontre effectivement que « le cap hollandais » est mauvais et les recommandations de Bruxelles appellent les socialistes à recouvrer le sens des réalités et des responsabilités.


- 2013-05-30

Le Monde.fr : "François Hollande affiche son libre arbitre face à Bruxelles"

Sommée par Bruxelles d’engager dès cette année une nouvelle réforme des retraites – dont la Commission européenne prescrit pratiquement les modalités –, la France s’est raidie. "La Commission européenne n’a pas à dicter ce que nous devons faire, a répliqué le président François Hollande, mercredi 29 mai, lors d’une visite dans l’Aveyron (…)Il n’empêche. Malgré la volonté de l’exécutif de dédramatiser les prescriptions de la Commission, celles-ci illustrent, aux yeux de l’opposition, l’affaiblissement de la position française. "C’est une humiliation, estime l’ancien ministre Patrick Ollier, député (UMP) des Hauts-de-Seine. François Hollande prétendait avoir gagné deux ans. Aujourd’hui, les Français connaissent la vérité. Ce report de deux ans est conditionné à des recommandations."


- 2013-05-26

BFM TV : "Manif pour tous : Ollier "pas sûr que ce soit la dernière""

Patrick Ollier manifeste dimanche contre le mariage homosexuel. Le député UMP a indiqué ne pas être "sûr" que cette manifestation soit la dernière. "Dans le projet de loi qui a été voté, qui a effectivement été promulgué", explique-t-il, il a été prévu des ordonnances. Ces ordonnances doivent être ratifiées par le Parlement. (…). On aura, en otobre prochain, probablement, un nouveau débat parlemenentaire sur la ratification de ces ordonnances. Donc celles et ceux qui sont contre ce projet de loi auront à se retrouver aussi, dans des manifestations à ce moment là, pour dire qu’il sont contre ce projet de loi".


- 2013-05-26

20 Minutes.fr : Manif pour tous : "Echauffourées aux invalides"

14h15 : L’UMP bien représentée Jean-François Copé, Philippe Gosselin, Christian Jacob, Patrick Ollier et Laurent Wauquiez dans les rangs de la manif pour tous…


- 2013-05-23

20 minutes.fr : "Guillaume Peltier rappelé à l’ordre par l’UMP…"

Le bureau politique de l’UMP a décidé mercredi « un rappel à l’ordre » d’un de ses membres, Guillaume Peltier, chef de file de la « Droite Forte », pour ses propos contre Nathalie Kosciusko-Morizet, à laquelle il reproche son abstention sur la loi instaurant le mariage gay, a annoncé à l’AFP un des participants. Vice-président de l’UMP, M. Peltier avait souhaité lundi « que ce ne soit pas » NKM qui soit désignée candidate du parti pour les municipales de 2014 à Paris. Ces propos ont été désapprouvés « par tous », selon la même source, qui a précisé que le rappel à l’ordre a fait l’objet d’une « quasi-unanimité », certains souhaitant aller plus loin. Selon Le Monde, « Ça a été la fête au Peltier ! », a détaillé l’un des participants au quotidien du soir qui précise que Laurent Wauquiez notamment lui aurait reproché son omniprésence médiatique. Patrick Ollier a quant à lui tweeté : "Les positions de Guillaume Peltier fragilisent l’UMP. Qu’il aille donc conquérir une circo avant de donner des leçons au monde entier."


- 2013-05-23

Linternaute.com :"Quand Guillaume Peltier louait les "grandes qualités" de NKM"

La campagne pour les municipales à Paris semble bien virer au pugilat à l’UMP (…) Lundi 20 mai, Guillaume Peltier, jeune espoir de la droite forte, déclarait qu’il souhaitait "la défaite" de NKM à Paris. Une prise de parole qui a marqué les esprits (…) Une attaque que d’aucuns attribuent à un certain Patrick Buisson. L’ancien conseiller ultra-droitier de Nicolas Sarkozy à l’Elysée et mentor de Guillaume Peltier entretiendrait depuis la présidentielle des relations exécrables avec NKM qui a critiqué sa ligne "maurrassienne". Reste que la déclaration de Guillaume Peltier a provoqué un tollé à l’UMP où l’unité derrière NKM semble être de rigueur. Lors d’un bureau politique mercredi 23 mai, le jeune leader de la droite forte a écopé d’un sévère rappel à l’ordre et de nombreuses critiques, de Laurent Wauquiez qui a estimé qu’il "passait trop de temps sur BFM", à Patrick Ollier qui lui a reproché de ne jamais avoir été élu dans une circonscription en passant par Bernard Debré qui l’a qualifié de "monstrueusement bête".


- 2013-22-05

Famillechrétienne.fr :"Manif pour Tous, c’est parti !"

N’est-ce pas risqué de manifester encore, alors que Frigide Barjot elle-même, grande organisatrice de la Manif, devant les menaces qu’elle a reçues, a déclaré hésiter à venir ?

Réponse de Patrick Ollier, député maire de Rueil-Malmaison : « Manuel Valls a voulu faire peur aux familles, les dissuader de manifester en parlant de "provocations" et de "bagarres". C’est absurde ! J’ai tenu à être présent au milieu des familles et des enfants, sans provocation. »


- 2013-05-22

MétroNews : "Qatar :Le forum de Doha se rêve en Davos du monde arabe"

Pendant trois jours, le Qatar accueille à Doha plus de 600 personnalités venues du monde entier, invitées à discuter des problématiques qui régissent le monde arabe. Une conférence qui a lieu depuis treize ans et tend à positionner le pays en acteur incontournable de la diplomatie régionale. Ces jours-ci, dans les couloirs feutres du Ritz-Carlton de Doha, on peut tout aussi bien croiser l’Émir du Qatar, que le Président du Sénégal en visite officielle, le Vice-président argentin ou le Premier ministre tunisien. Dans leur sillage, une foule d’anciens ministres, de chercheurs, des entrepreneurs et de diplomates, venus discuter de thèmes aussi divers que la coopération internationale, la transition démocratique après le printemps arabe ou le processus de paix au Moyen-Orient. Objectif : devenir un lieu de discussion privilégié pour les acteurs de la transition dans le monde arabe, voire le pendant, version pays du Sud, du forum de Davos, qui réunit chaque année, les décideurs économiques et politiques du monde entier, en Suisse. "Le Qatar profite de la grande absence de la plupart des pays arabes aussi bien sur le plan diplomatique que le sur le plan culturel ou dans le débat des idées", analyse Hubert Védrine dans le JDD. "Le Forum de Doha est clairement devenu le Davos du monde arabe", renchérit Patrick Ollier, député UMP.


- 2013-05-22

Les Echos.fr :"Francois Hollande attendu fin juin au Qatar"

Francois Hollande est attendu les 23 et 24 juins prochains a Doha. C’est l’ambassadeur du Qatar en France, Mohamed Jaham Al-Kuwari, qui l’a annoncé ce mercredi l’occasion du 13e Forum de Doha, ouvert depuis lundi dans la capitale de l’émirat (…) Lors de la visite de Francois Hollande a Doha de nombreux sujets devraient donc etre abordés et notamment la possibilité pour le Qatar de développer des grands projets politiques et economiques pour la jeunesse. Sujet auquel l’Emirat est très attaché. Signe de la francophilie du richissime petit émirat, les Français sont les plus nombreux au Forum de Doha, rendez-vous annuel géopolitique et social du Qatar destiné à asseoir son image d’acteur international influent. Dans le hall de l’hôtel Ritz-Carlton, on croise ainsi quelque 70 journalistes et hommes politiques. Parmi eux, François Fillon, un des invités vedettes, et d’anciens ministres de son gouvernement comme Michèle Alliot- Marie ou Eric Woerth. Mais aussi des députés UMP tels Patrick Ollier, Pierre Lellouche, Alain Marsaud, ou socialistes comme Malek Boutih et Jean-Luc Drapeau. In fine, l’Assemblée nationale a donné son feu vert à une délégation composée à parité de parlementaires UMP et socialistes.


- 2013-05-16

France Info.fr :"Après la conférence de presse, de la "câlino-thérapie" ?"

L’évènement aujourd’hui ne sera peut-être pas à l’Elysée, lors de la conférence de presse de François Hollande mais, un peu plus loin à Paris, où vont se réunir les parlementaires socialistes. Députés et sénateurs vont se rassembler pour regarder François Hollande répondre de sa première année à l’Elysée. Ensuite, le chef de l’Etat leur rendra visite. Depuis quelques semaines déjà, le chef de l’Etat reçoit des parlementaires à l’Elysée en petit comité. Mais, ce soir, il fera les choses en grand et sans s’en cacher ce qui rappelle tout de suite l’un de ses engagements de campagne :

"Moi, président de la République, je ne recevrai pas les parlementaires de la majorité à l’Elysée."

A l’UMP, on se souvient très bien de cette phrase lors du débat d’entre deux tours face à Nicolas Sarkozy. Le député des Hauts de Seine Patrick Ollier :

"Ce n’est pas la première promesse de monsieur Hollande qui n’est pas respectée".


- 2013-05-16

Bâtiweb : Fin de partie pour la défiscalisation Outre-mer ?

La défiscalisation Outre-mer va connaître une sérieuse réforme dans le budget 2014. C’est le souhait du gouvernement qui planche sur plusieurs hypothèses. Les députés Jean-Claude Fruteau et Patrick Ollier viennent de présenter un rapport d’information sur la question. Le gouvernement privilégie la piste d’un crédit d’impôt, moins coûteux pour l’État et meilleur en termes d’images.


- 3013-06-15

Notre Temps : "Défiscalisation outre-mer : un rapport prône le maintien des aides existantes"

La délégation aux outre-mer de l’Assemblée nationale recommande, dans un rapport adopté mardi à l’unanimité, le maintien de l’essentiel du dispositif de défiscalisation des investissements outre-mer, très coûteux et dont l’efficacité a été mise en doute. Signé de Jean-Claude Fruteau (PS, La Réunion) et Patrick Ollier (UMP, Hauts-de-Seine), ce rapport "considère que ce dispositif est bien adapté à la collecte de l’épargne sur des objectifs ciblés - que ce soit la réalisation de grands projets structurants dans les départements et collectivités d’outre-mer ou la construction de logements neufs destinés aux bailleurs sociaux - et qu’il a rempli son but qui était de contribuer à l’aménagement du territoire", selon un communiqué de la délégation.


- 2013-05-15

Les Echos.fr : "Participation : l’Assemblée vote le déblocage exceptionnel"

Annoncé fin mars par François Hollande, le déblocage exceptionnel de la participation salariale a franchi hier soir le cap de l’Assemblée, avec l’adoption de la proposition de loi sur laquelle le gouvernement a engagé une procédure accélérée. Le texte sera discuté le 28 mai au Sénat avant une entrée en vigueur prévue le 1er juillet (…) Alors que le pouvoir d’achat a reculé l’an dernier pour la première fois depuis 1984, Patrick Ollier (UMP) a comparé la mesure à « un emplâtre sur une jambe de bois »…


- 2013-04-29

RTL.fr : "Mur des cons" : Patrick Ollier met en doute l’impartialité du Syndicat de la magistrature"

Figurant comme beaucoup d’autres sur le "mur des cons" du Syndicat de la magistrature, le député UMP Patrick Ollier a dénoncé samedi la partialité, selon lui, "de ces juges et procureurs". Samedi, dans une interview accordée au site Internet de France Télévisions, le député UMP des Hauts-de-Seine est revenu sur le désormais fameux "mur des cons" affiché dans les locaux Syndicat de la magistrature et dévoilé la semaine dernière par Atlantico. Comme beaucoup d’autres, l’ancien ministre des Relations avec le Parlement figure sur le tableau.

Cette présence ne le ravit pas. " Mieux vaut en rire, mais il est difficile d’être ainsi placardé sans savoir pourquoi, commente Patrick Ollier. La prochaine fois, ils pourraient avoir l’élégance de nous faire parvenir une lettre : ’Monsieur, nous avons l’honneur de vous instituer ’con’ pour tel et tel motifs…’ Je ne sais pas. J’ai peut-être soutenu des prises de positions fortes qui ont déplu."

"Pas une blague potache", selon Ollier

Au-delà de sa présence, Patrick Ollier dénonce surtout l’existence même du "mur des cons". "En parlant de blague potache, le Syndicat de la magistrature essaie de s’exonérer de la faute qu’il a commise", estime le député UMP. "On ne parle tout de même pas de lycéens ou d’étudiants mais de magistrats, qui sont tenus à un serment d’indépendance !".

Et Patrick Ollier de mettre en doute "l’impartialité de ces juges et procureurs". "Les personnes placardées sur ce mur, hommes politiques, journalistes, intellectuels, peuvent dorénavant légitimement supposer de mauvaises intentions des magistrats à leur égard", ajoute-t-il.


- 2013-04-23

Le Monde : "Abroger, adapter, laisser faire : le dilemme de l’UMP sur l’avenir du Mariage pour tous"

"Ce qu’une loi a fait, une loi peut le défaire", assure Patrick Ollier, député des Hauts-de-Seine et ancien ministre des relations avec le Parlement


- 2013-04-23

Le Nouvel Observateur :" Le FN et l’UMP à la Manif pour tous"

Guillaume Peltier juge la présence de Gilbert Collard, député FN, à la Manif pour tous du 21 avril parfaitement normale. Le vice-président de l’UMP, sarkozyste fervent, copéiste attentiste, proche de Patrick Buisson, ancien du FN et du MPF, s’indigne que l’on puisse s’indigner du fait qu’un député FN ait pu s’afficher bras dessus, bras dessous avec le quarteron de députés UMP ou UDI présents au dernier raout de Frigide Barjot, Ollier, Mariton, Poisson et compagnie…


- 2013-04-22

Le Figaro : "Hortefeux demande au Gouvernement un referendum"

Alors qu’à Paris de nombreux cadres UMP ont défilé dimanche en tête d’un carré d’élus - parmi lesquels Hervé Mariton, Patrick Ollier, Philippe Goujon, Jean-François Legaret ou encore Patrick Balkany -, Jean-François Copé, toujours depuis la Corse, s’en dit persuadé : la grande manifestation nationale prévue le 26 mai contre le mariage gay devrait se transformer « en un message de très grande désapprobation de la politique gouvernementale »


- 2013-04-22

Le Figaro : "À l’UMP, les chicaneries recommencent"

Lundi soir, un autre débat s’est invité au siège de l’UMP : les étrangers peuvent-ils participer à l’élection du président du parti ? Les statuts actuels, ambigus, le permettent. Les fillonistes Patrick Ollier et Laurent Wauquiez, mais aussi le copéiste Claude Goasguen ont réclamé que les primaires soient réservées aux Français, en soulignant qu’on ne pouvait pas être contre le vote des étrangers aux élections locales et l’autoriser au sein de l’UMP.


- 2013-04-21

Le Nouvel Observateur : "Manif pour tous" : élus UMP et FN marchent d’un même pas"

Ils défilent ensemble, dans les premiers rangs de la "Manif pour tous". Des élus de la droite et de l’extrême-droite font front commun contre le mariage des couples homosexuels. "Tous gardiens du code civil", clame leur banderole blanche. Il y a là Gilbert Collard et Marion Maréchal-Le Pen pour le FN, Christine Boutin et Jean-Frédéric Poisson (Parti chrétien démocrate), Jean-Christophe Fromantin (UDI) ainsi que Patrick Ollier, Hervé Mariton, Patrick Balkany, Jean-François Legaret et Philippe Goujon (UMP). Les députés portent l’écharpe tricolore. Henri Guaino (UMP) est également présent, un peu plus loin. Frigide Barjot, la porte-parole du collectif "La Manif pour tous", est allée saluer les élus.(…) Certains élus assument ce combat commun. "La manif n’est pas sur invitation. Je défends mes valeurs", justifie Jean-Christophe Fromantin, interrogé par Alexandre Lemarié, journaliste au "Monde". D’autres sont plus embarrassés. "Ça me dérange d’avoir Collard à côté de moi car j’ai rien à voir avec le FN", déclare Patrick Ollier, selon la même source.


- 2013-04-21

La voix du nord : "Frigide Barjot : le mouvement de la Manif pour tous pourrait présenter des candidats aux municipales l’an prochain"

« L’UMP est bien en ordre dans ce mouvement », martèle aussi Patrick Ollier, « mais qu’il y ait des membres de ce mouvement social sur les listes, c’est normal. »


- 2013-04-21

« Manif pour tous » : Une dizaine d’interpellations place des Invalides

(…)en direct les manifestations pro et anti-mariage homo…(…)15h08 : Plusieurs élus de droite présent dans le cortège Hervé Mariton ou Patrick Ollier de l’UMP, Jean-Christophe Fromantin de l’UDI,


- 2013-04-22

Voilà : "Hollande, ta loi on n’en veut pas : les opposants au mairiage gay dans la rue"

Comme lors des mobilisations précédentes, l’UMP et le Front national ont envoyé une délégation. L’ancienne ministre Christine Boutin, les députés UMP Patrick Ollier et Hervé Mariton, le député FN Gibert Collard se tenaient derrière la même banderole.


- 2013-04-21

L’Express.fr :" La Manif pour tous défile dans un climat plus tendu qu’à l’accoutumée"

La présence de Collard illustre la complexité du mouvement : je n’ai envie d’aucune convergence avec le FN", a déclaré l’UMP Hervé Mariton au journaliste du Monde Alexandre Lemarié, sur place. Michel Bernot, maire UMP adjoint de Versailles, semblait selon lui "agressif" à l’évocation de la présence de Gilbert Collard. Interrogé lui aussi, Patrick Ollier était clairement mal à l’aise : "Ça me dérange d’avoir Collard à côté de moi car j’ai rien à voir avec le FN".


- 2013-04-21

1001 Actus :"Les anti-mariage gay à nouveau dans la rue, à deux jours du vote final"

La loi peut encore ne pas être promulguée », assurait au départ du cortège Patrick Ollier, député-maire UMP et ancien président de l’Assemblée nationale


- 2013-04-19

Le Figaro.fr : "Mariage pour tous : la gauche accélère encore le rythme"

« Le gouvernement ne fait aucune ouverture », a aussi protesté Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine."


- 2013-04-18

Le Nouvel Observateur :"Mariage homo : les députés UMP n’ont plus le coeur à l’ouvrage"

(…)Pas question toutefois d’admettre une quelconque responsabilité dans la radicalisation des anti mariage gay. "Nous n’avons jamais appelé à manifester violemment", se défend Hervé Gosselin. "Ce n’est pas nous qui avons déposé ce projet de loi", rappelle Patrick Ollier. S’ils refusent face caméra d’admettre l’imminence de la fin d’un long débat, la plupart savent que la séquence parlementaire du mariage pour tous s’achèvera mardi. Prochaine étape de leur combat : saisir les sages. "Nous avons relevé plusieurs points du texte qui ne sont pas conformes à la Constitution", prévient Patrick Ollier.


- 2013-04-18

FrancetvInfo : "Mariage pour tous trois choses qui ont changé dans le débat"

D’un côté, Jean-François Copé, le patron de l’UMP, appelle à "maintenir la pression" contre le mariage pour tous et encourage les militants à participer aux rassemblements organisés par La Manif pour tous. De l’autre, il est surprenant de constater que les députés de l’opposition semblent avoir jeté l’éponge. Mercredi, dans l’hémicycle, il ne reste plus que la dizaine d’élus déjà en pointe contre la loi en première lecture pour batailler. "Nous ne sommes pas abattus", ajoute Patrick Ollier.


- 2013-04-18

Le Monde : "Mariage gay : ultimes escarmouches entre députés

l’ambiance bon enfant des premières fois s’est dissipée. Il suffit d’une étincelle – un échange vif entre le ministre des relations avec le Parlement, Alain Vidalies, et Laurent Wauquiez (UMP, Haute-Loire) – pour que l’atmosphère s’embrase, obligeant des huissiers à intervenir entre des élus excités. Peu avant, c’était Henri Emmanuelli (PS, Landes) qui avait soulevé une bronca à droite en lançant un "facho !" à Patrick Ollier (UMP, Hauts-de-Seine) pendant qu’il s’exprimait à la tribune


- 2013-04-18

LCP : "Mariage gay : les députés s’enflamment dans l’hémicycle" :

A la suspension de séance, l’ex-ministre des Relations avec le Parlement Patrick Ollier était déjà venu dire dans les couloirs, à la presse, que les termes employés par son collègue Cochet étaient "inappropriés", soulignant qu’il avait voulu évoquer "des vies brisées".


- 2013-04-18

France Info :"Mariage pour tous : pour qui le boomerang ?"

A l’Assemblée nationale, la violence se cantonnait à des dérapages verbaux. Comme celui de Philippe Cochet aujourd’hui, accusant les pro-mariage "d’assassiner les enfants". Après le correctif de l’ancien ministre Patrick Ollier, jugeant le propos inapproprié, le député UMP a rectifié, il voulait parler de la "fragilisation de l’enfant ".


- 2013-04-18

Les Echos :"Mariage pour tous : le débat s’enflamme l’Assemblée"

(…) ce qui a vraiment mis le feu aux poudres, c’est lorsque Philippe Cochet (UMP) a déclaré aux ministres et à la majorité : « Ce que vous êtes en train de faire est une brèche qui ne se refermera pas si ce texte passe, c’est une ignominie (….) vous êtes en train d’assassiner des enfants ! ». Devant le tollé, Claude Bartolone, président PS de l’Assemblée, a aussitôt interrompu la séance. « Des mots inappropriés », a estimé l’UMP Patrick Ollier dans les couloirs de l’Assemblée.


- 2013-04-18

LCP : "Mariage pour tous : ce qu’il faut retenir de la séance de nuit"

(…)Après l’intervention de Patrick Ollier (UMP) couverte par les brouhahas de la gauche (notamment un "fachiste" lancé par Henri Emmanuelli (…)


- 2013-04-18

Le Point.fr :" Mariage gay : "Vous êtes en train d’assassiner des enfants !""

À la suspension de séance, l’ex-ministre des Relations avec le Parlement Patrick Ollier était déjà venu dire dans les couloirs, à la presse, que les termes employés par son collègue Cochet étaient "inappropriés", soulignant qu’il avait voulu évoquer "des vies brisées".


- 2013-04-16

Le Républicain Lorrain : "Mittal au Parlement : un air de déjà vu"

Lakshmi Mittal n’est pas un habitué des ors de l’Assemblée nationale, mais il prend ses aises dans les palais de la République. Après l’Élysée, reçu par Sarkozy puis à deux reprises par son successeur ces sept derniers mois, il répondra, demain matin, aux vingt-cinq députés qui composent la commission d’enquête parlementaire sur l’avenir de l’industrie, lancée le 23 janvier dernier. Elle est présidée par le député PS Jean Grellier et coprésidée par le député PS de la Fensch, Michel Liebgott (…)L’histoire bégaie pour les deux hommes, puisque l’élu de Fameck appartenait déjà à la commission des affaires économiques présidée par Patrick Ollier (UMP), qui avait entendu le même Lakshmi Mittal le 28 juin 2006…


- 2013-04-11

Le Journal de Saône et Loire :"Les députés contre la culture du soupçon"

Jean-Marc Ayrault est régulièrement vilipendé par les députés de l’opposition à l’Assemblée car il ne répond que rarement à leurs questions, laissant la parole à ses ministres. Depuis le début de l’affaire Cahuzac, l’animosité de l’opposition vis-à-vis du Premier ministre s’est accrue. De plus, la demande de transparence ne passe pas. Accueilli par les cris « démission, démission » Jean-Marc Ayrault a indiqué qu’il recevrait les présidents de groupe aujourd’hui pour évoquer la moralisation de la vie politique (…) L’ambiance était tellement tendue qu’une autre altercation a eu lieu plus tard entre Bernard Cazeneuve, nouveau ministre du budget et l’UMP Patrick Ollier qui se sont mutuellement donné des leçons de transparence et de vérité…


- 2013-04-10

Le Parisien : "Affaire Cahuzac : ça a encore chauffé à l’Assemblée !"

Sans surprise, la séance de questions au gouvernement a donné lieu ce mercredi à une nouvelle foire d’empoigne. Gouvernement et opposition se sont adonné à un véritable dialogue de sourd, la droite exigeant des explications sur l’affaire Cahuzac et l’exécutif préférant faire la promotion des engagements pris par François Hollande en matière de moralisation de la vie publique M. le Premier ministre, j’ai le sentiment que vous venez de perdre votre sang-froid. Il est inacceptable que vous parliez ainsi de notre chef de groupe, M. Jacob » réplique aussitôt Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine. « Ce n’est pas de notre côté qu’il faut regarder, c’est dans votre gouvernement que des personnes ont eu à faire avec la justice », ajoute-t-il avant de mettre une nouvelle fois en cause le gouvernement dans l’affaire Cahuzac : « Vous allez nous dire qu’avec les services de l’Etat vous n’étiez pas au courant ? Qu’avez-vous fait depuis le 4 décembre ? Rien ! Rien ! » « Nous attendons des réponses à des questions qu’on vous a posées », insiste-t-il


- 2013-04-10

Libération : "Ayrault lance une pique contre Jacob, fureur de l’UMP"

Jean-Marc Ayrault a mis en fureur l’UMP mercredi à l’Assemblée nationale par des propos qu’elle a interprétés comme hostiles envers son président de groupe Christian Jacob.

Le Premier ministre, dont l’intervention dans l’hémicycle n’a cessé d’être ponctuée de cris « démission, démission » ’(…) Disant avoir le sentiment que le Premier ministre venait de « perdre son sang-froid », l’ex-ministre des Relations avec le Parlement Patrick Ollier (UMP) a alors lancé à Jean-Marc Ayrault : « Il est inacceptable que vous parliez dans ces termes de notre président de groupe Christian Jacob ». « Dignité, dites-vous en nous regardant, mais que je sache, Cahuzac était bien ministre du Budget de votre gouvernement », a poursuivi ce député, accusant le Premier ministre de chercher à s’« exonérer de (sa) responsabilité ». Ollier a observé qu’« un journaliste d’investigation avec peu de moyens avait réussi à débusquer un ministre et un mensonge » et que « tous les moyens » étaient en possession du gouvernement.


2013-04-10

FranceTVInfo : Affaire Cahuzac : Cazeneuve répond à l’UMP"

Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine, a interpellé le gouvernement sur le cas Jérôme Cahuzac, à l’Assemblée nationale mercredi 10 avril, lors des questions au gouvernement.


- 201304-10

Le Huffington Post :" Affaire Cahuzac : Jean-Marc Ayrault favorable à la création de l’enquête parlementaire voulue par l’UDI"

Après les déclarations de François Hollande sur la moralisation de la vie publique, Jean-Marc Ayrault donne des gages à l’opposition. Le Premier ministre a apporté mercredi 10 avril son soutien à l’initiative du président de l’UDI Jean-Louis Borloo de créer une commission d’enquête sur l’action du gouvernement durant l’affaire Cahuzac (…)Une séance qui a été par ailleurs émaillée d’incidents, nécessitant l’intervention des huissiers face à la fureur de l’opposition. Le gouvernement a notamment été interpellé par le député UMP Patrick Ollier sur son supposé manque de transparence dans l’affaire Cahuzac.


- 2013-04-09

Le Figaro : "2 500 communes réfractaires au mariage gay"

Manifestation contre le projet de loi sur le mariage pour tous, le 24 mars à Paris : parmi des élus municipaux, ceints de l’écharpe tricolore, Jean-Pierre Raffarin et Patrick Ollier…


- 2013-04-05

Le Figaro.fr : "La moralisation de la vie politique inspire les élus"

Au-delà de la réforme du Conseil supérieur de la magistrature - qui était déjà sur les rails -, le président de la République a présenté un projet de loi pour lutter contre les conflits d’intérêts et mieux contrôler le patrimoine des ministres et des parlementaires. Il a enfin expliqué que « les élus condamnés pénalement pour fraude fiscale ou pour corruption seront interdits de tout mandat public » (…) Dès la fin de son allocution, mercredi, plusieurs élus ont cependant pointé la possible inconstitutionnalité d’une telle mesure. En 1999, puis en 2010, le Conseil constitutionnel avait jugé non conforme des dispositions proches, notamment la radiation automatique des listes électorales d’élus ayant commis certaines infractions. L’ancien ministre UMP Patrick Ollier brocarde ainsi un « président de la République, garant de la Constitution, qui s’apprête à la violer ».



2013-04-04

20 Minutes. fr :"Affaire Cahuzac. Revivez la journée de mercredi :"

14h42 : Patrick Ollier : « La République morale de Monsieur Hollande est bel et bien morte »


- 2013-04-03

La Nouvelle République :"La République morale est morte"

"La République morale est morte" (…) tandis que Jean-Marc Ayrault, seul face à la mitraille parlementaire, battait douloureusement (et laborieusement) sa coulpe, les réactions affluaient, surenchérissant dans l’indignation (…) Pour Patrick Ollier (autrefois ministre et prié de démissionner en 2011) « la République morale de M. Hollande est bel et bien morte ».


- 2013-04-03

Le Nouvel Observateur : "La droite pas convaincue par les explications de Hollande"

Le président provisoire de l’UMP demande ce soir au président de procéder à "un remaniement de grande ampleur". Et quand bien même le président et son Premier ministre ignoraient tout ou presque des affaires de Cahuzac, ils sont considérés comme comptables par la droite de l’avoir fait ministre. "Un vieux dicton dit ’dans le doute abstient-toi’, François Hollande aurait dû le suivre", philosophe le député Patrick Ollier.


- 2013-04-03

20minutes.fr : "Affaire Cahuzac : revivez la journée du 3 avril"

14h42 : Patrick Ollier : « La République morale de Monsieur Hollande est bel et bien morte »


- 2013-03-31

Europe 1 : "Ollier, Riester et Apparu (se prêtent au jeu) et donnent leur avis sur l’intervention de François Hollande… deux jours avant"

"Patrick Ollier, par exemple, qui déplore les "incantations" de François Hollande, et se plaint de n’avoir rien entendu "de précis dans la programmation, les objectifs à fixer".


- 2013-03-29

Le Parisien : "La « boîte à outils » de Hollande détournée sur le web"

« La boîte à outils, c’est l’apanage du père de famille bricoleur. François Hollande n’évoque pas du tout cette fonction là, mais les mots l’ont mis dans quelque chose de réducteur », constatait une sémiologue sur France Inter, ce vendredi. De fait, cette expression employée jeudi soir sur France 2 par François Hollande - « Tous les outils sont là, il faut les utiliser pleinement », a-t-il déclaré - a offert une riposte toute trouvée à l’opposition (…) Du coup, les photomontages représentant François Hollande en bricoleur ou une caisse à outils à la main ont fleuri sur le web. Des détournements qui émanent bien souvent d’internautes très critiques envers l’action gouvernementale ou de politiques de l’opposition, comme le député UMP des Hauts-de-Seine, Patrick Ollier.


- 2013-03-28

Le Parisien.fr : "François Hollande maintient son cap : « J’ai le cuir solide »"

21h41 : Ollier pas satisfait du « choc de simplification ». « Le choc de simplification à la Hollande n’est pas à la hauteur des enjeux pour la France ! » tonne le député UMP des Hauts-de-Seine sur Twitter.


- 2013-03-28

Clicanoo.re : "Lurel cherche 1,1 milliard"

La délégation outre-mer de l’Assemblée nationale a nommé, mardi, deux rapporteurs pour le projet de réforme de la défiscalisation. Il s’agit de Patrick Ollier (UMP) et de Jean-Claude Fruteau (PS).


- 2013-03-28

Infos Dijon :"Bourgogne : La filière éolienne y croit encore"

Le secteur de l’éolien mondial se porte bien mais en France, c’est la crise. Une crise qui verra peut-être un dénouement en juin prochain, puisqu’une décision de la Cour de justice de l’Union européenne sur le tarif d’achat de l’électricité est attendue (…) Il faut remonter aux débats autour de la loi Grenelle II de l’environnement pour saisir ce qui a fragilisé la filière. Un amendement législatif de Patrick Ollier, alors député UMP des Hauts-de-Seine, a mis un terme à cette envolée en France. Notamment, la disposition dite « règle des cinq mâts » instaurait une dimension minimum pour les nouveaux parcs éoliens à installer (un minimum souvent difficile à atteindre en France).


- 2013-03-24

Nouvelles de France : " Manif pour tous : Mobilisation « extrêmement importante » selon BFM TV"

Le député-maire de Rueil-Malmaison (Hauts-de-Seine) Patrick Ollier, présent à la MPT, sur BFM TV : « Au Sénat, j’espère que les Sénateurs suivront les conseils que nous leur donnons. » Il juge la majorité « idéologue » et « dogmatique ».


- 2013-03-22

La Voix du Nord : "Sarkozy mis en examen : les politiques appellent au respect de la présomption d’innocence"

Patrick Ollier, député UMP et ex-ministre juge la mise en examen de Nicolas Sarkozy pour abus de faiblesse au moment où le juge Gentil va clore l’instruction d’« incompréhensible ». « À l’évidence, cette initiative du juge s’apparente plus à une instrumentalisation de la justice, et à un acharnement lié à la médiatisation d’une affaire, sans apparaître réellement comme une recherche de la vérité respectueuse de la présomption d’innocence. Cette regrettable affaire démontre que par cette mise en examen, on jette en pâture l’honorabilité d’un homme qui a tant fait pour la France ».


- 2013-03-22

L’Express : Mise en examen de Nicolas Sarkozy : la stratégie com de la droite pour riposter"

(…)Et l’ex-ministre Brice Hortefeux d’empiler les questions rhétoriques sur le site des Amis de Nicolas Sarkozy, association qu’il préside : "Comment ne pas y voir l’acharnement de quelques-uns, de tous les instants, qui, d’ailleurs, ne peut me surprendre (…) ? Comment ne pas s’étonner d’un traitement aussi exceptionnel et exclusivement à charge ?"

"Cette initiative du juge s’apparente plus à une instrumentalisation de la justice. (…) Cette regrettable affaire démontre que par cette mise en examen, on jette en pâture l’honorabilité d’un homme qui a tant fait pour la France", ajoute Patrick Ollier sur la même longueur d’onde.


- 2013-03-22

Libération : "Le mauvais procès du clan Sarkozy"

« Aussi injuste qu’extravagant », a en effet lâché François Fillon, vendredi. « On jette en pâture l’honorabilité d’un homme qui a tant fait pour la France », s’est lamenté l’ancien ministre Patrick Ollier.-


- 2013-03-20

Le Parisien : "Chypre : le Parlement rejette le projet de taxation des dépôts"

De son côté, l’ancien ministre UMP des relations avec le Parlement Patrick Ollier a affirmé que le ministre était « pris en flagrant délit de faute grave ».


- 2013-03-22

Mediapart : Mise en examen de Nicolas Sarkozy : sonnée, l’UMP crie au complot et à l’acharnement des juges

"Il n’y a pas d’affaire Bettencourt ", répondait mercredi le député UMP Patrick Ollier, salle des Quatre-Colonnes, à l’Assemblée nationale


- 2013-03-21

France Info : "Les malheurs de la majorité font-ils le bonheur de l’opposition ? "

"C’est vrai que les circonstances, aujourd’hui, renforcent l’image de l’UMP. C’est vrai que le désastre dans lequel s’engage le gouvernement sur le plan économique fait que les Français ont envie de se tourner vers une opposition imaginative, dynamique, pugnace," déclare Patrick Ollier, ex-ministre des relations avec le parlement.


- 2013-03-19

Le Parisien.fr : Chypre : le Parlement rejette le projet de taxation des dépôts

(…)Les réactions politiques s’enchaînent Moscovici critiqué à droite. Le chef de file des députés UMP, Christian Jacob, a estimé mardi que le ministre de l’Economie Pierre Moscovici devait expliquer sa position sur Chypre lors du conseil des ministres des Finances de l’UE (Ecofin), critiquant « la confusion » sur ce dossier.« La confusion, c’est d’abord la position du ministre français. Il faudrait que M. Moscovici explique quelle position il a défendue en conseil Ecofin. C’est trop facile de faire porter la responsabilité sur les institutions européennes », a-t-il lancé lors de son point de presse hebdomadaire. De son côté, l’ancien ministre UMP des relations avec le Parlement Patrick Ollier a affirmé que le ministre était « pris en flagrant délit de faute grave ».


- 2013-03-14

Le Figaro :Des députés UMP voteront l’accord sur l’emploi

Pour la première fois de la législature, les députés UMP sont enclins à voter un texte du gouvernement, celui qui concerne la sécurisation de l’emploi, fruit de l’accord patronat-syndicats intervenu le 11 janvier. (…) L’ancien ministre Patrick Ollier se dit également « favorable à cet accord, en apportant quelques modifications ». Le député maire de Rueil (Hauts-de-Seine) propose une durée hebdomadaire « maximale » du temps de travail par entreprise.


- 2013-03-14

L’Express.fr : "Mélenchon est-il la meilleure source d’inspiration des snipers de l’UMP ?"

Pour Jean-Luc Mélenchon, François Hollande est un "pépère" après n’avoir été qu’un "capitaine de pédalo". Des formules, qui régalent la droite (…)Alors Mélenchon est-il une source d’inspiration pour la droite ? Une chose est sûre, le désamour entre le patron du Front de gauche et le chef de l’Etat régale l’UMP. "Jean-Luc Mélenchon a d’abord eu un regard complice puis il s’est rapidement rendu compte qu’il se fourvoyait", souligne Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine avant d’ajouter que "ce n’est pas un allié de l’UMP mais c’est un des meilleurs opposants à François Hollande".


— 2013-04-13

Le Figaro : Des députés UMP voteront l’accord sur l’emploi

Pour la première fois de la législature, les députés UMP sont enclins à voter un texte du gouvernement, celui qui concerne la sécurisation de l’emploi, fruit de l’accord patronat-syndicats intervenu le 11 janvier (…) L’ancien ministre Patrick Ollier se dit également « favorable à cet accord, en apportant quelques modifications ». Le député maire de Rueil (Hauts-de-Seine) propose une durée hebdomadaire « maximale » du temps de travail par entreprise.

— -

- 2013-03-13

Libération : Légiférer par ordonnances ? « Grotesque », crie l’UMP

Des députés UMP ont jugé mercredi inutile, « saugrenu et grotesque » que le gouvernement légifère par ordonnances, et ont dénoncé une procédure « qui court-circuite le débat parlementaire ». (…) Le ministre des Relations avec le Parlement, Patrick Ollier : "Prendre des ordonnances « peut faciliter effectivement la prise de décision dans des cas très précis mais je ne pense pas qu’aujourd’hui la manière dont le gouvernement veut utiliser les ordonnances soit la bonne », a dit le député UMP, et ex-ministre des relations avec le Parlement, Patrick Ollier (photo AFP), dans les couloirs de l’Assemblée. « Le gouvernement a des difficultés avec sa propre majorité à l’Assemblée nationale, quand on voit les tensions qu’il y a entre écologistes, socialistes, gauche de la gauche, et je comprends que le gouvernement souhaite utiliser ce genre de moyens qui évite ce genre de difficultés. Mais nous serons là pour le dénoncer », a-t-il ajouté. Sur le cas particulier de l’urbanisme, « pourquoi le gouvernement veut-il utiliser les ordonnances sur un sujet qui ne le mérite pas ? », s’est-il interrogé. Selon lui, « des décrets permettent d’aller très vite, et le vote d’une loi simple permet d’aller aussi vite que des ordonnances », car avant celles-ci, « il faut voter une loi d’habilitation et après il faut les ratifier ».


- 2013-03-08

Le Parisien.fr : "Grand Paris Express : enthousiasme et inquiétudes"

Les annonces de Jean-Marc Ayrault mercredi à propos du réseau de transports francilien ont fait réagir les élus du 92.

(…) Patrick Ollier, député-maire (UMP) de Rueil-Malmaison, est « satisfait ». « Jean-Marc Ayrault a privilégié l’intérêt général du projet voulu par Nicolas Sarkozy et a rejeté les propositions de tronçonnage et de report qui lui avaient été faites, notamment dans le rapport Auzannet, commente l’élu. Je remercie les 21000 Rueillois qui ont signé la pétition pour le maintien de la gare de Rueil/Suresnes « Mont-Valérien » et la réalisation du tronçon Nanterre/Pont-de-Sèvres. Cette victoire est aussi la leur puisque la gare sera achevée en 2025 au plus tard, au lieu d’être reportée aux calendes grecques. »


- 2012-03-05

Le Parisien.fr : "Sept villes s’unissent pour peser sur le tram"

Des élus socialistes, communistes et UMP veulent obtenir des garanties pour le prolongement du T1 à l’ouest en limite de Rueil-Malmaison. Aujourd’hui, le tram s’arrête à Asnières. Il y a trois mois, le prolongement du tramway T1, reliant désormais Saint-Denis aux Courtilles à Asnières et Gennevilliers, était inauguré en grande pompe. Passés la fête, les flonflons et les discours enthousiastes, les élus de sept communes se mobilisent pour que le T1 n’en reste pas là. Le T1 est censé poursuivre sa course à travers Colombes en direction de Nanterre. Et pour qu’à l’ouest il y ait du nouveau, les maires et les députés de Villeneuve-la-Garenne (Alain-Bernard Boulanger, UMP), Gennevilliers (Jacques Bourgoin, PCF), Asnières (Sébastien Pietrasanta, PS), Colombes (Philippe Sarre, PS), Bois-Colombes (Yves Révillon, UMP), Nanterre (Patrick Jarry, gauche Citoyenne) et Rueil-Malmaison (Patrick Ollier, UMP) viennent de créer le collectif des élus pour le T1. « Le but est de nous assurer que le T1 sera prolongé le plus rapidement possible, insiste Alexis Bachelay, élu à Colombes et député PS de Gennevilliers-Colombes et Villeneuve. Plutôt que de défendre notre bout de ligne chacun de notre côté, nous allons agir ensemble. » Sur le fond, l’extension du tram ne fait pas de doute, la grande question est de savoir à quel rythme. La prochaine étape est la prolongation sur 900 m entre les Courtilles et la place des Quatres-Routes via l’avenue de la Redoute. Le financement est acquis. Les travaux devraient commencer en 2015 et durer trois ans. La phase suivante est la traversée de Colombes par le nord. Ce tracé a été adopté après trois ans de débat voilà quelques mois. Le T1 aboutira boulevard Charles-de-Gaulle, à la limite avec Nanterre où il sera connecté au T2 (Porte-de-Versailles/La Défense/Pont-de-Bezons). « Nous ne voulons pas de pause dans les travaux. Il faut obtenir le financement total d’ici là », poursuit le député PS. Une fin de chantier en 2022 est envisagée. Le tronçon d’après est logiquement le moins avancé : amener le tramway place de la Boulle, à la limite avec Rueil, après avoir desservi le Petit-Nanterre, l’université et le quartier Préfecture. « Le processus est engagé. Tout s’est débloqué quand le tracé dans Colombes a été adopté. Il s’agit d’une affaire d’intérêt général qui va largement au-delà des intérêts partisans », tonne Patrick Ollier


- 2013-02-28 L’Express.fr : "Retraites : "C’est un problème d’unité nationale", selon Jean Lassalle"

Une commission "pour l’avenir des retraites" a été instaurée par le premier ministre, mercredi. Elle doit proposer des solutions pour résoudre le problème des retraites. Les députés donnent leur avis. Jean Lassalle, député Modem des Pyrénées-Atlantiques qualifie les retraites de "problème d’unité nationale". Patrick Ollier, député UMP de Hauts-de-Seine, défend le bilan de "Nicolas Sarkozy et François Fillon" salue leur "courage" d’avoir dit qu’il fallait travailler plus longtemps.


- 2013-02-28

L’Humanité.fr : "François Fillon se voit déjà en pole position"

L’ex-premier ministre, qui démarre un tour de France, était en meeting à Paris, occasion de tester sa popularité auprès de ses futurs électeurs à la primaire UMP de 2016 (…) La liste des soutiens à François Fillon dans cette future bataille électorale est longue : Éric Woerth, le couple Tiberi, Christian Estrosi, Patrick Ollier, Laurent Wauquiez, Nathalie Kosciusko-Morizet, qui lui retourne son soutien, et même Gérard Longuet.


- 2013-02-27

L’Exress.fr : "Fillon s’engage sur la longue et sinueuse route vers 2017"

Devant une salle remplie de ses soutiens, mardi soir, l’ancien Premier ministre a invité les Français à "marcher à (ses) côtés sur le chemin de la reconquête". Le voilà lancé dans une course d’endurance, vers la présidentielle. Si l’on considère que l’élection présidentielle est la rencontre d’un homme avec le peuple, alors oui, sans aucun doute, François Fillon est d’ores et déjà candidat à la fonction suprême (…) Mais, les idées ne font pas tout. "François va devoir forcer son tempérament, avance Dominique Bussereau, député de Charente-Maritime. Son tour de France va lui faire beaucoup de bien, comme pour Chirac ou Mitterrand." Pour Patrick Ollier, député des Hauts-de-Seine, le travail se situe effectivement sur ce terrain : "Il a des idées, maintenant il faut qu’il construise son projet avec les Français."


- 2013-02-27

AFP : "Olivier Dassault (UMP) appelle Hollande à prendre des mesures pour les entreprises"

Le député UMP de l’Oise Olivier Dassault a appelé mercredi François Hollande à prendre des mesures pour les entreprises, en jugeant qu’il avait "la chance historique de prendre des mesures que la droite n’a pas pu prendre, car elle se serait opposée à la force des syndicats". "Là, ils peuvent les prendre par la force des circonstances", a-t-il ajouté lors d’un déjeuner de presse du groupe qu’il préside, "Génération entreprises-entrepreneurs associés" (GEEA), regroupant quelque 80 députés de l’opposition voulant "défendre et promouvoir l’esprit d’entreprendre" (…) Regroupant à l’origine uniquement des députés, Génération entreprises, en devenant GEEA, s’est ouvert à des personnalités extérieures au Parlement, en particulier des chefs d’entreprise. Elle vient d’accueillir parmi ses vice-présidents Guillaume Peltier, chef de file du courant de la Droite forte au sein de l’UMP, et le député Olivier Carré. Parmi les adhérents à GEEA, figurent Jean-François Copé, Xavier Bertrand, Luc Chatel, Catherine Vautrin, Gilles Carrez, Valérie Boyer, Philippe Briand, Bernard Brochant, Marc Le Fur, Thierry Mariani, Lionnel Luca, Laure de la Raudière, Bernard Debré et Patrick Ollier.


- 2013-02-27

L’Express.fr : "Fillon s’engage sur la longue et sinueuse route vers 2017"

François Fillon a tenu meeting mardi soir à la Mutualité, une salle parisienne. L’occasion pour lui de lancer la course vers la présidentielle de 2017. Ce meeting est donc le lancement d’un tour de France, où le député de Paris va prendre le temps d’entendre tous les Français (…) Pour Patrick Ollier, député des Hauts-de-Seine, le travail se situe effectivement sur ce terrain : "Il a des idées, maintenant il faut qu’il construise son projet avec les Français."


- 2013-02-27

Citizenside : "François Fillon se prépare pour les primaires de 2016"

François Fillon a tenu un meeting à la Maison de la Mutualité à Paris ce 26 février 2013. Il a confirmé qu’il renonçait à la mairie de Paris (et soutenait Nathalie Kosciusko-Morizet) et lancé sa campagne pour les primaires à droite de 2016 en vue de la présidentielle de 2017. Dans l’assistance, on pouvait voir, entre autres, Valérie Pécresse, Eric Ciotti, Pierre Lellouche, Gérard Larcher, Christian Estrosi, NKM, Patrick Ollier, Jean et Xavière Tiberi, Laurent Wauquiez, Bernard Accoyer, Philippe Goujon.


- 2013-02-25

Le JDD.fr : Grand Paris : 50 élus UMP interpellent Matignon

Ils sont 50, parfois frères ennemis, à cosigner la lettre concoctée par Valérie Pécresse à Jean-Marc Ayrault sur le Grand Paris Express. Le Premier ministre doit en effet rendre publiques ses décisions le 6 mars concernant l’avenir de ce gigantesque projet de métro automatique autour de la capitale (…°Une cinquantaine ont répondu à l’appel, dont des députés aussi opposés que François Fillon et Jean-François Copé, Patrick Devedjian et Patrick Balkany, ou encore Philippe Goujon, Christian Jacob, Bernard Debré, David Douillet, Henri Guaino, Patrick Ollier, Pierre Lellouche, Franck Riester, Axel Poniatowski, Claude Goasguen…


- 2013- 02-13

LCP : "Les députés UMP critiquent la déclaration d’Alain Juppé"

"Je crois sentir" que Nicolas Sarkozy souhaite se présenter à l’élection présidentielle de 2017. La déclaration de l’ancien Premier ministre Alain Juppé a fait réagir, mercredi, les députés de l’opposition. Le député parisien Pierre Lellouche regrette "des propos qui me paraissent un peu décalés". Et d’ajouter : "On ferait bien, nous à droite, d’essayer de se reconstituer d’abord au niveau du fond avant de savoir qui va être le sauveur". Sur la même longueur d’onde, Patrick Ollier tance l’ancien Premier ministre : "Je me suis bien gardé de faire des déclarations à la sortie de mon entretien avec Nicolas Sarkozy. Lancer des spéculations sur un sujet aussi sensible que l’élection présidentielle, je ne comprends pas ça". "Ces déclarations n’ont aucun sens et aucun intérêt", ajoute l’ancien ministre.


- 2013-02-13

France Matin : Patrick Ollier a obtenu des éléments rassurants concernant la future gare Rueil/Suresnes Mont-Valérien du Grand Paris Express

Patrick Ollier a obtenu des éléments rassurants concernant la future gare Rueil/Suresnes Mont-Valérien du Grand Paris Express A la suite du rapport Auzannet, remettant en cause le projet de ligne rouge du métro Grand Paris Express, le député-maire de Rueil-Malmaison, Patrick Ollier, a lancé une pétition auprès de la population pour soutenir le maintien et le respect de l’accord Etat/Région du 26 janvier 2011 pour la mise en œuvre du Grand Paris Express. Patrick Ollier a remis le 12 février 2013 au Premier ministre les 20 019 pétitions signées par les Rueillois en quinze jours, une mobilisation qui atteste de l’attente de la population pour la création de la gare Rueil/Suresnes-« Mont-Valérien ». A l’occasion d’un entretien constructif portant sur les conditions techniques et financières de ce projet, Patrick Ollier a obtenu de Matignon des éléments rassurants concernant la gare Rueil/Suresnes-« Mont-Valérien », dont le maintien est essentiel pour l’avenir de la ville et de ses habitants, qui pour la moitié d’entre eux, ont pour seul moyen de transports sur rails, le RER A, excentré et déjà saturé.


- 2013-02-13

Huffington Post : "Sarkozy candidat en 2017 : selon Alain Juppé, l’ancien président en aurait envie"

L’ancien Premier ministre UMP Alain Juppé a affirmé mercredi 13 février que Nicolas Sarkozy avait envie de se présenter à la présidentielle de 2017 (…) Plus tard, dans la soirée, l’ancien Premier ministre a rétropédalé. Lors d’un déplacement à Reims, il a confié à un journaliste de France 2 qu’il exprimait "juste un sentiment" et répondait "à un de vos confrères". À l’UMP, la petite phrase du maire de Bordeaux n’a pas vraiment ravi les esprits. Si Luc Chatel, interrogé par LCP, se demande "Alain Juppé serait-il madame Soleil ?" souhaitant "qu’on laisse Nicolas Sarkozy là où il est", l’ancien ministre de l’Éducation a aussi appelé au bon sens : "N’anticipons pas des retours, des hypothèses qui ne se posent pas aujourd’hui"(…) Même incompréhension chez Patrick Ollier qui attaque directement Alain Juppé "Je me suis bien gardé de faire des déclarations à la sortie de mon entretien avec Nicolas Sarkozy. Lancer des spéculations sur un sujet aussi sensible que l’élection présidentielle, je ne comprends pas ça". "Ces déclarations n’ont aucun sens et aucun intérêt", a ajouté l’ancien ministre, interrogé par LCP.


- 2013- 02-12

Lexpress.fr : "Les socialistes se disputent encore sur l’Europe"

Les négociations qui ont abouti vendredi à une baisse du budget européen ne sont pas passées autant à droite qu’à la gauche du PS. Tous auront l’occasion de le dire lors d’un débat parlementaire promis par le gouvernement. Après le référendum de 2005 et le traité de 2012,(…)Cette fois-ci, c’est donc le budget qui coince. Après des heures de négociations musclées vendredi dernier, François Hollande a dû accepter que l’enveloppe dévolue au fonctionnement de l’UE subisse un régime historique : - 11%. Le PS a d’abord félicité le chef de l’Etat pour ce compromis "obtenu contre le dogme du ’tout-austérité’ des conservateurs européens". Mais très vite, l’aile gauche du parti a tiqué sur ce budget, pour la première fois de son histoire, en baisse. (…) Une bataille au Bureau du PSA la gauche de la gauche, il faut ajouter dans le camp des mécontents, l’UDI et l’UMP. A L’Express, Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine expliquait ainsi, mardi, que François Hollande, chantre de l’Europe de la croissance, avait validé "une chute des investissements" européens.


- 2013-02-12

Le Nouvel Obs.fr : "Mariage homo : ils sont 329 à avoir dit "oui""

Encerclée par une armada de CRS chargés de contenir quelques dizaines de manifestants emmenés par Frigide Barjot, l’Assemblée nationale a finalement voté dans une ambiance chargée le projet de loi sur l’ouverture du mariage aux couples de même sexe. 329 députés ont voté oui, contre 229 contre et 10 abstentions. Peu de surprise, pour ne pas dire aucune, dans le détail des votes. L’UMP dans sa grande majorité a voté contre le texte, le groupe ne compte que 5 abstentionnistes (…) Pendant les questions au gouvernement qui précédaient le vote, le climat fut particulièrement lourd. D’abord, les députés de l’UDI ont quitté l’hémicycle, mécontents que le Premier ministre ne leur réponde pas sur le budget européen. Le président de l’Assemblée d’ordinaire si calme a laissé échapper : "Allez sortez abrutis !". Les députés UMP à leur tour ont progressivement quitté les bancs pendant la réponse de Pierre Moscovici sur PSA, agacé par le ton employé par le ministre. (…) Cette réforme s’inscrit dans une longue lignée de réformes républicaines", souligne Jean-Marc Ayrault (…) Mais pour autant, l’UMP ne s’avoue pas vaincue. "On va continuer, le combat n’est pas terminé", assurait Hervé Mariton en début d’après-midi :"Il ne s’agit pas de démarier mais de réécrire le texte". Les couples mariés le resteront, mais ce ne sera plus possible de le faire ensuite. "Ni Monsieur Lellouche, ni Monsieur Mariton ne sont là pour dire ce que fera un futur gouvernement", s’énerve Patrick Ollier. Pour l’ancien ministre la droite ne reviendra que sur la partie "filiation".


- 2013-01-12

Le Monde.fr : "Mariage homosexuel : l’Assemblée vote le projet de loi"

Après dix jours d’une bataille parlemntaire intense menée par une poignée de députés UMP, l’Assemblée nationale a adopté mardi 12 février le projet de loi sur le mariage homosexuel.(…° Désormais, le texte doit être examiné par le Sénat. L’occasion, pour tous les opposants, de livrer encoree une fois la bataille. L’ancien ministre, Patrick Ollier, prévient d’ores et déjà que l’UMP n’abandonnera pas : La navette parlementaire du mariage pour tous n’en est qu’à ses débuts : au combat pour la défense de nos valeurs au Sénat !


- 2013-02-12

Survie.org : "Intox sur la légalité de Serval"

"(…) Mali : Il fallait en tout cas beaucoup d’efforts pour faire la distinction entre la communication du pouvoir et les commentaires journalistiques, qu’il s’agisse de la légalité, de la légitimité, des motivations ou du prétendu consensus international touchant à l’intervention française.

« Dans le cadre de l’ONU ! », ont affirmé à l’unisson tous les chiens de garde, avant de se rendre compte un peu tard que le gouvernement lui-même ne prétendait pas avoir agi dans le cadre de la résolution 2085 qui n’autorisait qu’une « force internationale sous conduite africaine » - la Misma, qui se faisait attendre. De manière inédite, il mettait en avant l’article 51 de la charte de l’ONU qui mentionne « le droit de légitime défense, individuelle ou collective, dans le cas où un membre des Nations unies est l’objet d’une agression armée ». Une première qui légitimera par avance tous les conflits à venir s’il fait jurisprudence.

Vu sa fragilité, l’argumentaire a été rapidement remisé au profit d’une autre acrobatie rhétorique du ministère des Affaires étrangères : si on a violé la résolution 2085, c’est pour la rendre plus vite applicable… Mais on avait déjà vu, en Libye ou en Côte d’Ivoire, comment les résolutions de l’ONU sont interprétées de manière très élastique par la diplomatie française. De toute façon, résumait le député UMP Patrick Ollier (France culture, 14 janvier), « le problème n’est pas de savoir s’il y a un accord de l’ONU, le problème est de savoir s’il y a un accord de défense entre la France et le Mali. Oui, il y en a un ».


- 2013-02-11

France-tv-info : "Mariage pour tous : Claude Bartolone dit avoir "réussi" sa mission"

C’est déjà le soulagement à l’Assemblée nationale après la fin des débats sur le mariage pour tous mais avant le vote solennel de mardi. Après avoir été félicité par l’ancien président du Palais-Bourbon, Bernard Accoyer (article abonné du Figaro), Claude Bartolone s’est livré à un petit moment d’autosatisfaction, lundi 11 février sur Canal . Il a évoqué la scène de dimanche matin lorsque des "députés de droite et de gauche" se sont levés pour rendre hommage à la façon dont il avait mené les débats. De nombreuses personnalités politiques de l’opposition ont salué le travail de Claude Bartolone. "Il est dans la bonne tradition des présidents de l’Assemblée", a jugé Patrick Ollier, alors que Jacques Myard a estimé qu’"il a épousé la fonction".


- 2013-02-09

Mediapart : "Claude Bartolone : l’égalité a progressé dans le pays" (Les réactions)

Claude Bartolone (PS), président de l’Assemblée nationale (pour ceux qui ne suivent pas l’actualité politique), a confié, dans un entretien avec l’AFP, (…) à propos du "Mariage pour tous", sans rire que « les français se sont réveillés avec une annonce : l’égalité a progressé dans le pays » Mais de quelle progression parlez-vous M.Bartolone ?(…) L’ensemble de la classe politique n’a pas été dupe :réactions (…)Patrick Ollier : « Bien sûr que le gouvernement fait ça pour faire oublier l’essentiel. Mais dès que le débat sera terminé, nous rappellerons le gouvernement à ses devoirs ».


- 2013-02-08

Libération : "Les députés adoptent l’article 4 du texte sur le mariage pour tous"

Cette partie du projet de loi prévoit que les mots « père » et « mère » dans le Code civil doivent être compris comme « parents ». Les députés ont enfin bouclé, en séance de nuit, de jeudi à vendredi, l’article 4 du projet de loi sur le mariage pour tous qui prévoit que dans le code civil les termes de « père » et « mère » doivent être compris comme celui de « parents » pour les couples homosexuels. « Comment allez-vous dire à un couple d’homosexuelles qu’elles devront gérer leurs biens en "bon père de famille" », s’est exclamé Patrick Ollier (UMP)


- 2013-02-08

Streetpress.com : "Seriez vous prêt à embrasser un autre député pour montrer que vous n’êtes pas homophobe ?…sur la joue, oui !"

(…) Patrick Ollier (UMP) – Hauts-de-Seine « Ce n’est pas parce que je ne suis pas homophobe qu’il faut que j’organise des gay pride, quel sens çela a.t-il ? La gaypride telle qu’elle est organisée, c’est une déviance de l’homosexualité. Ceux qui défilent ne sont pas les homosexuels de France, ce sont certaines catégories d’homosexuels très particuliers. »


- 2013-02-07

Le Lab d’Europe 1 : "Faut-il mettre en place un arbitrage vidéo à l’Assemblée nationale ?"

A l’Assemblée nationale, en pleine séance, le capitaine des députés UMP demande un arbitrage vidéo. A plusieurs reprises, Christian Jacob a accusé ses opposants socialistes d’avoir triché à l’heure de voter. Une méthode que ne conteste pas Christophe Sirugue, député socialiste et vice-président de l’Assemblée nationale, admettait avoir constaté "ce type de pratiques", qu’il juge "déplorables", tant à droite qu’à gauche, alors qu’il présidait la séance. Le président des députés UMP souhaite que le président de l’Assemblée nationale saisisse le bureau du Palais-Bourbon pour visionner les images et constater ce qu’il qualifie de fraude. (…) L’entourage de Christian Jacob affirme que la présidence de l’Assemblée s’est engagée saisir le Bureau et que "cela figure au compte rendu faisant foi" : Il s’agit de constater qu’il y a eu de la fraude, nous ne demandons pas de sanction, le Bureau fera ce qui lui semble bon. Ancien (…) président de l’Assemblée nationale, Patrick Ollier était aussi des députés UMP énervés mercredi soir à ce sujet. Au Lab, il déclare que c’est "une fraude" et explique : "Moi, président de l’assemblée, j’étais décidé à prendre des sanctions dures contre ceux qui fraudaient. Je n’ai pas eu le temps de le faire, mais je regrette, nous devons être des exemples." Et comme le patron des députés UMP, il demande un arbitrage vidéo : "Il ne faut pas commettre ce genre de stupidités, surtout quand il y a des caméras qui vous surveillent. Les caméras le voient. On a demandé hier à ce que le bureau se réunisse pour visionner la bande. On a vu un député voter trois fois. Et on a demandé la même chose à l’instant. En aucun cas on ne peut procéder en appuyant sur le boitier du collègue, c’est interdit. C’est de la fraude, ça mérite une sanction. J’appelle monsieur Bartolone à réagir." Sur les sanctions demandées, il suggère qu’elles soient économiques : "Il y a les moyens dans le règlement pour prendre des sanctions, ça peut être des retenues sur l’indemnité. Pour démontrer la volonté de l’Assemblée de ne pas laisser perdurer ce genre d’habitudes"…


- 2013-02-07

Le Lab d’Europe 1 : "Twitter à l’Assemblée : Patrick Ollier s’engouffre dans la brêche"

Une partie de l’UMP se prononce contre l’utilisation de Twitter dans l’hémicycle. Et parmi eux, l’ancien président de l’Assemblée nationale, Patrick Ollier. Au Lab, il explique qu’il faut selon lui changer le règlement du Palais-Bourbon pour que les élus ne puissent plus utiliser le réseau social sur les bancs de l’assemblée : " J’ai été outré de voir ça. Ce sont des excès inacceptables. On n’est pas là pour faire du pipeau on est là pour faire la loi. Il est urgent de s’employer à une modification du règlement. Pour le député de l’UMP, cette utilisation des réseaux sociaux est néfaste au débat et flatte surtout l’égo des élus concernés : " Je suis contre l’utilisation de moyens électroniques dans l’hémicycle. Les députés sont là pour voter la loi, alors que ceux qui tweetent n’écoutent pas les débats. C’est une question d’ego pour les députés qui veulent exister et qui n’ont pas le sens des responsabilités."


- 2013-02-05

Le Parisien.fr : "Mariage gay : quand les députés racontent leur vie pour mieux argumenter"

Petites confidences dans l’hémicycle… Si le storytelling - s’appuyer sur un récit pour donner plus de poids à ses arguments - est de longue date utilisé en politique, avec le débat autour du projet de loi sur le mariage pour tous, une nouvelle étape a été franchie. (…)Pointant un risque pour les recherches sur « l’histoire familiale », le député UMP des Hauts-de-Seine, Patrick Ollier, révèle pour sa part avoir fait « des recherches généalogique » sur le « nom de (son) père ».


- 2013-02-05

Le Parisien : " Après la COCE et la CONAR, la CRS"

(…) à l’UMP, voici la CRS, la Commission de révision des statuts. L’UMP est en effet en phase de reconstruction : après la publication ce week-end de la nouvelle - grande, très grande - équipe dirigeante du parti, il faut à présent penser à réorganiser les textes(…) est venue, avec la nouvelle équipe dirigeante, la nomination des membres de la CRS. Sont ainsi co-présidents de l’instance Jean-François Copé et François Fillon, chapeautant une kyrielle d’élus : Luc Chatel, Laurent Wauquiez, Michèle Tabarot, Valérie Pécresse, François Baroin, Alain Juppé, Eric Ciotti, Brice Hortefeux, Christian Jacob, Patrick Devedjian, Claude Goasguen, Etienne Blanc, Jean Leonetti, Philippe Bas, Roger Karoutchi, François Calvet, Hervé Gaymard, Jean-Claude Gaudin, Arlette Grosskost, Bernard Accoyer, Hugues Portelli, Pierre Morel à l’Huissier, Gérard Larcher, Nicole Guedj, Xavier Bertrand, Marie-Christine Dalloz, Bernard Deflesselles, Patrick Hetzel, Bruno Le Maire, Bernard Debré, Patrick Ollier, Jean-Pierre Raffarin et… Edouard Balladur !


- 2013-02-05

L’Alsace.fr : "Le nouvel organigramme de l’UMP est connu"

Les suites du bras de fer entre Jean-François Copé et François Fillon pour la désignation du président du parti se traduisent aujourd’hui par un aménagement de l’organigramme de l’UMP publié hier sur son site internet. Ces nominations doivent acter l’équilibrage des deux camps en présence dans la perspective du congrès de novembre.

Voici la liste complète des nominations publéies hier :

Sont nommés Vice-présidents de l’UMP :

Rachida Dati, Hervé Gaymard, Christian Kert, Hubert Falco, Jean-François Lamour, Jean-Paul Fournier, Jean-Pierre Audy.

Sont nommés Vice-présidents de l’UMP au titre des Mouvements :

Guillaume Peltier, Jean Leonetti, Thierry Mariani, Patrick Ollier, Bernard Perrut.


- 2013-02-04

Le Parisien : "Le nom de famille au coeur des débats"

Du « bon sens » ! Après une nuit de débat qui s’est achevée à 8 heures du matin, les députés UMP ont continué à ferrailler, dès 16 heures ce lundi après-midi, contre une disposition du projet de loi sur le mariage pour tous qui prévoit qu’en cas de désaccord ou d’absence de choix des parents, les noms de chacun d’eux, dans l’ordre alphabétique, seront donnés à l’enfant. Leur amendement « de repli » visait donc à permettre au parent qui vient déclarer un enfant en mairie de dire à l’officier d’état civil s’il souhaite qu’un seul nom patronymique soit retenu. Une mesure de « simplification » face à une « usine à gaz », ont-ils argumenté. Une discussion qui avait été entamée au petit matin. « Votre texte crée des complications qui me semblent évidentes », a lancé Patrick Ollier, député UMP des Hauts-de-Seine, rejoint par l’élu UMP du Bas-Rhin, Frédéric Reiss, dénonçant une « usine à gaz ».-


- 2013-02-05

Libération : "Mariage pour tous : à l’Assemblée, « triangle noir » et passe d’armes musclée"

Le dénouement est connu, personne ne se fait d’ailleurs d’illusions : la loi ouvrant le mariage et l’adoption aux couples homosexuels sera adoptée. Mais le petit théâtre qui se joue depuis une semaine à l’Assemblée nationale a quelque chose de fascinant. Discrétion forcée à gauche pour ne pas allonger les débats ; envolées lyriques à droite pour défendre une « tradition centenaire » en péril (…)Tout au long des débats, l’opposition n’a de cesse de pousser son cri d’alarme, que résume Patrick Ollier, élu des Hauts-de-Seine : « La majorité refuse les discussions générales sur les textes. En outre, avec le raccourcissement du temps de parole, on n’a plus que deux minutes pour défendre chacun de nos amendements, explique-t-il. C’est pour cela qu’on en a déposé 80 chacun pour multiplier notre temps et développer nos arguments. »


- 2013-02-04

Le Parisien.fr : "UMP : avalanches de nominations à la tête du parti"

L’UMP a annoncé dimanche soir la nomination de douze nouveaux vice-présidents et de onze nouveaux secrétaires généraux adjoints. Ils complètent la liste déjà présentée en janvier. | AFP Zoom Après la première liste, la complémentaire. L’UMP a annoncé dimanche soir sur son site internet une cascade de nominations à la direction du parti : douze nouveaux vice-présidents et onze nouveaux secrétaires généraux adjoints viennent compléter l’organigramme dévoilé mi-janvier.

Cette nouvelle salve vise à satisfaire les motions en lice lors du congrès de novembre et à assurer l’équilibre entre les soutiens de Jean-François Copé et de François Fillon, qui se sont déchiré après le vote des adhérents cet automne, avant de s’accorder sur la constitution d’une direction collégiale et un nouveau vote en septembre 2013.

Aux huit vice-présidents, quatre copéistes et quatre fillonistes, nommés le 15 janvier dernier, s’ajoutent douze nouveaux noms, parmi lesquels Rachida Dati (pro-Copé), dont les relations sont notoirement mauvaises avec l’ancien Premier ministre, Hervé Gaymard (pro-Fillon) ou encore l’ancien ministre des Sports Jean-François Lamour.

Au titre des motions cette fois, sont nommés vice-présidents Guillaume Peltier (Droite forte), Jean Leonetti (France moderne et humaniste), Thierry Mariani (Droite populaire), Patrick Ollier (Gaullistes) et Bernard Perrut (Droite sociale).


- 2013-02-03

La Chaîne parlementaire : "Mariage pour tous : nouveau couac sur la PMA"

La PMA s’invite à nouveau dans le débat sur le mariage pour tous et divise la majorité. Au cinquième jour des débats sur le projet de loi du mariage homosexuel, Dominique Bertinotti pressée par la droite et les écologistes répond sur le calendrier à donner à la PMA : "La PMA viendra dans un texte sur la famille présenté avant la fin de l’année 2013". Surprise générale après le déjeuner : Jean-Marc Ayrault, depuis Phnom Penh au Cambodge, intervient dans le débat et contredit publiquement Dominique Bertinotti. « Elle ne peut pas dire cela dans la mesure où elle ne connaît pas la date de réponse du Comité national d’éthique. » Stupeur à l’Assemblée nationale. Devant les médias, Sergio Coronado, député EELV évoque "un triste jour où la PMA a été enterrée" et demande dans l’hémicycle des "clarifications" au gouvernement. C’est Alain Vidalies, ministre chargé des relations avec le Parlement qui tente d’apporter quelques éclairages, se contredisant plusieurs fois. "Il y aura une loi sur la PMA, avec ou sans le texte sur la famille". Puis : "Il y aura une seule loi sur la famille, incluant la PMA". "C’est son inconscient" Plus tard salle des quatre colonnes, Bruno Le Roux tente de dissimuler sa gêne. Pas un mot sur la déclaration du Premier ministre, le président du groupe PS se contente de répéter : "la PMA aura bien lieu". Plus libre, Annick Lepetit, fervente supportrice de la PMA, ne cache pas son agacement et s’étonne : "Il sait que les débats à l’Assemblée nationale peuvent s’enflammer. Il faut toujours être prudent quand on est à des milliers de kilomètres". Les critiques se font entendre en privé. Certains dénoncent un manque de sens politique, d’autres regrettent ce nouveau cafouillage après la circulaire sur la GPA qui a cristallisé les débats la semaine dernière. Au sein de la majorité, plusieurs députés évoquent même "l’inconscient" de Jean-Marc Ayrault qui aurait parlé pour lui… "J’espère que c’est un enterrement" A droite, on se réjouit de ce recadrage. "Le gouvernement recule" assure un parlementaire. "Bien sûr que c’est une victoire" reprend Patrick Ollier qui ne peut imaginer qu’Alain Vidalies, en tant que ministre chargé des relations avec le Parlement n’ait pas été prévenu par l’éxécutif sur le calendrier.


- 2013-02-01

Rue 89 : Mariage gay : "Ne dites plus homophobe dites homosceptique"

« Nous ne sommes pas d’accord avec vous, alors nous sommes homophobes ? Je dénonce l’amalgame fait par la majorité, qui est insultant pour nous » (Patrick Ollier)


- 2013-02-31 Huffington post : "Mariage gay, contre-vérités et dissimulations : concours de mauvaise foi à l’Assemblée"

La gauche accuse la droite de "terrorisme intellectuel"… mais interdit les votes dissidents sur le mariage gay (…)Dans l’hémicycle, les esprits s’échauffent, au risque parfois de dire n’importe quoi. C’est ce qui est arrivé au co-président du groupe écologiste François de Rugy qui s’est indigné ce mercredi contre "le terrorisme intellectuel" de l’opposition sur le mariage gay. Vraiment ? Divisés sur la question de l’égalité des droits des couples homosexuels, les groupes parlementaires UMP et UDI ont décidé d’accorder "la liberté de vote" à leurs membres qui pourront donc, sans pression, voter pour ou contre le projet de loi sur le mariage gay.

L’UMP a même accordé une partie de son temps de parole au député Franck Riester, l’un des rares députés de droite à militer en faveur du mariage pour tous. Soit précisément l’inverse de la ligne adoptée au PS où les (rares) adversaires du mariage pour tous ont été priés de taire leurs divergences et de suivre la consigne de vote du groupe.

"Qui ici n’est pas libre ? Bruno Le Roux a donné des instructions pour qu’au sein du groupe PS pas une seule voix ne manque, alors qu’au groupe UMP notre président Christian Jacob a laissé la liberté à chacun de s’exprimer", s’indignait à juste titre ce mercredi le député UMP Patrick Ollier.


- 2013-31-28

Radio bleu : "Patrick Ollier invité"

"Je suis pour l’égalité selon des principes différents" : Patrick Ollier était l’invité politique de France Bleu le 27 janvier


- 2013-01-27

BFM TV : "Patrick Ollier invité politique"

Les temps forts de l’interview de Patrick Ollier sur BFM TV : "Je souhaite voir le peuple français décider lui même de l’avenir du texte sur le mariage homosexuel, qualifié de changement de civilisation par Mme Taubira. L’article 11 de la constitution permet de pouvoir recourir au referendum sur ce sujet Je suis pour l’égalité des droits mais je suis contre la destruction de l’institution du mariage et la déstructuration de la notion de famille sur laquelle la société a été construite depuis des siècles

De nombreuses associations homosexuelles présentes à la grande manifestations du 13 janvier ont expliqué qu’elles ne voulaient pas être victimes d’une minorité agissante chez elles et qu’il fallait s’opposer à ce texte là. Les choses ne sont pas aussi simples que l’on veut nous le présenter… Ce n’est pas parce qu’une minorité ne vit pas comme la majorité qu’il faut brutalement demander à la majorité de vivre comme la minorité. Cela nous ne l’acceptons pas. L’UMP dans son immense majorité est contre ce projet et nous ferons tout pour empêcher qu’il ne soit voté. "


- 2013-01-23

Le Parisien : Patrick Ollier veut sa gare

Pour protester contre le report probable de la gare Rueil-Suresnes-Mont-Valérien dans le cadre du futur Grand Paris Express, le maire UMP de Rueil-Malmaison, Patrick Ollier, en appelle aux signatures populaires. « La création de la gare reportée à 2026, voire à 2037, dans le cas du scénario le plus défavorable (au lieu de 2020) priverait pour plusieurs années encore les habitants des quartiers concernés d’une desserte en transports en commun performante. La pétition réclame que le calendrier initialement prévu soit respecté, que l’enquête publique soit lancée comme prévu en janvier 2013 pour la réalisation du premier tronçon de la ligne rouge, entre Pont-de-Sèvres et Noisy », lâche le député-maire de Rueil. Cette pétition sera remise début février au Premier ministre, qui doit prendre la décision finale.


- 2013-01-13

Citizenside : "Mariage gay : Copé, Boutin et Ollier dans le cortège de la "Manif pour tous"

Les anciens ministres Jean-François Copé, Christine Boutin et Patrick Ollier pouvaient, entre autres, être aperçus dans le cortège de la "Manif pour tous", opposée à l’ouverture du mariage aux homosexuels à Paris le 13 janvier 2013.


- 2013-01-13

JDD.fr : "Famille et élus défilent contre le mariage pour tous"

Dimanche après-midi, des centaines de milliers de personnes se sont rassemblées à Paris, manifestant contre le projet de loi de mariage pour tous (…) Les élus sont les bienvenus, mais, comme l’a demandé Frigide Barjot, principale porte-parole de la "Manif pour tous", ils ne doivent instrumentaliser la mobilisation. Pour ce faire, ils sont relégués au pied de la scène, sur le Champ-de-Mars, et défilent après les têtes de cortège, composées de militants non partisans. Mais les têtes d’affiches de l’UMP et du FN ont attiré tous les regards. Nombre d’entre elles étaient attendues, à l’instar de Christine Boutin, Marion Maréchal-Le Pen, Laurent Wauquiez, Gilbert Collard ou encore Jean-François Copé. Ce dernier espère que la manifestation aura "valeur de test" pour François Hollande. Entouré de Laurent Wauquiez et Patrick Ollier, celui qui se réclame président de l’UMP a voulu montrer l’image d’un parti "uni" et "capable d’incarner l’opposition".


²

Mentions légales  -  Contact