UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Plan de rigueur : "le courage politique pour un effort considérable mais nécessaire" : la tribune de Patrick Ollier (10 novembre 2011)

"La baisse de la croissance prévue conduit le Gouvernement à mettre en place un effort d’économies supplémentaires pour l’équilibre du budget 2012. En effet, pour respecter un objectif de déficit de 4,5% en 2012, il est nécessaire de réaliser 7 milliards d’euros supplémentaires d’économies en 2012 ; supplémentaires car déjà, pour respecter cet objectif, il a fallu depuis début octobre voter 12 milliards d’économies à réaliser en plus par rapport à ce qui était prévu avant l’annonce de la baisse de croissance. C’est donc un effort considérable pour le Gouvernement, mais c’est à ce seul prix que nous parviendrons à respecter l’objectif que nous nous sommes fixés, à savoir le retour à l’équilibre des finances publiques avec zéro déficit en 2016. Je rappelle que pour arriver à cette échéance, les objectifs sont de 3% en 2013 pour respecter les critères de Maastricht, 2% en 2014 et 1% en 2015. En tant que ministre chargé des Relations avec le Parlement, je suis donc en train de négocier l’inscription de nouveaux textes rectificatifs tant sur le plan de la loi de Finances 2012 que sur le plan de la loi de Financement de la Sécurité sociale 2012. Ceci est une contrainte supplémentaire, car nous avons déjà un ordre du jour du Parlement extrêmement chargé pour achever les réformes engagées depuis 2007. C’est dire le prix que nous attachons au soutien unanime de la majorité pour réaliser cette ambition.

Il convient que dans ces circonstances exceptionnelles, chacun puisse faire taire ses élans dépensiers, à travers des propositions d’amendements soutenues par des lobbies économiques et syndicaux qui proposent la plupart du temps des dépenses supplémentaires mais rarement des économies à réaliser. Pour arriver à maîtriser tout cela, il faut qu’en pleine crise nous soyons capables de changer de culture et que l’on passe du toujours plus au toujours mieux, en dépensant moins…. L’exercice est difficile, c’est sur cette ligne qu’est Nicolas Sarkozy qui contre vents et marées, met tout en oeuvre, avec beaucoup de courage, et tient bon la barre pour respecter les objectifs qu’il a fixés au Gouvernement de François Fillon. C’est ainsi qu’avec Angela Merkel, ils arrivent à traverser la tempête, infléchir les positions de la Grèce, faire changer d’attitude l’Italie et, petit à petit, mettre en place le conditions pour protéger l’Euro et surtout, dans notre pays, pour protéger les Français d’une catastrophe pourtant proche de nous. Voilà pourquoi aujourd’hui le courage doit être la première vertu des politiques et notre seul cap, malgré la démagogie dispensée par François Hollande et les opposants de Gauche. On peut alors regretter que dans ces circonstances dramatiques, l’Union nationale ne puisse pas se faire en France comme elle a pu se faire dans d’autres Etats. Cette spécificité française est vraiment détestable." Patrick OLLIER

Mentions légales  -  Contact