UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Qualité de l’air : Patrick Ollier et Anne Hidalgo créent un observatoire mondial des villes

A l’occasion du premier sommet mondial « Cities for air », co-organisé par la Métropole du Grand Paris et la Ville de Paris, Patrick Ollier et Anne Hidalgo ont annoncé la création d’un Observatoire mondial des villes (GUAPO), en lien avec l’OMS. Il réunira les villes-monde avec pour mission de partager les solutions innovantes pour lutter contre la pollution atmosphérique.

Alors que la pollution de l’air est responsable chaque année de centaines de milliers de décès dans le monde, dont 48.000 en France, la responsabilité des villes pour préserver la santé des habitants est immense.

La Métropole du Grand Paris et la ville de Paris ont organisé lundi, au Palais d’Iéna, le premier sommet mondial « Cities for Air » qui démontre l’implication des collectivités dans ce domaine. Il réunissait les représentants de dix villes-monde (Athènes, Bruxelles, Londres, Ljubljana, Montréal, Pékin, Strasbourg, Tokyo, etc) et des experts de l’environnement. Cet évènement exceptionnel, ouvert aux citoyens, a reçu le soutien du C40, le réseau des villes pour le Climat, et de 100 Villes Résilientes. En présence des Maires d’Athènes et de Ljubljana, ainsi que des représentants de l’OMS et de l’OCDE, Anne Hidalgo et Patrick Ollier ont annoncé la création du premier Observatoire mondial des villes sur la qualité de l’air, en lien avec l’Organisation mondiale de la Santé. Baptisé GUAPO (Global Urban Air Pollution Observatory), il aura pour mission de partager les connaissances disponibles sur la pollution de l’air et ses effets au cœur des villes, d’identifier, de suivre et de diffuser les solutions innovantes pour lutter contre ce fléau.

La pollution ne s’arrête toutefois pas à la frontière du périphérique. Cities for air a été l’occasion de rappeler la volonté commune de la Métropole du Grand Paris et de la Ville de Paris de bâtir un plan d’action à l’échelle métropolitaine, qui améliore durablement la qualité de l’air au bénéfice de tous les habitants de ce territoire.

Compétente par la loi pour lutter contre la pollution de l’air, la Métropole du Grand Paris a lancé, dès le 23 mai dernier, sous l’impulsion de son Président, Patrick Ollier, et du Vice-Président à la Stratégie environnementale, Daniel Guiraud, son Plan Climat air énergie métropolitain (PCAEM), premier document stratégique permettant de faire converger et d’engager les actions concrètes de ses 131 communes. Les collectivités de la Métropole ont également répondu et été retenues pour l’appel à projets national « Villes respirables dans 5 ans », initié par les services de l’Etat. Patrick Ollier a par ailleurs rappelé les différentes mesures prises par la Métropole du Grand Paris, en seulement cinq mois d’existence, qui permettent de lutter contre la pollution de l’air :

-  une aide métropolitaine sera versée aux artisans et commerçants qui en feront la demande, afin qu’ils puissent remplacer leur camionnette diesel ou véhicule polluant ;

-  la mise en place d’un plan vélo métropolitain permettra de raccorder les pistes cyclables existantes et de créer un véritable réseau ;

-  le soutien à l’innovation avec l’appel à projets « Inventons la Métropole du Grand Paris » qui répond aux enjeux environnementaux et de résilience à travers les projets d’aménagement et d’urbanisme innovants qui seront proposés au concours.

Mentions légales  -  Contact