UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Questions d’actualités : Patrick Ollier aux "Quatre Colonnes" le 19 mars 2013

Politique du Gouvernement, dépôts bancaires chypriotes, budget de la Défense : Patrick Ollier a répondu le 19 mars aux questions de la presse aux Quatre colonnes à l’Assemblée nationale : "Le Gouvernement, dans l’ensemble des mesures qui sont prises tant au plan national qu’international, fait preuve d’amateurisme dans la conduite des affaires de la France. Il y a incontestablement une absence de ligne de conduite et un manque d’autorité de la part du Chef de l’Etat et du Gouvernement. Nous devons dénoncer cette situation ; c’est l’objet de la motion de censure, que j’ai signée et pour laquelle je voterai demain 20 mars

, lorsqu’elle sera présentée demain à l’Assemblée par Jean-François Copé au nom du groupe UMP. La motion de censure est un moyen pour l’opposition de se faire entendre, un moyen de dénoncer la politique du Gouvernement qui jour après jour, démontre son incapacité à apporter des solutions aux problèmes des Français, ménages ou entreprises . Au plan européen, même incohérence ; il n’est qu’à voir la taxation des dépôts bancaires chypriotes, que Monsieur Moscovici a validée, alors même qu’elle va totalement à l’encontre de la politique européenne qui a été conduite jusqu’à présent , qui soutenait le soutien aux dépôts bancaires. Je suis également inquiet sur le budget de la Défense nationale, car on ne peut pas vouloir une chose et son contraire. On ne peut pas demander à l’Armée française d’être performante pour lutter contre le terrorisme international au Mali et envisager en même temps à Paris de réduire le budget de la Défense et rendre plus tard la France incapable de reproduire ce genre d’action. Il y a des limites à ne pas franchir en terme de budget de la Défense ; Nicolas Sarkozy et François Fillon sont parvenus à cet équilibre permettant à la France d’être dissuasive sur le plan nucléaire et d’avoir des forces projetées comme hier en Afghanistan ou au aujourd’hui au Mali. Si l’on descend en dessous de cette limite, il faudra sacrifier soit la force de dissuasion, soit les forces projetées. Demain la France n’aura plus les moyens de sa politique de Défense, c’est une décision lourde qui engage les quinze années à venir. Le président de la République ne peut pas prendre une telle décision, trop grave pour l’avenir de notre pays. Cela va porter atteinte à la crédibilité de la France qui aujourd’hui peut se faire entendre en Europe et dans le monde et qui est capable de défendre ses ressortissants avec des forces de projection. Il est inacceptable de vouloir réduire sa capacité de Défense. Pour toutes ces raisons, la motion de censure est indispensable. Le Gouvernement, dans l’ensemble des mesures qui sont prises tant au plan national qu’international, fait preuve d’amateurisme dans la conduite des affaires de la France. Il y a incontestablement une absence de ligne de conduite et un manque d’autorité de la part du Chef de l’Etat et du Gouvernement. Nous devons dénoncer cette situation ; c’est l’objet de la motion de censure, que j’ai signée et pour laquelle je voterai demain 20 mars, lorsqu’elle sera présentée demain à l’Assemblée par Jean-François Copé au nom du groupe UMP. La motion de censure est un moyen pour l’opposition de se faire entendre, un moyen de dénoncer la politique du Gouvernement qui jour après jour, démontre son incapacité à apporter des solutions aux problèmes des Français, ménages ou entreprises . Au plan européen, même incohérence ; il n’est qu’à voir la taxation des dépôts bancaires chypriotes, que Monsieur Moscovici a validée, alors même qu’elle va totalement à l’encontre de la politique européenne qui a été conduite jusqu’à présent , qui soutenait le soutien aux dépôts bancaires. Je suis également inquiet sur le budget de la Défense nationale, car on ne peut pas vouloir une chose et son contraire. On ne peut pas demander à l’Armée française d’être performante pour lutter contre le terrorisme international au Mali et envisager en même temps à Paris de réduire le budget de la Défense et rendre plus tard la France incapable de reproduire ce genre d’action. Il y a des limites à ne pas franchir en terme de budget de la Défense ; Nicolas Sarkozy et François Fillon sont parvenus à cet équilibre permettant à la France d’être dissuasive sur le plan nucléaire et d’avoir des forces projetées comme hier en Afghanistan ou au aujourd’hui au Mali. Si l’on descend en dessous de cette limite, il faudra sacrifier soit la force de dissuasion, soit les forces projetées. Demain la France n’aura plus les moyens de sa politique de Défense, c’est une décision lourde qui engage les quinze années à venir. Le président de la République ne peut pas prendre une telle décision, trop grave pour l’avenir de notre pays. Cela va porter atteinte à la crédibilité de la France qui aujourd’hui peut se faire entendre en Europe et dans le monde et qui est capable de défendre ses ressortissants avec des forces de projection. Il est inacceptable de vouloir réduire sa capacité de Défense. Pour toutes ces raisons, la motion de censure est indispensable. "

Mentions légales  -  Contact