UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Séminaire gouvernemental du 5 mai : "un séminaire de mobilisation"

"Le séminaire gouvernemental du 5 mai était un séminaire de mobilisation.

Le Gouvernement, réuni autour de François Fillon, a pu pour faire le constat de l’immense travail réalisé depuis 2007. Ce séminaire nous a permis de faire le point sur les actions engagées au cours de ces quatre première années du quinquennat et tracer les perspectives des prochains mois.

Les engagements de Nicolas Sarkozy lors de la campagne de 2007 ont en effet été tenus, mis à part quelques retards au plan économique, dus à la crise la plus terrible que l’Europe ait eu à subir depuis 70 ans, et dont nous sommes à peine en train de sortir. Le mandat donné par les Français à notre majorité en 2007 était de réformer la France. Un autre mandat, qui n’était pas prévu celui-là, c’était de sortir la France de la crise !! Le courage et l’ambition a marqué cette période. Il fallait réformer la France, le processus a été largement engagé

Quelques exemples : l’autonomie des universités, qui aujourd’hui se trouvent en situation compétitive par rapport aux meilleures du monde ; outre la réforme de 9 milliards d’euros en cinq ans qui leur sont consacrées, 22 milliards d’euros dans le cadre des dépenses d’avenir vont aider notre recherche. Le Gouvernement va par ailleurs créer 20% de plus de places pour les boursiers dans les cinq ans à venir, une mesure exceptionnelle. La mise en place du service minimum garanti, dont chacun disait qu’il ne serait jamais appliqué, permet aujourd’hui, aux Franciliens notamment, d’être à peu près à l’abri des grands mouvements de grève qui frappent nos transports en commun. La réforme des retraites, sur laquelle il est certain qu’aucun Gouvernement ne peut revenir, contrairement aux affirmations des dirigeants du PS. La représentation des syndicats, on en parlait depuis 20 ans sans que personne n’ait eu le courage d’instaurer la démocratie dans la représentation des syndicats. Aujourd’hui c’est fait ! Les ministres ont également constaté les progrès en matière de justice. Nicolas Sarkozy est le président qui a le plus défendu les droits et libertés des Français : réforme de la constitution en 2008 et création des questions prioritaires de constitutionnalité permettant à chaque citoyen de pouvoir saisir le Conseil Constitutionnel sur la constitutionnalité d’une loi, réforme de la garde à vue, pour plus de recherche de preuve que de recherche d’aveux, création du Défenseur des Droits, possibilité pour les citoyens de saisir le Conseil Supérieur de la Magistrature s’ils considèrent que les magistrats n’ont pas respecté leur devoir, création de bureaux d’aide aux victimes, etc… : avec la refonte de la carte judiciaire, et plus de 900 millions d’euros de moyens depuis 2007, le ministère de la justice n’a jamais été autant soutenu !

Hormis tous ces exemples, une large place a été faite au cours de ce séminaire au débat économique et financier. Le Gouvernement maintiendra ses efforts pour diminuer le déficit, efforts qui ont déjà largement porté leurs fruits. Il faut rappeler que c’est grâce à cette politique, mais également grâce à la réforme des retraites et à la loi constitutionnelle (que nous venons de voter pour inscrire dans la constitution l’interdiction des déficits budgétaires), que les agences de notation internationales continuent de donner à la France AAA, ce qui nous permet d’emprunter sur les marchés mondiaux à 3, 62 % et la Grèce à 20% ! Il faut d’ailleurs rappeler que ces mêmes agences de notation viennent de mettre les USA sous vigilance ! Si la France venait à avoir une dégradation de sa note, cela la contraindrait à emprunter à un taux deux fois plus élevé qu’aujourd’hui, ce qui serait catastrophique pour le budget de la France et donc pour chacune et chacun d’entre nous. C’est dire que le Président de la République, le Premier ministre et le Gouvernement ne cèderont ni sur la réforme de l’État, ni sur la réduction des déficits. Dans ce cadre comme dans tout autre, le mouvement est préférable à l’attentisme ! Tous les clignotants économiques de la France passent au vert : le chômage baisse pour le troisième mois consécutif, même si la baisse est modérée (Pendant la crise, le chômage a augmenté de + 27% en France, contre + 100% en Espagne et en moyenne + 40% dans la zone euro. !!!), la croissance est attendue à 2% pour 2011, ce sont les prévisions du Gouvernement, alors que l’OCDE prévoit 2,1 % : nous sommes donc très raisonnables dans nos prévisions. Enfin, dernier rappel sur les mesures liées à la défiscalisation des heures supplémentaires, 9 millions de Français en ont profité, ce qui représente plus de 400 euros par mois. Tous ces efforts ont nécessité le vote de 195 lois différentes et vont nous conduire à achever la phase parlementaire des réformes d’ici février prochain ; il reste encore une cinquantaine de textes à voter, et donc « du pain sur la planche » pour le Gouvernement et le Parlement ! Ce bilan, qui doit être complété par toutes les autres réformes mises en œuvre en matière d’éducation, de justice sociale, de sécurité, d’immigration, constitue un socle sur lequel s’appuyer pour lancer la campagne de notre candidat à la prochaine élection présidentielle et permettre de mieux faire comprendre aux Français l’utilité de notre travail, au service de l’intérêt général. Notre crédibilité dépend de la pédagogie que nous devrons mettre en œuvre dans les mois qui viennent pour que les Français aient une meilleure lisibilité de notre action ; il y a eu tellement de réformes que c’est une tâche ardue, il faut procéder à une mise en cohérence et tel va être notre travail !"

PATRICK OLLIER

Mentions légales  -  Contact