UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Taxe carbone : "une nouvelle pédagogie pour un changement fondamental"

Patrick Ollier procédera le 25 septembre prochain, en tant que président de la Commission des affaires économiques, à l’audition, commune avec la commission du développement durable et de l’aménagement du territoire, de Michel Rocard, ancien Premier ministre, sur la contribution climat énergie.

Le député s’est par ailleurs exprimé le 11 septembre dernier sur BFM Radio sur la mise en place de la future taxe carbone : " La taxe carbone, c’est un changement fondamental. Je rappelle que nous avons voté une loi qui s’appelle Grenelle 1, que ma commission a traitée, et dont l’article 2 pose le principe d’une contribution climat/énergie. On ne peut pas dire que l’on veut lutter contre le changement climatique pour sauver la planète et continuer à ne rien faire ! Il faut arrêter ! La taxe carbone vise à induire de nouveaux comportements par une nouvelle pédagogie. Il ne faut pas réduire la mise en place de cette taxe à la seule augmentation de 4cts d’euros le litre d’essence.Dans la loi il est également écrit que cette contibution sera stirctement compensée par la baisse des prélèvements obligatoires ; c’est pourquoi le Président de la République a raison de dire que c’est une révolution, car il ne s’agit pas d’augmenter les prélevements obligatoires, il s’agit de faire en sorte que les Français changent de comportement. Changer le comportement des Français sans augmenter la pression fiscale, c’est de la pédagogie.Les Français vont jouer le jeu car il y va de leur intérêt et de l’avenir de leurs enfants..

C’est une pédagogie générale, ce n’est pas juste une augmenation de 4 cts le litre d’essence ; il faut voir globalement pour changer le comportement des Français sans augmenter la pression fiscale et inciter à l’utilisation de véhicules plus économiques.

Mais la pédagogie, c’est aussi de la progressivité ; il ne faut pas de brutalité mais de l’adhésion. Parallèlement à cet objectif d’un montant de 32 euros progressivement dans le temps, on va développer les transports en commun. Le plan de relance a prévu, notamment en île de France, l’accélération des financements de gros projets de transports en commun..Je crois que les Français ont compris que le problème du CO2 va détériorer la planète de leurs enfants ; nous devons affaiblir ses conséquences négatives et lutter aujourdh’ui contre le caractère irreversible du changement climatique . Nous avons un président de la République qui est courageux, on a une majorité qui a conscience de tout ça et c’est pourquoi je suis étonné de l’attitude de la Gauche et des Verts qui, plutôt que de troubler l’opinion publique dans des choses aussi graves de conséquence, feraient mieux de nous aider ; je suis étonné que l’adverssaire soit divisé sur un problème qui n’est pas un problème de gauche ou de droite mais de bon sens, pour servir l’intérêt général. Nous voulons que ce texte de loi soit pris au sérieux et respecté. IL faut qu’il soit expliqué et qu’il y ait une prise de conscience.

S’agissant enfin des entreprises, qui certes ne bénéficieront pas de compensation de la taxe carbone, la réduction de la taxe professionnelle c’est de l’ordre de 10 milliards d’euros et leur contribution climat/énergie c’est environ deux milliards d’euros. Elles gagneront donc 8 milliards d’euros ; il faut d’ailleurs préciser que c’est la nature de la taxe pro qui change. Elle sera liée non plus aux investissements mais au foncier occuppé. IL n’a jalais été question de supprimer la fiscalité des entreprises."

Mentions légales  -  Contact