UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Tour Vinci à Rueil : une solution alternative proposée par le Municipalité et le maire, dans l’intérêt des administrés

Face à l’évocation, dans la presse, le 7 novembre 2011, de l’abandon du projet d’une Tour Vinci grâce à la mobilisation des associations de Rueil et Chatou, Patrick Ollier, maire de Rueil-Malmaison tient à faire le point. La ville de Rueil-Malmaison n’a pas retenu, dans son PLU, la possibilité d’implantation souhaitée par Vinci sous forme d’une tour, car une solution alternative proposée par la municipalité et Patrick Ollier a pu être trouvée. Cependant si cette solution alternative n’avait pas pu émerger, la possibilité d’une tour aurait été maintenue dans le PLU et votée par le Conseil Municipal. En aucun cas, ces associations qui ont compliqué la recherche d’une solution alternative avec Vinci, n’ont été à l’origine du retrait de cette possibilité de tour dans le PLU. La municipalité de Rueil-Malmaison et Patrick Ollier tenaient à apporter cette information et rétablir la vérité qui, de par la présentation de l’article ci-dessus mentionné, était biaisée, laissant penser aux lecteurs que la municipalité peut se laisser dicter sa conduite au nom de l’intérêt de quelques uns, et non, dans l’intérêt de la municipalité et de l’ensemble de ses administrés.

Patrick Ollier a également tenu à apporter des précisions sur ce dossier dans le magazine municipal de Rueil-Malmaison : Une solution alternative à la tour Vinci

Depuis quelque temps, la polémique fait rage sur l’éventualité de la construction d’une tour Vinci sur le délaissé de l’A86. Le maire s’explique dans cette interview.

Propos recueillis par Par Anna-Maria Conté

Rueil Infos : Dans le plan local d’urbanisme révisé que le conseil municipal vient d’approuver, il n’est plus question d’autoriser la société Vinci à construire une tour près de l’A86. Pourquoi vouliez-vous le permettre ? Patrick Ollier : Il faut situer le problème dans son contexte. Quel est-il ? En 2009, Xavier Huillard, le P.-D.G. de Vinci, est venu me demander de trouver les moyens de construire 60 000 m2 de bureau pour regrouper à Rueil ses quatre filiales. Une réponse négative de ma part aurait conduit Vinci à trouver une solution dans une autre ville ! Je n’avais alors aucune solution alternative à lui proposer. J’ai accepté de prévoir les critères permettant la réalisation de la tour que le P.-D.G. de Vinci me proposait dans le P.L.U. pour montrer la volonté de la municipalité de garder le groupe à Rueil, tout en lui demandant si nous pouvions rechercher une autre solution. En attendant, j’ai donc inscrit les critères pour construire la tour dans le P.L.U. Une solution alternative ayant été enfin trouvée cet été, ces critères, qui avaient été inscrits dans la révision du P.L.U., ont donc été naturellement supprimés, selon notre accord, par le conseil municipal, lors de la séance du 21 octobre !

R.I. : Mais pourquoi vouliez-vous à tout prix que Vinci reste à Rueil ? P.O. : Le maintien et le développement de l’activité économique reste l’un des points forts de notre politique. Les entreprises contribuent largement à la fiscalité locale (44 %), et c’est grâce à celles-ci que nous pouvons limiter les impôts des ménages ! En tant que maire, je me dois non seulement de garder les richesses présentes dans notre ville, mais d’en attirer de nouvelles. Vinci est la première compagnie mondiale du B.T.P. : son apport financier de 4,5 millions d’euros annuels à la Ville représente 9 % des impôts locaux !

R.I. : Vous auriez donc accepté un autre projet ? P.O. : Un autre point essentiel de la politique que je mène à Rueil concerne la préservation de sa qualité de vie, de son style architectural et de ses atouts environnementaux ! Accepter d’inscrire dans le P.L.U. les critères réglementaires pour pouvoir éventuellement autoriser la société Vinci à construire sa tour, c’était une preuve de bonne volonté dans l’attente d’une solution alternative. Cette décision ne voulait aucunement dire qu’il y ait eu une décision municipale sur ce projet ! Malheureusement, la mauvaise foi a fait son œuvre, avec le rôle troublant de certaines associations !

R.I. : Cette solution alternative a-t-elle été trouvée ? P.O. : Oui ! Aujourd’hui, je peux vous affirmer qu’une solution alternative, que je n’avais pas en 2010, lorsque le P.-D.G. de Vinci était venu me présenter son projet, a été trouvée, dans le respect des hauteurs autorisées dans le quartier (R+7). La construction se fera sur un terrain à proximité de la gare R.E.R. Et de la future gare du Grand Paris. De plus, j’ai bien évidemment demandé au P.-D.G. de la société Vinci de nous soumettre un projet de grande qualité architecturale et environnementale. Lorsqu’il aura abouti, je le présenterai à la population en réunion publique, comme j’ai toujours fait à chaque fois qu’une décision importante allait être prise.

Mentions légales  -  Contact