UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
UMP : la déclaration du Groupe à l’Assemblée nationale

Les déclarations politiques des six groupes politiques de l’Assemblée nationale ont été publiées au Feuilleton de l’Assemblée et au Journal officiel le 27 juin 2012.

Déclaration du GROUPE DE L’UNION POUR UN MOUVEMENT POPULAIRE (UMP) : "Fiers de l’action menée au cours des deux dernières législatures sous la présidence de MM Jacques CHIRAC et Nicolas SARKOZY, les députés soussignés se constituent, par la présente déclaration, en Groupe de l’Union pour un Mouvement Populaire. Fidèles à l’esprit comme à la lettre de la Constitution de la Vème République, ils se placent d’emblée dans une opposition responsable et active. Forts de leur bilan face à une crise d’une ampleur exceptionnelle, ils prennent l’engagement de mettre leurs actions et leurs convictions au service de l’intérêt général.

" (…) A la fois soucieux de leur unité et de la richesse que constitue la diversité de leur famille politique, les députés du Groupe de l’Union pour un Mouvement Populaire veilleront à rester rassemblés tout en encourageant l’expression de l’ensemble des sensibilités qui les caractérisent : gaulliste, libérale, centriste et radicale.

Désormais minoritaires à l’Assemblée nationale, ils s’inscrivent dans une opposition déterminée et vigilante à la nouvelle majorité. Ils prennent l’engagement de se poser en sentinelles de notre bien commun, la France, pour lui laisser la maîtrise de son destin dans le monde d’aujourd’hui et de demain.

Placer l’opposition au service de l’intérêt général

Elus de la Nation, les députés du Groupe de l’Union pour un Mouvement Populaire exerceront pleinement leur mission de contrôle de l’action gouvernementale. Ils entendent s’appuyer sur l’ensemble des droits et des outils que la révision constitutionnelle de 2008 a mis au service des groupes d’opposition. Ils veilleront à ce que la nouvelle majorité respecte ces droits, notamment en matière d’initiative parlementaire, d’évaluation de l’action du Gouvernement et de respect des temps de parole. Loin de chercher la confrontation partisane, ils sauront apporter aux Français un regard éclairé sur les conséquences des choix de la majorité.

Ils s’opposeront à tout texte qui menacerait la France d’une régression tant sur le plan économique que social. Ils combattront avec autant de détermination tout texte qui remettrait en cause les valeurs républicaines qui guident leur action : liberté, égalité, fraternité, laïcité, mais aussi sécurité, justice et solidarité. Ils attacheront une particulière importance à respecter l’égalité entre les femmes et les hommes dans tous les domaines.

Garantir la maîtrise des dépenses publiques

Depuis 2008, notre pays a connu une succession de crises brutales sans précédent : crise des banques, crise économique, crise de la dette, crise de l’euro. Pour garantir notre souveraineté et cesser d’hypothéquer les actifs des générations futures, il est urgent de poursuivre l’effort d’assainissement des finances publiques amorcé avec courage sous la XIIIème législature. C’est pourquoi les députés du Groupe de l’Union pour un Mouvement Populaire défendront sans relâche l’instauration d’une règle d’or budgétaire et la poursuite de la réforme de l’Etat. Le principe de la maitrise et de la réduction des dépenses publiques devra s’appliquer tant à l’échelle de l’Etat que des collectivités territoriales. Ils ne cesseront de questionner la majorité sur le financement de ses projets et sur la compatibilité de ses choix avec une trajectoire crédible de réduction des déficits et de la dette.

Défendre ceux qui entreprennent et qui travaillent

Nous ne pourrons renouer avec la croissance que par le travail. Financer notre modèle économique et social sur de la dette et de la dépense publique serait irresponsable. La réduction du temps de travail, la baisse de l’âge de départ à la retraite, la hausse des charges sur les entreprises, le développement de l’emploi subventionné et de l’assistanat sont des freins considérables à la compétitivité de notre économie. C’est pourquoi les députés du Groupe de l’Union pour un Mouvement Populaire défendront la France qui prend des risques, qui innove et qui entreprend en accompagnant nos artisans, commerçants et réseaux de PME dans leur conquête de nouveaux marchés. Ils encourageront l’augmentation du pouvoir d’achat par le travail et l’application de la baisse massive des charges. Ils pèseront pour que l’ensemble des demandeurs d’emploi aient un droit à la formation.

Placer la solidarité et l’équité au cœur de notre pacte social

La générosité de notre modèle social a permis de protéger les Français au plus fort de la crise. Pour le transmettre à nos enfants, il faut en réaffirmer les fondamentaux : la responsabilité doit l’emporter sur la tentation de la fraude ; la protection des plus fragiles doit primer sur la facilité de l’assistanat. Les députés du Groupe de l’Union pour un Mouvement Populaire estiment que le pacte social est un pacte de réciprocité. Ceux qui bénéficient de la solidarité nationale doivent rendre à la Nation une partie de ce qu’elle leur donne. Ils s’attacheront à pérenniser notre modèle de protection sociale pour protéger la qualité de notre système de santé tout en veillant à l’équilibre de nos comptes sociaux. C’est seulement en agissant ainsi que nous pourrons préserver notre pacte social et répondre aux défis de l’avenir en menant une grande réforme de la dépendance.

Rester fermes sur nos valeurs républicaines

Une Nation rassemblée est toujours plus forte pour affronter les choix qui s’imposent à elle. La peur et la haine de l’autre ne peuvent être tolérées sur le sol de la République. Le respect de notre cohésion nationale est la condition première de la réussite de notre pays. Parce qu’il est essentiel de réussir l’intégration de celles et ceux que nous accueillons en France, il est nécessaire de mener une politique d’immigration ferme et juste. Parce que la République est une, indivisible et laïque, le communautarisme doit être combattu sans faiblesse : les députés du Groupe de l’Union pour Mouvement Populaire considèrent que le lien puissant et constant entre la citoyenneté et la nationalité est un acquis républicain majeur. Enfin, parce que chaque Français a le droit de vivre en sécurité, la délinquance ne peut rester impunie et l’exécution des peines doit être une assurance pour le respect des victimes.

Préparer l’avenir

Pour préparer notre avenir, il nous faut protéger la Famille : les députés du Groupe de l’Union pour un Mouvement Populaire défendront les fondamentaux de la politique familiale universelle - qui place l’enfant au cœur de ses priorités - ainsi que l’amélioration des solutions de gardes d’enfants.

Pour préparer notre avenir, il nous faut former notre jeunesse : l’école doit renouer avec son idéal républicain et redevenir un lieu d’égalité des chances. Il n’est pas acceptable qu’un enfant puisse entrer en 6ème sans maitriser les savoirs fondamentaux. Plutôt que d’augmenter le nombre de fonctionnaires de l’Education nationale, il faut revaloriser leur mission et organiser le suivi personnalisé des enfants. Pour combattre le chômage des jeunes, il faut faire le pari de l’apprentissage et de l’alternance tout en rapprochant le monde de l’éducation et de l’entreprise.

Pour préparer l’avenir, il nous faut valoriser nos territoires : améliorer l’attractivité des zones rurales, garantir l’égal accès de tous au très haut débit ainsi qu’à des services publics efficaces et poursuivre la rénovation urbaine.

Pour préparer notre avenir, il nous faut protéger notre planète. Les députés du Groupe de l’Union pour un Mouvement Populaire estiment que la lutte globale pour une écologie responsable doit se faire dans la continuité du Grenelle de l’Environnement et dans le respect des trois piliers du développement durable : économique, social et environnemental. Ils attendent de la nouvelle majorité qu’elle suive les objectifs que la France s’est fixée en matière de production d’énergies d’origine renouvelable. Ils considèrent que notre pays doit conforter sa filière nucléaire tant pour assurer la baisse des émissions de gaz à effet de serre que pour garantir aux Français une électricité à un coût maitrisé.

Confirmer la place de la France en Europe

Alors que l’Union européenne est en péril face à la contagion de la crise des dettes souveraines, la France doit rester l’un de ses piliers. Les députés du Groupe de l’Union pour un Mouvement Populaire souhaitent que le nouveau Président de la République s’inscrive dans la continuité de ses prédécesseurs qui n’ont jamais cessé de renforcer l’amitié franco-allemande. La politique de convergence tant fiscale qu’économique entre la France et l’Allemagne demeure plus que jamais une priorité. Ils exigeront pour leur part une Europe qui protège ses citoyens, ses entreprises et ses agriculteurs. La France doit confirmer sa place historique dans une Europe qui est tenue de réinventer sa gouvernance politique et économique pour surmonter la crise.

Face à une majorité qui détient tous les pouvoirs tant au niveau national que local, les députés du Groupe de l’Union pour un Mouvement Populaire sont investis d’une immense responsabilité : s’opposer aux remises en cause de nos acquis républicains, s’élever contre les dérives dépensières et bureaucratiques de la nouvelle majorité, refuser la facilité et le risque du déclin. Ils mettront leur volonté, leur courage ainsi que la force de leurs convictions profondes au service de la France et des Français pour les cinq années à venir."

Le Président du groupe :

Christian JACOB

Groupe de l’union pour un mouvement populaire (UMP) (185 membres)

M. Damien Abad, M. Bernard Accoyer, M. Yves Albarello, Mme Nicole Ameline, M. Benoit Apparu, M. Julien Aubert, M. Olivier Audibert-Troin, M. Patrick Balkany, M. Jean-Pierre Barbier, M. François Baroin, M. Jacques-Alain Bénisti, M. Xavier Bertrand, M. Etienne Blanc, M. Marcel Bonnot, M. Jean-Claude Bouchet, Mme Valérie Boyer, M. Xavier Breton, M. Philippe Briand, M. Bernard Brochand, M. Dominique Bussereau, M. Olivier Carré, M. Gilles Carrez, M. Yves Censi, M. Jérôme Chartier, M. Luc Chatel, M. Gérard Cherpion, M. Guillaume Chevrollier, M. Alain Chretien, M. Jean-Louis Christ, M. Dino Cinieri, M. Eric Ciotti, M. Philippe Cochet, M. Jean-François Copé, M. François Cornut-Gentille, M. Edouard Courtial, M. Jean-Michel Couve, Mme Marie-Christine Dalloz, M. Gérald Darmanin, M. Olivier Dassault, M. Marc-Philippe Daubresse, M. Bernard Debré, M. Bernard Deflesselles, M. Lucien Degauchy, M. Rémy Delatte, M. Patrick Devedjian, M. Nicolas Dhuicq, Mme Sophie Dion, Jean-Pierre Door, M. Dominique Dord, M. Douillet, Mme Marianne Dubois, Mme Virginie Duby-Muller, M. Christian Estrosi, M. Daniel Fasquelle, M. Georges Fenech, M. François Fillon, Mme marie-Louise Fort, M. Yves Foulon, M. Marc Francina, M. Yves Fromion, M. Laurent Furst, M. Sauveur Gandolfi-Scheit, M. Hervé Gaymar, Mme Annie Genevard, M. Guy Geoffroy, M. Bernard Gérard, M. Alain Gest, M. Franck Gilard, M. Georges Ginesta, M. Charles-Ange Ginesy, M. Jean-Pierre Giran, M. Claude Goasguen, M. Jean-Pierre Gorges, M. Philippe Gosselin, M. Philippe Goujon, Mme Claude Greff, Mme Anne Grommerch, Mme Arlette Grosskost, M. Serge Grouard, M. Henri Guaino, Mme Françoise Guégot, M. Jean-Claude Guibal, M. Jean-Jacques Guillet, M. Christophe Guilloteau, M. Michel Heinrich, M. Michel Herbillon, M. Antoine Herth, M. Patrick Hetzel, M. Philippe Houillon, M. Guénhaël Huet, M. Sébastien Huyghe, M. Christian Jacob, M. Denis Jacquat, M. Christian Kert, Mme Nathalie Kosciusko-Morizet, M. Jacques Kossowski, M. Patrick Labaune, Mme Valérie Lacroute, M. Marc Laffineur, M. Jacques Lamblin, M. Jean-François Lamour, Mme Laure de La Raudière, M. Guillaume Larrivé, M. Charles de La Verpillière, M. Thierry Lazaro, M. Alain Leboeuf, Mme Isabelle Le Callennec, M. Marc Le Fur, M. Pierre Lellouche, M. Bruno Le Maire, M. Dominique Le Mener, M. Jean Leonetti, M. Pierre Lequiller, M. Célestes Lett, Mme Geneviève Levy, Mme Véronique Louwagie, M. Lionnel Luca, M. Jean-François Mancel, M. Alain Marc, M. Laurent Marcangeli, M. Thierry Mariani, M. Hervé Mariton, M. Alain Marleix, M. Olivier Marleix, M. Alain Marsaud, M. Philippe Martin, M. Patrice Martin-Lalande, M. Alain Marty, M. Jean-Claude Mathis, M. Damien Meslot, M. Philippe Meunier, M. Jean-Claude Mignon, M. Pierre Morange, M. Pierre Morel-A-L’huissier, M. Jean-Luc Moudenc, M. Alain Moyne-Bressand, M. Jacques Myard Jacques, Mme Dominique Nachury, M. Yves Nicolin, M. Patrick Ollier, Mme Valérie Pécresse, M. Jacques Pélissard, M. Bernard Perrut, M. Edouard Philippe, M. Michel Piron, M. Jean-Frédéric Poisson, Mme Bérengère Poletti, M. Axel Poniatowski, Mme Josette Pons, M. Christophe Priou, M. Didier Quentin, M. Frédéric Reiss, M. Jean-Luc Reitzer, M. Bernard Reynes, M. Franck Riester, M. Arnaud Robinet, M. Camille de Rocca-Serra, Mme Sophie Rohfritsch, M. Martial Saddier, M. Paul Salen, Mme Claudine Schmid, M. André Schneider, M. Jean-Marie Sermier, M. Fernand Siré, M. Michel Sordi, M. Eric Straumann, M. Alain Suguenot, Mme Michèle Tabarot, M. Lionel Tardy, M. Jean-Charles Taugourdeau, M. Guy Teissier, M. Michel Terrot, M. Jean-Marie Tetart, M. Dominique Tian, M. François Vannson, Mme Catherine Vautrin, M. Patrice Verchère Patrice, M. Jean-Sébastien Vialatte, M. Philippe Vitel, M. Michel Voisin, M. Jean-Luc Warsmann, M. Laurent Wauquiez, M. Eric Woerth, Mme Marie-Joe Zimmermann, M. Michel Zumkeller.

Mentions légales  -  Contact