UMP et assembléePatrick Ollier Président de la Métropole du Grand Paris - Député de la 7ème circonscription des Hauts-de-Seine

Rueil-Malmaison - Garches - Saint-Cloud

UMP et assemblée
agrandir le texte retrecir le texte imprimer article envoyer à un ami
Vote de la réforme sur les conseillers territoriaux, baisse de la note du Portugal, présidentielle : la tribune de Patrick Ollier (6 juillet 2011)

"Le Sénat vient de voter le projet de loi sur les conseillers territoriaux. Je me suis particulièrement impliqué pour faire aboutir l’adoption de ce texte et suis donc très heureux qu’il ait pu être voté à une large majorité de 15 voix par le Sénat ; le Président de la République et le Premier ministre vont à présent pouvoir mettre en oeuvre cette réforme.

L’agence de notation Moody’s vient d’abaisser de quatre points la note du Portugal, ce que malheureusement je craignais depuis longtemps ; ce n’est que le début d’un processus qui menace également d’autres pays comme l’Irlande, l’Espagne, la Belgique et peut-être même l’Italie. La France reste parmi les élèves bien notés de l’Europe, comme l’Allemagne et les Pays-Bas, alors que l’Angleterre est placée sous un système de vigilance…

La France a eu le courage d’engager les réformes nécessaires comme la réforme des retraites et le non remplacement d’un fonctionnaire sur deux et nous nous sommes battus sur la "règle d’or" pour lutter contre les les déficits publics. C’est pour cette raison que nous pouvons aujourd’hui emprunter à 3,64% seulement 45 milliards d’euros pour rembourser notre dette. C’est également bien pour cette même raison que si l’un des candidats socialistes était élu à la présidentielle, les socialistes ne pourraient pas revenir sur ces réformes. Et ce d’autant que le projet PS qui implique 50 milliards de dépenses non compensées, ne serait-ce que 4 milliards d’emplois jeunes donc publics. Même une considérable augmentation des impôts ne permettrait pas d’amortir ces dépenses. La campagne présidentielle est le vrai enjeu pour la France ; il y a un point de rupture entre la majorité et le programme du PS. Je fais confiance aux Français pour ne pas se laisser abuser et savoir faire le choix, en 2012, en faveur du candidat de notre majorité, le seul capable de poursuivre l’action engagée et de représenter l’espoir pour les générations futures. » Patrick OLLIER

Mentions légales  -  Contact